15/09/2011

Délinquance: l’angélisme de gauche à droite

La Suisse a connu un été délinquant. La plus petite des grandes nations commence à perdre ce privilège que tous lui enviaient, la sûreté de ses rues. Naguère encore, les dirigeants de gauche haussaient les épaules à l’évocation de ce problème. «Il sera résolu de lui-même si l’on s’attaque vraiment aux injustices sociales», soupiraient-ils. Aujourd’hui, les responsables socialistes, du moins en France, ne tiennent plus ce langage et caressent les policiers dans le sens du passepoil. Il faut dire que le PS détenant la plupart des villes d’outre-Jura, les élus socialistes ont subi une cure quotidienne de réalisme.

A cet angélisme de la gauche, qui est en train de battre de l’aile, succède un angélisme de la droite, tout aussi irréaliste. Cet été, nous avons ouï magistrats pontifiants et autres politiciens pour micros nous expliquer que si la délinquance galope, c’est en raison de la mansuétude de nos tribunaux. En durcissant les peines, elle sera gommée de notre joli paysage et Heidi pourra à nouveau se promener sur les quais d’Ouchy ou des Pâquis sans traverser une forêt de mains baladeuses et voleuses.

Fariboles! En France, les parlementaires pondent en batterie des lois répressives sous l’impulsion du coq élyséen et la main des juges se fait de plus en plus lourde. En pure perte. Certes, le nombre de cambriolages tend à s’infléchir. Il faut sans doute y voir les effets d’une sécurisation accrue des domiciles privés, à l’instigation des assurances. En revanche, les violences aux personnes en France ne cessent d’augmenter depuis plusieurs décennies, selon le Ministère de l’intérieur.
De même, la justice des Etats-Unis dispose de l’arsenal législatif — avec la peine de mort, notamment — le plus répressif de toutes les démocraties. Et dans ce pays également, la criminalité flambe.

En fait, la dissuasion pénale est surtout efficace à l’endroit des gens honnêtes qui ont commis des infractions par négligence, tels les délits routiers. Le délinquant intentionnel, lui, a peur du policier bien plus que du juge. Donc, la police de proximité — détruite en France par l’angélisme de droite — est l’une des réponses efficaces à la délinquance de rue. Une police qui émane exclusivement de l’Etat, seul détenteur du monopole de la violence légitime. Toutes les privatisations plus ou moins rampantes qui l’affectent affaiblissent cette légitimité en confiant l’intérêt général à des intérêts privés, avec tous les risques de dérives que cela suppose.

Toutefois, que les anges de gauche et de droite ne rêvent plus: la délinquance zéro n’existera jamais, à moins d’instaurer la plus oppressante des dictatures. Et encore, même en cette occurrence le résultat ne sera pas garanti. Depuis Adam et Eve, l’humain a toujours éprouvé le malin plaisir de transgresser les interdits.

Jean-Noël Cuénod

(Ce texte a paru jeudi 15 septembre 2011 en version complète en rubrique « Réflexion » de 24 Heures et en version légèrement raccourcie en rubrique « Perspective » de la Tribune de Genève)

10:49 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

" De même, la justice des Etats-Unis dispose de l’arsenal législatif — avec la peine de mort, notamment — le plus répressif de toutes les démocraties. Et dans ce pays également, la criminalité flambe. "

Ce qui est faux. Ces 20 dernières années la criminalité a été plutôt à la baisse aux Etats-unis. Surtout à New York qui a vu ces 15 dernières années une baisse de plus de 60% de la criminalité grâce à une politique de tolérence zéro promulgué par les autorités de la ville.

D.J

Écrit par : D.J | 15/09/2011

Le nombre de meurtre aux USA s'est en effet effondré depuis les années 80 du siècle passé, années où le taux culminait.

Cependant le phénomène ne se limite pas à NYC, qui s'est déclarée adepte de la "Tolerance zero". La baisse est beaucoup plus généralisée. Il en découle que l'explication "Tolerance zero" est un peu courte. L'explication est multifactorielle.

La lutte contre le crime doit aussi être multifactorielle.

Écrit par : CEDH | 15/09/2011

"La Suisse a connu un été délinquant. La plus petite des grandes nations commence à perdre ce privilège que tous lui enviaient, la sûreté de ses rues."

Vos propos sont littéralement choquants Mr Cuénod !!! Comment pouvez-vous déformer à ce point la réalité ? La délinquance en Suisse et à Genève n'a pas progressé, les rues y sont toujours parfaitement sûres. Tout cela n'est que le fruit de votre imagination et participe de votre sentiment ( subjectif ) d'insécurité.

Vraiment je trouve scandaleux qu'un journaliste de la TDG puisse tenir de tels propos populistes. N'avez-vous donc jamais lu les articles un tant soit peu sérieux des autres journalistes de votre journal, ceux de Mr Souaille ou ceux de votre homonyme Mr Jean Noël Cuénod qui maintenant depuis plusieurs années dénonçaient ces pratiques populistes qui consistent à faussement faire croire aux genevois que l'insécurité augmentait à Genève.

Votre rédacteur en chef lui-même, Mr Ruetschi, a fait toute sa campagne contre le parti populiste genevois MCG en nous mettant bien en garde contre leurs manoeuvres et leurs mensonges sur les questions d'insécurité.

Alors, devant de tels propos populistes, je vous informe que dès ce jour je résilie mon abonnement.

LOL

L'équipe de la Tribune est décidément impayable... Elle affirme aujourd'hui ce qu'hier elle dénonçait comme mensonger. Rappelez-vous, la racaille d'Annemasse et tout le reste qui n'étaient selon vous que fariboles et tromperies envers le peuple...

Décidément vous n'avez pas froid aux yeux...

Écrit par : 022 | 17/09/2011

Il me semble que la "presse" garde le plus haut rang du podium dans ce mécanisme où les promesses et les campagnes de l'udc dont vous n'avez cessé de vautrer les moindres gesticulations n'ont aboutis qu'a ce à quoi nous constatons actuellement.

10 ans de propagande gauche-udc et voilà le résultat, une faillite total du système judiciaire, des fils de monarques qui sont libérés une demi-heure après avoir tué un retraité, un avocat condamné à 200 frs. avec SURSIS après avoir violé 3 garçons mineurs à Genève en 2008 et jugé à huis-clos en 2010 sans qu'aucun journaliste n'intervienne plus particulièrement que ça !

Toutes ces saletés accumulées par les larbins de "l'information" ont largement contribué à la criminilisation de notre société !

Écrit par : Corto | 17/09/2011

La présence de ces "petits" délinquants, n'arrange t-il pas les "gros" délinquants des banques suisses, qui couvrent les dictateurs sanguinaires de la planète ?

Avez-vous vu un seul parti politique, qu'il soit populiste ou pas, s'en prendre à cette forme de délinquance qui elle est a la base de centaines de milliers de victimes ?

Écrit par : Corto | 18/09/2011

Les commentaires sont fermés.