27/07/2011

TERRE A TERRE

TERRE A TERRE

 


Belle comme l’aube de mai
La haine étend sa voûte
Le troupeau passe sous son joug
Ignorant tout des étoiles
Qui offrent aux yeux levés
Des maîtres, la voix de la voie
L’étroit passage de la paix
Mais les regards de la horde
Se perdent dans les fougères

S’allument les lames des hommes
Lambeaux de chair et d’étendards
Echos du sang dans la fumée

L’heure des tribus a sonné
Troupeau disloqué divorcé
Chemins désormais divergents
Sous les étoiles muettes
Sans maître pour les comprendre

 

Jean-Noël Cuénod

09:03 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Catulle disait que c'était les dieux eux-mêmes qui, révulsés par les actions iniques des hommes, avaient cessé de venir les visiter:
Saepe uagus Liber Parnasi uertice summo
Thyiadas effusis euantis crinibus egit,
Cum Delphi tota certatim ex urbe ruentes
Acciperent laeti diuum fumantibus aris.
(...)
Sed postquam tellus scelere est imputa nefando,
Iustitiamque hommes cupida de mente fugarunt,
(...)
Omnia fanda nefanda malo permixta furore
Iustificam nobis mentem auertere deorum.
Quare nec talis dignantur uisere coetus,
Nec se contingi patiuntur lumine claro.
(Souvent Liber errant sur le sommet du mont Parnasse
Conduisit les Thyades qui, les cheveux épars, poussaient le cri d'hommage au dieu,
Alors que tout Delphes à l'envi se ruait hors des murailles
Pour accueillir joyeusement le dieu par des autels fumants.
Mais après que la Terre eut été souillée par le crime néfaste,
Et que tous eurent fait fuir la justice de leur âme par leurs passions,
Toutes ces horreurs d'une folie perverse qui mélange
Le mal et le bien détournèrent de nous les dieux justes.
Voilà pourquoi ils ne daignent plus visiter les assemblées,
Ni ne nous permettent plus d'être frappés par la lumière de leur jour.)

Écrit par : RM | 27/07/2011

(Mais je ne pense pas qu'il n'existe plus du tout de maître pour comprendre le message des étoiles. On dirait plutôt que, comme jadis les prophètes, on préfère ne pas entendre ceux qui ont quelque chose à exprimer, à cet égard. On préfère partir du principe qu'ils affabulent. Ou qu'il est mal de simplement essayer de comprendre le message des astres, parce que certains philosophes ont estimé que c'était impossible. Regardez Victor Hugo: il n'acceptait aucunement de telles restrictions aux prérogatives des poètes.)

Écrit par : RM | 27/07/2011

Salut JNC

C'est toujours un palisir de te lire, la profondeur de la pensée, la belle plume et un vrai humanisme.

Écrit par : NDOYE GORGUI | 27/07/2011

Bof !

Écrit par : Corto | 30/07/2011

J'aime la poésie qui rime. Félicitations pour l'article!

Écrit par : rent villa | 21/08/2011

C'est un plaisir de lire ce que certaines personnes en place. J'ai apprécié la lecture de votre blog. Merci!

Écrit par : jouets | 23/08/2011

Les commentaires sont fermés.