20/07/2011

Devenez apprentis fainéants!

Vide.jpg

Vous êtes en vacances. Mot superbe qui coule du latin vacare, littéralement «être sans». Ce n’est pas le moment de vous encombrer de vos décombres. Restez donc «sans». Sans ces cent trucs en trop. Se dépouiller, c’est enlever les pouilleries. Ecoutez la vie qui va et vient en vous. Vent des vagues. Vagues de vent. Cette voix, c’est la vôtre. En vrai. Celle qui serpente en vous, nue et menue. C’est le moment de capter cette source souterraine.

 


Ne plus entendre toutes ces voix glapissantes et inutiles qui empoissent vos oreilles, qui les remplissent, encore et toujours, afin que votre cerveau soit gavé comme le foie d’un canard au Périgord. Ah c’est bien bon le foie gras! Mais le cerveau gras est indigeste.
Dissipez ce bruit incessant ; il sourd par mille canaux que vomissent les électrobidules. Des électrobidules dernier cri, bien sûr. Car les électrobidules crient pour couvrir tout ce qui peut surgir en vous de créatif, d’imaginaire, tout ce qui peut surgir en vous de vous-mêmes.
Cette voix, nue et menue, vous la percevez maintenant. Qu’en faire? Etre à son chevet, tout d’abord. Laissez glisser en vous son filet tantôt chaud, tantôt frais. C’est alors que vous en ferez quelque chose.

 


Ce «faire», c’est la poésie. Si ce mot vient du grec poein qui signifie «faire», ce n’est pas pour des prunes. Ou plutôt ce peut être aussi pour des prunes, pourquoi pas? Qu’avons-nous contre les prunes? Je vous le demande! Mais nous nous égarons. Il faut dire que c’est si bon de s’égarer. On y retrouve parfois son chemin.

 


En lisant le mot «poésie», surgissent à votre pensée un crayon et une feuille ou un clavier et un écran. Mais ce n’est pas là un passage obligé. La poésie se contente fort bien de s’animer en vous sans autre objet que de vivre l’instant présent, en étant présent dans cet instant.
L’instant, faites en votre éternité. Et vous serez poète. Ou rien du tout, si vous n’aimez pas les titres, les étiquettes et ces petites boîtes où l’on vous classe en attendant de vous installer dans une autre boîte, en sapin.

 


Pour bien travailler à percevoir votre voix, nue et menue et à en faire un instant éternel, il vous faudra beaucoup de paresse. Voilà un apprentissage que l’on peut accomplir en vacances. Apprenez donc à devenir un fainéant. Avec cette mission assignée à tout fainéant par définition, à savoir «faire le néant».

 


Faire le néant… Mais quel boulot! Quelle entreprise! Quelle aventure! Pour créer du rien et faire de ce rien quelque chose, il faut être Dieu, au minimum! L’avenir sourit à ceux qui se lèvent tôt, disent les fabricants de réveils. Mais le Temps appartient à ceux qui le prennent. A ceux qui s’abreuvent à leur voix nue et menue et qui, en ne faisant rien, ont fait œuvre d’eux-mêmes.

 


En guise de salut estival, voilà ce quatrain d’Arthur Rimbaud tiré du poème «Bonne pensée du matin» (Derniers Vers).

 


A quatre heures du matin, l’été,
Le sommeil d’amour dure encore.
Sous les bosquets l’aube évapore
L’odeur du soir fêté.

11:19 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

Super billet Jean-Noël.
Il me fait penser à "Du bon usage de la lenteur" de Pierre Sansot, écrivain, philosophe et poète, appelé aussi l'"Indien de Narbonne". J’ai rencontré ce truculent personnage deux ou trois fois dans le Narbonnais lors de mes escapades annuelles dans cette région.
Faire un bon usage de la lenteur n’est pas faire l’éloge de la paresse !

Écrit par : Benoît Marquis | 21/07/2011

Peut-être devrions-nous développer l'art sacré de l'oisiveté ?
A mon humble avis on peut-être oisif sans être paresseux ou fainéant...

Écrit par : Jolivet FH | 21/07/2011

Eh oui Jolivet, revendiquons le droit à la paresse !!!

Écrit par : Benoît Marquis | 21/07/2011

I really liked it thanks for sharing.

Écrit par : saltwater fly fishing | 22/07/2011

Few of your post really I liked very much.

Écrit par : Online Paralegal Degree | 22/07/2011

Learn something new everyday. So vacation means to be free. I like that. Glad I read this post.

Écrit par : security guard training | 23/07/2011

Tuesday marked [url=http://www.coach-handbags.me]coach outlet
[/url] the return to the bipartisan Senate group of Senator coach outlet online
Tom Coburn, a conservative Republican of Oklahoma, two months after he abandoned the effort by two other Republicans coach handbags
and three Democrats to reach a deal, saying it would notcoach handbags outlet cut spending enough.House Democrats excoriated the Republican plan, which they said would devastate entitlement programs coach pursethough the mandatory spending cuts as a result of the cap. “Regardless of what other parts of this bill say,” said Representative Jerrold Nadler of New York,

Écrit par : coach handbags outlet | 25/07/2011

Les commentaires sont fermés.