27/06/2011

Mireille Bailly-Coulange, la sculptrice de la Lumière

 

mireillevitraux.JPG

Elle sculpte la lumière, la grande artiste Mireille Bailly-Coulange. Son matériau n’est ni le marbre, ni la pierre mais le polyméthacrylate de méthyle, autrement dit l’Altuglas ou Plexiglas dont la transparence et la densité lui permettent de travailler la lumière. Ce faisant, elle a développé son concept d’«intailles lumineuses». Travaillant au moyen de fraises de métallurgiste, elle sculpte à l’intérieur du matériau, réalisant des fresques et des sculptures dont la lumière naît à l’intérieur de la masse.

Cette lumière intérieure n’est pas seulement une technique. Elle guide la démarche philosophique et initiatique de l’artiste qui est avant tout une  «travailleuse de la Lumière»; celle qui baigne l’univers extérieur et intérieur. Lumière physique et Lumière cosmique coulent d’une seule source. Laquelle? A vous, de la découvrir. L’artiste vous indique le chemin. Mais il ne va pas l’accomplir à votre place. Contempler une œuvre n’est pas l’expression morne et passive de la consommation. C’est un acte positif qui engage, malaxe celui qui regarde, secoue sa paresse et le fait rêver mais non pas rêvasser. Le regardeur recompose, rassemble ce qui, en lui, était épars pour s’initier à l’évidence.

Car l’évidence se mérite. Elle ne tombe pas du ciel. Elle monte du cœur vers la conscience. Le regardeur doit faire le lit de l’évidence, avant qu’elle ne s’y couche. Alors, et alors seulement, la nuit de noces peut commencer entre lui et l’œuvre.

Mireille Bailly-Coulange est aussi peintre et, grâce à ses talents de coloriste, elle sert aussi la lumière avec d’autres outils.

Son inspiration est formée de ses songes actifs et met en mouvement les symboles et les archétypes qui parlent à l’inconscient individuel et collectif. La conscience découvre ainsi d’autres territoires dont la nuit n’est faite que de multiples lumières

Si vous passez à Paris, n’hésitez pas à prendre langue avec l’artiste (numéro de téléphone de l’étranger: 00 33 1 45 80 96 30; de France: 01 45 80 96 30); elle vous ouvrira généreusement les portes de son atelier, sis 26 rue Bobillot dans le XIIIe arrondissement de Paris, tout près de la Butte-aux-Cailles. On peut surfer pour se donner une petite idée de son travail sur ce site:

http://www.adagp.fr/FR/image_fset.php?it=4&iid=2191

En outre, elle expose actuellement un magnifique triptyque de vitraux (voir photo) illustrant la danse, jusqu’au 2 octobre au Château de la chapelle d’Angillon, près de Bourges, à l’occasion d’une exposition consacrée au centenaire des Ballets russes (commissaires: comte Jean d’Ogny, Jocelyne Meunier et Jean-Bernard Cahours d’Aspry)

… Et contemplez l’œuvre de Mireille Bailly-Coulange avec vos trois yeux.

 

Jean-Noël Cuénod

21:15 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Cela a l'air assez bien.

Écrit par : RM | 28/06/2011

Les commentaires sont fermés.