27/05/2011

A Deauville, Carla assure le service après-ventre

Non. Vous ne verrez pas la photo de Carla Bruni-Sarkozy en train de montrer son ventre de future maman à d'autres Premières Dames qui s'efforcent de prendre un air attendri. Cette photo, elle s'affiche partout, dans tous les médias électroniques ou antédiluviens. Donc, Le Plouc fait la grève du cliché.

 Cela dit, quel talent dans la communication! Carla assure comme une reine son service après-ventre. Deauville encarlatée est devenu le nombril du monde. Jusqu'à maintenant la Première Dame cachait son abdomen par un savant jeu de châle. Il fallait attendre le moment propice pour le divulguer à la face du globe. Avec des milliers de journalistes et porteurs de caméras représentant tous les pays de la Terre, le G8 de Deauville tombait à pic.

Les communicants carlesques ont donc choisi la matinée de jeudi - où rien ne se passait de particulier - pour procéder au dévoilement de l'heureuse espérance. Auparavant, ils avaient fait monter la pression au centre de presse de l'hippodrome de Deauville en distillant cette information bouleversante: "Ce matin, Carla a demandé qu'on lui livre un panier de fraises" Un panier de fraise, comme c'est touchant, comme c'est "future-maman"! Et les dames de se rappeler leurs envies charmantes. Et les messieurs de se souvenir de ces nuits terribles où il fallait dénicher des fraises au milieu d'une nuit de janvier à 30 kilomètres d'une épicerie, fermée de toute façon .

Bravo l'artiste!

 

Jean-Noël Cuénod

 

10:01 | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | |

26/05/2011

G8 : Le Plouc galère à Deauville

Voilà donc Le Plouc dépêché à Deauville sous la contrainte – aimable mais ferme – de la rubrique économique afin d’y suivre le G8, ce truc qui permet à huit chefs de gros et moyens Etats de parader devant les caméras en se faisant des mamours après avoir aiguisé les dagues. Et qui, surtout, offre à l’Hyperomni l’occasion de montrer à ses futurs électeurs qu’il fait avancer le Monde et ses environs à coups de talonnettes dans le train. Mais les futurs électeurs s’en fichent comme de leur première indemnité chômage. Ils veulent du concret, du consistant, du qui se met dans l’assiette (au beurre ?). « G8 ? J’ai pas grand-chose dans le frigo, oui ! »

A Deauville, cité maritime s’il en est, galérer fait partie de l’ordre des choses. Et Le Plouc a souqué ferme, car l’organisation de ce G8 par l’Elysée se révèle à la fois tatillonne et brouillonne. Le Plouc et sa Plouquette avaient trouvé une chambre dans la campagne, non loin de Deauville. Arrivés sur place, ils ont appris que toutes les chambres avaient été louées à la police. Qu’à cela ne tienne, Le Plouc, avec l’aide d’un officiel local, déniche une chambre chez un particulier à Deauville. Mais comment s’y rendre ? La ville est complètement bouclée par l’armée et la police. Pour y pénétrer ne serait-ce que d’un orteil, il faut un badge distribué à Trouville. Dûment accrédité, Le Plouc reçoit son badge. Mais La Plouquette n’en possède pas, elle. Dès lors, Le Plouc peut dormir à Deauville mais pas sa moitié. Impossible de se partager. Dieu merci, un formidable couple de Trouville, M. et Mme Vardon, nous offre le gîte. Il s’était inscrit pour ce faire au centre d’accréditation. Le Plouc et La Plouquette ne passeront donc pas la nuit dans leur voiture de location. Ouf !

Mais pour gagner – le mot n’est pas trop fort - le centre de presse installé à l’hippodrome de Deauville, quel trajet ! Des bus effectuent bien la navette entre Trouville et la cité interdite de Deauville, mais ils sont soumis parfois à d’étranges caprices policiers. Mercredi soir, les agents arrêtent ce minibus, pourtant officiel, dans lequel Le Plouc était parvenu à prendre place. Et lui interdisent d’aller plus loin. Pourquoi ? Parce que ! Seul renseignement, ce blocage va durer deux heures. « Il y a des personnalités qui vont passer. Obligé d’assurer leur sécurité. Désolé », ajoute un officier.

Stupeur dans le minibus. Le Plouc risque cette question à la casquette galonnée : « On peut quand même déambuler à pieds ? » « Ah oui, pas de problème », répond la casquette. Tout le monde sort et se rend à pieds jusqu’à Trouville. Apparemment, nous étions dangereux en bus et inoffensifs à pied. C’est ce qu’on appelle la « logique sécuritaire ».

Pendant ce temps, le grand spectacle commence. La marche du Plouc continue. Celle du monde aussi.

Jean-Noël Cuénod

15:40 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

23/05/2011

Le PS doit lâcher Strauss-Kahn maintenant VERSION ACTUALISEE

Triste réalité: Marine Le Pen est la première dirigeante politique française à montrer un peu de compassion envers la victime — une femme de chambre guinéenne — de l’affaire Strauss-Kahn. A droite comme à gauche, à part le député UMP Bernard Debré, les autres responsables se sont cachés derrière le principe de la présomption d’innocence lors de leurs prises de position. Un principe qui, en France, semble extensible à l’infini lorsqu’il profite aux puissants mais se rétrécit comme peau de chagrin pour les anonymes de la Correctionnelle.

Or, la présomption d’innocence concerne avant tout le domaine judiciaire. Une inculpation ne vaut pas condamnation en justice. Mais si un dirigeant se voit ainsi suspecté, le parti auquel il appartient doit en tirer aussitôt les conclusions qui s’imposent. Et couper les ponts avec celui qui, désormais, ne peut plus assurer le bien commun puisqu’il consacre toute son énergie à se défendre en justice. Dès lors, en apportant au «camarade» Strauss-Kahn son soutien actif, le Parti socialiste français se tire non seulement une balle dans le pied mais rend aussi un très mauvais service à son pays, en offrant un boulevard au Front national pour l’élection présidentielle de 2012.

Etant mis en accusation, DSK va désormais se défendre selon les armes, nombreuses, que lui offre la justice américaine. Ses avocats s’attaqueront à la plaignante, en fouillant dans son passé, traquant son intimité, soulignant ses défauts dans le but de lui enlever toute crédibilité. La violence subie par Strauss-Kahn de la part de l’accusation, elle l’éprouvera à son tour. On imagine le tableau: une meute d’avocats richement payés par un milliardaire socialiste s’attaque à une travailleuse noire. Pour le PS, quelle image! Pour le Front national, quel cadeau! Les socialistes français doivent donc lâcher DSK. Pas demain. Maintenant.


Jean-Noël Cuénod

(Ce texte est paru en éditorial dans la Tribune de Genève et en commentaire dans 24 Heures de samedi 21 mai 2011)

ACTUALISATION. A propos de l'affaire Strauss-Kahn, Le Plouc a causé dans le poste, dimanche 22 mai 2011, sur les ondes de France-Info, lors de l'émission de Marie-Christine Vallet, "Micro-Européen". Son partenaire de ping-pong était David Gauthier-Villars, correspondant à Paris du Wall Street Journal. En cliquant sur ce lien, vous accéderez à l'émission.

 

11:25 | Lien permanent | Commentaires (42) | |  Facebook | | |

19/05/2011

Les médias ont-ils protégé Dominique Strauss-Kahn?

Après la sidération, la flagellation. L’arrestation de Dominique Strauss-Kahn traumatise la France au-delà de ce que l’on pouvait imaginer. C’est plus qu’un futur président de la République qui est tombé. C’est aussi une façon de concevoir les rapports politiques et même humains qui s’est déchirée. Au pays de la gauloiserie, les turpitudes galantes des dirigeants provoquaient l’admiration plus que la réprobation. A part de Gaulle — figure marmoréenne du Père de la Nation— tous les maîtres de l’Elysée et de ses boudoirs ont reçu leur lot de murmures égrillards. A la puissance politique, répondait la puissance sexuelle. Vieux souvenir d’une monarchie absolue et dissolue.

Mais le marivaudage est une chose. L’agression en est une autre, fort différente. Après Feydeau, James Ellroy. Dès lors, une polémique a éclaté en France sur le rôle des médias qui n’auraient pas voulu dessiner la frontière entre la drague adultère et la prédation sexuelle. «Tout le monde savait» titre à la «une» France-Soir d’hier, en évoquant l’attitude, disons offensive, de Strauss-Kahn dès que fleurissait un jupon sur son champ de... vision.

 Dans une tribune publiée mardi par Le Monde, le journaliste Christophe Deloire évoque le livre qu’il a écrit en 2006 avec son confrère Christophe Dubois. Son titre est éloquent: Sexus politicus (Albin Michel). Un chapitre était consacré à DSK et à son comportement «hors norme» à l’égard des femmes. «Les scènes racontées ne relevaient pas que de la séduction de salon», souligne Deloire qui accuse ses confrères: «Les médias, quoique disert sur l’ensemble du livre, se sont montrés plus que discrets sur les informations concernant Dominique Strauss-Kahn». Prenant à son tour le fouet confraternel, un autre journaliste, Jean Quatremer, rappelle qu’en 2007 dans son blogue, il avait tenté, en vain d’attirer l’attention sur les risques qu’il y avait à propulser DSK à la tête du FMI.

Le Canard Enchaîné paru hier prend le contre-pied et n’entend pas se faire fouetter: «DSK courait les jupons et les boîtes échangistes. La belle affaire! C’est sa vie privée et elle n’en fait pas un violeur en puissance (...) Pour le «Canard», l’information s’arrête toujours à la porte de la chambre à coucher».

Malheureusement, la chambre à coucher tend aujourd’hui à envahir tout l’espace de notre maison commune. Pédomanie au sein des églises, frasques des gouvernants, la sexualité devient une sorte de passage obligé de l’actualité. Comme si le vernis des idéologies ayant éclaté, surgissait à la surface politique cette force éternelle que la société était parvenue à canaliser dans le combat entre opinions partisanes.

 Les médias devront désormais faire avec cette tendance lourde. Tout en ne perdant jamais de vue la dignité humaine qui en subit un méchant coup. L’équilibre est encore à trouver. Il sera, de toute façon, fragile.


Jean-Noël Cuénod

(Ce texte est paru jeudi 19 mai 2011 en rubrique "Perspective" de la Tribune de Genève et en rubrique "Réflexion" de 24 Heures)


Si vous désirez prolonger ce débat en voici un qui met aux prises des journalistes français dont l'excellent spécialiste des médias Daniel Schneidermann

09:50 | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : dsk, sexualité, politique, vidéo | |  Facebook | | |

17/05/2011

Dominique Strauss-Kahn accusé d'agression sexuelle: à qui profite le scandale? VERSION ACTUALISEE

Dans l'avant-dernier texte de son blogue, Le Plouc évoquait la Porsche grand style qui transportait Dominique Strauss-Kahn. Il avait un peu vite écrit: "Pour DSK, il eût mieux valu qu’il fût surpris le pantalon sur les chevilles – une situation qu’il connaît assez bien et qui, finalement, ne lui a pas porté préjudice". Erreur, une nouvelle affaire de sexe risque fort, cette fois-ci, de le tuer politiquement. Il est accusé par la justice new-yorkaise d'agression sexuelle, ce que le directeur français du Fonds monétaire international (FMI) conteste (voir la vidéo).

Est-il tombé dans un piège? Sera-t-il finalement innocenté? Peu importe. Il doit désormais se défendre et n'aura plus le temps, ni l'énergie pour se présenter à l'élection présidentielle. Son image "bling-bling" en faisait, de toute façon, un candidat fragile. L'amour du luxe insupporte les Français. C'est nouveau, certes. Mais ce sentiment va fortissimo.

Alors, à qui profite le scandale DSK?

Nicolas Sarkozy voit son principal adversaire être éliminé. Mais, pour autant, il ne roule pas sur un boulevard, avec ou sans Porsche. Tout d’abord, c’est lui qui a fait nommer DSK à la tête du FMI. L’actuel président porte donc sa part de responsabilité dans cette humiliation que subit la France sur la scène internationale. Ensuite, nombre d’électeurs vont ranger Sarkozy et ses amis du Fouquet’s dans la même catégorie des politiciens «bling-bling» dont Strauss-Kahn était l’une des plus rutilantes figures.

Martine Aubry avait déclaré que si DSK ne se présentait pas à l’investiture du Parti socialiste pour la présidentielle, elle se porterait candidate. Fera-t-elle le pas? Seule son aversion pour François Hollande pourrait l’y pousser. Car la première secrétaire du PS doit maintenant se mobiliser à fond pour préserver son parti qui, une fois de plus, est secoué de toutes parts. Cette rude mission semble difficilement compatible avec une épuisante campagne électorale.


Prétendant déclaré à la primaire du PS, François Hollande paraît l’un des principaux bénéficiaires. Sa cote dans les sondages ne cesse de grimper. Désormais, il devient la meilleure chance socialiste pour remporter l’élection de 2012. Habilement, Hollande a récemment déclaré: "Il faut que le Parti socialiste présente un candidat normal". Sous-entendu, "ma bonne pomme, avec mon scooter, ma présidence de la Corrèze, mon allure de type sympa et malin, je suis vachement normal". Il sait que la plupart des Français commencent à en avoir ras le béret de tous ces supermen de la politique, ces êtres extra-ordinaires, ces hommes providentiels et providentiellement inefficaces.

 Les premiers sondages enregistrés après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn démontrent que François Hollande est soutenu par 49% des sympathisants socialistes interrogés (sondage Harris International) et dépasse largement Martine Aubry (23%) et Ségolène Royal (10%). 

Mais la haine de Martine Aubry envers François Hollande pourrait profiter à Laurent Fabius qui dispose d'une longue expérience gouvernementale, contrairement au président de la Corrèze qui n'a jamais décroché le moindre ministère.L'ancien premier ministre socialiste avait conclu un "pacte à trois" avec DSK et Martine Aubry aux termes duquel aucun d'entre eux ne se ferait concurrence lors de la primaire du PS. Ce acte lie toujours Martine Aubry et Fabius. Or, ce dernier voue la même animosité envers Hollande que la première secrétaire du PS. Pourquoi cette phobie? Durant les dix ans que François Hollande a passés à la tête du Parti socialiste, il a eu le temps de se créer bien des ennemis dans cette formation où grouillent les egos surdimensionnés. D'autant plus qu'il a roulé plus d'un "éléphant" dans la farine, grâce à son talent de manoeuvrier. Et ça laisse des traces dans les mémoires! Dès lors, Martine Aubry, si elle ne se porte pas elle-même candidate, pourrait bien pousser Fabius sur la route de François Hollande. Fabius qui a publiquement déclaré à propos de son "camarade" Hollande devant les étudiants de Sciences-Po de Bordeaux: "Franchement, vous l'imaginez président de la République? On rêve!"

Le radical Jean-Louis Borloo peut lui aussi tirer les marrons du feu. Une partie des électeurs modérés de DSK se reportera sans doute sur sa candidature à la présidentielle. Si le centriste dispose, lui aussi, d'une jolie surface financière et d'un plantureux carnet d'adresses, il sait la jouer modeste en peaufinant son apparence de type avec lequel on descenderait volontiers le petit beaujolpif du patron sur un coin de comptoir.


Enfin, Marine Le Pen est, une nouvelle fois, la grande gagnante. Elle trouvera encore plus d’oreilles pour écouter son discours «tous pourris, sauf moi». Devant la prudence affichée par les sarkozystes dans l'affaire DSK - ils mettent systématiquement en avant la présomption d'innocence, comme les socialistes -  elle n'hésite pas à dénoncer la «collusion UMPS».

 

Jean-Noël Cuénod

 

Voir le Dossier consacré à l'affaire Strauss-Kahn

15:02 | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : dsk, justice, sexe, politique, ps, vidéo | |  Facebook | | |

14/05/2011

Le témoin inconnu de l’affaire Bettencourt

L’affaire Bettencourt s’est fondue dans le chaudron des médias, remplacée par d’autres turpitudes outre-Jura. Mais elle continue à faire le bonheur du théâtre, de l’édition et même du cinéma. Deux projets cinématographiques s’inspirent de cette saga du fric et de la frime. L’un conçu par Edouard Baer qui aimerait confier le rôle de Liliane Bettencourt à... Jean Rochefort (voir ci-dessous la vidéo d'Europe 1) — on se réjouit d’assister à pareille fête — et l’autre concocté par le producteur Thomas Langmann, avec Jeanne Moreau— elle le vaudrait bien — pour incarner l’héritière de L’Oréal.

Ces projets prendront-ils vie sur le grand écran? En tout cas, la pièce de Laurent Ruquier, Parce que je la vole bien, fait d’ores et déjà courir Paris au Théâtre Saint-Georges. De même, le dessinateur Riss, directeur de Charlie Hebdo, et le journaliste Laurent Léger ont publié aux Editions Les Echappés un album de bande dessinée intitulé Tout le monde aime Liliane. Quant aux livres à elle consacrés, la pyramide qu’ils forment découragerait le plus papivore des lecteurs.

Dans cette catégorie, l’un des meilleurs bouquins vient de sortir des presses de Robert Laffont. Son titre: Un milliard de secrets. Son auteur: Marie-France Etchegoin, rédactrice en chef au Nouvel Observateur. Son propos n’est pas de décortiquer les mécanismes politico-financiers et les relations entre L’Oréal et Nestlé — ce livre reste à écrire — mais de mettre en scène le huis clos qui s’est déroulé dans l’hôtel particulier des Bettencourt, rue Delabordère à Neuilly qui est à Paris ce que Cologny et Pully sont à Genève et Lausanne. En un poil moins chic tout de même.

Marie-France Etchegoin accorde une grande place aux rôles tenus par le père de Liliane Bettencourt, Eugène Schueller, dans le financement de partis fascistes français et par le mari de l’héritière, le ministre André Bettencourt, auteur d’articles antisémites dans la presse collaborationniste avant de rejoindre la Résistance.

Parmi les nombreux personnages croqués dans Un milliard de secrets, un témoin jusqu’alors ignoré déboule sur la scène avec ses petites pattes: Thomas, le teckel à poil dur de Liliane Bettencourt qui mange dans une gamelle ciselée des repas bio servis par un majordome, dispose d’un garde du corps (à deux pattes) et même d’une rampe d’accès au lit de sa maîtresse. Mais au-delà du ridicule de la situation, cette importance de Thomas — qui, lui au moins, n’a rien d’un imposteur contrairement au héros de Jean Cocteau — traduit bien notre époque. Le teckel est sans doute le seul être vivant auprès de la milliardaire à ne pas être «tenu par les liens du commerce et de l’argent». La fortune Bettencourt est telle que tous ceux qui en jouissent et en souffrent ne peuvent entretenir de rapports sains avec leur entourage, même familial.

 Dans ce désert affectif, l’héritière Bettencourt rejoint les SDF dont les chiens sont les seuls à ne pas leur en vouloir d’être pauvres.


Jean-Noël Cuénod

(Texte par en rubrique "Perspective" de la Tribune de Genève et en rubrique "Réflexion" de 24 Heures jeudi 12 mai 2011)


"Nous voulons faire un film polémique" par Europe1fr

09:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bettencourt, teckel, chien, affaire, vidéo | |  Facebook | | |

11/05/2011

Dominique Strauss-Kahn ou la Porsche tranquille

Voilà une pompe à feu qui n’a rien d’un tracteur de Plouc (quoique...), à savoir la Porsche dans laquelle Dominique Strauss-Kahn a installé son imposante carrosserie. C’est le grand beuze du mois qui mouline sur les réseaux internets. Pour nos amis qui viennent de la galaxie du Centaure et ne connaîtraient pas cette histoire, en voici le résumé. Jeudi 28 avril, un photographe pigeant pour l’Agence France Presse a saisi au vol DSK en train d’entrer dans une guimbarde de grand luxe, une Porsche Panamera S, babiole à roulettes qui coûte, selon les options, de 96 000 à 136 000 euros, soit entre 121 000 et 172 000 dollars carougeois.

Les communicants de l’UMP se font alors un plaisir de la distribuer sur tous les sites où elles tournent à la vitesse d’un Derviche dopé. Gros gros succès ! Le directeur général du FMI et futur candidat à l’Elysée voit ainsi confirmée, illustrée, mythifiée, son appartenance à l’inaccessible sphère de la fortunitude comme brûle de le dire sa Royal rivale. Pour Strauss-Kahn, il eût mieux valu qu’il fût surpris le pantalon sur les chevilles – une situation qu’il connaît assez bien et qui, finalement, ne lui a pas porté préjudice.

Le Parti socialiste monte au créneau pour défendre le camarade Superfinancier en précisant à gros traits roses : DSK n’est pas le propriétaire de la Porsche. C’est celle d’un copain. Au lieu d’éteindre l’incendie, le PS jette de l’huile sur le brasier. Et c’est qui le copain, Mmmh ? Ben euh, c’est M’sieur Ramzi Khiroun. Et c’est qui M’sieur Ramzi Khiroun ? Hum, hum, c’est… euh, et bien voilà, c’est le porte-parole du groupe Lagardère et conseiller en communication du camarade Strauss-Kahn. Ah, ah, donc DSK a pour communicant celui de l’un des plus puissants groupes capitalistes… C’est le socialisme à visage boursier, ça !

Alors que le parti sarkozyste prend eau de toutes parts, un autre porte-parole, celui de l’UMP François Baroin, s’accroche aussitôt à cette Panamera S comme un naufragé à sa bouée. Il trouve cette jolie formule (voir la vidéo) : « DSK, c’est la Porsche tranquille ! ». Il fait ainsi d’une pierre deux coups : il raille l’adversaire majeur de Sarkozy et se moque de la célébration du  10 mai qui marque l’anniversaire de l’arrivée à l’Elysée de François Mitterrand. En effet, le seul président socialiste de la Vème République avait choisi pour victorieux slogan : « La Force tranquille ».

Piquante tournure certes, mais peu efficace en fin de compte. Les sarkophobes de la Toile n’ont pas manqué d’aligner les belles voitures sur la banquette desquelles les dignitaires de la Sarkozie aiment à déposer leur fessier emballé dans la soie. Sans oublier, la fameuse soirée présidentielle du Fouquet’s au cours de laquelle, Nicolas Sarkozy a dit tout l’amour qu’il portait à la cause des riches.

Les candidats à la présidentielle de 2012 ne devraient jamais oublier d’enfiler leur costume de pauvre.

Jean-Noël Cuénod


 

10:58 | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : dsk, porsche, baroin, vidéo, ps, ump | |  Facebook | | |

09/05/2011

François Mitterrand atteint son âge d’oraison

Le 10   mai 1981, la France de droite courait ventre à terre vers les coffres-forts suisses, persuadée que les chars soviétiques allaient défiler sur les Champs-Elysées. Celle de gauche célébrait la victoire de la Lumière sur les ténèbres et rêvait de conquérir de nouvelles Bastilles.

Aujourd’hui, nous avons peine à imaginer l’ampleur prise par l’élection du socialiste François Mitterrand à la présidence française. La pluie du temps a délavé le drapeau rouge. A la ferveur a succédé la rigueur. Comme l’a écrit Maïakovski dans son ultime poème: «La barque de l’amour s’est brisée contre la vie courante. »

Pourtant, trente ans après, «Tonton» Mitterrand semble atteindre son âge d’oraison, tant la nostalgie qu’il suscite demeure largement partagée en France, y compris par ses anciens adversaires et ceux qui sont trop jeunes pour avoir vécu sous son règne. Les causes de cette «Tonton mania» sont nombreuses, à commencer par la comparaison entre le Sphinx Mitterrand et le frénétique Sarkozy, entre un président sédatif et un chef d’Etat anxiogène.

Une autre raison a trait sans doute aux bouleversements induits par la globalisation des échanges économiques et la redistribution des influences géopolitiques au détriment de l’Europe et, tout particulièrement, de la France. Dans le film de Robert GuédiguianLe promeneur du Champ-de-Mars, François Mitterrand, incarné par le génial Michel Bouquet, affirme au soir de sa vie: «Je suis le dernier des grands présidents. Après moi, il n’y aura plus que des comptables. »

En effet, ses successeurs ont perdu la plupart de leurs prérogatives et de leur prestige après l’abandon de la monnaie nationale, le décrochement vis-à-vis de l’économie allemande et le retour dans le commandement militaire de l’OTAN. En versant une larme en souvenir de Mitterrand, les Français pleurent aussi sur leur gloire passée.

(Texte paru en éditorial de 24 Heures de lundi 9 mai 2011)

 

 Vidéo: annonce de la victoire de Mitterrand dimanche 10 mai 1981

 

09:04 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mitterrand, 10 mai 1981, vidéo | |  Facebook | | |

05/05/2011

Ben Laden exécuté, justice est-elle faite?

En annonçant la mort d’Oussama Ben Laden, le président Barack Obama a lâché ce commentaire qui, désormais, restera dans l’Histoire: «Justice est faite». Alors, justice est-elle vraiment faite ? Non, car cette opération militaire qui s’est terminée par la liquidation du fondateur d’Al-qaida constitue un acte de guerre, légitime certes, mais en aucun d’un acte de justice. Que l’on ne se méprenne point.

Nous n’allons pas ajouter une seule larme à l’océan qui a englouti le corps de ce terroriste. Mais les mots ont un sens et celui de «justice» est des plus malvenus en l’occurrence. En multipliant les attentats depuis vingt ans et, surtout, en organisant le massacre des «Twin Towers», Oussama Ben Laden a franchi un palier de plus dans le terrorisme. C’est bien un acte de guerre qu’il a commis le 11 septembre 2001. L’intégriste a été tué autant par la mécanique qu’il a enclenchée de sa propre volonté que par les soldats américains. Le fou d’Allah a récolté la mort qu’il a semée.
Les Etats-Unis ont agi en position de légitime défense, mais celle-ci n’est pas synonyme de justice. La justice la reconnaît pour un état qui rend excusable un acte qui, hors de ce contexte, ne le serait pas. Mais la légitime défense n’est pas un auxiliaire de la justice. Cette dernière obéit à des règles et à des procédures, mène des débats qui aboutissent à une prise de décision dont la plupart peuvent être contestées par une instance supérieure. Cette construction complexe ne saurait être érigée en terrain guerrier.

Aurait-il fallu capturer Ben Laden pour le juger en bonne et due forme? Tout d’abord, le tueur intégriste n’avait, selon toute vraisemblance, nulle intention de se rendre. Il est difficile de l’imaginer se faisant menotter pendant qu’un flic-soldat lui lit ses droits en vertu de l’arrêt Miranda. Ensuite, un procès de ce genre n’aurait pas apporté grand-chose, sinon une tribune au chef d’Al-quaida. Avec pour conséquence possible, d’offrir un regain d’énergie à une organisation terroriste à bout de souffle, de la replacer pour un bon moment dans l’actualité alors qu’elle se trouve actuellement ringardisée par les révolutions arabes démocratiques.

Sa mort n’est donc pas la plus mauvaise solution, même si le fait d’avoir immergé son cadavre sans l’exposer suscite de nombreux commentaires dubitatifs sur la réalité de ce trépas. Ce corps qui n’est plus visible alimente d’ores et déjà l’usine à fantasmes des théoriciens du complot et le fantôme d’Oussama Ben Laden hantera la Toile pendant de nombreuses années.

En parlant de «justice» à propos d’une opération militaire qui lui est étrangère, le président Obama ajoute à cette confusion sémantique qui ne cesse de polluer le discours politique.

D’aucuns diront que c’est jouer avec les mots, que peu importe le terme, l’essentiel est que ce terroriste majuscule débarrasse enfin le globe de sa sanglante présence. C’est oublier que les mots ne sont pas innocents. Que le président assume cette guerre contre le terrorisme qu’il a été contraint de mener. Mais qu’il n’en fasse pas une œuvre de justice. Lorsque celle-ci se marie avec le canon, c’est plus souvent pour le pire, l’une servant de masque à l’autre.

Jean-Noël Cuénod

La Maison-Blanche refuse de montrer la photo de Ben Laden mort, non sans en avoir débattu (vidéo tirée de France 24)

08:12 | Lien permanent | Commentaires (44) | Tags : vidéo, ben laden, obama | |  Facebook | | |

02/05/2011

La vraie mort d’Oussama Ben Laden

Oussama Ben Laden fait partie de ces rares criminels de l’Histoire dont l’annonce du trépas est saluée. Il a vécu par l’épée. Et c’est par l’épée qu’il a péri. Mais la vraie mort du chef d’Al Qaïda n’est pas le fait d’une section hyperprofessionnelle de l’armée armée des Etats-Unis. Ce sont les révolutions arabes qui ont porté un coup fatal à son programme de haine régressive. Les peuples en colère du Maghreb et du Proche-Orient n’ont pas appelé à la destruction d’Israël, du Grand Satan américain et des Petits Satan français et britanniques, ni hurlé des slogans intégristes. Ils se sont soulevés pour établir, non pas un califat rétrograde, mais la démocratie et l’Etat de droit, toutes notions défendues par l’Occident.

Certes, ce qui reste d’Al Qaïda frappera encore ici ou là, notamment au Maghreb, comme l’attentat de Marrakech l’a démontré. Raison de plus pour les Occidentaux de ne pas réitérer les erreurs de jadis. Qu’elles soutiennent politiquement et économiquement les jeunes démocraties arabes. Si nous ratons ce train-là, alors des clones de Ben Laden risquent fort de ressurgir.

La vidéo de l'annonce par le président Obama de la mort d'Oussama Ben Laden

07:31 | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : mort, ben laden, obama, video, révolutions arabes | |  Facebook | | |

Laurent Blanc et les « quotas » dans le foot français :

Une tornade médiatique souffle sur le football français et prend tournure politique. A peine le site d’information Médiapart avait-il dénoncé des quotas pour limiter la présence de jeunes africains et maghrébins dans les centres de formation, que le ministère des Sports et la Fédération française de foot ont suspendu le directeur technique national de la FFF, avec effet immédiat.

 Or, les éléments qui sont actuellement portés à la connaissance du public méritent un examen plus circonspect que cette décision plus révélatrice de l’affolement que de la réflexion. Il est excessif de parler de «racisme» à propos d’un débat sur la double nationalité de certains jeunes talents du football français.

Maintes fédérations nationales forment, en effet, des «espoirs» qui, plus tard, pourraient jouer dans la sélection d’un autre pays, en raison equipesuisseM17.jpgd’une réforme contestable de l’article 18 du règlement d’application des statuts de la FIFA (Fédération internationale de football). La Suisse est particulièrement concernée, puisque notre équipe championne du monde des moins de 17 ans (photo) comptait treize doubles nationaux sur vingt-et-un sélectionnés. Il est légitime de craindre les voir un jour marquer des buts contre l’équipe suisse A, sans pour autant se montrer raciste ou xénophobe.

 De même, l’entraîneur français Laurent Blanc n’est pas forcément un adepte de l’extrême-droite s’il désire former moins de joueurs à l’impressionnant gabarit. Après tout, l’Afrique n’a pas le monopole des «armoires normandes»!

Dans cette affaire, on crie «au loup» xénophobe sans savoir vraiment de quoi il retourne. A force de brandir l’épouvantail du racisme à propos de n’importe quoi, on banalise cette lèpre de l’âme, on prend le risque d’occulter ainsi de véritables actes de discrimination, on fait le lit dans lequel les Le Pen et Blocher vont se vautrer.

(Editorial paru lundi 2 mai 2011 dans la Tribune de Genève et 24 Heures)

06:58 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |