24/02/2011

La Libye, la Suisse et la sarkodiplomatie

Kadhafi.JPG
L’Histoire ne se répète jamais, elle bégaye parfois et ricane souvent. Il y a quelques mois à peine, l’Hirsute des Sables tonitruait à l’ONU pour réclamer le dépeçage de la Suisse entre la France, l’Italie et l’Allemagne. Aujourd’hui, c’est son pouvoir qui part en lambeaux. L’Est de la Libye est tombé aux mains des insurgés, l’Ouest est en train de suivre, l’étau se resserre sur Tripoli. L’Infâme aura au moins respecté une promesse, celle de faire couler le sang. Un médecin français évalue les massacres du Kadhafou à 2000 morts.
Et dire que le fils Kadhafi s’est plaint des brutalités de la police genevoise, lors de son arrestation pour avoir, avec sa femme, maltraité ses domestiques ! Ceux qui avaient alors voué aux gémonies la justice genevoise, lui reprochant son manque de diplomatie à l’égard de  l’honorable rejeton du respectable dirigeant libyen, ont l’air fin maintenant. Quant à l’ex-président de la Confédération Merz, il n’a pas fini de remonter son pantalon, après les humiliantes – et contre-productrices – excuses qu’il avait prodiguées pour tenter, en vain, de libérer l’otage suisse que Kadhadingue avait jeté dans ses geôles.
 
Et Kouchner, le ci-devant ministre des affaires qui lui sont restées définitivement étrangères, à quoi ressemble-t-il maintenant ? Certes,  Sarkozy est parvenu à dénicher presque pire que lui à la tête de ce qui n’est plus la diplomatie française. Mais il ne faudrait pas oublier que le porteur de riz du quai d’Orsay avait  placé la Libye et la Suisse sur le même pied et poussé l’insulte en accusant notre pays de prendre Tripoli en otage. Un comble de stupidité, le seul otage dans cette affaire étant Suisse et embastillé en Libye !
Les responsables au pouvoir, en Italie et en France notamment, qui n’ont cessé de caresser l’Hirsute des Sables dans le sens de la crinière feraient bien d’examiner leurs mains. Il est malaisé d’en détacher les taches de sang.
Jean-Noël Cuénod

17:22 | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : libye, suisse, france, kouchner, diplomatie, kadhafi | |  Facebook | | |

19/02/2011

OUROBOROS

ouroboros_col.jpgOUROBOROS

 

 


Guide-moi vers cette contrée où seul
Règne le Grand Serpent qui déroule
Ses anneaux de velours mortifère
Gardien sans partage du diamant
Aux frémissantes veines de venin

En se mordant la queue il emporte
La vie et la fixe dans le cycle
Unique contre-poison : ton amour

Jean-Noël Cuénod

18:25 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : poésie, ésotérisme, amour, symbolisme | |  Facebook | | |

16/02/2011

La «Sarkophobie» dans les grands corps de l'Etat

Quel serait l’avenir du directeur général d’une entreprise, si à force de décisions hasardeuses, de discours à l’emporte-pièces, de hargne systématique, il avait provoqué le ressentiment et l’opposition de ses cadres supérieurs? Nul doute que le conseil d’administration lui offrirait un joli parachute doré avant de le balancer dans la nature.

Le président français se trouve aujourd’hui dans une situation semblable, même s’il est assuré de rester à l’Elysée, au moins jusqu’en 2012. En quatre ans de présidence, Nicolas Sarkozy a créé à la tête des administrations de l’Etat une ambiance délétère. Le récent mouvement de protestation des juges et procureurs  n’est qu’un symptôme aigu d’un malaise plus étendu.

Les juges

L’un après l’autre, le président Sarkozy a fustigé les grands commis de l’Etat. Les juges et procureurs ont été particulièrement vilipendés et ce,petitspois.jpg dès le début de sa présidence. Ils les trouvaient sortis du même moule universitaire et se ressemblant tous «comme des petits pois» (photo: un tribunal vu de l'Elysée). Il est vrai que pour devenir magistrat, il faut suivre les mêmes études de droit que ses futurs collègues. Il est assez difficile d’instruire un dossier judiciaire avec un brevet de charpentier ou un diplôme d’ingénieur.

Les préfets

Nicolas Sarkozy s’est ensuite attaqué au corps préfectoral. A la suite d’une manif qui s’était déroulée dans le calme mais au cours de laquelle le nom de Sarkozy avait été hué à proximité des oreilles présidentielles, le préfet de la Manche a été aussitôt viré. Son collègue du Var a été lui aussi muté, sans doute à la suite d’une sombre affaire d’égout qui concernait la belle-famille du président. Enfin, le préfet de l’Isère a été spectaculairement limogé après les événements violents qui se sont produits à Grenoble en juillet dernier. Ce haut-fonctionnaire était très apprécié mais Sarkozy a pris le premier coupable à disposition. Bras armés du gouvernement, les préfets sont condamnés au mutisme. Toutefois, leurs murmures sarkophobes n’en bruissent pas moins dans les rédactions.

Les diplomates

Les diplomates n’ont pas échappé à la distribution de gifles présidentielles, notamment à propos de la révolution tunisienne. Mais l’un d’entre eux, Yves Aubin de la Messuzière, s’est rebiffé en publiant une tribune libre dans «Libération». Il y révélait que le gouvernement était parfaitement informé «des dérives du système Ben Ali». Encore eût-il fallu lire les dépêches des diplomates.


Le PS, atout de Sarkozy

En dénigrant ceux qui le servent, Nicolas Sarkozy table sur le ressentiment populaire vis-à-vis des élites. Cette tactique s’est révélée payante en 2007. Mais il est douteux qu’elle porte autant de fruits en 2012. A force de taper sur les grands commis, il risque d’inciter le peuple à viser celui qui en est le chef.
Mais Sarkozy détient encore un atout, le Parti socialiste qui, par ses guérillas internes, est en train de lui asphalter un boulevard vers sa réélection.

 

Jean-Noël Cuénod

10:06 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

13/02/2011

Un devoir pour tous les démocrates : arroser la révolution en Tunisie

Comme le « Printemps des peuples européens » en 1848, le « Printemps des peuples arabes » réussira pleinement là, échouera ici, marquera un progrès dans un autre pays, avortera dans un autre. En 1847-48, seule la Suisse était parvenue à créer des institutions démocratiques durables. Après quatre ans de République, la France avait sombré dans le Second Empire et a dû attendre 18 ans pour retomber dans les bras de Marianne. Mais dans toutes les nations, le ferment de la liberté avait été introduit. Sa germination fut parfois très lente.

Actuellement, le peuple égyptien s’est débarrassé de Moubarak. Mais l’armée reste solidement au pouvoir. Compte tenu de l’importance stratégique de l’Egypte, on voit mal comment il pourrait en aller autrement. Il est à espérer que la puissance militaire fera progresser les institutions démocratiques et endiguera l’intégrisme. C’est le scénario de type turc. Mais il y a aussi un scénario de type Moubarak II, à savoir que les affaires retournant au calme, l’armée au pouvoir sombre une fois de plus dans le clanisme cleptocratique.

Il faut espérer, bien sûr, qu’une démocratie solide s’implante en Egypte. Mais les conditions pour parvenir à cet objectif ne paraissent pas encore réunies. Une démocratie à l’ombre des chars d’assaut reste forcément limitée.

La Tunisie, en revanche, semble mieux partie pour devenir le premier pays arabe authentiquement démocratique. Avec sa classe moyenne forte et homogène, son taux d’alphabétisation élevé, la Tunisie dispose aussi d’un atout de taille : elle ne constitue pas un enjeu stratégique majeur contrairement à l’Egypte. Les Etats-Unis lui ficheront la paix.

Il faut donc soutenir activement le pays dans lequel la démocratie et l’Etat de droit ont le plus de chance de se développer de façon pérenne, à savoir la Tunisie. Elle servirait ainsi de pôle de référence pour tout le monde arabe.

 Ce soutien doit se traduire, non en conseils et autres paroles verbales, mais en organisant une sorte de boycott à l’envers en faveur de la Tunisie, c’est-à-dire privilégier cette nation comme lieu de vacances, acheter des vêtements d’origine tunisienne, choisir des denrées de ce pays, bref faire tourner son économie. Nous devons arroser la Révolution tunisienne.

Jean-Noël Cuénod

11:30 | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : révolution du jasmin, tunisie, egypte | |  Facebook | | |

11/02/2011

Le tract des juges de Nanterre contre Sarkozy

Jugeprévostdesprez.jpgPar un temps radieux, Le Plouc s’est enterré dans les sous-sols de Paris pour rejaillir à la surface, telle une vieille taupe, à Nanterre-Préfecture. Direction : le Tribunal correctionnel afin d’y assister au coup d’envoi du procès qu’intentent des victimes du Mediator au fabricant de ce produit, Jacques Servier, patron des laboratoires éponymes.

Première impression de déjà-vu par rapport à l’affaire Bettencourt : même tribunal, même procédure bizarre, la citation directe, et même présidente, la pugnace Isabelle Prévost-Desprez (photo). Cette fois-ci, les coups d’éclat d’audience n’ont pas été provoqués par les avocats mais par la présidente qui, à l’ouverture des débats, a lu le tract que l’Assemblée générale extraordinaire des magistrats de Nanterre venait de concocter pour vouer aux gémonies Nicolas Sarkozy et dénoncer ses mises en cause de la magistrature. Eh oui, un tract pondu à l’issue d’une AG, comme en Mai-68 ! Et non par des étudiants aux cheveux anarchistes et aux blousons maoïstes mais par des magistrats en robe noire et rabat blanc. Si on avait dit ça au Plouc, il y a 43 ans…

Le voici donc in extenso, ce tract, expression de la colère des juges d’un tribunal particulièrement éprouvé par les restrictions budgétaires. Merci au confrère Pierre Rancé, excellent chroniqueur judiciaire d'Europe1, qui nous l'a procuré (les soulignages et la graisse des caractères sont le fait des magistrats rédacteurs)

LES MAGISTRATS, GREFFIERS ET FONCTIONNAIRES DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE NANTERRE, REUNIS EN ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE :

  •  Regrettent que la douleur des proches de Laëtitia Perrais ait donné lieu à une instrumentalisation de la part des plus hautes autorités de l’Etat ;

 

  • S’indignent du fait que ces mêmes autorités stigmatisent les magistrats et fonctionnaires tout en occultant l’état réel des services de justice et la responsabilité du gouvernement qui leur refuse les moyens de fonctionner dignement et accumule les réformes législatives non financées et souvent contradictoires ;

 

  • Rappellent que le Comité européen pour l’évaluation de la justice a, fin 2010, rétrogradé la France du 35ème au 37ème rang sur 47 pays européens pour la part du budget consacrée à la justice ;

 

  • Soulignent qu’à Nanterre, la situation des services d’application des peines est particulièrement tendue où un poste de juge de l’application des peines est vacant et où 1460 mesures ne peuvent être suivies ; que le vice-procureur responsable de la division de l’exécution des peines est partant sans remplacement ; qu’au tribunal pour enfant manquent un poste de magistrat, un poste de greffier et un poste d’agent.

Les magistrats, greffiers et fonctionnaires du Tribunal de grande instance de Nanterre, rappelant leur attachement au principe constitutionnel de l’indépendance de l’autorité judiciaire, n’accepteront pas de servir de boucs émissaires dans le cadre d’une démarche démagogique visant à masquer la réalité d’une situation profondément dégradée, bien connue des acteurs du monde judiciaire comme des pouvoirs publics.


Afin d’alerter l’opinion publique sur la situation de la justice en France dont les justiciables sont les premières victimes, ils s’associent au mouvement national et décident de la poursuite du renvoi des affaires non urgentes.

19:36 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

10/02/2011

Voyages des ministres, la bulle et les bulles

Devenir ministre en France vous introduit dans un monde magique. Vous voilà lové dans la chaleur d’une bulle sur laquelle le quotidien glisse comme une flaque sale sur la vitrine d’une bijouterie. Dans cet univers enchanté, le métro 13 surpeuplé, les rackets à Clichy-sous-Bois, la dernière classe d’un village creusois qui se ferme, les médecins qu’on appelle en vain au fin fond de la Dordogne, les SDF qui grelottent sur le trottoir, les chômeurs qui s’énervent à Pôle Emploi se métamorphosent en quelques lignes d’un rapport que personne n’aurait l’idée de lire.

Pourquoi briserait-on ce charme? Au paradis ministériel, les enfers n’ont point leur place. Les statistiques se révèlent toujours encourageantes et l’action du gouvernement reste positive, quoi qu’il advienne.

Dans cette bulle, le ministre oublie ces deux contingences ennuyeuses: la décence et le bon sens. Se faire inviter par un dictateur durant ses vacances de Noël? Voler au-dessus de la Tunisie en pleine révolution, aux frais d’un ami du tyran, quoi de plus normal? Après tout, le Grand Maître de la Bulle en personne a passé les premiers jours de sa présidence sur le yacht d’un richissime homme d’affaires qui l’avait invité. Sans la moindre arrière-pensée, bien sûr.

L’ennui avec la bulle, c’est qu’elle vous en fait commettre, des bulles. Naguère encore, les Français acceptaient, en râlant, que leurs gouvernants prissent leurs aises. Aujourd’hui, ils éprouvent une furieuse envie de faire crever cette bulle devenue maudite. La crise qui persiste et l’impuissance du pouvoir face à la tourmente de la mondialisation ont changé la grogne en colère.

Qui en récoltera les raisins? Ayant gambadé durant des lustres dans la bulle et se perdant en disputes égolâtres, les socialistes paraissent fort mal placés. S’ils ne redeviennent pas crédibles, le vote en faveur de Marine Le Pen en 2012 s’annonce massif.

(Cet éditorial est paru jeudi 10 février 2011 dans la Tribune de Genève et 24 Heures)

 

Jean-Noël Cuénod

Voici la vidéo filmée par Europe1 et captée par le Télégramme de Brest. On y apprend que la ministre des affaires étrangères passe aux aveux après des jours de dénégations.

 

09:46 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vidéo, gouvernement, fillon, alliot-marie, france | |  Facebook | | |

05/02/2011

Bernard Thomas-Roudeix ou les troublantes merveilles de l’art défiguratif

BernardThomaRoudeixdegout.jpgSi votre TGV vous lâche à Paris, ne ratez pas l’exposition d’un artiste qui va au bout de nos rêves, le peintre sculpteur et céramiste Bernard Thomas-Roudeix. Elle se déroule à Sèvres, tout près de Paris dans un lieu nommé SEL (Sèvres-Espace-Loisirs). Ce qui convient fort bien à Thomas-Roudeix, l’homme et son œuvre n’ayant rien de fade. Elle se terminera le 6 mars.

Il est toujours un peu ridicule – et agaçant pour celui qui en est victime – d’enfermer un artiste dans une catégorie. Figuratif ? Abstrait ? Bernard Thomas-Roudeix n’est ni l’un, ni l’autre. Disons que son art est défiguratif. La figure humaine ou animale est déconstruite pour se reconstruire en révélant l’enfant tapi dans l’ombre de celle ou celui qui regarde la sculpture. (illustration de droite, "Le Dégoût" de Bernard Thomas-Roudeix)

 

Une œuvre de Thomas-Roudeix, c’est la vague de l’inconscient qui laisse sur la plage de la conscience des bribes de trésors dérobés par des pirates, le rêve d’un gosse turbulent façonné par les mains les plus expertes qui soient. Le songe multicolore de l’un de ces sales gamins qui crient en pleine messe de couronnement que le roi est à poils et la reine itou. Thomas-Roudeix est un Mai-68 perpétuel. (illustration ci-dessous, "le Fumeur décomposé" de Bernard Thomas-Roudeix)

La force de cet artiste à l’anarchisme cruel et joyeux réside dans sa parfaite maîtrise technique acquise aux Beaux-Arts à Paris et peaufinée dans la restauration des monuments historiques. Il peut ainsi re-présenter ce qui, en d’autres mains, serait irreprésentable. Quel autre artiste est en mesure, comme lui, de sculpter de la fumée ?

Dans cette ère du « tout se vaut », comme le dit son ami et peintre Philippe Rillon,BernardThomasRoudeixfumeur-decompose.jpg où les kooneries et autres fabritudes nous les brisent menus, Bernard Thomas-Roudeix fait tache. Il rappelle, l’insolent, que l’art et la poésie dérivent tous deux du verbe « faire ». Il y a donc les faiseurs qui ne font que du vent et les poètes qui, en « faisant » vraiment, le sculptent.


Jean-Noël Cuénod

Sites à consulter

La Peau de l’Ours, mouvement d’artistes dont Bernard Thomas-Roudeix est membre:

 http://lapeaudelours.free.fr

Le blogue de Philippe Rillon : http://rillon.blog.lemonde.fr

 Celui de l’artiste : http://thomas-roudeix.com

Le site de l'expo: www.sel-sevres.prg

Pratique

Sèvres-Espace-Loisirs – SEL est situé 47 Grand-Rue à Sèvres dans les Hauts-de-Seine. Horaires – Lundi et mardi : de 14 h. à 21 h. ; mercredi : de 10 h. à 18 h. ; samedi et dimanche : de 16 h. 30 à 21 h. Téléphone : 00 33 1 41 14 32 32. 

13:57 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : art, sculpture, peinture, exposition, paris | |  Facebook | | |

04/02/2011

L’Occident et son irréaliste «realpolitik»

La Révolution du Jasmin, soufflant de Tunisie vers l’Egypte et au-delà, présente quelques traits communs avec le «printemps des peuples» qui a secoué les trônes de notre continent en 1847-1848. Partie de Suisse, cette première révolution véritablement européenne avait gagné ensuite la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie.

 Cet élan commun vers plus de liberté et de justice prenait dans chaque pays des formes différentes et a connu des fortunes diverses : réussite complète en Suisse, succès temporaire en France – la République ayant sombré dans le Second Empire quatre ans plus tard - échec ailleurs. Peut-être en ira-t-il de même de l’actuel soulèvement du monde arabe.

Autre trait commun entre les printemps des peuples arabes et européens, les classes moyennes se sont soulevées car les castes dirigeantes entravaient leur développement, ce qui est d’ailleurs le schéma classique de moult révolutions. Là s’arrêtent les comparaisons entre lieux et siècles fort différents. Mais là commence la remise en cause de l’irréaliste «realpolitik» de l’Occident.

Durant la Guerre froide, chacun des deux camps soutenait «ses» dictateurs. Puis, dès l’effondrement de l’empire soviétique, les Etats-Unis lâchèrent la bride aux Etats latino-américains. Ceux-ci ont alors entamé leur marche vers la démocratie, par différentes voies.

Rien de tel au Proche-Orient. Les Etats-Unis et leurs supplétifs européens ont pris la succession des Soviétiques dans de nombreux Etats arabes, dont le principal, l’Egypte, clé de voûte de tout le Proche-Orient. Khrouchtchev soutenait la dictature nassérienne. Les présidents américains en ont fait de même avec la tyrannie de Moubarak. C’est qu’au spectre rouge, avait succédé l’épouvantail vert de l’islamoterrorisme. En bonne «realpolitik», on ne fait pas les difficiles et les angélistes chichiteux, on se bouche le nez en tenant à bout de bras les potentats sanguinaires et cléptocrates. Pour l’Occident, les Ben Ali et les Moubarak avaient peut-être tous les défauts, mais ils présentaient l’avantage suprême de s’ériger en remparts contre Ben Laden et le terrorisme islamiste.

Beaux remparts en vérité! Cette politique a eu pour principal effet d’associer la démocratie occidentale aux pires dictatures, donnant ainsi l’impression à ces classes moyennes arabes — dont l’Occident allait même jusqu’à nier l’existence— que la liberté leur était confisquée par ceux-là même qui s’en glorifiait.

Au lieu de soutenir les démocrates arabes, l’Occident a choisi de fermer les yeux sur l’oppression dont ils étaient les victimes, de crainte qu’en laissant la fenêtre ouverte à un filet d’air de liberté, la tempête islamiste ne s’engouffre dans la maison arabe, emportant tout sur son passage. Derrière cette «realpolitik» devenue bien irréaliste depuis quelques semaines, il y avait ce préjugé teinté de racisme: «les Arabes ne sont pas faits pour la démocratie». En 1848, les rois et princes disaient la même chose de leurs peuples. On a vu la suite.

 

Jean-Noël Cuénod

VIDEO

Actuellement, la chasse aux journalistes est ouverte au Caire comme en témoigne le correspondant permanent d'Euronews dans la  capitale égyptienne.

10:03 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : egypte, tunisie, révolution du jasmin, monde arabe, vidéo | |  Facebook | | |

01/02/2011

La revanche de la tortue Bernadette sur le lièvre Chirac

Les ennuis judiciaires pleuvent sur un vieux monsieur de 78 ans, Jacques Chirac. Dans ces pénibles circonstances, Bernadette Chirac occupe chiracmetro.jpgdésormais le premier rôle, alors que sa vie durant elle a été tenue dans l’ombre par son mari, lièvre bondissant. Naguère encore, l'impétueux Chirac avait donné à sa femme un surnom à la mesure de son impatience, « la Tortue ». Eh bien, aujourd’hui la Tortue a rattrapé le Lièvre ! Contrairement à son léporidé lagomorphe un peu feignasse sur les bords, Jean de La Fontaine reste indépassable.

 Des rumeurs sur la santé de Chirac s’insinuent-elles dans les colonnes du Journal du Dimanche ? La Tortue sort aussitôt de sa carapace pour organiser la riposte. C’est elle qui mène à chef les plans de bataille médiatique avant le procès de Chirac en Correctionnelle. Et son mari, accablé par les ans et la perte déprimante du pouvoir, la suit avec une passivité toute nouvelle. Lui dit-elle de sortir dans la rue afin de se faire interviewer et montrer ainsi sa bonne mine devant les caméras ? Le lièvre perclus de rhumatisme s’exécute en grimaçant un sourire. Faut-il secouer les amis pour qu’ils se fendent de commentaires élogieux sur la santé chiraquienne ? C’est toujours la Tortue qui se démène.

Jadis, elle s’essoufflait à suivre son mari filant à grandes enjambées vers une journaliste blonde à complimenter, un fessier bovin à flatter, une main électrice à serrer, un pâté fermier à engloutir, un préfet fidèle à décorer, un verre de brouilly à descendre, un ambassadeur oriental à entortiller, un parlement grognon à enfumer. Aujourd’hui, la Tortue tient sa revanche.

Elle a beaucoup agacé – Le Canard Enchaîné lui avait donné comme sobriquet « Chichi Impératrice ». Son côté dame patronnesse agitant sesbernadetteChi.jpg pièces jaunes n’a pas fait oublier les fameux « frais de bouche » du couple Chirac qui ont coûté bonbon à la mairie de Paris. Même si la justice a donné son absolution.

Mais l’image de cette femme restée, vaille que vaille, à côté de son homme et le soutenant dans l’épreuve alors qu’il est affaibli inspire plus que le respect, une certaine affection. La Tortue est devenue Tigresse.


Jean-Noël Cuénod

13:48 | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : chirac, bernadette, rumeurs, santé | |  Facebook | | |