11/02/2011

Le tract des juges de Nanterre contre Sarkozy

Jugeprévostdesprez.jpgPar un temps radieux, Le Plouc s’est enterré dans les sous-sols de Paris pour rejaillir à la surface, telle une vieille taupe, à Nanterre-Préfecture. Direction : le Tribunal correctionnel afin d’y assister au coup d’envoi du procès qu’intentent des victimes du Mediator au fabricant de ce produit, Jacques Servier, patron des laboratoires éponymes.

Première impression de déjà-vu par rapport à l’affaire Bettencourt : même tribunal, même procédure bizarre, la citation directe, et même présidente, la pugnace Isabelle Prévost-Desprez (photo). Cette fois-ci, les coups d’éclat d’audience n’ont pas été provoqués par les avocats mais par la présidente qui, à l’ouverture des débats, a lu le tract que l’Assemblée générale extraordinaire des magistrats de Nanterre venait de concocter pour vouer aux gémonies Nicolas Sarkozy et dénoncer ses mises en cause de la magistrature. Eh oui, un tract pondu à l’issue d’une AG, comme en Mai-68 ! Et non par des étudiants aux cheveux anarchistes et aux blousons maoïstes mais par des magistrats en robe noire et rabat blanc. Si on avait dit ça au Plouc, il y a 43 ans…

Le voici donc in extenso, ce tract, expression de la colère des juges d’un tribunal particulièrement éprouvé par les restrictions budgétaires. Merci au confrère Pierre Rancé, excellent chroniqueur judiciaire d'Europe1, qui nous l'a procuré (les soulignages et la graisse des caractères sont le fait des magistrats rédacteurs)

LES MAGISTRATS, GREFFIERS ET FONCTIONNAIRES DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE NANTERRE, REUNIS EN ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE :

  •  Regrettent que la douleur des proches de Laëtitia Perrais ait donné lieu à une instrumentalisation de la part des plus hautes autorités de l’Etat ;

 

  • S’indignent du fait que ces mêmes autorités stigmatisent les magistrats et fonctionnaires tout en occultant l’état réel des services de justice et la responsabilité du gouvernement qui leur refuse les moyens de fonctionner dignement et accumule les réformes législatives non financées et souvent contradictoires ;

 

  • Rappellent que le Comité européen pour l’évaluation de la justice a, fin 2010, rétrogradé la France du 35ème au 37ème rang sur 47 pays européens pour la part du budget consacrée à la justice ;

 

  • Soulignent qu’à Nanterre, la situation des services d’application des peines est particulièrement tendue où un poste de juge de l’application des peines est vacant et où 1460 mesures ne peuvent être suivies ; que le vice-procureur responsable de la division de l’exécution des peines est partant sans remplacement ; qu’au tribunal pour enfant manquent un poste de magistrat, un poste de greffier et un poste d’agent.

Les magistrats, greffiers et fonctionnaires du Tribunal de grande instance de Nanterre, rappelant leur attachement au principe constitutionnel de l’indépendance de l’autorité judiciaire, n’accepteront pas de servir de boucs émissaires dans le cadre d’une démarche démagogique visant à masquer la réalité d’une situation profondément dégradée, bien connue des acteurs du monde judiciaire comme des pouvoirs publics.


Afin d’alerter l’opinion publique sur la situation de la justice en France dont les justiciables sont les premières victimes, ils s’associent au mouvement national et décident de la poursuite du renvoi des affaires non urgentes.

19:36 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Merci pour ce tract.

Tant que les procureurs resteront sous les ordres du gouvernement, la France ne sera pas une démocratie. S'indigner n'est pas suffisant, c'est la révolte qui est nécessaire.

Écrit par : Johann | 11/02/2011

Bravo vieille taupe pour ce tract,

Il est fort à parier que Nicolas Sarkozy ne pas tarder à admonester le procureur de Nanterre Philippe Courroye, mais ce dernier a déjà des prédispositions à tomber sur le paletot des juges quand il s’agit de protéger la république Sarkozienne.

Bravo Madame Isabelle Prévost-Desprez pour cette indignation utile et pour votre courage !

S’il y a du ménage à faire dans l’organisation de la justice en France, celle de Genève mériterait également que l’on s’en occupe sérieusement (cf. affaire BCGE).

Mais le courage est une denrée devenue rare aujourd’hui !

Écrit par : Benoît Marquis | 11/02/2011

LES JUGES NE SAVENT PAS PRENDRE LEURS RESPONSABLITEES !!!!!!
CE NE SONT PAS DES PROBLEMES DE MOYENS OU DE TEMPS
UNIQUEMENT UN PROBLEME DE DECISIONS (ils sont tres fort pour le reprocher aux autres)
PEUT ETRE ONT ILS D AUTRES SOUCIS, MAIS L AMALGAME DES DEUX N EST CERTAINEMENT PAS LA SOLUTIONS POUR RENDRE UNE VRAIE JUSTICE,APOLITIQUE,POUR RENDRE CONFIANCE AUX FRANCAIS.ENCORE UNE FOIS VOUS MELANGEZ TOUT,CA NE PEUT PAS NOUS PLAIRE

Écrit par : denis | 14/02/2011

@ denis: excusez cette interpellation mais... depuis quand n'avez vous pas mis les pieds dans un tribunal? depuis quand n'avez vous pas mis les pieds dans le cabient d'un juge d'instruction? depuis quand n'avez vous pas mis les pieds dans un établissement pénitentiaire? depuis quand n'avez vous pas mis les pieds dans le cabinet d'un avocat commis d'office?

une chose est certaine et indiscutable: le budget de la justice en france est pire que honteux... il est criminel!

une autre chose est certaine: combien de Loi pénales ont été votées depuis 10 ans?

et enfin... combien de rapport, d'alerte, de motion adressés au gouvernement français depuis 10 ans pour mettre en évidence l'inadéquation entre le discours politique, les réformes pénales et le budget de la justice???

Écrit par : matthieu | 14/02/2011

Un peu d'humour autour de ce sujet .

http://vidberg.blog.lemonde.fr/2011/02/09/greve-des-magistrats/

Écrit par : particulier | 16/02/2011

It is a nice article.This site has lots of advantage.I found many interesting things from this site.It helps me many away.So many many thanks for sharing this information.

Écrit par : china replica site | 04/07/2011

Les commentaires sont fermés.