17/01/2011

Front national en congrès (suite et fin): Marine Le Pen et son pain noir

Marine Le Pen a mangé sa brioche. Elle est devenue hier présidente du Front national, par sa présence médiatique et surtout grâce à l’aura que son père conserve au sein de l’extrême droite française. Mais sur sa planche, il lui reste à entamer une grosse miche de pain noir. Tout d’abord, elle devra refaire l’unité de son parti. Or, malgré les jolies fadaises débitées par les dirigeants frontistes, la guerre de succession entre la fille du Chef et l’ex-dauphin Bruno Gollnisch a laissé des traces sanglantes dans les esprits.

Ensuite, elle devra développer une stratégie qui sera moins aisée à définir qu’il n’y paraît. Pour l’instant, la nouvelle présidente frontiste se refuse à envisager une alliance avec l’UMP qu’elle accuse de tous les maux et vilipende encore plus que le Parti socialiste. Or, aucune formation politique ne peut gouverner seule en France. Même les gaullistes, au plus fort de leur triomphe,  ont dû s’allier aux Républicains indépendants de Giscard. Dès lors, comment peut-elle revendiquer le pouvoir sur tous les tons en refusant de se donner les moyens de la victoire ?

Certes, elle cherche pour l’instant à élargir la surface politique du Front national et, pour ce faire, il faut jouer les durs et rejeter toute éventualité d’accord, quitte à prendre le risque de s’isoler. Mais il arrivera un moment où, si elle veut vraiment parvenir au pouvoir, Marine Le Pen devra composer avec d’autres forces politiques. Elle sera bien obligée de dire avec qui le FN compte gouverner. Et ce passage des diatribes aux pourparlers sera fort délicat à négocier. La patronne frontiste devra expliquer ce revirement à ses troupes chauffées à blanc. Si elle sait prendre ce virage, Marine Le Pen pourrait alors vraiment peser sur la politique française.

 

Jean-Noël Cuénod

(Editorial paru lundi 17 janvier 2011 dans 24 Heures et, en version légèrement abrégée, dans la Tribune de Genève)

 

09:50 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

"au sein de l’extrême droite "

Extrême-droite ? Ça, c'est très amusant... !!!
J'aimerais que l'on explique en quoi le FN est d'extrème-droite... !!!

Mais on sait, en Suisse tout particulièrement, lorsque l'on veut abattre son chien, on peut prétendre qu'il a la rage, et ça marche très bien.

Écrit par : Jacques | 17/01/2011

Mais oui, Jacques c'est cela. Le FN est d'extrême-gauche, les poules ont des dents, la Terre est carrée et les oeufs rectangulaires. D'ailleurs les poules adorent ça.

Écrit par : Séraphin Lampion | 18/01/2011

Tiens, j'ai vu passer un gaucho pour qui il n'y a, forcément, en politique que les extrémismes. Mais non, Séraphin, dans la politique c'est comme avec les couleurs, ils-elles sont multiples, et variés. Sauf bien naturellement si vous avez vous-même quelques problèmes à les distinguer. Bon faut-il encore être un bon démocrate pour pouvoir le faire, ce dont je doute dans votre cas. MDR.

Écrit par : Jacques | 18/01/2011

Très intéressant comme perspective, merci de partager.

Écrit par : Fred | 03/10/2011

Les commentaires sont fermés.