25/12/2010

Noël: la prière du Plouc

 

LumiereNoel.jpgQuinousdépasse
Toi qui as connu
La trahison et le mensonge
L’injustice et l’opprobre
 La torture et la mort
Afin de révéler au monde
La vérité, la justice et la vie

A moi qui ne suis que lâcheté
Inspire-moi la force d’âme


D'être humble lorsque  tout nous induit à la vanité
De donner lorsque tout nous invite à la cupidité
De respecter lorsque tout nous pousse à l’insulte
De pardonner lorsque tout nous engage à la vengeance


De tendre la main à ceux qui me la refusent
D’aimer le prochain comme le lointain
D’ouvrir des brèches dans les barbelés
De rester libre quand les murs se dressent

Et d’offrir à la raison le sang de ton Amour.

 

Jean-Noël Cuénod

 

01:23 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | |

23/12/2010

De Marine Le Pen à Mélenchon en passant par l’extrême droite suisse : vraie et fausse laïcité


Avec une redoutable efficacité, Marine Le Pen s’est emparée du drapeau de la laïcité pour s’indigner des prières musulmanes qui débordent sur la voie publique dans certains quartiers des grandes villes françaises. A Paris, c’est toute la rue Myrha, à la Goutte d’Or, qui se trouve interdite à la circulation entre 13 h. et 15 h. lors de la grande prière du vendredi. Ni la préfecture de Police qui dépend du ministre de l’Intérieur Hortefeux, ni le maire socialiste du XVIIIème arrondissement n’ont réagi à cette entorse évidente aux principes laïques de la République française.

Selon ces autorités, tant que les deux nouvelles mosquées en projet ne sont pas construites, elles ne peuvent empêcher ces prières sous peine de déclencher des échauffourées. C’est typiquement le genre d’argument qui fait le lit de l’extrême droite. Il appartient à une communauté religieuse de prendre les mesures nécessaires pour ne pas troubler l’ordre public. Et si elle le trouble — ce qui est le cas en l’occurrence— l’Etat doit intervenir afin de conserver à l’espace public sa neutralité confessionnelle sans laquelle il n’y a pas de cohabitation harmonieuse entre les différentes religions.
Les socialistes et les sarkozystes ont offert à Marine Le Pen un fagot de verges pour se faire fouetter.

Ainsi, la laïcité se trouve-t-elle au centre du débat en France, mais aussi en Suisse et dans tous les pays d’Europe où l’islam est présent. Il convient donc de rappeler en quoi elle consiste.

Il s’agit avant tout de mettre la tolérance en actes, de la traduire dans les faits quotidiens, d’écarter les institutions confessionnelles de l’exercice du pouvoir politique, de déterminer les lieux et les conditions où elles peuvent exercer leurs cultes sans semer la discorde et de ménager un espace public où chacun, quelles que soient ses convictions, se sent libre de vaquer.

Mais il faut se garder des fausses laïcités qui circulent pour servir de véhicule à des idées qui sont tout sauf tolérantes. Marine Le Pen et le Front national — il en va de même pour l’extrême droite suisse — utilisent le masque de la laïcité pour mieux vendre l’islamophobie, l’intolérance religieuse et le rejet des boucs émissaires. Il s’agit, non pas d’instaurer la paix confessionnelle, mais au contraire d’agiter le peuple avant de s’en servir pour gagner des voix.

Il existe aussi une fausse laïcité qui est promue, elle, par l’extrême gauche. En France, elle est incarnée notamment par Jean-Luc Mélenchon, le patron du Parti de Gauche. Elle se pare du masque laïque pour, en fait, imposer une sorte d’athéisme officiel et limiter au maximum la pratique religieuse. Chez le député européen Mélenchon, cette tendance est moins apparente dans ses programmes - qui usent d'une rhétorique laïque plus classique - que dans ses interventions médiatiques où ses feux de bouche font office de bûcher. 

Or, la laïcité n’a pas pour fonction de promouvoir l’athéisme, mais la liberté de conscience. L’athéisme est une philosophie, respectable comme d’autres, qui ne saurait bénéficier d’un monopole d’Etat. Le souvenir des repressions staliniennes antireligieuses devrait servir de leçons.

 

Jean-Noël Cuénod

12:15 | Lien permanent | Commentaires (37) | |  Facebook | | |

17/12/2010

Pour une alliance des humanistes

En Suisse, en France, en Suède, aux Pays-Bas et dans bien d’autres pays européens, l’extrême droite empile les succès. On peut fustiger le peuple pour ses choix déplorables, vitupérer l’époque comme le fourreur dans le poème d’Aragon, dénoncer dérives et dérapages savamment contrôlés ou se lamenter à longueur d’éditoriaux, c’est peine perdue. Pis, ces déplorations ne font qu’amplifier l’écho des extrémistes.

Il vaut mieux tenter de comprendre les techniques de communication utilisées par ces talentueux manipulateurs d’opinion. Et mesurer tout d’abord l’avance prise en Suisse par l’UDC et ses avatars sur les partis de droite et de gauche qui restent fidèles à l’axe humaniste, essence de notre Constitution.

D’emblée, ces formations politiques présentent un handicap par rapport à l’extrême droite. Elles développent un discours qui fait appel à la raison, à la réflexion, à la pondération. En face, c’est l’émotion qui empreint le propos ; c’est «la hargne, la grogne et la rogne» ¬- comme le dénonçait déjà de Gaulle - qui fait office d’idéologie ; c’est la peur qui est sans cesse mobilisée. Rudes adversaires, on en conviendra. Qu’elles paraissent démodées, tristounettes, sans reliefs les affiches des partis de la gauche et de la droite démocratiques! Slogans muets, placards invisibles, discours inaudibles tel est le lot de cette propagande saupoudrée de poussière.
Dans ces conditions, faire passer dans le public un message de raison et d’humanisme réclamerait encore plus de talent que celui des publicitaires et communicants de l’extrême.

Désormais, en matière de communication, l’ère des braves militants dévoués qui rédigent leurs «éléments de langage» sur un coin de table ou des copains publicitaires qui donnent un coup de main en passant est révolue. On peut le regretter, mais c’est ainsi, l’amateurisme en matière de propagande appartient au passé. Or, de tels dispositifs coûtent fort cher. Et tous les partis ne disposent pas, contrairement à l’UDC du milliardaire Blocher, d’un richissime dirigeant acceptant de mettre la main au portefeuille avec entrain.

Dès lors, pourquoi les formations de la droite et de la gauche démocratiques ne constitueraient-elles pas une «alliance des humanistes» qui permettrait de mettre en commun les fonds nécessaires à la constitution d’un groupe de communicants et de publicitaires à même de proposer les meilleures techniques pour faire passer dans le public les messages dont elles sont porteuses. Il ne s’agirait, en aucun cas de créer un front uni — d’ailleurs impossible à constituer entre des sociaux-démocrates et des libéraux — qui ne ferait que renforcer l’extrême droite en la présentant comme seule alternative.

Le but serait de créer un laboratoire d’idées afin que chaque parti humaniste puisse utiliser, conformément à ses spécificités idéologiques, les moyens de propagande les plus performants.


Jean-Noël Cuénod

 

09:55 | Lien permanent | Commentaires (52) | |  Facebook | | |

11/12/2010

Livre-objet d'art: Le Plouc et son pote peintre lancent leur souscription

Nous sommes heureux de vous proposer aujourd'hui de participer à la souscription carcasse.jpg
que nous organisons à l'occasion de la parution de l'ouvrage :
"Car casse ou La mort dans l'âme ?"

Pierre Guerchet-Jeannin Peintre
60 rue de Domrémy
75013 à Paris - France
Jean-Noël Cuénod écrivain
8, rue Simonet, 75013 Paris - France
Site internet & C.V. : http://guerchet-jeannin.fr
Livre comprenant 19 photos et une linogravure de Pierre Guerchet-Jeannin
et des textes de Jean-Noël Cuénod

Format 25x25x4cm
Composition numérique réalisée par Flavie Jeannin
Impression numérique/offset sur papiers Rives Tradition 250gr.
chemise Keaycolour Bourgogne 300gr
dans un étui métal oxydé préparé avec le concours de J.P. Dall'Anese
Tirage à 45 exemplaires numérotés vendu au prix de 240€ ou de 330 francs suisses.

Prix à la souscription : 200€ ou 275 francs suisses jusqu'au 25 décembre 2010.
Publication prévue fin décembre 2010.
- Si vous souhaitez recevoir l'ouvrage par La poste,
ajoutez la somme de 20€/livre pour la France, 25€/livre pour l'Europe ou 34,50 francs suisses par
livre.
Bon de Souscription (à conserver) Date :
Je soussigné……………………………………………………………….
passe commande de l'ouvrage "Car casse où La mort dans l'âme ?"
pour………….. exemplaire(s), plus frais d'envoi…
Soit la somme de……………

Règlement par chèque à l'ordre de Pierre Guerchet-Jeannin ou de Jean-Noël Cuénod
- Pour la Suisse, prière d'envoyer vos versements ou virements au CCP 12-34334-4
au nom de : Christine Zwingmann 3, chemin des Lupins CH-1292 Chambésy.(Genève)
Bon de Souscription
A nous retourner avant le 25 décembre 2010

Genevois & Parisgourdin - écrivain & poète,
Jean-Noël Cuénod… Rit de rien - Vit la vie - Mord la mort…

Vous verrez, c'est en bien vivant qu'il rudoie le final…
Avec lui, la camarde cafarde, dehors la mort, la fin n'en est plus une…
Oxyde la vie, tires et tapes et tords.
Rouille le fer s'affaissant doucement vers le sol, se désintègre et s'intègre…
et si la destruction est en nous, la construction aussi…
Depuis toujours et c'est ainsi que le monde est en équilibre…

Pierre Guerchet-Jeannin

Arpenteur des rues et des champs, Parisien & Occitan qui, par son art, oxyde le temps

Pierre Guerchet-Jeannin… Rit de tout – Mord la Vie à mort.

Peintre, sculpteur, mosaïste, graveur, tout ce qui est forme prend vie
et tout ce qui est vie prend forme par son regard et ses mains.
Pierre a aussi accroché à ses yeux un appareil photo.
Pendant quarante ans en battant les fourrés d’ici ou là et, surtout,
ceux de Montcléra dans le Lot, il a sorti du néant des bouts de tôle
que Soeur la Rouille avait transformés en oeuvre d’art.

Jean-Noël Cuénod

12:27 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

09/12/2010

WikiLeaks et la transparence opaque

Triomphe de la transparence, progrès de la démocratie, exemple d’irresponsabilité, initiative pleine de périls, 11 Septembre diplomatique? Tout et son contraire a été dit à propos de WikiLeaks, ce site de la Toile qui a transmis 251 287 messages du gouvernement des Etats-Unis à cinq grands journaux.

Relevons tout d’abord qu’aucun de ces documents n’est classé «top-secret». Ils sont soit «confidentiels», «secrets», voire sans mention. Les «vrais» secrets restent à l’abri des regards. Ce qui explique l’absence de révélations fracassantes, du moins jusqu’à maintenant. Certes, ces divulgations vont placer les ambassadeurs américains en position délicate vis-à-vis des chefs d’Etat qu’ils ont critiqués. Sans doute, certains d’entre eux devront-ils changer de capitale. Mais ces vexations ne pèsent pas grand-chose en regard des intérêts politico-économiques.

Notons que WikiLeaks s’est trouvé en position de mettre la main sur ces documents parce que les Etats-Unis sont une démocratie. Il n’aurait pas pu le faire dans les nombreuses dictatures de la planète dont l’opacité est,elle, bien assurée.
Cet épisode ne révélerait-il pas plutôt cet oxymore qui semble caractériser notre société, à savoir la «transparence opaque»?
Le concepteur de WikiLeaks lui-même, Julian Assange – qui vient d’être arrêté en Grande-Bretagne - ne fait-il pas preuve d’opacité quant aux véritables buts qu’il poursuit au nom de la transparence? On ne sait pas grand-chose de lui, ni de sa démarche.

La «transparence opaque» nous suit partout, même au supermarché. Consultez les notices qui garnissent le moindre tube de moutarde, le plus modeste pot de yoghourt, vous y lirez les explications les plus détaillées sur leur composition. Reste à savoir si l’on comprend grand-chose à ce galimatias. L’une des ruses actuelles consiste justement à noyer l’individu dans un flot d’informations plus ou moins utiles afin que l’essentiel échappe au regard des populations. WikiLeaks constitue un parfait exemple de ce phénomène.

Que l’ambassadeur américain juge que les nuits du président italien sont décidément bien agitées ou que le roi d’Arabie Saoudite considère le dictateur iranien avec autant d’aménité que s’il s’agissait d’un cobra serpentant vers ses babouches, voilà qui ne nous apprend pas grand-chose.

En revanche, à part quelques spécialistes hautement qualifiés, le grand public ignore toujours le nom des dirigeants des «hedge funds» qui organisent la panique sur l’euro pour contraindre les Etats européens vulnérables à payer des intérêts toujours plus élevés. Leurs citoyens devront s’acquitter de hausses d’impôts, subir des baisses de salaire ou des licenciements. Les classes moyennes s’appauvriront et les pauvres tomberont dans la misère. Mais dans ce domaine, réclamer la transparence relève de l’utopie.

Jean-Noël Cuénod

Sur cette vidéo du "Télégramme de Brest", le journaliste Rémy Ourdan explique pourquoi "Le Monde" a accepté les messages captés par WikiLeaks.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16:14 | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : wikileaks, julian assange, diplomatie, vidéo | |  Facebook | | |

04/12/2010

Paris enfin sous la neige

BarraultNeiged4dec10.jpg

Comme les loups de Serge Reggiani, les flocons sont entrés dans Paris cette nuit. Après avoir fait sombrer Genève, Lausanne et la plupart des villes romandes dans le chaos, la neige s’est enfin occupée du cas parisien. Mais avec une mesure qu’elle n’avait pas observée dans les cités lacustres. Dans une agglomération surchauffée de douze millions d’habitants, pour ne pas se dégrader en pluie, les flocons doivent se serrer les cristaux. A défaut d’autre chose… Mais enfin, elle tient bien le coup, cette neige naturalisée parisienne, et la fine pellicule blanche se transforme en moquette non pas immaculée, mais, disons, couleur isabelle. Et comme nous sommes samedi, les encombrements routiers demeurent limités.

A la Butte-aux-Cailles, petit village au cœur du XIIIème arrondissement, la neige organise un voyage dans le passé. Les voitures, rares en temps habituel, ont disparu. Le passage Barrault (photo), si l’on efface les scooters en hibernation, n’a pas bougé depuis des siècles. Une ombre apparaît petit à petit derrière le rideau de perles grises des flocons. Le Plouc pourrait y reconnaître la démarche chaloupée d’un Verlaine plein d’absinthe. Il hantait souvent ces lieux lorsque le poète séjournait à l’asile de Sainte-Anne tout proche. Aujourd’hui, ce clochard alcoolique est devenu fréquentable puisqu’il a sa place dans le quartier, à l’endroit où la première Montgolfière - en vol libre et portant des humains - s’est posée le 21 novembre 1783. L’âme du poète s’est envolée, elle, depuis tant de lunes que Verlaine est devenu le nom d’une station de bus.

A la Butte-aux-Cailles, il y a autant, sinon plus, de bistrots qu’autrefois. C’est d’ailleurs la principale industrie locale. Les fumeurs font le trottoir en grelottant, en sautillant sur place comme des marionnettes balourdes, avant de jeter leur sèche devenue mouillée d’un geste rageur et de regagner la chaleur du café. Leurs mégots trouent de gris la couche neigeuse et font pschiiiiiit comme une promesse électorale.

Et voilà que la neige devient pluie…

Jean-Noël Cuénod

14:30 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

03/12/2010

Pourquoi l’extrême droite est innommable

Au sens premier, l’extrême droite de ce début de XXIe siècle est innommable. Toutes les désignations dont on l’affuble demeurent insatisfaisantes. Populiste? Ce nom vague ne signifie rien. Est populiste celui qui s’adresse au peuple et cherche à le satisfaire. C’est le lot de tous les démocrates. Nationaliste? Ses appels à l’identité nationale pourraient incliner à lui choisir ce qualificatif. Mais il demeure trop restrictif. L’extrême droite, c’est plus que le simple retour à la nation.

Comme son ascendant direct de l’entre-deux-guerres, peut-elle être appelée fasciste? Non, même si elle emprunte certains aspects du fascisme. L’enfant ressemble un peu à son père, mais il a sa personnalité propre et ne saurait être confondu avec lui.

Certes, l’extrême droite actuelle accomplit une besogne semblable à celle du fascisme. Face à une crise provoquée par les déréglementations financières, la cupidité des groupes financiers, la rapacité des «marchés», les extrêmes droites passée et présente détournent la colère du peuple vers des boucs émissaires, les Juifs hier, les immigrés aujourd’hui.

Dans cette optique, ces boucs émissaires ont un avantage sur les acteurs réels de la crise, ils présentent un visage quotidien, facilement identifiable. Se défouler sur un Juif ou un immigré est plus aisé que sur un «marché financier» ectoplasmique. Ce qui explique pourquoi les mouvements d’extrême droite ont toujours trouvé de puissants appuis financiers auprès des milieux fauteurs de troubles économiques. Et si l’ire que ces prédateurs ont provoquée allait se diriger contre eux? Vite, un bouc émissaire!

Mais, à part ces traits communs, il manque à l’extrême droite du XXIe siècle un élément fondamental pour devenir un mouvement fasciste ou même néofasciste. Elle n’organise pas de milices armées, ne tente pas de prendre le pouvoir par la force, et reste dans les bornes de la démocratie. Pour l’instant, le suffrage universel lui convient à merveille.

La force de l’actuelle extrême droite ne résiderait-elle pas dans cette impossibilité à la nommer exactement, à lui donner un nom? Le fascisme se faisait reconnaître par ses drapeaux et ses uniformes. L’extrême droite du XXIe siècle préfère le flou et le passe-partout. Son action est d’autant plus inquiétante. Petit à petit, elle enlève des pans de ce qui faisait la morale démocratique, à savoir l’égalité s’opposant à la discrimination, le respect de la dignité de chaque humain, quel qu’il soit.

L’exemple le plus parlant de cette décomposition de la morale démocratique a été offert par l’Amérique de Bush qui n’a pas eu besoin d’une dictature pour légaliser la torture. L’extrême droite d’aujourd’hui, c’est cela: l’Etat de droit en lente décomposition, la haine au compte-gouttes, le racisme à doses homéopathiques, mais régulières.


Jean-Noël Cuénod

(Ce texte est paru en rubrique "Perspective" de la Tribune de Genève et "Réflexion" de 24 Heures)

10:08 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : fascisme, racisme, populisme, nationalisme | |  Facebook | | |