17/12/2010

Pour une alliance des humanistes

En Suisse, en France, en Suède, aux Pays-Bas et dans bien d’autres pays européens, l’extrême droite empile les succès. On peut fustiger le peuple pour ses choix déplorables, vitupérer l’époque comme le fourreur dans le poème d’Aragon, dénoncer dérives et dérapages savamment contrôlés ou se lamenter à longueur d’éditoriaux, c’est peine perdue. Pis, ces déplorations ne font qu’amplifier l’écho des extrémistes.

Il vaut mieux tenter de comprendre les techniques de communication utilisées par ces talentueux manipulateurs d’opinion. Et mesurer tout d’abord l’avance prise en Suisse par l’UDC et ses avatars sur les partis de droite et de gauche qui restent fidèles à l’axe humaniste, essence de notre Constitution.

D’emblée, ces formations politiques présentent un handicap par rapport à l’extrême droite. Elles développent un discours qui fait appel à la raison, à la réflexion, à la pondération. En face, c’est l’émotion qui empreint le propos ; c’est «la hargne, la grogne et la rogne» ¬- comme le dénonçait déjà de Gaulle - qui fait office d’idéologie ; c’est la peur qui est sans cesse mobilisée. Rudes adversaires, on en conviendra. Qu’elles paraissent démodées, tristounettes, sans reliefs les affiches des partis de la gauche et de la droite démocratiques! Slogans muets, placards invisibles, discours inaudibles tel est le lot de cette propagande saupoudrée de poussière.
Dans ces conditions, faire passer dans le public un message de raison et d’humanisme réclamerait encore plus de talent que celui des publicitaires et communicants de l’extrême.

Désormais, en matière de communication, l’ère des braves militants dévoués qui rédigent leurs «éléments de langage» sur un coin de table ou des copains publicitaires qui donnent un coup de main en passant est révolue. On peut le regretter, mais c’est ainsi, l’amateurisme en matière de propagande appartient au passé. Or, de tels dispositifs coûtent fort cher. Et tous les partis ne disposent pas, contrairement à l’UDC du milliardaire Blocher, d’un richissime dirigeant acceptant de mettre la main au portefeuille avec entrain.

Dès lors, pourquoi les formations de la droite et de la gauche démocratiques ne constitueraient-elles pas une «alliance des humanistes» qui permettrait de mettre en commun les fonds nécessaires à la constitution d’un groupe de communicants et de publicitaires à même de proposer les meilleures techniques pour faire passer dans le public les messages dont elles sont porteuses. Il ne s’agirait, en aucun cas de créer un front uni — d’ailleurs impossible à constituer entre des sociaux-démocrates et des libéraux — qui ne ferait que renforcer l’extrême droite en la présentant comme seule alternative.

Le but serait de créer un laboratoire d’idées afin que chaque parti humaniste puisse utiliser, conformément à ses spécificités idéologiques, les moyens de propagande les plus performants.


Jean-Noël Cuénod

 

09:55 | Lien permanent | Commentaires (52) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le résultat de ces 50 dernières années fait que les gens se tournent de plus en plus vers des gens responsables, ceux de l'extrême droite, malheureusement pour vous et compagnie.

Marre de l'angélisme ambiant !

Participez aux Assises de l'Islamisation !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 17/12/2010

Je ne vois aucun angélisme à cet article, bien a contraire!
Il s'agit d'une analyse lucide et d'une vision réaliste de la situation politique, sociale et économique.

Il conviendrait toutefois qu'enfin les egos se taisent et permettent aux énergies de se rassembler pour tendre vers un but commun, sans rêve impossible ni renoncement prématuré.

Merci, Jean-Noël Cuénod, de cet article que, pour ma part, j'accueille comme un nouveau souffle enthousiasmant et inspirateur.

Hélène Richard-Favre

Écrit par : Chant-du-Cygne | 17/12/2010

Merci au "Plouc" pas si plouc que ça,

Merci cher Jean-Noël de nous rappeller que l'espoir est porteur d'amour alors que le desespoir véhiculé dans les propagandes racistes n'est porteur que de haine. Il ne tient qu'aux hommes et femmes de bonne volonté de ressuciter le "Siècle des Lumières". La tâche peut paraître impossible, elle n'est qu'infinie. Je préfère quant à moi ériger des murs contre l'ignorance plutôt que des barrières contre "les autres". Entendons par ce vocable généraliste : les autres cultures, traditions, savoirs, rêves, sagesses... nos proches, nos frères en quelque sorte.
J'adhère pleinement à cette alliance humaniste.

Joyeuses fêtes de fin d'année.

Nicolas

Écrit par : Nicolas Roll | 17/12/2010

C'est vrai, si je puis me permettre d'abonder dans le sens de Nicolas Roll, je trouve ce pseudo de "plouc" peu adapté à l'acuité de votre regard, Monsieur Cuénod.
Bien sûr que sa dimension de dérision de soi ne m'a pas échappé mais pourquoi cette autocensure?

Cordialement,
Hélène Richard-Favre

Écrit par : Chant-du-Cygne | 17/12/2010

La sagesse et l'intelligence se dégagent toujours de vos propos. Le monde se porterait beaucoup mieux avec des hommes comme vous. Merci de nous offrir des billets si riches en réflexions.

Très bon-week end à vous et cordiales salutations.

Écrit par : zakia | 17/12/2010

Jean Romain, lui, a compris que les formations de droite nationale répondent aux préoccupations des peuples qui refusent de se laisser anéantir par la mondialisation. Le talent de Segert et l'argent de Blocher ne serviraient de rien, s'ils n'étaient portés par cette vague qui déferle l'Europe occidentale.

Or, votre alliance des humanistes, M. Cuénod, se perd d'emblée en adhérant à ce processus de dissolution dans une universalité de pacotille que certains occidentaux proposent au reste du monde.

Guettant notre place, nos biens et nos aises, le reste du monde peine à reconnaître ses aspirations dans un "espoir porteur d'amour", n'en déplaise à M. Nicolas Roll.

La noblesse française - en une sorte d'alliance des humanistes à elle -, a cru s'en tirer à bon compte grâce à la nuit du 4 août. Trois ans seulement la séparaient de la Terreur...

Écrit par : Scipion | 17/12/2010

"Il vaut mieux tenter de comprendre les techniques de communication utilisées par ces talentueux manipulateurs d’opinion."

A la fois je rêve et je suis plié de rire.
Devant l'imbécilité de l'analyse proposée.
Tout se résume donc à un pur exercice de communication et de manipulation!
C'est vraiment prendre les gens pour des cons manipulables par celui qui a le plus d'argent. Exemple tout récent: les heures d'ouverture des magasins à Genève. Ceux qui ont le plus investi d'argent dans la campagne ont gagné.

Ah! Pardon, ils auraient perdu? Mais comment est-ce possible? Avec le soutien de l'udc et du mcg, les partis "humanistes" de droite ont perdu? Mais alors, mais alors, les gens ne sont pas si cons et manipulables que prétendu! Quelle bonne nouvelle.

Parce qu'évidemment selon l'analyse proposée ici, la question qui était posée n'avait aucune importance, ce qui comptait vraiment c'était qui avait posé la question. L'udc ou une de ses agences. Or avec ces gens-là, Monsieur, on ne cause pas.

Circulez, il n'y a qu'un seul et unique problème, la montée de l'udc. Inutile d'analyser les causes de cette montée, c'est-à-dire les problèmes dont s'emparent l'udc et le mcg pour se faire mousser. Mais qui est aux commandes? Qui devrait trouver des solutions aux problèmes pour couper l'herbe sous les pieds des ci-devants "extrémistes"? Les partis... "humanistes"!

Que la politique menée toutes ces dernières années par ces partis soi-disant "humanistes" et majoritaires dans le pays comme à Genève ait entraîné un ras le bol du peuple devant un certain nombre de problèmes comme la montée de la violence et de l'insécurité, comme l'accroissement du chômage, comme l'islamisation rampante (je rappelle que l'islam est une religion totalitaire, mais les "humanistes" ne voient le totalitarisme que dans l'udc et c'est dire si leur "humanisme" est de pacotille), etc., AUCUNE IMPORTANCE!

Le peuple est con et manipulable, c'est la nouvelle pensée humaniste à la mode. Mais au fait qui alimente l'opportunisme de l'udc et du mcg...?

Écrit par : Johann | 18/12/2010

ne soyons pas hypocrites R.Steiner et Siegfried étaient aussi amateurs de cette science humaine ,tout ce qui est scientifique doit être manié comme le verbe avec méfiance et subtilité!apprenons à nous méfier des mots se terminant par iste,isme!
bien à vous et bonne journée!

Écrit par : lovsmeralda | 18/12/2010

La peur de l'autre et la méfiance ont la vie dure!
Le mode de communication nouveau appelé des voeux de Jean-Noël Cuénod est vraiment à inventer.
Pas forcément pour convaincre qui que ce soit d'une cause sans faille mais au moins pour tenter d'éviter le pire.

Hélène Richard-Favre

Écrit par : Chant-du-Cygne | 18/12/2010

C'est merveilleux, je lis dans les réactions suscitées par les appels à la tolérance toute la qualité de l'être humain, à savoir sa diversité. Et c'est justement cette diversité qui fait proférer des injures, claironner des certitudes à ceux-là même qui en ont peur ! J'ai pour ma part fuit les minables débats politiques de la société genevoise, je ne vais pas entrer en polémique avec des Scipion ou des Johann. Je ne vous ai pas convaincu ? ce n'était pas mon intention. Vous ne me ferez jamais apprécier le bruit des bottes et les hymnes scandés par les foules fanatisées, quelles qu'elles soient.
Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté !

Écrit par : Nicolas Roll | 18/12/2010

J'adhère au fond de votre éditorial, mais je diverge sur un point précis et je souhaite vous l'exposer ici.

Au fond, je ne crois pas à une véritable collaboration entre des forces de gauche et de droite naturellement opposées. Le "cordon sanitaire" aurait peut-être eu un effet il y a 10 ans ou plus, mais c'est trop tard. Même des collaborations en matière de communication politique me semblent mal aisées entre ceux qui restent des adversaires politiques sur la majorité des sujets.

Vous dites au fond qu'il faut accepter l'évolution du débat démocratique en marketing politique. En effet, c'est là qu'on observe l'avance la plus déterminante de l'extrême-droite : moyens financiers, agence de com' au point, véritables "études de marché" politique, etc. On ne s'adresse plus aux cerveaux rationnels des individus, mais on joue avec les émotions, exactement comme la publicité. Mais vous ne vous posez apparemment pas la question de savoir s'il est légitime, satisfaisant ou conforme aux idéaux démocratiques d'accepter d'aller dans le courant de cette lame de fond mercatique. Or, la question peut être posée.

J'estime qu'on peut proposer d'autres voies que de définitivement vendre la démocratie aux marchands d'images. Il est possible d'imaginer protéger "l'espace public démocratique" de la contamination marchande. Contrôler l'argent de la politique n'est pas facile, c'est bien connu. Mais on peut envisager de limiter l'explosion de "publicité" sur les murs et dans les divers médias. Par exemple, en limitant les publicités à un certain nombre de jour, en limitant la surface qu'elles peuvent occuper dans les journaux, en limitant et en rendant équitable le nombre de places d'affichages entre les divers acteurs politiques.

Il n'est pas démocratique que certains disposent de 10 fois plus de moyens que leurs adversaires d'étaler leurs arguments. Ce sont les idées, les arguments, les propositions qui doivent faire la différence, pas les techniques de communication publicitaires.

Lire aussi : http://pikereplik.unblog.fr/2010/12/17/subir-ou-ne-pas-subir-ludc/

Écrit par : Daniel | 18/12/2010

Merci M. Cuenod. Vous procédez vraiment par élévation de l'esprit journalistique dans la bonne tradition réflexive, interrogative, imprégnée de citoyenneté et de pensée humaniste. C'est tellement rare dans le vacarme médiatique alliant spectacle, manipulation émotionnelle et marchandisation à tout va.
Oui, merci pour cette percée courageuse dans un concert plutôt orientée années 20/30 du côté de Berlin, avec des armes médiatiques modernes, redoutables et dévastatrices.
J'espère que cet embryon humaniste verra le jour rapidement par-delà l'obsucrité terrifiante qui couvre le champ de la pensée humaniste, et que puissent fleurir des plumes aussi perspicace et lucide que la vôtre.

Écrit par : agnostico | 19/12/2010

Encore une utopie. La manipulation chevillée à l'âme a de beaux jours devant elle.
L'homme de tous bords politique, religieux, économique....manipule.

La manipulation pernicieuse, celle des chefs d'état bien mise à mal par Wikileaks. Julian Assange dévoile les dessous sales des gouvernements mondiaux.

La manipulation délibérée utilisée par l'UDC et autres partis d'extrême droite qui consiste à réveiller les peurs, à attiser la haine chez les individus pour les attirer dans leur famille politique.

La manipulation légitimée des Socialistes s'exerce sur une population prolétaire en titillant leur jalousie pour obtenir plus de militants.

La manipulation officieuse de certains partis du centre qui consiste à minimiser les problèmes pour éviter la panique chez leurs membres.

Vous pouvez continuer la liste des manipulations, elle est infinie....

Écrit par : Noëlle Ribordy | 19/12/2010

Même Dieu était manipulateur selon les écrits biblique puisque il eut l'audace de créer le monde ,dont il se moqua éperdument ensuite,laissant les humains avec pour seules théories,celle D'Einstein,et d'autres, croyant pouvoir l'imiter jusqu'à l'infiniment petit!

Écrit par : lovsmeralda | 19/12/2010

"La manipulation délibérée utilisée par l'UDC et autres partis d'extrême droite qui consiste à réveiller les peurs, à attiser la haine chez les individus pour les attirer dans leur famille politique."

Il n'y a pas de peurs, Madame, il y a une certaine idée du pays dans son avenir proche. Pour moi, qui suis membre de l'UDC, cet avenir ne se conçoit ni avec un minaret se profilant sur le ciel du Cervin, ni avec des mendiants d'Europe de l'Est défigurant nos rues et nos places.

A la réflexion, il est possible que ma position soit avant tout esthétique, d'où le souci n'est pas absent de l'image de notre pays aux yeux des étrangers.

Écrit par : Scipion | 19/12/2010

"Il n'est pas démocratique que certains disposent de 10 fois plus de moyens que leurs adversaires d'étaler leurs arguments."

Cette réflexion m'amuse toujours quand je l'applique au vote sur l'expulsion des criminels étrangers, par exemple. Si on considère les arguments des adversaires de cette mesure, on constate que même si leur diffusion avait bénéficié de dizaines de millions de francs, ils n'auraient pas fait tomber un NON de plus au fond d'une urne.

"Ce sont les idées, les arguments, les propositions qui doivent faire la différence, pas les techniques de communication publicitaires."

C'est atterrant de naïveté ! Cinq pour cent à peine des électrices et des électeurs s'informent à fond, puis pèsent le pour et le contre avant de se déterminer.

Les autres votent par habitude, et c'est ce qui fait que quatre fois sur cinq, il est possible de prévoir le résultat d'une votation, à quelques pour cent près, bien avant le lancement de la campagne électorale, en "humant" l'air du temps...

Écrit par : Scipion | 19/12/2010

Voilà une manipulation vicieuse: "Je ne désire pas de minaret, ce n'est pas esthétique, dans le ciel suisse!

Écrit par : Noëlle Ribordy | 19/12/2010

Si une telle structure existait, Jena-Noël, je serais ravi d'y apporter ma contribution. Mais je ne pense pas qu'il doive y avoir unité des formes de réponse. La diversité est source de créativité. Et Johann n'a pas tort lorsqu'il rappelle que s'il n'y avait pas de cause, il n'y aurait pas non plus de conséquence. Même si tu as raison sur le fond de ton analyse, à savoir l'exploitation éhontée des peurs, et des plus bas instincts, à commencer par l'avarice et l'égoïsme clanique qui caractérise toute forme de nationalisme, doublée des tombereaux d'argent déversés par la pub... Je préfère l'analyse de Daniel. Osons mettre sur le métier une loi réglementant le financement des partis politiques. Les choses seront ainsi au moins équitables.
Cependant, je crois aussi que l'esprit général des blogs est un énorme miroir déformant. Les extrêmes et l'extrême-droite en particulier y sont largement sur-représentés, en regard de leur place réelle dans la société. C'est particulièrement le cas dans ceux de la Tribune, mais c'est vrai dans le monde entier, une étude réalisée aux Etats-Unis le confirme et l'explicite. Heureusement, notre système démocratique peut survivre avec une extrême droite représentant un quart ou même un tiers des résultats électoraux. C'est beaucoup, c'est désagréable, mais ce n'est pas la majorité. Ce qui n'empêche pas que cela leur confère un pouvoir de nuisance considérable.

Écrit par : Philippe Souaille | 19/12/2010

"Voilà une manipulation vicieuse..."

Non Madame. Des minarets, j'en ai vus beaucoup. Dans leur biotope originel. Par conséquent, ils évoquent pour moi tout un environnement, des gens, des bruits, des odeurs, le tout qui peut plaire le temps d'un dépaysement qu'on sait éphémère, mais que je ne voudrais à aucun prix éprouver en Suisse.

Dans "Le Temps" du 7 décembre, Fabrice Moscheni, fils d'immigrés italiens et président de la section vaudoise de l'UDC - l'anti-Marra absolu - évoque lui aussi ses séjours à l'étranger : «Quand on a voyagé, on apprécie encore davantage les valeurs qui fondent la Suisse.»

Il a tout compris !

Écrit par : Scipion | 19/12/2010

"Ce qui n'empêche pas que cela leur confère un pouvoir de nuisance considérable."

D'autant plus qu'elle s'attaque à des problèmes que la gauche refuse d'admettre et que la droite courbe ne sait comment aborder. Que Jean Romain a raison quand il reconnaît, après que l'"Italien" Moscheni l'a affirmé, qu'"Il y a l'UDC et les autres".

Et le temps vient où "les autres" devront choisir leur camp sans ambages.

Écrit par : Scipion | 19/12/2010

Les Assisses contre l'Islamisation ont été un énorme succès !

Bravo à Oskar Freysinger !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 19/12/2010

Scipion. Monsieur, la polémique sur les minarets a eu deja de beaux jours sur la blogosphère. Nous n'allons pas nous éterniser sur ce phénomène.

Mais pour parvenir à ses fins, soit pour l'interdiction des minarets ou toute autre action, l'individu, le citoyen quelle que soit sa famille politique, agit en conséquence.

D'où une certaine manipulation. Je ne connais vos raisons profondes, mais je peux douter de votre sincérité lorsque vous avancez un problème d'esthétisme de l'érection d'un minaret.

Ou alors d'odeurs, de bruits, et j'en passe pour appuyer une thèse. Que dire des abords des centrales nucléaires, des Satom...., alors? Ces considérations ne tiennent pas la route.

Une des raisons principales pour dire non à la construction d'un minaret est la PEUR que représente ce symbole. L'implantation de la toute-puissante religion musulmane dans un pays chrétien. L'appropriation du territoire par des étrangers. L'imposition des valeurs morales qu'on peut qualifier d'un autre temps.

Pour empêcher tout pouvoir d'un individu sur un autre, d'un peuple sur un autre, d'un président sur un autre, doit-on passer par la manipulation?

Écrit par : Noëlle Ribordy | 19/12/2010

@ ¨Noëlle Ribordy
J'abonde dans votre sens lorsque vous évoquez le paramètre de la PEUR. Et cette peur s'articule à :
-L'IGNORANCE ( lors de la votations sur les minarets, les cantons qui ont le plus voté NON sont ceux où il y a le moins de "musulmans"- c'est-à-dire là où on perçoit le musulman à travers les spectacles médiatiques avec Al Qaida & Cie...)
-LE TOURBILLON DE LA MONDIALISATION: Des chercheurs spécialistes du monde arabo-musulman tel que Olivier ROY (auteur de "La Sainte Ignorance -Ed. du Seuil) ont construit des concepts tel que la DETERRITORIALISATION de l'Islam. C'est-à-dire qu'à la vitesse où vont les guerres, les effets d'appauvrissement et de destruction de nombreuses zones (Irak, Afghanistan, Egypte, Palestine...), la migration des personnes est prise dans la vitesse de circulation des marchandises. Et les tenants de la "pureté ethnique" veulent profiter de la vitesse de circulation des marchandises sans prendre en considération celle des individus et surtout la CAUSALITE de ces transplantations brutales d'êtres humains. Tous ces processus complexes demeurent mahleureusement INVISIBLES aux personnes qui ne prennent pas la peine de décortiquer un peu la réalité, de lire, d'observer les faits...avant de se laisser manipulé par les discours simplistes et populistes d'Oskar Freysinger & Cie...
Je réitère ma profonde appréciation des billets de M.Jean-Noël CUNEOD parce qu'il me semble qu'il a parfaitement compris ces processus et seul un mouvement citoyen, humaniste pouvant exercer et transmettre sa pensée et ses analyses peut nous sortir d'une menace populiste que je persiste à considérer comme un dérapage extrêmiste très dangereux pour un système comme celui de la Suisse qui a su, mieux que les autres systèmes européens, instaurer une paix religieuse entre catholiques et protestants (apres les guerres de Capell et le Sonderbund et le long mépris envers les Catholiques...) permettant à toutes les expressions religieuses de s'exprimer dans la liberté de conscience et le respect de la citoyenneté.

Écrit par : agnostico | 19/12/2010

"Je ne connais vos raisons profondes, mais je peux douter de votre sincérité lorsque vous avancez un problème d'esthétisme de l'érection d'un minaret."

Je ne sais pas si "répulsion" est un terme qui vous dit quelque chose. Pour illustrer, ce que je veux dire, je crois qu'on peut être favorable à la peine de mort et avoir un mouvement de recul en se retrouvant nez à nez, si je puis dire, avec une guillotine ou une chaise électrique. C'est instinctif. Jâi le même mouvement instinctif de recul face à un minaret « hors de son charnier natal » :o)

" Que dire des abords des centrales nucléaires, des Satom...., alors?"

Rien. Pour les centrales nucléaires, ce sont des usines, grâce auxqueles lorsque j'actionne un interrupteur, de l'énergie électrique alimente un appareil ou une source lumineuse. Quant aux Satom, elles détruisent des déchets dont on ne saurait que faire autrement... L'utilité des unes comme des autres ne se discutent même pas. . Votre comparaison est curieuse, puisque le minaret ne trouve son utilité que dans l’appel du muezzin…

"Une des raisons principales pour dire non à la construction d'un minaret est la PEUR que représente ce symbole."

Pas la peur, le refus. Non pas de l'islam au demeurant, c'est trop tard, mais de l'exhibitionnisme musulman. Il fallait planter une borne, c’est chose faite.

"Pour empêcher tout pouvoir d'un individu sur un autre, d'un peuple sur un autre, d'un président sur un autre, doit-on passer par la manipulation?"

Gustave Le Bon observait, il y a plus de cent ans : « Les impulsions sentimentales et mystiques agissent beaucoup plus sur la conduite des hommes, que toutes les démonstrations rationnelles. » et ceux qui font de la communication politique, s'ils ont vraiment le souci de l'efficacité, sont obligés de tenir compte de ce genre d'enseignements.

Avant le vote des Français sur le Traité constitutionnel européen, et alors que les sondages commençaient à sentir le roussi, ce pauvre Chirac a cru nécessaire de dire, pour tenter de renverser la vapeur, "On vote avec son cerveau, pas avec ses tripes" confirmant par là, le titre d'homme politique le plus bête du XXe siècle, que je lui avais déjà décerné... On a vu le résultat.

Écrit par : Scipion | 19/12/2010

@ Scipion
"Pas la peur, le refus. Non pas de l'islam au demeurant, c'est trop tard, mais de l'exhibitionnisme musulman. Il fallait planter une borne, c’est chose faite"

Martela-t-il sur un ton solennel, voire militariste. Comme si les citoyens suisses de confession musulmane et croyants devaient être des citoyens de seconde zone devant se prosterner devant les injonctions du colonel qui circonscrit l'espace de la liberté religieuse.

"Avant le vote des Français sur le Traité constitutionnel européen, et alors que les sondages commençaient à sentir le roussi, ce pauvre Chirac a cru nécessaire de dire, pour tenter de renverser la vapeur, "On vote avec son cerveau, pas avec ses tripes" confirmant par là, le titre d'homme politique le plus bête du XXe siècle, que je lui avais déjà décerné... On a vu le résultat"

Et bien voilà. Quand le peuple vote avec ses tripes (et c'est arrivé très fréquemment surtout dans les années 30 en Allemagne et en Italie par exemple), il n'a pas "raison" parce qu'il a été manipulé par les tribuns populistes, les manipulateurs d'émotion et surtout, surtout comme l'écrit à très juste titre avec une majuscule Noëlle Ribordy, LA PEUR. Et le vote sur les minarets relève parfaitement de ce type de pathologie comme la première initiative dans l'histoire suisse qui a porté sur l'interdiction de l'abattage rituel chez les Juifs était accompagné de discours du genre: ils ne vont pas s'intégrer, ils vont dominer (allez lire ce que disait Durennmatt à l'époque- qui a lancé l'initiative).
Et quand on vote avec ses "tripes" contre d'autres citoyens c'est très grave. Mais seule l'histoire le révèlera. Nous sommes encore trop dans la fièvre islamophobique actuellement et l'extrême droite se permet toutes sortes de formules vexatoires et méprisantes à l'encontre de citoyens musulmans. Ce qui rend bien service à des Sarkozy et bien d'autres.

Écrit par : agnostico | 19/12/2010

"Nous sommes encore trop dans la fièvre islamophobique actuellement et l'extrême droite se permet toutes sortes de formules vexatoires et méprisantes à l'encontre de citoyens musulmans."

Moi, je crois plutôt que ce n'est qu'un début, parce que plus ils seront nombreux, plus ils vont s'enhardir...

En Suisse, ils ont déjà osé contester une décision populaire sans appel. C'est d'une gravité inouïe. Une première absolue pour la Suisse !

Hisham Maizar, président de la Fédération d’organisations islamiques de Suisse, avait, lui, accepté le vote du 29 novembre, mais il a été évincé du débat par les éléments plus radicaux qui ont ainsi montré leur rôle prééminent. Ca ne peut que durcir les positions.

"Et le vote sur les minarets relève parfaitement de ce type de pathologie comme la première initiative dans l'histoire suisse qui a porté sur l'interdiction de l'abattage rituel chez les Juifs était accompagné de discours du genre..."

C'est absurde, ce sont les conditions atroces de l'agonie de l'animal qui sont en cause.

"Ce qui rend bien service à des Sarkozy et bien d'autres."

Ceux qüi rendent service à Sarkozy et consorts, ce sont ceux qui, prenant fait et cause pour les musulmans et assimilés, dissuadent les électrices et les électeurs de voter pour eux ! Ségolène, pourquoi tu tousses ?

Écrit par : Scipion | 19/12/2010

Une alliance des humanistes. Les humanistes étant définis comme ceux dont le discours fait appel à la raison, à la réflexion, à la pondération, par opposition aux émotions telles que la peur. Sur l'interdiction de la construction de minarets et le renvoi des criminels étrangers, il y avait d'un côté ceux qui agitaient la menace étrangère (islamisation, criminalité étrangère), et de l'autre ceux qui agitaient la menace du dommage qu'un résultat positif pourrait faire courir à l'image de la Suisse (avec des conséquences en particulier économiques). Il s'agissait de choisir entre deux peurs. Et les gens ont choisi. Mais je n'ai pas vu ces fameux humanistes dont vous souhaitez l'alliance. Qui sont-ils exactement?

Écrit par : Raphaël Baeriswyl | 20/12/2010

Encore une manipulation mentale bien étrange: L'autopersuation que chaque individu tôt ou tard dans sa vie, pratique.
Tant que la personne anesthésie son esprit, le mal est moindre, mais infliger aux autres des élucubrations le persuadant de sa vérité, est grave.

Prenons les Centales nucléaires, comme exemple:
Déchets toxiques:
L'enfouissement des éléments radioactifs dans le sol est une aberration, un drôle d'héritage à laisser aux générations futures.
Environnement pollué:
Le rejet des produtis chimiques influe sur la santé des individus, cancers et autres.
La question à se poser: Est-ce que les centrales nucléaires sont un bien pour l'humanité?

Écrit par : Noëlle Ribordy | 20/12/2010

@ Scipion

"En Suisse, ils ont déjà osé contester une décision populaire sans appel. C'est d'une gravité inouïe. Une première absolue pour la Suisse !"
Eh oui la démocracie c'est de fermer sa gueule surtout quand on vous méprise avec une décision fondamentalement humiliante et contraire à la liberté religieuse du citoyen. Quelle étrange et dangereuse conception de la démocratie. Que l'on conteste une décision démocratiquement votée par la violence est certainement illégitime. Mais faire recours contre une décision, de surcroît discriminatoire est le coeur même du droit.
On voit bien comment se génère cette islamophobie qui fait oublier à certains que ce sont des êtres qui peuvent aussi avoir le droit de contester légalement des décisions.
Il faut vraiment se réveiller et renouer avec l'esprit de la démocratie c'est-à-dire l'ETAT DE DROIT plutôt que de considérer certains citoyens comme du bétail...

Écrit par : agnostico | 20/12/2010

"Prenons les Centales nucléaires, comme exemple..."

Désolé, Mme Ribordy, nous nous retrouverons peut-être un jour prochain dans un débat consacré à l'énergie nucléaire, mais ici, je pense que ce n'est pas vraiment le moment...

Écrit par : Scipion | 20/12/2010

"Eh oui la démocracie c'est de fermer sa gueule surtout quand on vous méprise avec une décision fondamentalement humiliante et contraire..."

Quand on se prétend adepte d'une religion de paix et de conciliation, on accorde ses actes aux principes que l'on affiche. Les chrétiens, eux, intiment de tendre la joue gauche. C'est un tout autre style.

Les musulmans, pour leur part, ont été incapables de comprendre qu'ils se gagneraient un avantage moral considérable, et de portée européenne, s'ils avaient adopté l'attitude responsable d'Hisham Maizar, président de la Fédération d’organisations islamiques de Suisse et qui projetait l'érection d'un minaret à Wil (SG) :

«Nous avons entendu le vœu de la population. Nous voulons coopérer. Et n’allons pas entamer le même combat qu’à Langenthal.»

Par ailleurs, ils auraient humilié l'UDC, et pour très longtemps, si en octobre 2009, ils avaient eu le trait de génie de décréter un moratoire de dix, quinze au vingt ans, sur la construction de minarets.

Le combat contre l'islamisation de l'Europe, à en juger par l'impact continental du vote, aurait mis de années à s'en remettre et je dois avouer que j'ai eu vraiment peur, jusque vers le 15 novembre, que les musulmans de Suisse ne se fassent ce coup prodigieux qui aurait leur valu un ascendant en forme de boulevard pour leur pénétration en Europe occidentale.

Au lieu de cela, ils ont démontré qu'ils ne sont ni pacifiques ni conciliants, en déclarant la guerre à 1'500'000 Suisses et Suissesses, qui vont encore plus "apprécier" les musulmans de leur pays, si les droits-de-l'hommeux de Strasbourg donnent raison aux recourants.

Je vous laisse imaginer les guérillas juridique - un domaine dans lequel les Suisses sont champions du monde - que vont entraîner, le cas échéant, tous les dossiers de mise à l'enquête des nouveaux minarets et ce qui en résultera pour la qualité de la cohabitation entre suisses mécréants et fidèles de la oumma.

Bonjour l'ambiance, bonjour la paix, bonjour la conciliation...

Écrit par : Scipion | 20/12/2010

"Les musulmans, pour leur part, ont été incapables de comprendre qu'ils se gagneraient un avantage moral considérable, et de portée européenne, s'ils avaient adopté l'attitude responsable d'Hisham Maizar, président de la Fédération d’organisations islamiques de Suisse et qui projetait l'érection d'un minaret à Wil (SG)$2
Le discours absolument représentatif et typique du populiste démagogique: Qui sont les "musulmans" ? Que savez-vous de la diversité et des positions des 400.000 "musulmans" de Suisse ? En quoi votre Hisham Maizar est-il représentatif de ces individus ? Vous n'avez aucune connaissance des personnes et votre simplisme affligeant en dit vraiment trop long sur votre position, exactement dans le même style que Freysinger & Cie.
Comment oserait-on parler de "Chrétiens" en Suisse sans procéder à de fondamentales distinctions entre Protestants, Catholiques, Orthodoxes (sans entrer dans les nuances internes à chaque espace religieux).
Quand on sait que la Conférence des Evêques Suisses était absolument contre l'interdiction des minarets ? Va-t-on de manière débile dire qu'elle est inféodée à un quelconque mouvement "musulman" ?
Et cette institution (comme bien d'autres juive, oecuménique, protestante...)qui a exprimé cette position, est-elle représentative de "tous les Chrétiens en Suisse" ??
Cessez de considérer d'autres citoyens suisses comme du bétail parce qu'un Hisham Maizar ou un Tariq Ramadan (abonné de la TSR parce qu'il offre le spectacle de la bondieuserie à un stade "pubertaire" de la pensée- et ils en rafollent certains journalistes...) s'est autoproclamé représentant d'une "communauté". Ayez la très élémentaire curiosité de découvrir que la majorité de ces musulmans de Suisse ne provient pas du monde arabe mais plutôt de Turquie et des Balkans avec une éducation laïque nettement plus prononcée que dans le reste de l'Europe. Et d'ailleurs c'est bien pour cela que cette votation est passée "tranquillos" parce que je suis convaincu qu'ils ne se sont pas sentis réellement concernés...
Grattez un peu vos neuronnes et essayez d'aller au fond des choses, des faits plutôt que déverser des généralités bêtifiantes avec la "Oumma, les musulmans, l'islamisation"....

Écrit par : agnostico | 21/12/2010

« Que savez-vous de la diversité et des positions des 400.000 "musulmans" de Suisse ? »

Je n’ai pas en tenir compte. Des musulmans s’expriment, les autres se taisent, j’en déduis qu’ils approuvent ceux qui s’expriment.

« En quoi votre Hisham Maizar est-il représentatif de ces individus ? »

D’abord, ce n’est pas le mien et, ensuite, il n’est pas représentatif du tout, puisqu’il a réagi de façon intelligente, lui.

« Vous n'avez aucune connaissance des personnes et votre simplisme affligeant en dit vraiment trop long sur votre position, exactement dans le même style que Freysinger & Cie. »

Ca, c’est normal, je suis moi-même membre de l’UDC.

« Comment oserait-on parler de "Chrétiens" en Suisse sans procéder à de fondamentales distinctions entre Protestants, Catholiques, Orthodoxes… »

Oh mais, ça se fait très très souvent, croyez-moi. Dans la conversation courante comme dans les médias

« …parce que je suis convaincu qu'ils ne se sont pas sentis réellement concernés... »

Je croyais que les musulmans de Suisse avaient été humiliés… Mais, en réalité, ce n'est donc qu'une minorité de susceptibles...

"Ayez la très élémentaire curiosité de découvrir que la majorité de ces musulmans de Suisse ne provient pas du monde arabe mais plutôt de Turquie et des Balkans avec une éducation laïque nettement plus prononcée que dans le reste de l'Europe."

Je commencerai à en tenir compte le jour où l'habitude se sera installée de dire "Il y a 400'000 musulmans en Suisse, mais il y en a 300'000 qui comptent pour beurre", en attendant, je continuerai à ne pas distinguer...

Écrit par : Scipion | 21/12/2010

Et voilà qu'on s'égare dans les méandres de l'islamisation, alors que le titre est: pour une alliance des humanistes.
Ensuite Jean-Noël Cuenod parle des manipulateurs d'opinion. J'ajouterai: Comment les débusquer? Sami Aldeeb avait, me semble-t-il, informé comment les relgieux musulmans apprenaient ces codes. Et, paraît-il, dans l'art de la manipulation, ils sont les maîtres.
Comme dit lovsmeralda: "Même Dieu est manipulateur".
Quant aux humanistes, agnostiques, athées, ils sont moins visibles sur le devant de la scène, car ils n'ont pas l'âme manipulatrice, ou si peu....

Écrit par : Noëlle Ribordy | 21/12/2010

@Scipion... Moi les antiminarets m'ont toujours fait penser à...

La ballade des gens qui sont nés quelque part
par Georges Brassens

C'est vrai qu'ils sont plaisants tous ces petits villages
Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités
Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages
Ils n'ont qu'un seul point faible et c'est être habités
Et c'est être habités par des gens qui regardent
Le reste avec mépris du haut de leurs remparts
La race des chauvins, des porteurs de cocardes
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

Maudits soient ces enfants de leur mère patrie
Empalés une fois pour toutes sur leur clocher
(etc)

Écrit par : k4ntico | 21/12/2010

A lire ces commentaires, Monsieur Cuénod, le mode de communication à inventer pour défendre la cause de l'humanisme va exiger bien du travail!

Que ce combat soit utopiste ou non, il est celui d'une culture qui a ses failles et ses richesses, comme n'importe quelle autre. L'admettre est parfois impossible, autant à ceux qui la défendent qu'à ses détracteurs.

Car le problème n'est pas dans les valeurs auxquelles on tient mais dans tout ce qu'on attend d'elles. Or aucun système n’est la panacée. L’accepter, c’est là que réside le véritable enjeu pour chaque culture.

Rêver de voir tomber les fanatismes est-il osé? La question est posée.

Hélène Richard-Favre

Écrit par : Chant-du-Cygne | 21/12/2010

que de mots, que de mots...
combien de mots hargneux, menaçants, catégoriques, suffisants, ironiques, maladroits ont été écrits ? combien d'autres ont été poétiques, drôles, légers, utiles ??
La proposition d'humaniser la société s'éloigne exponentiellement de son but à la mesure oû elle suscite tant de passions.
Je ne partage aucunement la frénésie à défendre telle ou telle autre idée. Je cherche avant tout à rester lucide et en cela, l'agitation des damnés, le son du clairon et les cantiques embrouillent mon esprit...
Je préfère me retirer de ce débat en me plaisant à penser que le Plouc, s'il nous lit doit bien se marrer !
Bonnes fêtes (de fin d'année, pas de Noël cela blesserait les non-chrétiens...)

Écrit par : Nicolas Roll | 21/12/2010

@ Nicolas Roll, Je ne connais pas Jean-Noël Cuénod mais je n'imagine pas qu'il puisse trouver de quoi "bien se marrer" à lire nos commentaires. Je crois au contraire que son appel a révélé ce que chacun sait et regrette.

On peut avoir envie de se retirer du débat, or je ne pense pas que cela soit souhaitable. Cela dit, votre position se conçoit.

Bonne fêtes à vous!

H.-R.F.

Écrit par : Chant-du-Cygne | 21/12/2010

Et puis encore, on ne peut vivre sans culture, on est de facto inscrit dans un système de valeurs.
En prendre acte sans refuser le dialogue avec autrui appartient à chacun.
Cela s'enseigne, cela s'apprend. Mais de part et d'autre, pas à sens unique.

C'est croire encore possible cette ouverture à l'autre qui peut sembler utopique. Et cependant, y renoncer, ouvre sur quelles perspectives?

A chacun d'y songer et de mesurer où mène le repli sur soi!

Hélène Richard-Favre

Écrit par : Chant-du-Cygne | 21/12/2010

"La ballade des gens qui sont nés quelque part"

Et vous savez ce qu'il a fait, ce bon Brassens, quand il a senti le souffle de la Camarde dans son cou ?

Il a pris ses cliques, ses claques, sa guitare et ses pipes, pour aller mourir sur la terre de ses ancêtres, où il a, de surcroît, choisi de reposer de son dernier sommeil.

Comme quoi, de la forfanterie d'une chanson à la vérité profonde des gens, il peut y avoir un large fossé.

Écrit par : Scipion | 21/12/2010

"A chacun d'y songer et de mesurer où mène le repli sur soi!"

Mais on y est, Madame. En plein dedans. Et Tocqueville l'a vu venir de loin, puisqu'il a admirablement décrit nos sociétés développées, en... 1840, il y a tout juste cent septante ans :

« Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde. Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leurs âmes. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espèce humaine ; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d’eux, mais il ne les voit pas ; il les touche et ne les sent point ; il n’existe qu’en lui-même et pour lui seul, et, s’il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu’il n’a plus de patrie. »

Dans un tel contexte, l'"ouverture à l'autre", tarte à la crème contemporaine, fait posture intellectuelle

Écrit par : Scipion | 21/12/2010

Les mots sont une chose, "Scipion", les postures une autre. Que l'ouverture à autrui soit devenue pour vous la "tarte à la crème contemporaine", comme vous la qualifiez, je le regrette.

Si c'est du fait de ceux qui se contentent d'appeler de leurs voeux cette "ouverture à l'autre" sans y donner de suite réelle, renoncer à cultiver des valeurs humanistes est une erreur.

Car il existe des êtres sincères, il existe des êtres disposés envers les autres, il existe des êtres qui ne se réfugient pas derrière les mots. Il faut juste encore croire qu'ils existent, dans ce cas, on reste ouvert.

L'aigreur, l'amertume, qui n'en a connu un jour le goût? Est-il vraiment indispensable de le cultiver?

Encore une fois, la question est posée.

Bien à vous,
Hélène Richard-Favre

Écrit par : Chant-du-Cygne | 21/12/2010

@Scipion

Vous raisonnez toujours à la louche ? Oui, on sait, c'est comme ça qu'on aime raisonner à l'UDC. En admettant même tout ce que vous affirmez sur Brassens, et en admettant aussi que ça puisse avoir un rapport quelconque (car je n'ai pas dit que les antiminarets me rappelaient Brassens, j'ai dit qu'ils me rappellent sa chanson).... En admettant donc, il vous reste à montrer que Brassens aurait "regardé le reste avec mépris du haut des remparts".

Écrit par : k4ntico | 21/12/2010

@ Scipion

"Ca, c’est normal, je suis moi-même membre de l’UDC"

A mourir de rire. Comme si j'allais vous prendre pour un membre des anarcho-syndicalistes....
C'est aussi avec un clavier que vous déverserz vos commentaires haineux sur ce site ?

"Je commencerai à en tenir compte le jour où l'habitude se sera installée de dire "Il y a 400'000 musulmans en Suisse, mais il y en a 300'000 qui comptent pour beurre", en attendant, je continuerai à ne pas distinguer..."

Heil Mein Scipion !! Richtig !

Et si ces 300.000 comptait encoire moins que pour beurre, ce serait d'un goût très miellé pour vous,
A l'instar de vos co-politiciens dans les années 30 à Berlin
A l'instar des admirateurs-subujugués par Schwarzenbach dans les années 70 un peu partout en Suisse
A l'instar de tous les individus qui refusent de comprendre les mécanismes de la mondialisation et restent suspendus dans leur fantasme de "pureté ethnique"...

Écrit par : agnostico | 21/12/2010

"...regardé le reste avec mépris du haut des remparts"."

Le type qui disait : "Sitôt qu'on est plus de quatre, on est une bande de cons" et qui éprouvait une admiration sans borne pour Louis-Ferdinand Céline, devait cultiver pas mal de mépris (mépris au pluriel, s'entend) du haut de ses remparts à lui.

Écrit par : Scipion | 21/12/2010

Mme Ribordy, Le problème avec l’autre, de nos jours, c’est qu’il est devenu multitude. Et cela nous met, à toutes sortes de points de vue dans la position de l’Empire romain du déclin.

Or, nous, à la différence des Romains des IIIe et IVe siècles, nous savons qu’après la chute ce n’étaient pas les barbares qui s’étaient romanisés, mais l’Empire qui s’était barbarisé. Ca donne à réfléchir…

Écrit par : Scipion | 21/12/2010

"A mourir de rire. Comme si j'allais vous prendre pour un membre des anarcho-syndicalistes..."

Ce n'est pas si évident de mon point de vue. Il aura fallu l'éviction de Christoph Blocher du Conseil fédéral, pour que je saute le pas.

"A l'instar de tous les individus qui refusent de comprendre les mécanismes de la mondialisation et restent suspendus dans leur fantasme de "pureté ethnique"..."

Le mécanisme de la mondialisation est tout ce qu'il y a de simple. C'est le processus de submersion des peuples proactifs par les peuples fatalistes. Et ça, pour les peuples proactifs, c'est pas bon. Pas bon du tout.

Mais comme je peux voir les choses, les fatalistes n'ont pas encore gagné, bien qu'ils disposent des gros bataillons. Des signes positifs et encourageants nous parviennent du fond de toutes les urnes d'Europe occidentale.

Et il est possible que ce ne soit qu'un début... Quoi qu'il en soit, il faut faire comme si.

Écrit par : Scipion | 21/12/2010

Un post interessant.

Écrit par : particulier | 23/12/2010

@Scipion. vous écrivez à propos de Brassens : Le type qui disait : "Sitôt qu'on est plus de quatre, on est une bande de cons" et qui éprouvait une admiration sans borne pour Louis-Ferdinand Céline, devait cultiver pas mal de mépris (mépris au pluriel, s'entend) du haut de ses remparts à lui.
==
Encore raisonné à la louche... c'est une spécialité on dirait. D'abord ce n'est pas une chose qu'il disait, mais une chose qu'il chantait en dénonçant les dynamiques de groupe: C'est donc mépris des sujets pluriels, des groupes clos y compris ceux auxquels ils aurait pu participer - et donc en particulier les déclinaisons des "gens qui sont nés quelque part et méprisent etc". Pas de contradiction, bien au contraire. Votre posture est ici similaire à dénoncer l'intolérance de qui déclare "pas de tolérance pour l'intolérance".

Pour ce qui est de Céline, je ne connais pas les détails. Eclairez-moi, voulez-vous dire que Brassens a :

(1) déclaré admirer Céline pour ce qui vaut au nom de Céline le statut d'infamant par association (statut auquel vous semblez faire allusion) ?

(2) déclaré admirer Céline pour des raisons qu'il détaille mais ne se laissent pas simplement réduire à ce qui vaut au nom de Céline ce statut d'infamant par association ?

(3) déclaré admirer Céline pour des raisons qu'il ne détaille pas ?

Écrit par : k4ntico | 23/12/2010

@ Scipion

"Le mécanisme de la mondialisation est tout ce qu'il y a de simple. C'est le processus de submersion des peuples proactifs par les peuples fatalistes. Et ça, pour les peuples proactifs, c'est pas bon. Pas bon du tout"

Avec une définition de la mondialisation aussi dramatiquement simpliste, je comprends parfaitement vos réactions et vos sentences....

Écrit par : agnostico | 23/12/2010

Je ne me sens plus en France dans mon pays;c'est une invasion silencieuse.Dire que mon oncle est mort pour que la France reste française.On nous impose des lois islamiques(les piscines reservées aux femmes musulmanes qui se baignent toutes habillées sans prendre la douche qu'on impose aux autres par mesure d'hygiène).L'obstruction des voies publiques avec des musulmans qui prient le "cu" en l'air,alors que moi,si je me gare mal,je prends une amende!!vive Marine.

Écrit par : kassab | 25/12/2010

"Dire que mon oncle est mort pour que la France reste française"
Combien de de dizaines de milliers de morts dans les rangs militaires français à tous les niveaux qui s'appelaient Mamadou,Mohamed ou Aissatou durant les deux guerres mondiales?
Et les HARKIS ? Ces Algériens qui ont combattu corps et âme pour la France avec une loyauté absolue. Quel sort leur a été réservé ???? Allez voir les camps de "concentration" dans lesquels ils ont été cantonés
Allez vois le film "INDIGENES" DE R. Bouchareb pour avoir une petite idée. Et encore le film "HORS-LA-LOI" pour constater l'effroyable ingratitude de l'Etat français envers ceux qui l'ont aidé à se débarasser du nazisme.
Vous faîtes honneur à votre père mais vous signifiez un horrible mépris aux "AUTRES" qui, non seulement ont le subi le joug colonial et le pillage de leurs richesses par la France, mais l'ont aidé en crevant sur le champ de bataille.

Enfin, c'est un déshonneur insupportable que vous commettez à l'égard de votre père en mentionnant votre "Vive Marine", quand le dernier des imbéciles sait à quel point cette mouvance extrêmiste de droite a été en connivence avec les nazis (5 ans de pouvoir Pétainiste en France...) et continue de cultiver l'antisémitisme et ce qui est à la mode de nos jours: L'islamophobie.

Écrit par : agnostico | 25/12/2010

Les commentaires sont fermés.