04/12/2010

Paris enfin sous la neige

BarraultNeiged4dec10.jpg

Comme les loups de Serge Reggiani, les flocons sont entrés dans Paris cette nuit. Après avoir fait sombrer Genève, Lausanne et la plupart des villes romandes dans le chaos, la neige s’est enfin occupée du cas parisien. Mais avec une mesure qu’elle n’avait pas observée dans les cités lacustres. Dans une agglomération surchauffée de douze millions d’habitants, pour ne pas se dégrader en pluie, les flocons doivent se serrer les cristaux. A défaut d’autre chose… Mais enfin, elle tient bien le coup, cette neige naturalisée parisienne, et la fine pellicule blanche se transforme en moquette non pas immaculée, mais, disons, couleur isabelle. Et comme nous sommes samedi, les encombrements routiers demeurent limités.

A la Butte-aux-Cailles, petit village au cœur du XIIIème arrondissement, la neige organise un voyage dans le passé. Les voitures, rares en temps habituel, ont disparu. Le passage Barrault (photo), si l’on efface les scooters en hibernation, n’a pas bougé depuis des siècles. Une ombre apparaît petit à petit derrière le rideau de perles grises des flocons. Le Plouc pourrait y reconnaître la démarche chaloupée d’un Verlaine plein d’absinthe. Il hantait souvent ces lieux lorsque le poète séjournait à l’asile de Sainte-Anne tout proche. Aujourd’hui, ce clochard alcoolique est devenu fréquentable puisqu’il a sa place dans le quartier, à l’endroit où la première Montgolfière - en vol libre et portant des humains - s’est posée le 21 novembre 1783. L’âme du poète s’est envolée, elle, depuis tant de lunes que Verlaine est devenu le nom d’une station de bus.

A la Butte-aux-Cailles, il y a autant, sinon plus, de bistrots qu’autrefois. C’est d’ailleurs la principale industrie locale. Les fumeurs font le trottoir en grelottant, en sautillant sur place comme des marionnettes balourdes, avant de jeter leur sèche devenue mouillée d’un geste rageur et de regagner la chaleur du café. Leurs mégots trouent de gris la couche neigeuse et font pschiiiiiit comme une promesse électorale.

Et voilà que la neige devient pluie…

Jean-Noël Cuénod

14:30 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Par chez moi - à 15 minutes de Paris - toute la semaine dernière, il a neigé une belle poudreuse quasiment continûment. Elle a tenu au sol avant qu'une neige plus lourde, pluvieuse, se mette à tout mouiller et à tout salir. Ça a commencé samedi, avec un répit lundi, et voilà qu'aujourd'hui re-belote avec cette neige épaisse qui fond quand on la piétine. J'adore engranger la sensation des textures différentes de neige en ville, en un si court laps de temps... Je me demande comment est la neige en ville en Suisse.

Écrit par : Marie-Kalthoum | 07/12/2010

J'oubliais de vous questionner : êtes-vous apparenté au ténor Hugues Cuénod ? Si c'est le cas, mes condoléances. Si ce n'est pas le cas, alors peut-être que Cuénod est un nom répandu en Suisse ?

Écrit par : Marie-Kalthoum | 07/12/2010

felicitation ;) J'aime l'hiver!

Écrit par : Létourneau | 08/12/2010

c'est la pagaille sur les routes une fois de plus. Une belle couche de neige a recouvert l'ile de France. Un beau manteau blanc que l'on avait pas vu depuis longtemps.

Écrit par : particulier | 09/12/2010

Article très intéressant. Merci.

Écrit par : anna | 24/02/2012

Très bon site et intéressant avec le regard très bon et l'information parfaite ... Je l'aime.

Écrit par : Sohbet | 29/08/2012

Les commentaires sont fermés.