11/11/2010

Service militaire obligatoire: la Suisse suivra-t-elle le mauvais exemple français ?

soldats.jpgLe Parti socialiste suisse a donc inscrit la suppression de l’armée à son programme et tant que celle-ci durera, le PSS propose de remplacer le service militaire obligatoire par un service volontaire. Pour les citoyens qui ont dû subir pendant des années les ordres stupides aboyés par des officiers aux neurones rares, l’idée paraît séduisante. Elle est pourtant fort mal venue.

Sous la présidence de Jacques Chirac, la France a supprimé en 1997 le service militaire obligatoire (conscription). Plus précisément, elle l’a suspendu, la conscription pouvant être rétablie si la situation du pays l’exige. Pour tenter de combler le vide ainsi créé, les jeunes Françaises et Français sont appelés à participer à une seule journée — de 8 h. 30 à 17 h. — consacrée au thème «Défense et Citoyenneté». Cette manière de «course d’école» n’a rien de commun avec un «service national» quel qu’il soit.

Certes, avant 1997, la conscription ne correspondait plus à grand-chose en France. En outre, les besoins de l’armée ont changé. Elle préfère de bons professionnels en nombre réduit plutôt que des bataillons d’amateurs tire-au-flanc. Le service obligatoire n’est donc plus un impératif pour atteindre des objectifs purement militaires.

Il n’en demeure pas moins que sans lui, la Suisse perdrait l’une des rares occasions qui obligent des citoyens d’origines, de cultures, de langues, de religions diverses à collaborer, à s’entraider, à partager. Pester contre les corvées est aussi un élément fédérateur dans une société aussi hétérogène que la nôtre.

Comme l’écrit Pierre Daninos, «le service militaire est une période où l’on mange très mal, mais qui nourrit les conversations pour toute la vie»! Il représente aussi un rite collectif de passage à l’âge adulte qui permet de donner à la société un de ces repères balayés par l’actuelle mondialisation sauvage.

 

Aujourd’hui, ce creuset social manque cruellement à la France dont le modèle républicain d’intégration vole en éclats. Plusieurs voix, à droite comme à gauche, s’élèvent outre-Jura pour proposer des solutions destinées à combler cette lacune... Au moment même où les socialistes suisses s’apprêtent à jeter la conscription aux oubliettes!

Abolir le service militaire obligatoire est une chose. Supprimer le creuset social qu’il représente en est une autre. Pourquoi ne pas concevoir un «service citoyen» destinés à renforcer les autorités municipales, cantonales ou fédérales, à épauler les œuvres d’entraide? Ce ne sont pas les tâches qui manquent. Il devrait concerner tous les jeunes, quel que soit leur sexe. Faut-il le rendre obligatoire? Oui, dans la mesure où cette contrainte s’appliquerait à toutes et à tous — sauf motifs médicaux — de façon égalitaire. Personne ne devrait échapper à cette prise de conscience que nous appartenons tous à une collectivité, au-delà de nos origines.

 

Jean-Noël Cuénod

10:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.