21/06/2010

L’équipe de France de foot fait le bonheur… du rugby !


4172671718-quick-annule-sa-campagne-publicitaire-avec-nicolas-anelka.jpgInsultes obscènes d’Anelka contre son entraîneur Domenech, reproduites dès lendemain dans L’Equipe, expulsion du fauteur de troubles, grève des Bleus qui, du haut de leur montagne d’argent, refusent de s’entraîner. Dans toute l’histoire de la Coupe du Monde de foot, jamais sélection nationale ne s’est montrée aussi lamentable. Et une chaîne de restauration rapide est en train d’enlever à la hâte ses affiches où Nicolas Anelka promeut  l’un de ses produits (photo).

 


Mais en France, ce comportement effarant ne fait pas que des malheureux. Les dirigeants de clubs de rugby se frottent les mains. Et c’est un footeux qui dresse ce constat : Lionel Charbonnier, l’ancien gardien remplaçant de l’équipe de France championne du monde en 1998 et… du Lausanne-Sport vers l’an 2000. Dans une interview au Midi Olympique   bihebdomadaire uniquement consacré au noble jeu rugbystique – Charbonnier confie :

 


Dans mon entourage proche, je connais beaucoup de gens qui retirent leurs enfants des clubs de football pour les inscrire dans les écoles de rugby. Je vois même aujourd’hui dans les cours d’école des gamins jouer au rugby. C’est symptomatique.

 


Il est vrai qu’au parc Montsouris à Paris, les ballons ovales font concurrence aux ballons ronds depuis plusieurs mois.


Certes, le rugby n’a pas encore détrôné le Roi des sports. La complexité de ses règles et sa diffusion limitée sur la planète restent de lourds handicaps. Mais il est en train d’amasser un sacré capital de sympathies en France. Tout d’abord, les familles peuvent assister à un match de rugby sans craindre de se faire occire par des houliganes marinés à la Heineken. Ensuite, les rugbymen n’ont pas cette arrogance bling-bling qui transforme les Bleus en têtes à claque. Compte tenu de la modicité de leurs primes, les sélectionnés du XV de France appartiennent encore au « monde des gens ». Enfin, le rugby, par ses caractéristiques de base, contraint ses adeptes à jouer collectivement : impossible de faire sa vedette en solitaire, sous peine d’être transformé en sole grillée.

 


Le rugby est le dernier grand sport collectif à se professionnaliser. Il garde donc encore – mais pour combien de temps ? – la fraîcheur propre aux amateurs. Cette mutation a donné des résultats : un jeu plus spectaculaire et des performances physiques plus impressionnantes qu’auparavant. Sur l’abdomen des rugbymen, les muscles en forme de tablettes de chocolat ont remplacé la bonne vieille ceinture de cassoulet.
Ce sport familial où les vertus d’effort et de solidarité sont encore pratiquées résistera-t-il à la cupidité fricarde qui a pourri le foot ? Gardons ChabalSébastien.JPGl’espoir. Mais les affiches de pub (photo) mettant en scène Sébastien Chabal le plus médiatique – et non pas le meilleur – rugbyman français font craindre le pire.

Jean-Noël Cuénod

16:46 | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : coupe du monde, football, rugby, anelka, chabal | |  Facebook | | |

Commentaires

Ce qu'on retiendra surtout de la fin de la semaine dernière, c'est qu'avec l’apéro saucisson-pinard de vendredi, le naufrage de la fiction black-blanc-beur du week-end, et, dimanche, la manifestation anti-racailles des Chinois, c’est le chimérique vivre ensemble qui a commencé à partir en vrille.

Écrit par : Scipion | 21/06/2010

Ce drame national ( qui Sarkozy est-il allé voir à Baden-Baden maintenant que Massu n'y est plus ?) permet d'attirer l'attention des familles sur le plus beau des jeux, le rugby, et le plus beau des pays, l'Ovalie.
J'en suis passionné depuis plus de 30 ans : un certain Irlande-France à Landsdown Road m'avait profondément marqué (Jean-Pierre Rives hénaurme!!!)
Une phrase du grand journaliste de l'Equipe que j'ai eu la chance de rencontrer résume tout "Le rugby c'est la plus jolie des guerres en temps de paix".
merci pour ce billet nécessaire Jean-Noël
p.l.
ps : fin juillet à Nyon : rencontre entre deux des meilleures équipes françaises

Écrit par : pierre losio | 22/06/2010

Vive le rubby, mais surtout le rubby à XIII fort sympathique mais malheureusement méconnu des médias.

Écrit par : Hypolithe | 23/06/2010

Je ne connais rien du foot et mon avis n'est donc que superficiel, d'autant que je n'étais pas dans les vestiaires. Mais les problèmes de communautarisme ne datent ni d'aujourd'hui, ni d'hier, même si des fachos comme Scipion prennent un malin plaisir à jeter de l'huile sur le feu.
Et si l'équipe de France de 1998 a su se souder au-delà de ses différences ethniques, c'est sans doute à l'encadrement d'alors qu'elle le doit, et au fait que ses joueurs encore inconnus n'étaient pas des divas surpayés et suremployés par leurs clubs respectifs.
L'encadrement d'aujourd'hui a failli, c'est évident. Et les joueurs avaient dès le départ et depuis plusieurs années d'autre choses en tête que l'idée fixe de la coupe du monde, qui allait leur ouvrir le Graal de la reconnaissance professionnelle et médiatique. Ceux d'aujourd'hui les avaient déjà.
Je ne crois pas qu'il failler chercher ailleurs les causes de la cacophonie actuelle: le pognon et le pouvoir. La race ou la couleur n'ont pas grand chose à voir là-dedans.
Et vive le rugby de mes ancêtres béarnais :-)

Écrit par : Philippe Souaille | 24/06/2010

"...les problèmes de communautarisme ne datent ni d'aujourd'hui, ni d'hier, même si des fachos comme Scipion prennent un malin plaisir à jeter de l'huile sur le feu."

Je ne jette pas d'eau sur le feu, frère Philippe, je constate qu'il y a au moins dix ans que j'ai raison et que j'ai aussi raison de tenir bon contre les nébuleux hallucinés dans votre genre. Cela dit, je compatis dans la mesure où l'urgence de votre utopie est, une fois de plus, repoussée sine die... :o)

P.S. - Au moment de mon intervention, je ne connaissais pas encore la déclaration de Govou, rapportée aujourd'hui par notre hôte - "Dans la vie de tous les jours, on cherche des affinités, alors en équipe de France aussi. Et quand on cherche des affinités, la couleur, c’est la première chose qui vient à l’esprit." -, en revanche, je connais depuis très longtemps l'expression de la sagesse populaire qui nous rappelle que "Qui se ressemble s'assemble", et j'y crois.

Écrit par : Scipion | 24/06/2010

"frère" ? Avec vous ???
Pour le reste, Govou dit vrai, c'est pour cela que l'on parle de minorité visible. Mais cela confirme ce que j'ai dit plus haut : faire en sorte de créer une unité au-delà des différences, c'est le boulot de l'encadrement. Et Domenech s'est clairement planté sur toute la ligne.
Les Suisses aussi sont différents, en bien des points essentiels: langue, culture, religion... Cela ne les empêche pas de s'unir à l'occasion. La couleur et la race ne sont pas plus différenciateurs, sur le fond, que la langue, la culture ou la religion.

Écrit par : Philippe Souaille | 24/06/2010

"Pour le reste, Govou dit vrai, c'est pour cela que l'on parle de minorité visible."

Sans omettre de préciser que dans l'équipe de France, la minorité visible, ce sont les blancs :o)

Écrit par : Scipion | 24/06/2010

Sans oublier de préciser que Gourcuff ne reçoit aucune passe. Parce qu'il est blanc.

Écrit par : Géo | 24/06/2010

entre scipion et geo ça devient délirant ce blog!!! Gourcuff ne reçoit aucune passe parce qu'il est blanc...!? avez vous le début du commencement de quelque chose qui vous permet d'affirmer une telle chose? hormis que cela soulage votre xénophobie endèmique... je ne vois pas... RI-DI-CU-LE!

Écrit par : matthieu | 24/06/2010

@hypolithe
le JEU A XIII pas le rugby à XIII...vous voulez une 2ème geurre civile ? :-))

Écrit par : pierre losio | 24/06/2010

"vous le début du commencement de quelque chose qui vous permet d'affirmer une telle chose?"

Pour Geo, je ne sais pas, mais moi, j'ai justement un début du commencement de quelque chose", à la fin de l'éditorial du "Monde" du 19 juin :

"...fractionné en de multiples clans - Noirs d'origine antillaise, Noirs d'origine africaine, Blancs, musulmans, expatriés de luxe ou restés en France, issus des cités de banlieue et revanchards ou venus de la modeste province et "triquards" -, ce football épouse les contours du pays."

Et si on ajoute ce qu'a dit Govou - "Dans la vie de tous les jours, on cherche des affinités, alors en équipe de France aussi. Et quand on cherche des affinités, la couleur, c’est la première chose qui vient à l’esprit." - à ce qu'a répondu l'envoyé spécial du "Monde", Gérard Davet, à un chatteur - "...il n'est pas compliqué d'observer sur le terrain que cette équipe fonctionne par affinités sélectives, ce qui se traduit par un collectif hétérogène." (17.06.10) -, on arrive à un "début du commencement de quelque chose" assez consistant.

Écrit par : Scipion | 24/06/2010

La France est abattue par l'élimination de son équipe au mondial et c'est logique. Ce qui l'est moins c'est que l'Algérie, étant éliminée aussi, certains expatriés foutent le feu à des bagnoles, cassent des vitrines et obligent les forces de l'ordre de maintenir l'ordre à Paris ! Chassez le naturel, il revient au galop !

Écrit par : octave vairgebel | 24/06/2010

Matthieu@ source : le Temps. Je sais que cela ne vous fait pas plaisir, vous faites partie de ceux qui pensent que la France est black-bleu-beur. Aujourd'hui, elle est black contre tout le monde. Beur contre tout le monde. Moi contre tout le monde (Anelka).

Écrit par : Géo | 24/06/2010

@Pierre Losio. Désolé, Pierre, mais depuis un arrêt de la Cour française de cassation pris en 1993, le Jeu à XIII s'appelle de nouveau Rugby à XIII. Le régime de Vichy l'avait interdit en raison de son professionnalisme, contrairement au XV resté amateur jusqu'à récemment. Puis, à la Libération, le XIII a été relegalisé mais fut obligé de s'appeler "Jeu à XIII" en raison de l'hostilité tradionnelle de la Fédération Française de Rugby (à XV).
Il a donc fallu un recours en Cassation pour que les treizistes puissent user du mot "rugby".
A ne pas confondre avec le rugby à VII qui est devenu discipline olympique. Quant au Jeu à VII, il ne se pratique qu'en Suisse sous le vocable de "Conseil fédéral" où diverses tactiques dites "de coups tordus" sont appréciées des amateurs. Jean-Noël.

Écrit par : Jean-Noël Cuénod | 24/06/2010

@GEO, SCIPION et autres excité de l'identité nationale... notamment française (???) si vos sources ne sont que de simple ragots journalistiques... ou l'analyse journalistique d'un éditorialiste qui n'engage que lui... si le moindre mot du Monde devait être parole d'évangile...

il se trouve simplement que vos eructations nationalistes ont trouvé un écho par-ci par-là de là à en faire une vérité... enfin c'est ça qui est bien avec les faf's... on est jamais surpris les méthodes ont toujours été les mêmes...

Écrit par : matthieu | 25/06/2010

Cette coupe du monde 2010 est un désastre pour le football français ! C'est un énorme fiasco où les joueurs ont la plus grande part de responsabilité à mon sens. Mais voyons les points positifs : A défaut d'animation sur le terrain de jeu, il y en a eu à l'extérieur ! De plus, au moins cette cacophonie va permettre de faire le grand ménage au sein des institutions du foot français..

Écrit par : Kostenlosen Mädchen spiele | 30/06/2010

Tant mieu, le rugby ça au moins c'est un sport d'homme !

Écrit par : france pari | 06/06/2011

Les commentaires sont fermés.