08/04/2010

Sarkozy : l’indécollable sparadrap de la rumeur


Comme le capitaine Haddock qui ne parvient pas à décoller ce maudit sparadrap, Nicolas Sarkozy et la Première Dame numéro 2 demeurent empêtrés dans la rumeur. Alors que celle-ci commençait à fléchir, voilà Pierre Charon, le conseiller en communication de Carla Bruni-Sarkozy, qui remet une couche en prononçant des propos hallucinants sur « une espèce de complot organisé avec des mouvements financiers » et des vilains graphomanes allemands, anglais et – berk ! – suisses. « Il faut que la peur change de camp », poursuivait-il à la manière d’un Deubelyou Bush lançant ses GI’S sur l’Irak. Il est heureux pour ce personnage que le ridicule ne tue plus depuis l’interdiction – très regrettée – des duels. En revanche, ce Charon aurait voulu remettre en route le moulin à rumeurs qu’il ne s’y serait pas mieux pris !
Il s’en est suivi une série impressionnante de couacs dignes des marxistes tendances Brothers. A Europe 1, mercredi 7 avril (voir la vidéo), Carla Bruni-Sarkozy dément haut et fort qu’une enquête de police fût diligentée pour connaître la source des rumeurs : « On ne fait pas une enquête sur des commérages… C'est inimaginable de dire des choses pareilles ! »

 

 

La Première Dame n'est pas la première informée

 

Deux heures plus tard – patatras ! - « l’inimaginable » devient réalité. Le site Médiapart annonce : le patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, lui a confirmé que ses services ont bien «mené une enquête pour déterminer l'origine des rumeurs qui se sont propagées sur Internet concernant la vie privée de Nicolas Sarkozy et celle de Carla Bruni».

 Apparemment, la Première Dame n’est pas la première informée. Ou alors, c'est le chef du renseignement qui est mal renseigné.


Autre épisode, l’inévitable Rachida Dati qui se faisait – presque – oublier. Le « Canard Enchaîné » et « Le Monde » relèvent que des proches de l’Elysée soupçonnent l’ancienne Garde des Sceaux d’avoir alimenté la rumeur. Hurlement de louve : la députée européenne dément à tours de langue courroucée.

 
A la Genèse de ces mécomptes à dormir debout, l’Elysée a dénoncé des scribouillards-twitteurs qui auraient parasité le site du JDD (Journal du Dimanche), début mars, en lançant des inepties sur le couple. En fait, ces rumeurs ne cessaient de courir les rédactions parisiennes depuis la mi-février, avec un pic à la fin de ce mois que Le Plouc a pu constater en se rendant au Salon de l’Agriculture. Sarkozy n’avait pas honoré de son omniprésidentielle présence l’inauguration de ce plus grand rendez-vous de la France profonde, contrairement aux usages.  

Et comme les paysans apprécient le respect des traditions, cette absence a fait jaser entre un coup de Calva au stand de la Basse-Normandie et une descente de Pécharmant (non, je ne me suis pas trompé d’orthographe, il s’agit d’un magnifique vin de Bergerac) chez les Périgordins.

 

Ces rumeurs ne sont pas autres choses que… des rumeurs. Mais elles sont consubstantielles au sarkozysme. Avant même que Sarkozy ne se hisse sur le trône élyséen, elles circulaient à propos de ses relations avec Cécilia, sa deuxième femme. On se rappelle son bureau à Bercy, lorsque son mari occupait le Ministère des Finances. Et son escapade à New-York. Et les retrouvailles sous le regard larmoyant des caméras attendries. Et son ambassade officielle pour arracher les infirmières bulgares aux griffes de l’Hirsute des Sables (Merz aurait pu en prendre de la graine !). Et enfin, le premier divorce présidentiel sous la Ve République.

 

Puis, a succédé, la saga Carla, supervedette de la pipolerie mondialisée. Le Plouc est tombé de sa chaise dorée lorsque le 8 janvier 2008, dans la grande salle de l’Elysée, pendant une conférence de presse où le sort du Sarkoland devait se dessiner, Nicolas Sarkozy clamait aux médias de la France et du monde : « Avec Carla, c’est du sérieux ». Le Plouc voit encore ses confrères britanniques et américains se tordre les côtes alors que les journalistes allemands en avalaient leur parapluie.

 

Dans ces conditions, la rumeur n’est pas un accident, c’est une seconde nature.

 

Jean-Noël Cuénod

20:37 | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : sarkozy, carla, bruni-sarkozy, rumeurs, vidéo | |  Facebook | | |

Commentaires

Bravo!

Très belle envoleé. La phrase finale est un régal!

Écrit par : Père Siffleur | 08/04/2010

Faut-il comprendre - en d'autres mots : Juste retour de manivelle ?

Écrit par : Robert Conrad | 09/04/2010

Le net est connu pour sa haute fréquentation de gens qui le prennent pour un dévaloir à leurs frustrations. Un vrai nid de vipères. Et suis d'accord pour que ceux qui propagent des rumeurs soient inquiétés à leur tour! Inadmissible qu'un outil aussi merveilleux fasse l'objet de dérives de minables désaxés et intégristes de tous bords!

Monsieur Cuénod,vous manquez souvent d'élégance dans vos billets sur le Président français. Ce manque de retenue est navrant pour ne pas dire inadmissible!

Écrit par : Patoucha | 09/04/2010

Madame Patoucha, (c'est bien Madame?)

Votre nom viendrait-il de: "PAS TOUCHE À ... Monsieur le Président Sarkozy"

Écrit par : Père Siffleur | 09/04/2010

Mardi soir, dans une émission sur France 5, un journaliste expliquait que, lorsque la rumeur a surgi sur Internet, il y avait bien deux mois qu'elle se chuchottait dans toutes les rédactions parisiennes.
Le couple présidentiel se comporte un peu comme Lady Di : on étale sa vie privée quand ça nous arrange, mais on est prêt à tout quand ça ne nous arrange plus. Quand on se conduit comme de simples peoples, on en récolte aussi les inconvénients.

Écrit par : gamine | 09/04/2010

Le Matin avait publié en son temps une photo du nabot en visite officielle au Maroc. Lors de sa venue au parlement il était assis comme un crapaud, jambes écartées, le portable dans les mains au milieu de l'hémicycle le dos tourné aux parlementaires qui derrière lui se tordaient de rires.

Voici un lien concernant cette visite, on y voit le fauteuil, Sarkozy malheureusement pas assis.

http://www.newsnours.com/2007/10/nicolas-sarkozy.html

et sur bladinet où il se vautre dans un autre fauteuil

http://www.bladi.net/photos/evenements/nicolas-sarkozy-maroc/

Ce n’est plus un droit mais un devoir sacré de se fendre la pêche sur le dos de Sarkozy.
Espérons que ce satrape accablé par toutes ces affaires dont il est le seul responsable démissionne ou au pire ne se représente plus en 2012

Écrit par : Hypolithe | 10/04/2010

Monsieur Hypolithe,

N'ayez crainte, le satrape ouvrira lui-même sa trappe... Il y tombera seul, car la Bruni sautera l'obstacle... elle a de grandes guitares!

Écrit par : Père Siffleur | 10/04/2010

c'est facile de lancer les rumeurs, un peu moins de les contrées

Écrit par : dépanneur tv | 13/04/2010

La rumeur le plus vieux média du monde

Elle suppose la propagation d’une nouvelle (un événement, vrai ou faux, passé ou futur) d’un interlocuteur l’autre, « un vers un », en concurrence avec des modes de communication officiels ou légitimes (autorités ou médias « un vers tous »). Chaque nouveau diffuseur a tendance à enjoliver la rumeur et à la crédibiliser (en ajoutant qu’il la tient de source sûre, alors qu’il l’a de douzième main). Le plus souvent, elle porte sur des faits secrets et scandaleux : sexualité, maladies ou dangers cachés, complots, argent ou corruption, bref ce qui fait fantasmer à propos des puissants, hommes et organisations.

Bouche-à-oreille, médisance, cancan ont probablement toujours existé. Les mass media n’ont pas fait disparaître la rumeur ; ils ont stimulé le goût pour ces « révélations » parallèles, gratifiantes pour celui qui « sait ». Internet, permet à chacun d’être éditeur, sur son site ou sur son blog, et facilite la circulation des rumeurs : on peut toucher le monde entier et non plus son réseau de relations en retransmettant un simple courriel. Parallèlement, beaucoup d’internautes développent une mentalité « X-files », c’est-à-dire la tendance croire que « la vérité est ailleurs » et que les « vieux » médias nous cachent la vraie raison des choses.

Écrit par : Hypolithe | 13/04/2010

Many thanks for sharing and keep up this great work! All the best to you.

Écrit par : landlord insurance | 20/02/2011

C'est un article intéressant qui montre les raisons de l'échec d'enlever le capitaine Haddock à cause de bandes damnés de la rumor.It est vraiment un article instructif. Merci pour ce cisaillement.

Écrit par : san antonio dentists | 21/08/2011

Great post sur ce sujet. Je suis content que j'ai été capable de lire tout cela et se sentir comme je sais tellement maintenant.

Écrit par : eu cigarettes | 23/03/2012

Les commentaires sont fermés.