03/03/2010

La tempête « Xynthia » et ses leçons de solidarité

Xynthia.jpg

Les mauvais sentiments ont bonne presse, c’est bien connu. Faites-vous montre d’un brin d’humanité? Aussitôt, vous voilà accusé d’ «angélisme», l’injure suprême.

L’ «angéliste» est un crétin qui en rajoute dans la stupidité, puisqu’en donnant «il se fait avoir». Refusez-vous de prendre l’étranger pour le bouc émissaire de vos petites frustrations? «Angélisme!»
 Etes-vous écœurés par une société qui voue un culte au veau d’or? «Angélisme!»
Doutez-vous du bien-fondé d’une civilisation qui fait de la compétition entre les humains sa vache sacrée? «Angélisme, vous dis-je!»

Lorsqu’évoquant Nicolas Sarkozy, le publicitaire Séguéla claironnait «celui qui n’a pas une Rolex à 50 ans a raté sa vie», il ne lâchait pas une incongruité mais traduisait l’essence de notre époque.
 
Depuis Gide, chacun sait qu’on ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments. Et désormais, on ne développe plus de société — bonne ou mauvaise — avec de bons sentiments. Le cynisme devient la valeur-phare qui ne craint pas les crises; le repliement sur son mini-moi prend des allures de valeur-refuge qui légitime l’égoïsme.
 
Mais lorsque la terre, l’air et la mer se mettent en colère, lorsque l’humain est confronté à plus fort que lui, les Rolex sont emportées par les marées, le cynisme coule à pic et l’individualisme relève de la pratique suicidaire. La fraternité — troisième terme de la devise française — quitte le fronton des mairies pour s’incarner dans un peuple en souffrance. La solidarité ne provoque plus de ricanement mais retourne dans son lit comme un fleuve qui s’était égaré.

A La Rochelle, l’une des villes frappées par la tempête «Xynthia», nous avons pu mesurer cette générosité en marche dans toute son intensité. Une générosité qui ne s’affiche pas et s’exprime souvent dans la bonne humeur, malgré la détresse: «Si je donne un coup de main? Eh bien, c’est normal, non?» Cette vidéo d'Europe 1 confirme cette marée solidaire.


Après Xynthia, la solidarité s'organise
envoyé par Europe1fr. - L'actualité du moment en vidéo.

 


Au restaurant scolaire d’Aytré, transformé en lieu d’accueil pour les sans-abri, cette solidarité s’organise d’elle-même, avec le soutien, certes, des autorités locales mais surtout par une sorte d’autodiscipline collective dont personne n’avait perdu l’usage et qui est prête à ressurgir dès que le besoin s’en fait ressentir.

Pour faciliter les rapports entre donateurs et victimes, la radio tient un rôle prépondérant. Radio-France a tissé un réseau de 41 stations locales sous l’égide de «France Bleu». Nous avons assisté dans les bureaux de «France Bleu La Rochelle» à ces échanges. «Nous croulons sous les appels. Chacun veut aider, donner quelque chose. La mobilisation est très forte», explique Jean-Luc Troussel, directeur de la station.
 
Un besoin de camping-gaz se fait-il sentir dans tel quartier? Manque-t-on d’habits pour adolescents? Aussitôt, des auditeurs proposent leurs services. Et cela fonctionne aussi dans l’autre sens: des habitants préservés de la tempête annoncent qu’ils se serreront un peu pour héberger des sans-abri.  En voici un exemple puisé sur le site de France Bleu La Rochelle (cliquer pour voir ce lien):

 

Xynthia a semé la mort. Elle nous rappelle aussi que sans cohésion sociale, il n’est point de vie.

(Cette chronique a paru en rubrique "Perspective" de la Tribune de Genève jeudi 4 mars et en rubrique "Réflexion" de 24 Heures vendredi 5 mars 2010)

18:31 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Mr. Fillion c'est bien de présenter vos condoleances mais la solidarité doit venir de vous. La majorité des sinistrés sont couverts par l'assurance "tempête" dans leur contrat. Pas besoin encore d'appeler à la solidarité financiere des Français qui de toutes les façons subirons l'année prochaine de l'augmentation des cotisation habitation à cause de cette catastophe.Madame Aubry a encore manqué une bonne occasion de se taire. Pour des raisons politiques il ne faut pas ce servir du malheure des gens.

Écrit par : Chinoise | 03/03/2010

"Vous êtes d'une rare mauvaise foi. Il s'agit de solidarité normale entre voisins et non de l'éternelle..."

C'est le retour de l'antique "solidarité villageoise". Mais pour la réactiver, il faut que la cause soit spectaculaire.

Il n'y a pas si longtemps (2003), dans la même France, quinze mille vieux crevaient de canicule dans l'indifférence générale.

Nous sommes donc en présence d'une de ces manifestations de "cohésion sociale" d'origine médiatique, aussi artificielle que sans suite à l'instar de celle qu'avait provoquée la victoire des "Bleus" dans le championnat du monde de football.

Cela observé, il n'est pas surprenant de voir un Plouc de gauche se raccrocher au moindre indice qui tend à le confirmer... dans son angélisme.

Écrit par : Scipion | 04/03/2010

La Suisse subit des raz de marées bien plus inquiétants, car ils sont prévisibles !

Écrit par : Sabourjian | 06/03/2010

Sarko, avait bien promit aux français de nouvelles constructions en zones inondables !

Écrit par : Sabourjian | 07/03/2010

Les commentaires sont fermés.