17/01/2010

Haïti(3): le gouverneur de la rosée

roumain.jpgQuant les médias se retournent pour lorgner Haïti, c’est pour y contempler ses désastres en oubliant ses richesses intérieures. S’il faut d’urgence apporter l’aide à ce peuple qui survit dans l’horreur, il serait néfaste de faire l’impasse sur les trésors littéraires qu’offrent au monde francophone les poètes et écrivains haïtiens.

 


Depuis l’apparition du tremblement de terre à Port-au-Prince, nous avons présenté deux poètes de ce pays, Depestre et Bélance. Aujourd’hui, place est ménagée à l’un des écrivains haïtiens les plus connus : Jacques Roumain. Son roman «Le Gouverneur de la Rosée» a été largement diffusé, surtout dans les années soixante. C’est alors son propos engagé qui avait assuré sa promotion  à une époque où la jeunesse occidentale battait le pavé. Cet aspect demeure d’actualité, car les injustices n’ont pas fini de pleuvoir sur le peuple haïtien comme une pluie acide. Mais on ne saurait le réduire à cette seule dimension. «Le Gouverneur de la Rosée» est aussi un chant qui fait sourdre le rêve de la terre haïtienne et vibrer d’amour les brumes forestières.

 


Né en 1907, Jacques Roumain est décédé en 1944. Malgré son bref passage sur la terre, ce petit-fils d’un ancien président de la République haïtienne (Tancrède Auguste), a mené de front plusieurs activités. Après des études en Suisse et dans d’autres pays européens, Roumain s’est opposé à l’occupation  de sa nation par les Etats-Unis  qui a duré de 1915 à 1934. Cette année-là, il fonde le Parti communiste haïtien. A ce titre, Roumain a été emprisonné, puis contraint à l’exil. A la faveur d’un changement de pouvoir à Port-au-Prince en 1941, il peut retourner dans son pays natal après cinq ans et demi d’exil. Samedi 18 août 1944, Jacques Roumain meurt subitement à 37 ans. Les causes de son décès n’ont jamais été élucidées.
Son engagement politique n’a jamais fait de l’ombre à son travail littéraire.  Voici un poème  qui illustre bien les dimensions multiples de l’homme Jacques Roumain.

 


Bois d'Ebène

Si l'été est pluvieux et morne
si le ciel voile l'étang d'une paupière de nuage
si la palme se dénoue en haillons
si les arbres sont d'orgueil et noirs dans le vent et la brume
si le vent rabat vers la savane un lambeau de chant funèbre
si l'ombre s'accroupit autour du foyer éteint
si une voilure d'ailes sauvages emporte l'île vers les naufrages
si le crépuscule noie l'envol déchiré d'un dernier mouchoir
et si le cri blesse l'oiseau
tu partiras

abandonnant ton village
sa lagune et ses raisins amers
la trace de tes pas dans ses sablesle reflet d'un songe au fond d'un puits
et la vieille tour attachée au tournant du chemin
comme un chien fidèle au bout de la laisse et qui aboie dans le soir
un appel fêlé dans les herbages?

Nègre colporteur de révolte
tu connais les chemins du monde
depuis que tu fus vendu en Guinée une lumière chavirée t'appelle
une pirogue livide
échouée dans la suie d'un ciel de faubourg.

 


Vos dons pour Haïti :
Chaîne du Bonheur
1211 Genève 8
CP 10-15000-6 (mention Haïti).

 

 


Œuvres de Jacques Roumain

 


1927 – juillet. «Mon ami Alcibiade». La Trouée, p.26-28.
1927 – octobre. «La Veste». La Revue indigène, p.168-171 (repris in La Proie et l'ombre, p.27-41).
1929 – 24 août. «La Fin de Benoît Carrère». La Presse (repris in La Proie et l'ombre, sous le titre «Fragment d'une confession», p.45-54).
1930 – 19-22 et 24-25 février. «Préface à la vie d'un bureaucrate». Haïti-Journal (repris in La Proie et l'ombre, p.55-95.)
1930 – La Proie et l'ombre, préface d'Antonio Vieux, Port-au-Prince, Éd. "La Presse". Ce recueil comprend les nouvelles suivantes: «Propos sans suite», «La Veste», «Fragment d'une confession» et «Préface à la vie d'un bureaucrate».
1931 – 20-24 et 26-31 janvier et 2-5 février. «La Montagne ensorcelée» (Feuilletons 1-15), Haïti-Journal (publié en volume en décembre).
1931 – 27 juin. «Les Fantoches» (fragment). Haïti-Journal.
1931 – [décembre]. Les Fantoches. Port-au-Prince: Imprimerie de l'État.
1931 – [décembre]. La Montagne ensorcelée, préface de Jean Price-Mars. Port-au-Prince: Imprimerie E. Chassaing.
1938 – 25 août. «Gouverneurs de la rosée», Regards (Paris), pp. 9-10.
1944 – Gouverneurs de la rosée. Port-au-Prince: Imprimerie de l'État.
1993 – Le Champ du potier, ms. d'un roman inédit. Rencontre (Port-au-Prince) 4 (1er trim.): 50-54.
 

12:32 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

Commentaires

Un ami cinéaste martiniquais travaillant à RFO, m'avait fait connaître ce très beau roman "Gouverneur de la Rosée", dont il voulait faire un film, il y a 20 ans. L'adaptation qu'il en avait tirée était très cinématographique, mais il n'a jamais pu réunir les financements nécessaires. C'est grand dommage.
Comme le dit Laferrière, autre grand écrivain haïtien, "La culture, c'est tout ce qui reste en Haïti" et c'est vrai qu'elle foisonne en proportion inverse des malheurs qui s'acharnent sur le pays.

Écrit par : Philippe Souaille | 17/01/2010

Merci Jean Noel!!!

Y en a qui en savent que propager des poussières ombreuses avec leur macabre cohorte de préjugés et d'inculture. Y en a qui savent apercevoir les lumières qui illuminent, qui annoncent l'espoir dans la grossiereté de leur noire arrogance, la résultante de leur ignorance.

Merci pour cette rosée vivificatrice dans ce désert... Mais Espoir!

Merci pour cette belle torche cher collègue.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

Écrit par : Gorgui NDOYE | 17/01/2010

J'ajoute au merci de Gorgui NDOYE le miens. Vos trois billets qui nous font découvrir ou redécouvrir la culture littéraire haïtienne sont le plus bel hommage pour les victimes de ce terrible tremblement de terre. Haïti restera debout malgré la catastrophe, la mort, les injustices, les violences, la pauvreté.

Écrit par : pachakmac | 17/01/2010

L'horreur d'un embargo franco-catholique vieux de 200 ans !
Les Haïtiens font encore la nique à napoléon en personne, vous savez, celui qui fait penser à sarko !

Écrit par : Corto | 19/01/2010

Ces trois messages nous ont fait découvrir des auteurs que nous ne connaissions que très peu, nous autres béotiens- Merci, cher Jean Noël pour ces merveilles qui suscitent si (trop) peu de commentaires.

Dès que l'on touche un peu plus haut, il semblerait que la majorité silencieuse écoute et nous l'espérons vraiment, se met à l'écoute chacun de chacun.
Est-ce un espoir fou ? On peut toujours rêver.
Encore merci pour nous et pour eux.

Mais que cela ne nous empêche nullement de penser activement et matériellement dans la modeste mesure des moyens de chacun à tous ceux qui, là-bas, en arrivent, après n'avoir rien eu, à n'avoir encore moins que ce rien...

Écrit par : wilfredagnes | 19/01/2010

Oui,"la culture foisonne en proportion inverse des malheurs qui s'acharnent sur le pays". Merci!

Écrit par : cmj | 21/01/2010

Excellent article, merci de l’avoir rédigé.

Écrit par : recette gaufre | 20/04/2011

The author has written an excellent article.You made your point and not much to discuss.It's like this universal truth that you can not argue with the truth is not universal, everything has its exception.Thanks for this information.

Écrit par : local mover | 10/05/2011

Dès que l'on touche un peu plus haut, il semblerait que la majorité silencieuse écoute et nous l'espérons vraiment, se met à l'écoute chacun de chacun.
Est-ce un espoir fou ? On peut toujours rêver.
Encore merci pour nous et pour eux.

Écrit par : baby wishes | 17/07/2011

Transcrire la réalité paysanne haïtienne dans une autre langue que le créole n�est pas chosen aisée. C�est un des défis relevés par Jacques Roumain, romancier et poète haïtien du début du XXè siècle, dans le roman Gouverneurs de la rosée. Fondateur du parti communiste haïtien, il ne se contente pas de décrire cette réalité, il veut aussi la transformer au travers du personnage de Manuel, fraîchement revenu de Cuba et trouvant son pays dans un état catastrophique. C�est dans ce cadre que s�insère une histoire d�amour. Le traitement de la rencontre entre Manuel et Anaïse est original puisqu�un discours politique y est mêlé.
Est-ce une rencontre amoureuse ? Nous verrons dans un premier temps que le narrateur crée une attente à laquelle il ne répond que partiellement. Nous verrons également que le discours social qui peut sembler éclipser la rencontre amoureuse y participe en réalité activement.

Écrit par : feliz aniversario | 22/07/2011

Les commentaires sont fermés.