14/01/2010

René Depestre, une belle voix d'Haïti (1)

Haïti, pays trahi par l'histoire et aujourd'hui par la nature. Ses désastres ne sauraient cacher la forêt de ses poètes. Il est rare qu'un aussi petit pays abrite autant de grands écrivains qui font chanter la langue française. L'un d'entre eux, René Depestre, a risqué sa vie et sa liberté pour que Haïti sorte de l'oppression. Il vit aujourd'hui à Lézignan-Corbières dans le Sud de la France.

 Jacmel, la ville où Depestre a vu le jour en 1926, est terriblement touchée par le tremblement de terre. Il lui a consacré ce poème

 


Près de quarante ans nous séparent
loin de mes racines j’ai su
tous les malheurs qui t’attendaient
j’ai été malade de tous les fléaux
qui te guettaient dans l’ombre
ils étaient derrière ma porte avant
de porter la hache au bois de ta santé
Hazel et Flora ont dévasté mes jardins bien
avant leur folle équipée dans ton ciel.
Mon âme s’est ensablée longtemps avant ton port
tout un courant d’espoir s’est tu en moi des lunes
avant que ta rivière eût cessé de chanter
chaque jour un facteur invisible m’apporte
les mauvaises nouvelles de la goyave
de la mangue de l’oiseau-charpentier du café
et surtout de l’homme-néant de mon coin natal
le cheval le plus désolé de ma poésie s’appelle Jacmel.

Pour mieux connaître son oeuvre, voici sa biographie.


Poésie:
Étincelles. Port-au-Prince: Imprimerie de l'État, 1945.
Gerbe de sang. Port-au-Prince: Imprimerie de l'État, 1946. Étincelles suivi de Gerbes de sang. Port-au-Prince: Presses Nationales d'Haïti, 2006. Végétation de clartés. (préface d'Aimé Césaire). Paris: Seghers, 1951.
Traduit du grand large. Paris: Seghers, 1952.
Minerai noir. Paris: Présence Africaine, 1956.
Journal d'un animal marin. Paris: Seghers, 1964.
Un Arc-en-ciel pour l'Occident chrétien. Paris: Présence Africaine, 1967.
Cantate d'octobre (édition bilingue). La Havane: Institut du Livre; Alger: SNED, 1968.
Poète à Cuba. (préface de Claude Roy). Paris: Oswald, 1976.
En état de poésie. Paris: Éditeurs Français Réunis, 1980.
Au matin de la négritude. (préface de Georges-Emmanuel Clancier). Paris: Euroediteur, 1990.
Journal d'un animal marin (choix de poèmes 1956-1990). Paris: Gallimard, 1990.
Anthologie personnelle. Arles: Actes Sud, 1993.
"Adieu à la Révolution" et "En fils créole de la francophonie". In: Écrire la «parole de nuit»; la nouvelle littéraire antillaise. Paris: Gallimard (folio, essais), 1994: 53-55; 56-57.
Non-assistance à poètes en danger (recueil). Préface de Michel Onfray. Paris: Seghers, 2005.
Rage de vivre: oeuvres poétiques complètes. Paris: Seghers, 2007, 528 p.
Prose:
Pour la révolution pour la poésie. (essai)  Montréal:  Leméac, 1974.
Le Mât de Cocagne. (roman)  Paris: Gallimard, 1979; folio, 1998.
Bonjour et adieu à la négritude. (essai)  Paris: Laffont, 1980, 1989.
Alléluia pour une femme-jardin. (récits)  Paris: Gallimard, 1981;  folio, 1986, 1990.
Hadriana dans tous mes rêves. (roman)  Paris: Gallimard, 1988;  folio 1990.
Éros dans un train chinois. (nouvelles)  Paris: Gallimard, 1990;  folio, 1993.
"Les aventures de la créolité, lettre à Ralph Ludwig". Écrire la «parole de nuit»; la nouvelle littéraire antillaise. Paris: Gallimard (folio, essais), 1994: 159-170.
"La mort coupée sur mesure". Noir des Îles (collectif). Paris: Gallimard, 1995: 95-126.
"Vive la lecture". En quête du livre (collectif). Paris: Paroles d'aube, 1997.
Ainsi parle le fleuve noir. Paris: Paroles d'Aube (Inventaire), 1998.
Le Métier à métisser. (essai)  Paris: Stock, 1998.
Comment appeler ma solitude. Paris: Stock, 1999.
Encore une mer à traverser. Paris: La Table Ronde, 2005.
L'Oeillet ensorcelé et autres nouvelles. Paris: Gallimard, 2006.

09:45 | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | |

Commentaires

"Il est rare qu'un aussi petit pays abrite autant de grands écrivains qui font chanter la langue française. L'un d'entre eux, René Depestre, a risqué sa vie et sa liberté pour que Haïti sorte de l'oppression." C'est tellement vrai! et ce n'est pas un accident de la nature que la masse des haïtiens sont pauvres. Le mot "oppression" exploitation, c'est structurel. Merci.

Écrit par : cmj | 14/01/2010

Il est hautement probable que la misère endémique dans le pays depuis sa fondation en 1804 est largement causée par le racisme européen et surtout état-unien: la République de Haïti est le résultat d'une révolte d'esclaves noirs qui a abouti en 1804, sauf erreur. A cette époque et encore pour longtemps, le mythe de la supériorité de la race aryenne était absolument nécessaire pour justifier l'esclavage des Nègres.La réussite d'une république nègre bien tenue et prospère aurait porté un coup fatal à ce mythe. Un tel état de choses aurait été intolérable.
Pour autant que je sache, la France a exigé et obtenu jusqu'en 1953 des indemnités pour la libération de Haïti.

Écrit par : J.C. Simonin | 15/01/2010

Il est rare qu'un aussi petit pays abrite autant de grands écrivains qui font chanter la langue française.
Rien de plus juste, il faudrait ajouter la merveilleuse créativité des peintres et autres artistes de cette petite île. C'est prodigieux.
Il faut que cela nous incite à changer de regard.
Cessons la condescendance par rapport à la pauvreté.
Haïti possède une richesse humaine que nous avons perdue depuis longtemps.

Écrit par : Rosa | 31/01/2010

J'ai lu quelque part que le caractère chinois qui signifie "crise" est le même qui signifie "chance". L'effroyable désastre qui s'est abattu sur ce mahlheureux pays est peut-être une chance de tout remettre à plat. De tout recommencer à zéro. De se débarasser de ces dettes infâmes imposées d'abord par la France, puis par le F.M.I. et les E.U.s, puis de se débarasser de ces "Chimères", de ces bandes organisées qui s'appuient largement sur la C.I.A. et les soit-disant "élites" indigènes pour maintenir le peuple dans l'esclavage.
Il n'y a pas de race damnée, pas plus qu'il n'y a de peuple élu. Les Suisses se trouvaient exactement dans la même détresse après 1815: Misère, famine, manque total de Gouvernement. On s'est en tiré, il n'existe donc aucune raison pour que les Haïtiens ne s'en tirent pas.

Écrit par : J.C. Simonin | 31/01/2010

Oui, je savais par un ami parlant chinois que le même signe désignait "crise" et "chance".
Haïti a bien réussi le début de son indépendance en 1804 : la république a même servi de tremplin à certains pays d'Amérique latine sous la présidence de Pétion : je ne me souviens plus bien des années...
La dégradation du pays est venue avec la domination américaine qui a soutenu les Duvalier, père et fils pour contrer Cuba. Cuba a été le seul pays des Caraïbes à soutenir efficacement Haïti en particulier par la formation de ses médecins...

Écrit par : Rosa | 31/01/2010

Merci pour le commentaire. Mais le fait est et demeure que le pays ötait condamné d'entrée, tant par les E.U.s que par les puissances coloniales européennes: une république nègre prospère et ordonnée aurait porté un coup trop grave à la doctrine officielle qui justifiait l'esclavage par la prétendue infériorité mentale et morale des Nègres. Lesmonstrueuses indemnités exigées et obtenues par la France, ainsi que le non moins monstrueux endettement envers la Banque Mondiale, causé par les marionettes installées par les Amis, devaient empécher le pays de décoller. N'oublions pas que le pays a été occupé par les Amis de 1915 jusqu'en 1934.
Une raison pour les Amisde débarquer en force à la suite de ce tremblement de terre et d'occuper le pays une fois de plus est que d'immenses champs pétrolifère ont été décelés à immédiate proximité de cette île.

Écrit par : J.C. Simonin | 31/01/2010

Cher Plouc chez les Bobos

Un René en aurait-il caché un autre?

la diaspora haïtienne était/est organisée, structurée et financait, durant la période des tontons macoutes, les soutiens & autres actions visant à renverser le régime des Duvalier.

René Préval vivait dans/ faisait partie de/était soutenu par cette diaspora, & oeuvrant pour le changement - par contre, pas entendu parler de René Depestre, vivant peut être loin de ces activités. Pas de bain de sang. beaucoup d'endurance, de solidarité. de dons.


Cher Bobo chez les Plouc,

On n'a pas vu les français aider Haïti durant la période des dictateurs, des Duvalier.

C'est bien de mettre aujourd'hui un francophone à l'honneur. dans la lumière d'un désastre. C'est votre cocorico?

la douleur d'artistes face au sort de leur pays est d'un autre acabit.

Si René Depestre s'est installé dans le sud de la France,
René Préval -que je cotoyais dans ces périodes- oeuvrait contre la dictature, soutenu & entouré d'une diaspora active, organisée, déterminée, sans l'aide des français, sans bain de sang, sans sacrifices.

Aujourd'hui et les médias l'ont relayé, ce que les haïtiens nous ont montré est vrai:

La dignité devant les épreuves
la joie de vivre
le respect de la vie
savoir grandir et évoluer
savoir être heureux ou être à même d'acquérir la connaissance


ce qui, cher Bobo chez les Ploucs,

sont quelques unes des choses que l'argent, le pouvoir, une rolex,
arriver en Suisse avec un poste de cadre
ou y obtenir un permis de l'avoir
ne peuvent ni s'acheter ni être garanties


Arrêter un peu de tirer sur la corde du sensibilisme.

ce n'est ni faire honneur au courage devant la dureté du quotidien des haïtiens, ni reconnaître une faculté des gens simples et qui semble vous échapper: la dignité.

Gageons que les pauvres artistes, haïtiens ou pas, ignorent votre ignorance.

Écrit par : na...ya | 31/01/2010

Na ya, on ne comprend pas très bien où vous voulez en venir. Quand à la révolution sans bain de sang, tout est relatif. Le Père Aristide, mentor et grand ami de votre copain Préval, et réciproquement, a tout de même envoyé en enfer, ou au paradis, c'est selon, un certain nombre de Haïtiens en leur faisant enfiler un pneu enflammé autour du cou. Et tous n'étaient pas des macoutes, loin de là. De même que les chimères qui terrorisent Haïti aujourd'hui, n'étaient souvent que leurs hommes de main...

Écrit par : Piéton | 31/01/2010

piéton,

passer en touriste ne permet pas de savoir ce qui se passe, ? ...

ces flots médiatiques déferlant autour des catastrophes,
sont mais avec trop de lumière comme les touristes qui passent sans savoir


je préfère esquiver ces "flous artistiques"
par de grands traits - une réalité peut être reconnue -
sans entrer dans le descriptif d'un morceau du puzzle

Écrit par : na...ya | 31/01/2010

Poètes pour Haïti :

Des poètes du monde entier offrent leurs mots pour venir en aide à la population de cette île.

http://www.haiti2010-secourspoetique.net/index.html

Écrit par : laformiotodidac | 04/02/2010

joli poème, Haïti a besoin de ses intellectuels pour sa reconstruction et pour l'unité des haïtiens.

Écrit par : cyrille mani | 01/09/2010

J'adore ce poème

Écrit par : josee | 13/04/2011

Je voulais juste vous le dire

Écrit par : carte de visite gratuite | 21/04/2011

This is a smart blog. I mean it. You have so much knowledge about this issue, and so much passion. You also know how to make people rally behind it, obviously from the responses.

Écrit par : girls clothes | 17/05/2011

I enjoy use my spare time checking some online resources.Today I discover your site and I considered it was one of the better free information available! It is great to know that intelligent persons just like you are turning to blogging in order to show ideas to the people.

Écrit par : salon novi | 18/05/2011

This is very detailed and informative article. Thanks for helping me solve my dilemma!

Écrit par : proofreading services | 24/05/2011

Haïti est la nation la plus démunis d'entre dans le monde. Ils sont toujours privés de right.Even humains fondamentaux, ils sont trahis par l'histoire et aujourd'hui par la nature. Ainsi la nation-Unis devraient prendre les mesures nécessaires à la sécurité en Haïti.

Écrit par : san antonio dentist | 21/08/2011

Encore une fois, j'aime bien !

Écrit par : Fred | 03/10/2011

Les commentaires sont fermés.