16/12/2009

Le verlan fait partie de l’identité nationale !

morano1.jpgLa sous-ministre française Nadine Morano a dit une grosse bêtise. Une de plus. C’est une spécialiste. En fait, elle est secrétaire d’Etat déléguée aux gaffes. Dès qu’il faut occuper le terrain pour faire oublier les faits qui fâchent – le chômage, les grèves du RER A, les salaires toutirikikis des uns et maoussecostauds des autres – l’HyperOmni envoie la blonde à la pêche aux balourdises. C’est immanquable. Ses bévues en mettent plein la vue. Un beuze du feu de Dieu.


La dernière en date continue à crépiter sur les ondes. Lors d’un débat sur l’identité nationale, elle explique aux jeunes musulmans français qu’il ne faut pas mettre sa casquette à l’envers et ne pas parler verlan. Alors, tu es chrétien ou juif, tu peux mettre ta dauffe à l’envers. Tu restes Français. Mais si, musulman, tu places ta gapette à l’envers, alors là, tu perds ta nationalité. Tu la remets à l’endroit – hop ! - tu es de nouveau Français, c’est magique.


Quant au verlan, la sous-ministre patauge dans l’erreur. Contrairement à ce qu’elle prétend, cette inversion des syllabes fait partie intégrante de l’identité française depuis le Moyen-Age.  Les savants appellent ce genre de jeux dans les mots, « métathèse ». Donc, Momo de La Courneuve, en causant verlan, devient une usine à « métathèses ». Sera-t-il ébahi comme Monsieur Jourdain découvrant qu’il a toujours fait de la prose sans le savoir ?


 Dans son « Petit Testament » le poète François Villon (XVème siècle) appelait un manteau, un « tabar » ou « tabart »  qui est l’inversion du terme « rabat » :


Item au Loup et à Chollet
Je laisse à la foys un canard
Prins sous les murs, comme on souloit
Envers les fossez, sur le tard
Et à chacuns un grand tabart.

Le mot « verlan » a été introduit en littérature par Auguste Le Breton dans son fameux « Le Rififi chez les Hommes » paru en 1954. Mais l’inversion des syllabes a été pratiquée à la Cour des Miracles, au XVIIIème siècle, dans certains corps de métier au XIXème et utilisée par les ouvriers parisiens au XXème siècle, tout particulièrement sous l’Occupation nazie pour des raisons évidentes de codage.


Donc le verlan, ne vous en déplaise Madame Nomora, fait partie intégrante de l’identité française. Et si vous désirez la défendre, donnez plutôt la chasse au franglais.

Jean-Noël Cuénod

10:43 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour Jean Noel

Merci des nouvelles de Paris. C'est vrai, on est loin, très loin aujourd'hui de "l'Or de Paris", le temps où les Lumières éclairaient les ombres. Peut-être est -il temps de mener une vraie critique sur le Siècle même des Lumières.

Le mondes est devenu fou et l'on mélange tout. Identité,citoyenneté,nationalité,nature et culture, etc... Beaucoup de politiciens sont devenus ignorants et arrogants. Malheureusement beaucoup de journalistes ne sont pas mieux.

Heureusement, quand même, il y a encore des Lumières qui Brillent. Ici et là.
Contre events et marées, car de la Nuit, il faurda passer nécessairement au jour.

Bonne Continuation.

Pour moi, tu es une fierté pour le journalisme.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE, GENEVE

Écrit par : Gorgui NDOYE | 16/12/2009

Les voitures brulées aussi!

Je parle de celle des pauvres, qui bossent et qui n'ont pas d'argent pour en changer.
Pas celle des dealers: BMW, Mercedes, Audi, qui parcourent les banlieues à font la caisse, après être allé chercher la drogue dans le sud de l'Espagne!

Écrit par : dominiquedegoumois | 16/12/2009

Pour ceux que ça intéressent il y a 2 blogues camerounais sur le net sous "trafic de drogue en Suisse"

l'un est fait à Paris par des étudiants et l'autre dans le pays même!

Ils disent la honte qu'ils ont de voir comment certains frères et soeurs de couleurs se conduisent en Suisse!

ça vaut la peine de les lires et de relire aussi le discours de Obama en Afrique!

Gare du Nord à Paris il y a des bandes de jeunes africains de 2 banlieues différentes qui se foutent sur la figures, simplement parce qu'ils ne sont pas du même quartier!

J'entendais il y a quelques jours à la radio une émission sur le racisme et la xénophobie en Afrique, au Cameroune, ceux de nord n'aime pas ceux du Sud, qui n'aiment pas ceux du pays voisin, etc...

Écrit par : dominiquedegoumois | 16/12/2009

@dominiquedegoumois

La pertinence de vos remarques ci-dessus est proprement éblouissante: " ceux de nord n'aime pas ceux du Sud, qui n'aiment pas ceux du pays voisin, " quelle révélation !et tellement typique de la "Xénophobie en Afrique". Vous auriez pu nous parler des Piemontais et des Lombards qui n'aiment pas les Siciliens ou des Frisons qui n'aiment pas les Souabes...
et ces "Camerounais" qui ont honte de "certains frères et soeurs de couleur" (ne prend pas d's.) : C'est pas à nous que ça arriverait, nous n'en avons d'ailleurs aucune raison, car bien sûr, Y'en a point comme nous:
purs, moraux respectuex de la Loi et sans tache, jamais!

Le Plouc parle du Verlan et de son emploi qui ne date pas de la dernière invasion normande, pas de voitures allemandes ni de trafic d'herbes aromatiques!

Auriez-vous d'autres portes ouvertes à enfoncer?

Écrit par : Gaston Labaffe | 16/12/2009

moi qui pensais que la particule était signe de noblesse

Écrit par : matthieu | 16/12/2009

@dominiquedegoumois: Vous n'avez jamais lu la Guerre des boutons?
Pas nouveau la guerre entre djeunes... Et surtout pas typique d'un groupe culturel...

Écrit par : hihi | 16/12/2009

Mettez chers amis vos noms sur ce blog!

J'aime bien savoir à qui je cause!

Ce que je veux dire c'est que le racisme n'est pas réservé, comme la colonisation au grand blond, yeux bleus et peau blanche!

J'écoute sur France Culture en ce moment l'émission "culture de soi culture des autres" Au Mali on brûle encore les bébés albinosses, pour faire des possions médicinales!

J'ai vu dans un "gratuit" l'autre jour un rappeur black américain, qui se vantait d'avoir en permanance 25'000.- dans la poche!

Moi je m'étais arrêté à Angéla Davis et aux Black Panthers, qui donnaient un message politique intelligent et digne, qui me semble totalement absent aujourd'hui!

Les rappeurs black en visons blancs et diamants ça me gave!

Chacun ses valeurs!

Écrit par : dominiquedegoumois | 16/12/2009

"Moi je m'étais arrêté à Angéla Davis et aux Black Panthers, qui donnaient un message politique intelligent et digne, qui me semble totalement absent aujourd'hui!

Les rappeurs black en visons blancs et diamants ça me gave!

Chacun ses valeurs!"

erruer... il ne s'agit pas d'une question de valeur mais de générations...

angela davis et les Black Panthers avaient pronfondément choqués nos parents... les féministes tout autant, aujourd'hui... non...

remontez dans le temps et vous constaterez que le propre de chaque génération est de ne pas être choqué par ce qui dérangeait la génération précédente et d'être choqué par ce qui semble normal à la suivante...

une seule solution pour vous... l'exile ou un poile plus de... tolérance pour la jeunesse...

Écrit par : matthieu | 17/12/2009

angela davis et les Black Panthers avaient profondément choqués nos parents... les féministes tout autant, aujourd'hui... non...

Non avait choqué vos parents cher Monsieur, pas les miens qui étaient de la gauche prolétarienne!

Angéla Davis et les Black Panthers et Martin Luther King avaient des cerveaux, ce qui manque furieusement aujourd'hui chez ses nazes!

Chez moi on admirait Louise Michel et Rosa Luxembourg, là aussi chacun ses valeurs, pas de vison blanc, pas de Rolex or et diamants et de paroles à la con!

Pour ce qui est de notre identité national, pour moi les valeurs de la Suisse: secret banquaire (fraude fiscale internationales) et exportation d'armes, ce n'est pas mes valeurs

Écrit par : dominiquedegoumois | 17/12/2009

et bien au moinse on pourra se rejoindre sur votre dernière phrase pour le reste... je préfère en rester là avec mon K-Way, ma swatch, et mes paroles...

Écrit par : matthieu | 18/12/2009

lerga dans ta millefa Naje-Elno!! drafau nu nairediction urpo es endrecompr, vevi el delbor!!!

Écrit par : lanvers du décor | 18/12/2009

Cher @Matthieu vous en restez là, là! Mais ailleurs vous sévissez encore! Hé! Hé! Hé!
Avec moi c'est difficile d'avoir le dernier mot!

Donc Genève c'est 240 éthnies différentes, comment voulez vous parler d'identité, on est complètement acculturés, perdu, c'est pas avec Calvin, l'horloge fleurie et le mur de la réformation que l'on va faire une culture, même pas avec notre musique, Post ténébras re-ténébras re-ténébras etc....

Allez vous moquez des peuples qui ont encore de vrais traditions, sur le hauts plateau éthiopien, ou en Australie.

Je vous vois mal vous moquez d'un aborigène qui va vous parler du "chant des pistes", ou vous montrer la symbolique d'un de ses dessins!

C'est nous, habitants des villes qui sommes perdus!

"Un arbre a besoin de racine pour vivre, nous aussi!"

Écrit par : dominiquedegoumois | 18/12/2009

Les commentaires sont fermés.