11/12/2009

L’après-minaret (4). Vers une laïcité fédérale?

Après le triomphe de leur initiative, les allergiques aux minarets risquent de tomber sur une sacrée surprise. Tout à leur émotivité, ils n’ont pas prévu que leur victoire pourrait donner sa chance à une laïcité fédérale qui n’existe pas encore. Ce qui n’entrait certainement pas dans leurs vues.

Depuis sa fondation, la Suisse moderne a toujours évité d’aborder la question des relations entre les confessions et la Confédération, laissant aux cantons le soin de la régler selon leur propre Histoire.

Adoptée en 1999, l’actuelle Constitution fédérale confirme cette tendance en son article   72: «La réglementation des rapports entre les Eglises et l’Etat est du ressort des cantons. » A l’article   15, le texte fondamental suisse se borne à garantir la liberté de conscience et de croyance.

Equilibre brisé

Mais en ajoutant à l’article   72 cet alinéa   3: «La construction de minarets est interdite», les «minaretophobes» ont brisé cet équilibre en forçant la Confédération à entrer dans le champ des relations entre Etat et religions. Car l’interdiction des minarets s’applique à toute la Suisse. Dès lors, la prérogative cantonale en matière religieuse est, sinon vidée de sa substance, du moins gravement lésée. Elle ne correspond plus à grand-chose. Pourquoi les cantons seraient-ils libres d’accepter la construction de pagodes bouddhistes alors qu’ils ne peuvent pas autoriser celle d’un minaret musulman?

Il résulte donc de la situation créée par le vote du 29   novembre un déséquilibre et une inégalité de traitement qui ne peut susciter que le désordre des lois et celui des passions malsaines.

Afin d’éviter que la Constitution fédérale ne devienne dans ce domaine un texte incohérent, il est nécessaire et urgent de repenser les relations confessions-Etat en changeant d’échelle, en passant du niveau des cantons à celui de la Confédération.

Ceux qui crieront au crime lèse-cantonal et s’insurgeront de l’atteinte qui serait ainsi faite au système des confessions reconnues, appliqué par la plupart des cantons, ne pourront s’en prendre qu’à la majorité du peuple suisse qui a suivi les «minaretophobes»!

Un débat général sur les rapports Etat-confessions

Ce nouveau texte constitutionnel devrait définir clairement ces relations, à la suite d’un large débat qui ne se concentrerait pas sur une confession en particulier, mais sur les rapports en général entre religions et pouvoirs publics. Serait ainsi instaurée cette laïcité qui, il y a cent ans, a permis à Genève d’aborder dans de bonnes conditions le XXe   siècle en dépassant ses sempiternelles et paralysantes querelles religieuses.

Le principe central de la laïcité se résume ainsi: l’Etat, ne reconnaissant aucune confession, s’engage à les respecter toutes de façon égale, détermine les règles de base pour que règne entre elles la concorde et prohibe toute discrimination fondée sur la religion ainsi que les atteintes à la croyance, à l’incroyance et au libre choix d’adhérer ou de quitter une communauté religieuse. Ce dernier point n’est pas clairement exprimé dans l’actuelle Constitution fédérale. La question du minaret interdit serait-elle reposée à l’occasion de ce débat sur une laïcité fédérale? Sans doute, mais dans le contexte général des relations Etat-religions.

(Ce texte est paru jeudi 10 décembre 2009 en rubrique "Perspective" de la Tribune de Genève et "Réflexion" de 24 Heures)

Jean-Noël Cuénod

Le Plouc a pondu un bouquin sur la questiontouchepasàmondieu.JPG publié par les Editions Tribune de Genève.

10:55 | Lien permanent | Commentaires (28) | |  Facebook | | |

Commentaires

La face cachée du prosélytisme évangélique en Algérie

--------------------------------------------------------------------------------
La propagande dite évangélique s'est faite jour en Algérie en même temps que le mouvement salafiste. Timidement, au début des années 70. Mais de façon très marginale, avec une discrétion qui confinait à la clandestinité. Les principaux vecteurs en étaient quelques étudiants sub-sahariens, de l'église méthodiste, qui activaient sans succès notable dans les universités en y distribuant, sous le manteau, une documentation en langue française.
Des méthodes toutes simples...

Des conversions ont pu être effectuées en Kabylie, principalement dans les Ouahdias, par des pasteurs suisses et français, entre autres, qui étaient reçus chez l'habitant et qui en profitaient pour palier à l' " absence " d'une église catholique jugée trop réservée. Ces missionnaires qui avaient récolté des adresses en Kabylie, au Sahara, dans l'ouest et dans le Constantinois, celles de personnes qu'ils avaient pu approcher sans les convertir, mirent en place des contacts assidus par correspondance, dits " groupes de prière ". C'est de là que se forma le premier noyau de missionnaires du cru. Le principal credo des nouveaux convertis consistait à " ramener le plus grand nombre de brebis dans le giron du seigneur. ", à les investir de la même mission et ainsi de suite. Pour ce faire, ces missionnaires recevaient une littérature considérable, des bibles traduites en arabe, puis progressivement, dans les années 90, en berbère. Leur principal argument, dont ils avaient eux même tiré profit, consistait à promettre à ceux qui voulaient bien se faire baptiser, la possibilité d'obtenir un titre de séjour en Europe, au Canada, en Australie et aux USA, ainsi qu'un travail et un logement. Les missionnaires improvisés faisaient miroiter d'autres promesses, comme celles de la prise en charge des soins ou des études à l'étranger. Les plus hésitantes parmi les personnes approchées étaient invitées à se rendre en vacances en Europe, en France notamment, où des pasteurs plus aguerris et mieux nantis les prenaient en charge, les accueillaient dans des sortes de camps bibliques et les conditionnaient à leur aise, dans un climat de grande convivialité où ne manquaient ni les chants en chœur, le soir autour du feu, ni les randonnées en montagne et encore moins la sollicitude fraternelle de tous ceux qu'ils y rencontraient. Le résultat était presque toujours infaillible, puisque le néophyte ou plutôt la brebis retrouvée, ne manquait jamais de mesurer toute l'étendue de son égarement et donc de se réfugier dare-dare dans le sein de sa nouvelle fratrie.

Mais ces conversions, qui se chiffraient, au plus, à quelques centaines dans tout le pays, en plusieurs années de prosélytisme aussi acharné que dispendieux, restaient sans importance notable. D'autant que beaucoup de nouveaux convertis se fondaient dans la nature et disparaissaient en oubliant de laisser leurs adresses à leurs bienfaiteurs, aussitôt qu'ils s'étaient installés dans leur nouvelle vie, de l'autre côté de la méditerranée. Il est intéressant de connaître le mode opératoire des missionnaires du cru. Les missionnaires d'obédience " méthodiste " ont installé des sortes de cellules mobiles qui sillonnent le pays où ils sont reçus, informés de la réalité du terrain et guidés par leurs antennes locales. Ils se mettent alors en action, et font une sorte de porte à porte. A Oran, ils se mêlent, dès l'aube, aux longues queues des personnes qui viennent déposer des demandes de visa aux consulats de France et d'Espagne. Ils prennent langue avec les gens qui attendent leur tour, souvent depuis des jours, et qui pour la plupart viennent de l'arrière pays, de Mascara, Sidi Bel Abbes, Tiaret, Saïda et toutes ces villes où règne un chômage endémique, où les notables locaux se conduisent en seigneurs féodaux, où la corruption fait rage et où le seul espoir d'une vie meilleure est l'obtention d'un visa. Les personnes qui essuient un refus de visa, la majorité des gens qui ont en formulé la demande, sont des proies idéales. Cuites à point. Elles donneraient tout ce qu'elles possèdent pour une promesse d'exil. Malgré cela, l'immense majorité de celles qui ont été approchées par les missionnaires ont décliné l'offre et se sont braquées dès qu'elles ont compris que c'était leur âme qu'on voulait troquer contre une promesse de visa. Les missionnaires déçus par ces fins de non recevoir, parfois brutales, qualifient ces personnes attachées à leur religion et qui préfèrent lui sacrifier leurs espérances les plus chères, de " musulmans formatés ". Parce qu'elles ont refusé d'apostasier leur religion pour une secte. Dans l'Oranie et sur la côte de saphir, ces cellules mobiles ratissent dans les milieux de femmes isolées, des épaves de la vie qui ont échoué dans le milieu interlope de la nuit, des cabarets et des hôtels de passe. Presque toutes filles mères, sous la coupe de souteneurs brutaux, ces malheureuses trouvent dans les promesses des évangéliques une vraie planche de salut. Des dizaines d'entre elles ont pu trouver, grâce au soutien de ces missionnaires, la possibilité de quitter leur pays et de recommencer une nouvelle vie. Ce que leurs propres coreligionnaires n'ont pas fait pour elles, il faut le reconnaître, quelles que soient les intentions de ceux qui leur ont apporté le salut. Une des méthodes les plus discutables des évangéliques, consiste à faire approcher des lycéens par des missionnaires qui appartiennent au corps enseignant(des amis dans des lycées de la region de tizi me l'ont affirmé). La technique, très bien rodée, consiste à ratisser parmi les élèves qui ont des difficultés, qui rencontrent des problèmes familiaux et qui ont des examens à passer, surtout le Bac. La méthode, particulièrement insidieuse consiste à mettre ces enfants en situation, à créer autour d'eux, pendant les cours de " rattrapage ", un climat de chaleur humaine et de fraternité. Les jeunes adolescents ne voient rien venir et sont pris dans le filet sans avoir compris qu'ils étaient devenus des nouveaux nés d'une nouvelle religion. Les promesses d'études à l'étranger après l'obtention de leur bac et l'obligation, qui leur est imposée par leurs pasteurs, de garder secrète leur conversion jusqu'à leur majorité, font que bien souvent, les parents ne se rendent même pas compte que leur enfant a changé de religion. En Kabylie, la méthode de pêche des âmes s'est développée dans des eaux troubles, pour le moins qu'on puisse dire. Les évangéliques avaient réussi à mettre en place une structure bien élaborée, dont la clé de voûte se trouve dans le discours islamophobe et arabophobe d'une rare virulence. Les harangues anti-musulmanes ont vite trouvé un écho favorable au sein d'une certaine jeunesse berbère et berbérophone qui avait ressenti la politique forcenée d'arabisation comme une agression contre son identité culturelle. De là à assimiler l'islam aux arabes qui l'ont répandu dans le pays, en même temps que leur langue, il n'y a qu'un pas, que beaucoup d'extrémistes ont vite franchi. Le discours de haine contre le monde arabe et musulman, développé par les églises évangéliques fait partie du corpus même de l'idéologie évangélique et du sionisme chrétien qui considère que les musulmans sont les soldats de l'antéchrist et que les arabes doivent être affaiblis dans tous leurs pays, afin de permettre à Israël de " récupérer " tous les territoires, jusqu'au dernier centimètre carré, de sa " terre promise ", afin que les prophéties bibliques puissent enfin s'accomplir. (1) C'est en Kabylie, et dans une moindre mesure au Sahara, que les évangéliques et les sionistes chrétiens investissent le plus de moyens et d'efforts. Ils font circuler, de bouche à oreille, l'information qu'Israël, la terre promise du peuple élu de Dieu, est disposé à accorder des visas de séjour à tous les Kabyles chrétiens qui veulent s'y rendre et y séjourner, parce que leur disent-ils, les Kabyles ont une ascendance juive. Pure affabulation et assertion sans aucun fondement historique d'aucune sorte. Dans la réalité, les rares Kabyles qui ont pu se rendre en Israël ont pu mesurer combien ces promesses étaient vaines. Ils ont pu mesurer comment étaient traités les arabes israéliens par leurs " compatriotes "juifs. Un Israélien arabe a été très étonné de voir que son voisin juif, fraîchement arrivé et qui avait installé un élevage de poulets avait immédiatement obtenu le raccordement au courant électrique, alors que lui attendait depuis des années. Ce qui lui a fait dire que dans la démocratie israélienne un poulet juif a plus de droits qu'un arabe israélien. Nous sommes loin des certitudes de cette tribune parue dans le quotidien "El Watan" au sujet de l'évangélisation de la Kabylie où l'auteur déclare très sérieusement : " Même l'Etat d'Israël, que d'aucuns qualifient d'entité la plus raciste, accorde aux citoyens d'origine palestinienne qui vivent sous son drapeau tous les attributs auxquels a droit un israélien de souche juive "La haine de l'islam et des arabes est patiemment élaborée, régulièrement attisée. Des sites internet qui activent sous le couvert de la revendication culturelle y déversent des flots d'animosité, presque des appels au meurtre, s'en prenant ouvertement à l'islam, à son prophète, aux croyants. Le dixième de ces violentes atteintes à l'islam et aux musulmans aurait provoqué illico presto l'interdiction de ces sites, si elles avaient ciblé des juifs. Pour fustiger les musulmans, ces milieux utilisent un qualificatif qui ne veut plus rien dire : " Arabo-baathiste ", mais aussi des injures du genre : chameaux, khorotto, engeance d'Allah, arabaisés..etc. L'intention évidente de ces sites est de créer la discorde entre Algériens, de creuser un fossé entre berbères et arabophones et peut être même de pousser des extrémistes musulmans à commettre l'irréparable.
__________________
GiViNg Up iT's NoT My ChOiCe

--------------------------------------------------------------------------------
Dernière modification par hell-boy 17/08/2009 à 17h32.

Écrit par : mouchka | 11/12/2009

"ils n’ont pas prévu que leur victoire pourrait donner sa chance à une laïcité fédérale qui n’existe pas encore. Ce qui n’entrait certainement pas dans leurs vues."

Toujours autant de mépris pour 60% des votants, mais vous êtes complètement a côté de la plaque (j'en suis d'ailleurs persuadé a force de lire vos postes) si vous pensez qu'il s'agit là d'un vote d'intégristes cathos ou protestants.

En fait les résultats du vote sont comme par hasard presque aligné sur la proportion d'athés et non pratiquant (dont je fait parti). J'ai toujours dit que ce n'est pas un vote contre des tours en pierre nommé minaret, mais contre l'islamisme contraignant, envahissant et tentant de pervertir les lois civiles a son avantage.

C'était un vote a côté du sujet ? On s'en fout, c'est surtout un signal, et je crois que malgré la mauvaise foi ambiante des bobos bien pensants alliés pour l'occasion aux extrémistes religieux, le message est bien compris. Et il a eu l'avantage de provoquer un vrai débat dans toute l'Europe.

Écrit par : Eastwood | 11/12/2009

"Après le triomphe de leur initiative, les allergiques aux minarets risquent de tomber sur une sacrée surprise. Tout à leur émotivité, ils n’ont pas prévu que leur victoire pourrait donner sa chance à une laïcité fédérale qui n’existe pas encore."

La douleur vous égare complètement, mon cher Plouc. Le vote antiminarets était destiné à briser dans l'oeuf, en Suisse, le processus d'islamisation qu'on observe partout en Europe occidentale.

"Ce qui n’entrait certainement pas dans leurs vues."

Il y a de l'Award dans l'air, en catégorie "Conclusions aventurées".

"Pourquoi les cantons seraient-ils libres d’accepter la construction de pagodes bouddhistes alors qu’ils ne peuvent pas autoriser celle d’un minaret musulman?"

Parce qu'ils autorisent la construction de mosquées et que le minaret, à la différence de la pagode, n'a aucune utilité du point de vue du culte. Si ce n'est de permettre aux muezzins d'appeler les fidèles à la prière. Dès quatre plombes du mat' !

"Ce nouveau texte constitutionnel devrait définir clairement ces relations, à la suite d’un large débat qui ne se concentrerait pas sur une confession en particulier, mais sur les rapports en général entre religions et pouvoirs publics."

Ensuite de quoi le peuple devrait se prononcer et voterait comme bon lui semble plutôt que comme ses "élites" lui disent. Il y a des précédents. Votre joie fébrile d'inventeur de trésor est donc tout à fait prématurée.

Écrit par : Scipion | 11/12/2009

Si vous êtes si soucieux du bien-être des musulmans dans nos pays, Plouc, vous devriez dénoncer ces invertis qui, demain, prévoient de se rouler des pelles en public, au risque de choquer bien plus violemment vos protégés qu'une interdiction de construire restant assez abstraite, malgré tout.

Écrit par : Scipion | 11/12/2009

Sinon, à part les minarets, il se passe quoi à Paris??
Et un petit mot gentil, reconnaissant, pour la population suisse et la Confédération helvétique? Parce que, jusqu'à présent, vous donnez vraiment l'impression de cracher dans la soupe sans avoir l'honnêté intellectuelle, au moins une fois, de porter un regard objectif sur ce qu'offre cet Etat et ses habitants...

Écrit par : Bob | 12/12/2009

En Algérie il y a surtout beaucoup de chinois non musulman, qui sont venu travaillé dans le BTP!

Ils se marient avec des algériennes et s'intègrent, pas sûr que demain l'islam ai encore son mot à dire dans ce pays!

Au Maroc, il y a également des conversions chrétiennes, il y a une télé évangélique qui fait un tabac partout dans le pays!

Écrit par : dominiquedegoumois | 12/12/2009

Rassurez vous @scipion les musulmans massacrent les homos!

Si je ne suis pas pour l'exhibitionnisme, je vois que les extrêmes se rejoignent!

Tapez "lapidation" et "décapitations" sur le net, on vous donne gratos la marche à suivre pour vos futurs expéditions punitives!

Quand mes parents vivaient au Maroc, il y avait une expression qui disait,
La femme pour les enfants et le cousin pour le plaisir, et c'était pas à l'endroit des colons, alors à vous de voir!

Y'a des homos partout et y'a des idiots partout aussi, et à parité!

Écrit par : dominiquedegoumois | 12/12/2009

dominiquedegoumois

(Ils se marient avec des algériennes et s'intègrent, pas sûr que demain l'islam ai encore son mot à dire dans ce pays!)

C'est tout à fait faux menteur!
Citez, si vous avez les prouves, une seule cas des ces mariages où les maris sont chinois non-musulman!
En plus, vous n'avez pas lu l'histoire. Siècles et tiers n'ont pu rien changer de la patrimoine algérienne où le peuple attaché durement par sa religion et son identité musulmane!

Écrit par : dominiquealgerois | 12/12/2009

P.38 de 'Touche pas à mon Dieu' 5ème ligne: " POur les genevois, le bilan des années françaises s'est révélé catastrophique sur tous les plans". Outre la perte de son indépendance, elle a dû subir les restrictions à la liberté individuelle imposée par un régime dictatorial oÙ le culte de la personnalité en annonçait d'autres, bien plus sanglants"

" Il fallait amasser des sommes gargantuesques pour satisfaire l'appétit de la Grande Armée'.

p.108-109... 'Après la Révolution, Genève était devenue provisoirement française... Les cantons suisses, eux, ont gravité comme satellites de la France révolutionnaire et furent placés dès 1798 dans un même sac: La République Helvétique conçue sur le modèle jacobin centralisateur. les églises étaient dépouillées de tous leurs privilèges sous le prétexte de la liberté des cultes. Dans un pays aussi diversifié que la Suisse, ce centralisme l'a transformé en pétaudière ingérable.'

p.110 - Dernier paragraphe :-) superbe 'Une Constitution...'


Vous devriez vous relire M. Cuenod, vous risquez bien d'être prophète (si on vous transpose à l'échelle européenne actuelle) en plus qu'historien. Je suis prête à emmener ma copie(à dédicacer par vos bons soins) jusqu'à Paris le 17 janvier si la manif de cette année ne vous semble pas trop plouc (entre 10'000 et 20'000 participants l'an passé)

Écrit par : mc | 14/12/2009

Je suis à votre disposition pour une dédicace, lors d'un de vos prochains séjours à Paris. Très belle journée! jnc

Écrit par : Cuenod | 14/12/2009

"Le sens de mon vote est d'obliger les instances européennes à regarder le problème de l'Islam en face. Et au fond, d'exiger de leur part une vraie réponse. Or les partisants du laïcisme utilisent l'Islam pour fragiliser le christianisme sans se rendre compte que ce faisant, ils sapent la basent même sur laquelle ils s'appuient, qui est la distinction, chrétienne, entre l'ordre du religieux et celui du politique - une distinction que l'Islam refuse" Grégory Solari, Editeur catholique, Directeur des éditions Ad Solem, cité p.14 de Famille Chrétienne no.1665

"Une constitution est non seulement la matrice des lois, mais elle définit aussi un pays dans l'espace et dans le temps. Incontestablement, que l'on soit ou non croyant, force est de reconnaître que la Suisse est née au milieu d'un continent qui a pour culture fondamentale le judéo-christianisme. Il est DONC DU DEVOIR DE LA LOI DES LOIS DE LE SOULIGNER. Non pas dans un but de discriminer qui que ce soit, MAIS AFIN DE RAPPELER DANS QUEL CONTEXTE CE PAYS S'EST CONSTRUIT." Jean Noël Cuénod, p.110 'Touche pas à mon Dieu'.

Voyez vous une contradiction entre les propos de M. Solari et vos propres écrits?
Au 17 janvier, donc, place de la République :-)

Écrit par : mc | 14/12/2009

Quelqu'un peut-il m'éclairer sur "Les valeurs occidentales" ainsi que les valeurs "judéo-chrétiennes"? Quelles sont-elles? Pourrai-je avoir une liste écrite de toutes ces valeurs?
Autre chose : y a t-il un rapport quelconque entre "les valeurs occidentales" et "les valeurs chrétiennes"? Sont-elles les mêmes?

J'aimerai s'il vous plait des réponses sérieuses!

Merci beaucoup

Écrit par : Inside | 14/12/2009

*******************************************************************

J'ha-lu-ci-ne...

Je pense que beaucoup de personne n'ont toujours pas encore compris ce qu'est un MINARET ?

La construction n'a rien de négatif, mais c'est ce qu'il peut justifier (au nom de la soit-disante liberté de religion) qui peut-être dangereux. Au même titre qu'un "baton" qui peut être utilisé ou pas.

Et une fois construit, rien ne pourra empêcher la revendication de l'appel à la prière comme étant un droit au nom de la sainte liberté de religion.

Vous ne comprenez-pas toujours pas ?

Un minaret EST un outil de propagande (qui peut, un jour, être utilisé)

Un minaret EST un outil pour rappeler "A voix haute" les mécréants dans le droit chemin des 5 prières par jour. Les clochers utilisés dans ce but durant les sombres périodes de notre histoire nous le rappellent...
==> et nous ne voulons plus de cela !

Un minaret EST désagréable lorsqu'il hurle. Il va ainsi à l'encontre de la liberté de ceux qui ne veulent pas l'entendre. (un peu comme un voisin qui aurait le droit (au nom de la liberté de religion) de faire hurler chaque matin sa télévision à 5 heures du matin ...)

Un minaret EST le symbole d'une revendication de pouvoir politico-religieuse que les MUSULMANS modérés ont subit justifiant leur départ de leur pays d'origine...
==> et ils n'en veulent plus de cela !

A votre avis, qu'auraient voté les musulmans modérés...?

A mon avis, la même chose que les suisses sauf qu'ils n'osent pas le dire.

*******************************************************************

Écrit par : halucine | 14/12/2009

A votre avis, qu'auraient voté les musulmans modérés...?

A mon avis, la même chose que les suisses sauf qu'ils n'osent pas le dire.

Écrit par : halucine | 14/12/2009

à halucine.

Je ne peux plus entendre ce type d'amalgame. Je suis une musulmane modérée. Je mange du porc, je ne fais pas de prière, et je suis parfaitement intégrer et avertis! Recouverte d'amis Suisse et des familles suisses.
Contrairement à vous, je ne suis pas une ignorante. J'ai vécu dans ces pays de confession musulmane. Et j'enrichis (mon pays) La Suisse que j'aime, chaque jour de ma vie, de mes riches expériences que j'ai apporter d'ailleurs. Quelle tristesse que de ne voir que le bout de son nez! Quelle tristesse de vous lire! Je vous plaint hallucine. Aimer au lieux de haïr n'est ce dont pas ce que tout religions monothéique vous incites de faire?

Vous êtes qui vous? Avez vous des valeurs? Je présumes que non! Si non vous n'oseriez jamais vous permettre à dénigrer celui des autres!

Ce que vous oubliez, c'est que la suisse a changé. Que ce soit pour ou contre votre souhait!!!! Tout comme le monde a changé. La Suisse ne peut pas bénéficier des avantages de la mondialisation et avoir peur de ces conséquences. C'est juste impossible. Vous verrez!

Aujourd'hui notre pays a accepter de bercer dans son berceau des musulmans. (des personnes qui sont très ambles(contrairement à l'image que vous envoyez, et que, jusqu'aujourd'hui ne vous ont fait aucun mal). Elle leur a attribué une nationalité. Ils sont citoyens tout comme vous. Et ils ont des droit et devoirs envers ce pays, comme tout un chaque un.

Vous qui mélangez tout! Laisser moi vous réveiller, et vous dire que très peu de musulmans modérés sont fier de cet acte discriminatoire. Nous les modérés, nous sommes lésés par le rejet de nos origines. Car nos aïeux n'appartenaient à aucun de ces sectes dont vous les faites passer pour l'Islam, ou encore pire au minaret!!! Nos origine sont notre aujourd'hui. Et notre aujourd'hui vit en Suisse. Nous sommes Suissisés, mais avec nos propres valeurs.

Nous sommes milles fois plus sensibles que ces pratiquants. Car nous connaissons la subtilité de vos arguments racistes. Et nous arrivons très bien à faire la part des choses.

Qui dit que cet votation permettait au meuzzin de crier au minaret?! Renseigner vous et fermer votre bouche, au lieu de poustillonner partout..

Au contraire, l'égalisation de ces minarets pouvait aboutir à une reconnaissance bien fructueuse de l'autre. Celui qui pue à vos yeux. Celui que vous voulez enterrer dans vos sous sols, tout comme vous faites avec les toxicomanes.
Eh oui je comprend bien la cause votre provocation et je comprends votre irritation, vous êtes de ce type d'individus, qui, aurai voulu faire une initiative pour le rejet de tout les musulmans de la Suisse. Voir tout ceux qui ne vous ressemblent pas. Vue que c'est quelques de chose de catégoriquement anti-constitutionnelle, alors vous vous êtes prise lâchement à un simple élément architectural pour exprimer la méprise et la haine que vous ressentez envers les musulmans. Pour être plus claire envers ceux qui n'ont pas les mêmes convictions que les vôtres.
Sachez une chose. Que la Suisse n'était jamais plus bas que maintenant aux yeux de la planète. Notre suisse est bien triste et fait passer l'image d'un beau pays mal habité. Et c'est de la faute des fanatiques comme vous.

Écrit par : wida | 15/12/2009

@Wida,

Message important des 57% de fanatiques du pays "mal habité":

Va chier ! Opposer un "vous êtes raciste" a tout forme de réflexion, ca passe plus.

Écrit par : Kultivator | 17/12/2009

@kultivator: mais, hallunice est raciste, et mal informée.

Elle croit que grâce à la votation, les muezzins ne crient plus du haut des minarets en Suisse.

Vous, vous êtes malhonnête et mal élevé. Clairement vous n'êtes pas Suisse, car on n'apprend pas cela ici, retournez dans votre pays.

Écrit par : tim | 17/12/2009

On ne fait pas boire un âne qui ne veut pas boire! La grande majorité des pseudo-intellectuels, ou simplement internautes, sont d'une arrogance culturelle abjecte! Ils ne lisent que ce qui les confortent dans leurs délires nauséabonds, ou ne discutent qu'avec leurs alter-égo, et se vautrent dans la haine de l'autre qui refuse d'être l'esclave de leur pensée unique! Le fait d'être occidental leur fait croire qu'ils sont Tous Puissants, leurs valeurs sont forcément les meilleurs pour l'humanité entière. Leur hégémonie
n'a d'égale que leur manque totale d'humanisme! Leurs valeurs soit-disant occidentales leur permettent de manquer totalement de respect envers celui qui ne se soumet pas à leur dictat! Dès lors, tous les moyens sont bons pour le démolir : la diffamation, le mensonge, ...jusqu'aux guerres " saintes " qu'ils mènent pour instaurer leur fameuse " démocratie à géométrie variable ", leurs droits de l'homme qui le sont aussi, leur hégémonie, leur puissance... En tant que femme musulmane, je me battrais ma vie durant contre ce genre de personne, je ne gagnerai certes pas - car ils sont trop puissants - mais je ne serai jamais l'esclave d'une idéologie occidentale! Je préfère définitivement la liberté de penser par moi-même octroyé par l'Islam tant honni et tant diffamé par eux! La liberté - en l'occurrence, celle de la femme musulmane pratiquante, voilée, forcément fondamentaliste et extrémiste, donc à liquider! - n'a pas de prix et ne
se négocie ni avec eux ni avec les extrémistes musulmans d'ailleurs!

Et celui ou celle qui doute que ces propos viennent réellement de ce genre de femme, n'a qu'à me contacter et constater de " visue " que j'existe et que je suis parfaitement intégrée, suisse marié à un suisse depuis des générations, avec des enfants suisses à 100%, et faisant totalement partie du paysage suisse n'en déplaise à ceux qui colle l'Islam uniquement aux étrangers! A bon entendeur! Salut!

Écrit par : inside | 17/12/2009

@wida: Rappelez-vous:

Il ne suffit pas d'avoir si facilement pu détenir un passeport,

pour que votre interlocuteur ne sache percevoir l'image de votre coeur, de votre âme, vos intentions.
Vous n'y pouvez rien: on vous voit, tel/telle que vous êtes.

Restez plutôt honnête avec vous-même,
au risque de passer pour une menteuse ou usurpatrice, voire traître, aux yeux de vos semblables.

N'oubliez pas vos intentions d'origine en venant en Suisse:
venus avec votre ou leurs bagages, pour gagner plus d'argent.

Faire croire à votre légitimation d'établissement en Suisse pour toute autre raison,

- vous place sur la case de l'hypocrisie

Faire croire que vous apportez aux suisses (ces pauvres ignares incultes), un surplus de culture ou autre,

- vous place sur la case du retourneur de veste, au gré des opportunités.

Comment ensuite prétendre au droit à se faire respecter?


@ Kultivator, bien plus simple de faire parler les chiffres :

(bien sûr passés sous silence par tous ces "combattants exigeant le respect de leurs droits humains" comme les frères musulmans ou autres ressortissants pas très clairs ou issus d'assassins),

Les chiffres sont clairs: il y a

- en Suisse: 4 minarêts existants, sur une surface de 41 285 km2, pour une population musulmane d'env. 350'000 résidents, provenant en majorité d'ex-yougoslavie, Balkans, Turquie, soit env. 3,5% des habitants en Suisse.

Tandis qu'il y a, en France (en dette avec les musulmans d'Afrique)
- 10 minarêts existants, sur une surface de 543 126 km2, pour une population musulmane d'env. 4'000 000 résidents, soit env. 9 % des habitants en métropole.

Les proportions sont donc:
Plus de minarêts construits en Suisse qu'en France, pour une surface +10% plus petite en Suisse et au bénéfice d'une population +10% plus réduite qu'en France.

Les suisses ont donc fait beaucoup plus pour les musulmans, et accepté la construction de plus de minarêts que les français.

? Besoin de rappeler:
- le passé colonialiste français, ses guerres, ses dettes, sa culpabilité vis-à-vis des populations émigrantes musulmanes ?

? Besoin de souligner:
- que le système social français, avec ses allocations familiales, logement & etc, son RMI et autres CMU, n'a pu empêcher que ces générations d'immigrants, n'ai pu s'intégrer 20, 30 ou 40 ans plus tard, qu'en développant leur économie parallèle de trafics de drogue, d'armes, de criminalité, de gangs, d'assassinats, de zones de non-droit (les armes étant interdites en France, le parallèle avec la situation des banlieues américaines est fort).

? Besoin de souligner:
- que les démocraties avancées telles qu'en Suisse ne demandent à personne d'informer sur sa culture religieuse.

Bizarre alors que des musulmans se déclarant "intégrés en Suisse" ne s'affichent comme tels et revendiquent leur ID de musulman avec agressivité, que lorsque des évènements telles des votations bien démocratiques ne leurs donnent l'occasion de redorer leur blason identitaire d'origine.

? Besoin de rappeler:
L'attrait financier que représente la Suisse à tout immigrant, même européen, même français ... au détriment de l'identité, personnelle ou nationale, de chacun de ces requérants d'emploi en Suisse ...


@ Wida,
Panurge parlait des moutons (de Panurge) ... comme de cette fête des musulmans, qui se doivent d'égorger vifs des moutons - pour les manger.


en Suisse, nos lois protègent les animaux contre les maltraitances - les amendes vont de 80 à 20 000 CHF.
pas cher donc. comme la valeur de votre identité suisse.

Il est vrai que les médias français préfèrent taire de telles réalités: ces faits contredisent leurs choux gras.

Écrit par : Suissi Tude | 17/12/2009

@Tim,

Si je suis pas Suisse je suis quoi d'après toi ?

Et en tout cas c'est pas grâce a cette votation que les muezzins crieront plus fort en Suisse.

Au moins on m'a posé la question et j'ai eu l'occasion de dire NON a l'obscurantisme islamiste. Ce n'est qu'un signal qui n'a rien a voir avec les minarets eux mêmes, mais pas inutile vu le débat qu'il provoque dans toute l'Europe.

Écrit par : kultivator@romandie.com | 17/12/2009

@ "Plouc chez les bobos" (= JMCuenod à Paris)

Monsieur, lorsque vous titrez:

> L’après-minaret (4). Vers une laïcité fédérale? <

Puis commentez:

> Après le triomphe de leur initiative, les allergiques aux minarets risquent de tomber sur une sacrée surprise. Tout à leur émotivité, ils n’ont pas prévu que leur victoire pourrait donner sa chance à une laïcité fédérale qui n’existe pas encore. Ce qui n’entrait certainement pas dans leurs vues. <

Avez-vous les capacités d'un historien ?
Pour affirmer ensuite que:

>> Depuis sa fondation, la Suisse moderne a toujours évité d’aborder la question des relations entre les confessions et la Confédération, laissant aux cantons le soin de la régler selon leur propre Histoire.

Adoptée en 1999, l’actuelle Constitution fédérale confirme cette tendance en son article 72: «La réglementation des rapports entre les Eglises et l’Etat est du ressort des cantons. » A l’article 15, le texte fondamental suisse se borne à garantir la liberté de conscience et de croyance

Écrit par : Suissi Tude | 17/12/2009

Je recolle mon post à ce monsieur plouc

@ "Plouc chez les bobos"
Monsieur, lorsque vous titrez:

> L’après-minaret (4). Vers une laïcité fédérale? <

Puis commentez:

> Après le triomphe de leur initiative, les allergiques aux minarets risquent de tomber sur une sacrée surprise. Tout à leur émotivité, ils n’ont pas prévu que leur victoire pourrait donner sa chance à une laïcité fédérale qui n’existe pas encore. Ce qui n’entrait certainement pas dans leurs vues. <

Avez-vous les capacités d'un historien ? Pour affirmer ensuite que:

>> Depuis sa fondation, la Suisse moderne a toujours évité d’aborder la question des relations entre les confessions et la Confédération, laissant aux cantons le soin de la régler selon leur propre Histoire. Adoptée en 1999, l’actuelle Constitution fédérale confirme cette tendance en son article 72: «La réglementation des rapports entre les Eglises et l’Etat est du ressort des cantons. » A l’article 15, le texte fondamental suisse se borne à garantir la liberté de conscience et de croyance

Écrit par : Suissi Tude | 17/12/2009

Je re-recolle la SUITE:

Avez-vous les capacités d'un historien ? Pour affirmer ensuite que:

>> Depuis sa fondation, la Suisse moderne a toujours évité d’aborder la question des relations entre les confessions et la Confédération, laissant aux cantons le soin de la régler selon leur propre Histoire. Adoptée en 1999, l’actuelle Constitution fédérale confirme cette tendance en son article 72:
«La réglementation des rapports entre les Eglises et l’Etat est du ressort des cantons. » A l’article 15, le texte fondamental suisse se borne à garantir la liberté de conscience et de croyance

Écrit par : Suissi Tude | 17/12/2009

Bizarre, impossible de publier - je continue le recopié:

... Vous ne dévoilez, Monsieur, que votre ignorance de la culture suisse, de ses bases et de l'esprit de sa constitution : la Suisse n'est pas née en 1999, ne vous en déplaise!
Semble que quelques bases fondamentales, culturelles &/ou constitutionnelles suisses vous manquent. De toute évidence, aucun constitutionnel n'a jugé utile de vous répondre.
Mais enfin, à qui voulez-vous donc vous adresser? Aux français établis en Suisse romande ?
Quel est votre but ici ? - Vous faire valoir aux yeux de vos collègues de Paris en écrivant ce qu'ils veulent lire ?
- Fustiger les français résidents en Suisse / les français ayant acquis 1 passeport suisse, contre les suisses ?
- Rameuter un public d'anti-suisses ?
- Etoffer votre image, élargir votre public en faisant feu de ce tout ce qui peut brûler dans le ventre de frontaliers, frustrés par leur trajet maison/boulot, en entretenant leurs rancoeurs envers les suisses ?
Conclusion
Plouc, un correspondant décidément très en retard sur les infos - qui n'est pas au fait - qui dénote un flagrant manque de connaissances historiques - ce qui vaut à ses commentaires de n'être que partiaux, méprisant vis-à-vis des suisses, flatteurs vis-à-vis des français établis en Suisse, non informatifs et tout simplement tendancieux.

Tandis qu'il démontre une fois de plus que les français, éduqués, formés et formatés sous l'influence du présidentialisme à la française - voire à la Sarkozy, ne peuvent/ne veulent comprendre le système de démocratie directe suisse.

C'est aberrant de constater le nombre de gens ne vivant pas en Suisse comme Monsieur Cuenod, de nouveaux suisses ou résidents à tps partiels en suisse romande, sont convaincus, et veulent nous convaincre de tout ou mieux savoir que les suisses eux-mêmes, sur la Suisse, son actu & ses enjeux.

Écrit par : Suissi Tude | 17/12/2009

A Suissi Tude.
On aura compris que les Français vous donnent de l'urticaire et que seuls les Suisses que vous ne cessez d'encenser dans votre diatribe sont dignes de respect à vos yeux. Un petit tour loin de vos montagnes pourrait peut-être tempérer votre agressivité envers les étrangers qui, pour n'être pas Suisses n'en sont pas moins respectables. J'hésite à vous faire observer, de crainte de porter un coup à votre vanité, que des milliards d'êtres humains vivent hors de Suisse sans avoir la moindre envie de venir s'y enfermer.

Écrit par : nilton | 04/01/2010

@nilton... rendez-vous compte que pas vos conseils vous rendez certe un fier service à Suissi Tude mais quel drame pour les autochtones condamnés à l'accueillir...!!!

Écrit par : matthieu | 04/01/2010

Ploucs bêtement racistes ! de vrais moutons qu'on mènent à l'abattoir.

Écrit par : chrisbell | 10/01/2010

Les commentaires sont fermés.