03/12/2009

L'après-minaret (2). Une Cour constitutionnelle pour l’après-minarets


Après le triomphe de la plus irrationnelle des initiatives populaires, il convient d’essayer de ramener la raison au milieu de nos villes et villages. La tâche se révèle des plus ardues, tant l’émotivité devient le principal moteur des choix politiques. En Suisse. Et ailleurs. A preuve, l’avalanche de messages soutenant l’interdiction des minarets rédigés par des internautes français et allemands, entre autres.
A cet égard, il s’est établi entre le secret de l’isoloir et l’anonymat des cyberdébats, une sorte d’alliance des islamophobes anonymes.

Strasbourg, l’erreur à éviter

Après ce coup de massue, la tentation serait de contester la décision prise dimanche devant la Commission européenne des droits de l’homme à Strasbourg, comme le propose le président des Verts, Ueli Leuenberger. C’est l’erreur à éviter. L’annulation d’un vote populaire par une instance supranationale aurait des effets désastreux dans l’opinion. Si l’on veut ancrer pour de longues années l’idéologie xénophobe dans la conscience — ou plutôt l’inconscient — helvétique, le succès d’un recours à Strasbourg en constituerait le meilleur moyen.
Notre pays a voulu se frayer un chemin particulier dans l’histoire des systèmes politiques en pratiquant la démocratie directe. Nous devons assumer ce choix, même si certains votes nous déplaisent. De plus, les effets juridiques de l’interdiction des minarets demeurent limités. La pratique du culte musulman n’est pas remise en cause par cette initiative. Les dégâts qu’elle entraînera seront d’ordre symbolique, ce qui n’est guère plus rassurant.

Le poids des mots

Contrairement à ce que prétend le ministre français des affaires étrangères Bernard Kouchner, le vote suisse n’est donc pas une marque «d’oppression» à l’encontre d’une religion, mais un signe de discrimination. Ce n’est pas plus reluisant. Mais une politique conduite avec intelligence consiste à choisir les mots avec exactitude et à ne pas coller sur une situation des termes qui ne lui conviennent pas.

Garde-fous indispensables

Toutefois, pour qu’il soit supportable par un ensemble humain, tout pouvoir doit disposer de garde-fous. Même la démocratie directe ne peut pas échapper à cette règle, au risque de se muer en dictature de la majorité. Le principal de ces garde-fous demeure la Constitution qui prescrit les principes de base auxquels on ne saurait déroger sans mettre en péril les droits humains. Or, il manque à notre pays une Cour constitutionnelle. Comme l’envisage le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz, il faudrait donc en créer une, sans tarder. Et lui soumettre les questions à poser au peuple afin que cette instance juge si elles sont ou non conformes aux principes directeurs de la Constitution et de la Convention des droits de l’homme.
Dans l’ambiance actuelle où les turbulences de la mondialisation nous fait perdre le Nord et égarer le Sud, les votations les plus dangereuses pour la liberté et la dignité peuvent réussir. Au lieu de les annuler après coup, il vaut mieux les examiner en amont, non dans le tumulte d’une arène politique (aujourd’hui la validation des initiatives populaires appartient à l’Assemblée fédérale) mais dans la pondération d’une instance juridique.

Jean-Noël Cuénod

(Ce texte a paru jeudi 3 décembre 2009 dans la rubrique « Perspective » de la Tribune de Genève et « Réflexion » de 24 Heures)

10:15 | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | |

Commentaires

Mais irrationnel pour vous! 32% des votants qui ont dit oui ne sont pas UDC (ce parti représente environ 25% d'électeurs), une large part d'entre-eux ne sont pas islamophobes!
Vous prônez des mesures liberticides uniquement sur la base qu'une décision populaire ne va pas dans votre sens. Les Suisses tolèrent toujours la liberté de culte, de croyance, de construction de mosquées, etc., des musulmans. Nous accueillons toujours les citoyens de pays musulmans en guerre, alors que certains de nos voisins continuent une guerre qui perd chaque jour de sa crédibilité en Afghanistan et qui tuent des centaines de musulmans. Au nom de quoi? Personne n'arrive plus à en donner une raison!
Il faut cesser d'exagérer et d'utiliser ce vote à votre convenance pour imposer une restriction démocratique qui permettrait de mieux imposer VOTRE vision du monde. In fine, vous ne tolérez pas une opinion divergente!

Écrit par : Bob | 03/12/2009

Excellent article ! Merci

Écrit par : clr-genève | 03/12/2009

Le transfert des compétences en matière de validation des initiatives aurait déjà dû être faite après l'acceptation de l'initiative en matière de délinquants sexuels. Mais peut-on encore espérer qqch de notre droite parlementaire ?

Écrit par : Manuel | 03/12/2009

Boujour,

On prétend l'islam insoluble dans nos pays démocratiques.
La Suisse est-elle soluble dans les Droits de l'Homme ?

Écrit par : Jacky | 03/12/2009

Comment une cour constitutionnelle pourrait vérifier la constitutionnalité d'initiatives qui visent précisément... à modifier la constitution??? à moins de fossiliser le texte fondamental ou de reconnaître des normes plus constitutionnelles que d'autres? Ou de se borner à un contrôle de conventionnalité des initiatives et non pas de constitutionnalité. Mais ce serait faire beaucoup d'honneur à la CEDH (entre nous, on parle de cour européenne des droits de l'homme et non pas de commission)

Cette cour n'aurait d'utilité que pour les lois fédérales, et rien d'autres.

Écrit par : Mat | 03/12/2009

Bonjour Jean-Noël Cuénod !

Votre article reflète très exactement ma pensée. Merci de l'avoir écrit !

Cette idée de "Cour constitutionnelle" évoquée par le professeur Andreas Auer me paraît être à même d'éviter à l'avenir ce qui s'est passé ce 29 novembre.

C'est une solution pérenne qui me semble beaucoup mieux à même de sortir la Suisse de l'impasse dans lequel elle s'est fourvoyée que des solutions spécifiques stigmatisant les vainqueurs ou telle que celle préconisée par les Radicaux genevois - laquelle relève du bricolage - visant à retirer à la Confédération la compétence de statuer sur l'aspect urbanistique des édifices religieux pour la remettre aux cantons.

L'instauration d'une Cour constitutionnelle me séduit beaucoup. Qui se chargera de creuser cette idée et de lancer rapidement une initiative parlementaire ?

Le temps presse !

Bien à vous !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 03/12/2009

"Cette idée de "Cour constitutionnelle" évoquée par le professeur Andreas Auer me paraît être à même d'éviter à l'avenir ce qui s'est passé ce 29 novembre."

"Le temps presse !"

Vous me paraissez, M. d'Hôtaux (du Locle, je présume...), peu imprégné du concept de démocratie directe. Si une Cour constitutionnel devait voir le jour, son premier "dossier" serait d'étayer une déclaration d'inconstitutionnalité de la majorité des votes exprimés contre... la création d'une Cour constitutionnelle :o)

Écrit par : Scipion | 03/12/2009

M. Scipion, alias Léon Savary, alias xxx :

" Vous me paraissez, M. d'Hôtaux (du Locle, je présume...), peu imprégné du concept de démocratie directe. Si une Cour constitutionnel devait voir le jour, son premier "dossier" serait d'étayer une déclaration d'inconstitutionnalité de la majorité des votes exprimés contre... la création d'une Cour constitutionnelle :o) "

Contrairement à vous, je suis très attaché au concept de démocratie directe et c'est précisément pour cette raison que je ne souhaite pas le voir galvauder et dévoyer à des fins de politique politicienne propres à mener la Suisse à une catastrophe ...

Toujours un plaisir que de vous lire !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 03/12/2009

A propos, Scipion, quelle Carthage souhaitez-vous détruire ?

Et en quoi "Le Locle" est-il pertinent dans ce débat ? "Loclois" deviendrait-il une manière de qualifier, négativement, le niveau d'intervention d'un blogueur ? En tout cas, c'est ainsi que je le lis, et cela démontre votre manque de respect, tout en soulignant votre connaissance des environs du Locle.

Pour ma part, je rejoins Jean d'Hôtaux dans son analyse. Je pense que le droit d'initiative est important, mais que nous devons le préserver en le canalisant, ce qui évitera de pervertir ce droit populaire, ainsi que le fait cette ultime initiative, et d'autres déjà avenues et à venir.

Permettre au peuple de proposer des orientations politiques importantes et donner le droit au peuple de se prononcer est un bien précieux. Il ne doit pas être galvaudé par des groupes ou partis peu respectueux dans le fond du peuple (groupes ou partis de droite, de gauche ou du centre, d'ailleurs)

Écrit par : Anne-Marie Brunner | 03/12/2009

Un ami irakien m'a sourit, il était très heureux du résultat dimanche soir, il est chrétien, et ça famille a été massacré à Bagdad, il y a 15 ans!

Écrit par : dominiquedegoumois | 03/12/2009

C'est le peuple chers amis qui paye les salaires de tous nos politiciens!

Un peuple qui vit très mal son quotidien depuis bien des années, un peuple qui voit ce qui ce passe dans sa rue, sa ville, son pays, et qui veut être respecté!

On stigmatise nos valeurs, elles sont ce qu'elles sont, mais au moins on peut un peu près dire ce que l'on veut ici!

Et si il faut se battre pour pouvoir continuer à voter pour défendre nos droits, je pense que nous seront un certain nombre pour sortir dans la rue!

C'est drôle ces discours réactionnaires, de gauche et de droite, on chasse le naturel et il revient au galop!

Cette votation aura eu le mérite de nous montrer le vrai visage du président du PDC suisse, qui fait partie de l'Entente ici à genève, j'ai peur pour lui, ne dit on pas que la colère est mauvaise conseillère!
Ce Monsieur a peur pour son avenir politique, alors il craque, et ne sait plus quoi dire comme bêtises.
Il prends à gauche, il prends à droite, en haut et en bas!

Nos politiciens confondent "tragédie" et "stratégie" depuis longtemps, on voit le résultat!

Nos politiciens, sont des corps creux!
Il répète ce que l'on dit depuis au moins 10 ans, mais avec 10 ans de retard donc!

Écrit par : dominiquedehgoumois | 03/12/2009

Les démocratophobes ne peuvent décidément pas accepter leur défaite. Pfff...

Le peuple dira non à une limitation de sa souveraineté.

Écrit par : Johann | 03/12/2009

Ne vous voilez pas la face, Dieu est partout. Vos pratiques sexuelles ou religieuses je m'en bat les couilles, un peu de pudeur bordel. Bonjour chez vous.

Écrit par : joe | 03/12/2009

"Contrairement à vous, je suis très attaché au concept de démocratie directe et c'est précisément pour cette raison que je ne souhaite pas le voir galvauder et dévoyer à des fins de politique politicienne propres à mener la Suisse à une catastrophe ..."

Alors, il faut redéfinir le concept de démocratie directe et celui de politique politicienne, parce que ce que j'observe actuellement ne correspond pas plus à votre acception de la première qu'à celle de la deuxième.

Écrit par : Scipion | 04/12/2009

Le plus grand danger viendrait bien de la couleur politique de cette cour. Et c'est pour ça qu'elle ne passera jamais.

Écrit par : Pavel | 04/12/2009

Encore une cour constitutionnelle! Encore des juges! Encore des fonctionnaires!
STOP aux fonctionnaires. STOP au corporatisme.

Écrit par : oceane | 04/12/2009

Bonjour à toutes et à tous,

M. Cuénod,

je vous signale que ce garde fou existe, vu que les initiatives doivent être avalisées par les Chambres qui vérifient la constitutionnalité de ces dernières.

L'initiative contre les minarets ne touche en rien la liberté de culte et est donc parfaitement compatible avec le droit Suisse.

Votre artcile démontre que vous voudriez qu'une minorité, quelques juges, décident des initiatives qu'ils accepteraient ou non, la dictature pourrait alors faire son lit, car il suffirait à quelques personnes de s'emparer d'une telle cour.

Votre idée est complètement irresponsable en plus d'être redondante et donc inutile.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 04/12/2009

@ Stéphane;

Vous ne le comprenez pas, la demande vise non pas un garde fou législatif, mais bel et bien un contrôle constitutionnel, avec des "gardiens de la démocratie", comme il y a des "gardiens de la Révolution" en Iran.
C'est en quoi ce vote sur les minarets est positif, il permet de montrer les aspirations de chacun sur comment "gérer" la démocratie.

Écrit par : bob | 04/12/2009

Parodiant le regretter Brassens peut-être est-ce le moment de chanteren choeur:
"Le camp ne fait rien à l'affaire, quand on est con , on est con..."

Le peuple, dont pro et anti minarets sont tous membres à part entière, a constitutionnellement le droit d'être CON (puisque c'est ce que chaque "camp" pense de l'autre). Le tout se résumant à constater quelle forme adopte la connerie majoritaire du moment. Le "trend" comme pourrait dire Moretti.

Mais puisque nous parlons de pratiques et de valeurs antagonistes - pour ne pas dire ennemies - j'ai lu, dans les lettres de lecteurs de ce jour, une réflexion d'une lectrice concernant les risques de maladies nosocomiales que faisaient courir aux malades ces infirmières aux cheveux longs et libres. Cette dame suggéait donc que les dites infirmières couvrent justement leur chevelure d'un fichu ou d'un foulard (façon Hijab?)afin de prévenir ce risque, oubliant cependant de mentionner le port obligatoire de masques d'hygiène...

L'islamisation rampante de notre terre sacrée, combattue victorieusement dans les urnes, reviendrait-elle sournoisement par les hopitaux?

Allez, comme le disait ce bon vieux Cromwell à ses partisans: Ayez confiance en Dieu, mais gardez votre poudre au sec!

Bonne continuation!

Écrit par : Azrael | 04/12/2009

Une alternative à la cour constitutionnelle serait le retour à une forme de vote censitaire tel qu'il a existé en France au XIXe siècle. Seraient admis au droit de vote, non plus les citoyens "possédants", mais ceux qui, après passage devant une commission composée d'intellectuels, de représentants d'associations, de politiques "biens sur tous les rapports" etc etc, prouveraient leur moralité.

Écrit par : lulu | 04/12/2009

"Regretté" qu'il est le Georges. Of course.

Écrit par : Azrael | 04/12/2009

Il est intéressant de constater l'instrumentalisation des minarets fait par les élites des pays séculiers d'Europe, se réclament de laïcité mais qui fournissent un statu particulier aux religions juive et chrétiennes en justifiant la discrimination d'une seule religion: l'Islam. Donner son avis sans même prendre en considération l'intégration modèle de la communauté musulmane de suisse en partant dans des fantasmagories d'islamisation rampante est assez paradoxale. Ne nous égarons pas, il n'est ici ni question de la Turquie, de l'Irak ou de l'Afghanistan mais bel et bien de la Suisse.

La communauté musulmane en Suisse ne représente que 4% de la population totale Suisse. La plus grande communauté étrangère de Suisse est constituée par les Italiens (18.9% de la population étrangère totale), suivis des Serbes avec 12.3%. Je le répète, la communauté musulmane en Suisse ne représente que 4% de la population totale Suisse, 10% la majorité de ces musulmans et musulmanes sont issue des Balkans, donc d'Europe, 12% de ces musulmans et musulmanes sont suisse origine et 5% du maghreb.

On peut parler longtemps de la démocratie et du vote d'un peuple, faudrait-il encore qu'il ne soit pas influencé par des partis populistes et xénophobes comme l'UDF (parti chrétien de droite) et l'UDC part d'extrême droite suisse qui est actuellement majoritaire au conseil fédéral. Il est impressionnant que personne ne soit relaté ce fait évident de la politique suisse. Le parti d'Hitler "le national socialisme " a été élu démocratiquement par les peuples allemands lui aussi, était-ce une bonne chose?

Il n'en reste pas moins que cette initiative discriminatoire, est incompatible avec plusieurs droits fondamentaux consacrés par la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH) et par le Pacte de l'ONU relatif aux droits civils et politiques (Pacte II de l'ONU). Dans son communiqué de presse, l’Office fédéral de la justice explique que l’initiative:

* porte atteinte à la liberté religieuse et au principe de non-discrimination
* a à l'encontre des valeurs fondamentales de la Constitution
* rate sa cible
* met en péril la paix religieuse et nuit à l'intégration

Quelques soit le niveau atteint par un votation, celle-ci ne peut pas être au-dessus des lois et des valeurs universelles humaine, c'est pourtant le cas en Suisse depuis le 29 novembre 2009

Écrit par : john grinten | 21/12/2009

Des extraits du Coran à lire tranquillement!

AlImran

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.‎

‎1)‎ Alif – Lâm – Mîm. 2) Dieu ! Il n’y a point de divinité que Lui, le Vivant, l’Animateur ‎de l’Univers ! 3) Il t’a révélé graduellement le Livre en tant que Message de vérité, ‎confirmant ce qui l’avait précédé, comme il avait révélé la Thora et l’Evangile 4) ‎auparavant, pour servir de direction aux hommes. Et Il a également révélé le Livre du ‎discernement (le Coran). A ceux qui renient les signes de Dieu est réservé un terrible ‎châtiment, car Dieu est Puissant et Redoutable quand Il sévit. 5) Et rien de ce qui est ‎sur la Terre ou dans le Ciel n’échappe à la vigilance du Seigneur 6) C’est Lui qui, ‎selon Sa volonté, vous forme dans le sein de vos mères, et il n’y a d’autre divinité que ‎Lui, le Puissant, le Sage. 7) C’est Lui qui t’a révélé le Livre contenant des versets à la ‎fois clairs et précis, qui en constituent la base même, ainsi que d’autres versets ‎susceptibles d’être différemment interprétés. Et c’est à ces derniers versets que les ‎sceptiques, avides de discorde, prêtent des interprétations tendancieuses, alors que nul ‎autre que Dieu n’en connaît la signification exacte. Quand aux vrais initiés, ils se ‎contentent de dire « Nous croyons en ce Livre, car tout ce qu’il renferme vient de ‎notre Seigneur. » Ainsi, seuls sont enclins à méditer ceux qui sont doués ‎d’intelligence.‎

Ce que dit le Coran sur Marie, Zacharie, Jean, Jésus et les apôtres :

‎33) Dieu a élu Adam, Noé, la famille d’Abraham et la famille d’Imran et les a élevés ‎au-dessus de tous les hommes, 34) en faisant de ces familles une seule et même lignée, ‎car Dieu entend tout et sait tout. 35) La femme d’Imran dit un jour : « Seigneur ! Je ‎Te voue en toute exclusivité l’enfant que je porte en mon sein ! Daigne, Seigneur, ‎l’accepter ! Tu es, en vérité, Celui qui entend tout, qui sait tout. » 36) et lorsqu’elle eut ‎mis son enfant au monde, elle s’écria : « Seigneur ! J’ai donné naissance à une fille. » ‎Dieu le savait bien. « Un garçon n’est pas une fille et je l’ai appelée Marie, ajouta-t-‎elle, et je la mets, Seigneur, sous Ta protection, elle et sa descendance, cotre Satan le ‎lapidé.» 37) Dieu reçut la petite fille en Sa grâce, lui assura une croissance heureuse et ‎en confia la garde à Zacharie. Or, chaque fois que Zacharie allait la voir au temple, il ‎trouvait auprès d’elle de la nourriture, et il lui demandait : « Ô Marie ! D’où cela te ‎vient-il ? » Et elle lui répondait : « Cela vient de Dieu, car Dieu donne Ses biens à qui ‎il veut sans compter. » 38) C’est dans ce temple que Zacharie adressa à son Seigneur ‎cette prière : « Seigneur ! Veuille me donner une postérité vertueuse ! N’est-ce pas ‎Toi qui exauces les prières ? » 39) Et les anges l’interpellèrent pendant que, debout, il ‎priait dans le sanctuaire : « Dieu t’annonce la naissance de Jean qui confirmera un ‎Verbe émanant du Seigneur ; qui sera un vrai chef, un homme chaste et un prophète ‎parmi les justes. » 40) « Comment pourrais-je, Seigneur, avoir un enfant alors que je ‎suis vieux et que ma femme est stérile ? », demanda Zacharie. « Il en sera ainsi, lui ‎fut-il répondu, la volonté de Dieu doit toujours s’accomplir. » 41) « Seigneur, dit ‎Zacharie, donne-moi un signe ! »- « Ton signe, lui fut-il dit, est que tu ne pourras ‎parler aux hommes que par gestes et ce, pendant trois jours. Invoque donc souvent le ‎Nom de ton Seigneur et glorifie-Le au crépuscule et à l’aurore ! »‎
‎42) Et les anges de dire : « Ô Marie ! Dieu, en vérité, t’as choisie, t’a purifiée et t’a ‎préférée à toutes les femmes de l’Univers. 43) Ô Marie ! Sois dévouée à ton Seigneur ! ‎Prosterne-toi pour l’Adorer et incline-toi avec ceux qui s’inclinent ! » 44) Ce sont là ‎des récits qui relèvent du mystère et que Nous te révélons ici, car tu n’étais pas parmi ‎eux lorsqu’ils tiraient au sort l’honneur de prendre Marie en charge, et encore moins ‎lorsqu’ils se disputaient à son sujet. 45) Un jour, Marie entendit les anges lui dire : « ‎Ô Marie ! Dieu te fait l’heureuse annonce d’un Verbe émanant de Lui, qui aura pour ‎nom le Messie, Jésus, fils de Marie. Il sera illustre dans ce monde et dans l’autre, et ‎comptera parmi les élus de Dieu. 46) Dès le berceau, il parlera aux hommes et, quand ‎il sera adulte, il sera parmi les justes. » 47)-« Seigneur, demanda Marie, comment ‎pourrais-je avoir un enfant alors que nul homme ne m’a jamais touchée ? »-« Dieu ‎crée ainsi ce qu’Il veut, lui fut-il répondu, et lorsqu’Il décrète qu’une chose doit être, il ‎Lui suffit de dire : « Sois ! », et la chose est. 48) Dieu lui enseignera l’Ecriture, la ‎Sagesse, le Pentateuque et l’Evangile. 49) Puis il sera Son envoyé auprès des fils ‎d’Israël à qui il dira : « Je vous apporte comme signe de la part de votre Seigneur la ‎faculté qu’Il m’a donnée de façonner avec de la terre glaise la forme d’un oiseau qui ‎sera vivant, par la grâce de Dieu, dès que j’aurai soufflé dessus. Je guérirai aussi ‎l’aveugle-né et le lépreux, et je ressusciterai les morts, par la permission de Dieu . Je ‎vous dirai également ce que vous mangez et ce que vous tenez en réserve dans vos ‎demeures. Ce sont là autant de signes pour vous, si vous êtes de vrais croyants. 50) Je ‎viens aussi confirmer la Thora qui vous a été transmise avant moi, lever pour vous ‎certains interdits et vous apporter un signe de votre Seigneur. Craignez donc Dieu et ‎suivez-moi. 51) Dieu est, en vérité, mon Seigneur et le vôtre. Adorez-Le, car c’est là la ‎Voie du salut ! »‎
‎52) Constatant leur incrédulité, Jésus demanda : « Quels sont ceux qui veulent être ‎mes auxiliaires dans la Voie de Dieu ? » Et les apôtres de lui répondre : « C’est nous ‎qui sommes les auxiliaires de Dieu, car nous avons foi en Lui. Sois donc témoin que ‎nous Lui sommes totalement soumis ! 53) Seigneur ! Nous avons foi en ce que Tu as ‎révélé et nous suivons Ton prophète. Nous Te demandons de nous inscrire au nombre ‎des témoins. » 54) Les juifs complotèrent (contre Jésus) ; mais Dieu déjoua leur ‎complot, car les ripostes de Dieu sont toujours infaillibles. 55) C’est alors que Dieu ‎dit : « Ô Jésus ! Je vais mettre fin à ta mission sur Terre, t’élever vers Moi, te purifier, ‎te débarrasser des négateurs et placer ceux qui t’ont suivi au-dessus de ceux qui t’ont ‎renié jusqu’au Jour dernier. A la fin, vous ferez tous retour vers Moi et je trancherai ‎alors vos différends. 56) Quant aux négateurs, Je leur infligerai un terrible châtiment ‎en ce monde et dans l’autre, sans qu’ils puissent bénéficier d’aucun secours. 57) En ‎revanche, ceux qui auront cru et accompli des œuvres pies, Dieu leur réservera une ‎récompense généreuse. Dieu n’aime pas les pervers. » ‎
‎58) Tels sont les enseignements et les sages avertissements que Nous te donnons. 59) ‎Pour Dieu, l’origine de Jésus est similaire à celle d’Adam. Dieu l’a crée d’argile, puis ‎lui dit : « Sois ! » et il fut. 60) Voilà la Vérité qui émane de ton Seigneur. Ne sois donc ‎point du nombre des sceptiques. 61) A ceux qui engagent avec toi une polémique au ‎sujet de Jésus, à présent que tu es bien informé, propose ce qui suit : « Appelons nos ‎enfants et les vôtres, nos femmes et les vôtres, joignons-nous tous à eux et adjurons ‎Dieu de maudire ceux d’entre nous qui sont des menteurs. »‎
‎62) C’est là la version la plus authentique. En vérité, il n’est d’autre divinité que Dieu. ‎Lui seul est le Tout-Puissant, le Sage.‎

Écrit par : Inside | 21/12/2009

Les commentaires sont fermés.