31/10/2009

Pourquoi Rachida Dati est-elle si populaire ?

Rachidadati.jpgSon apparition au Musée Grévin a définitivement installé Rachida Dati au rang d'icône. Il suffit  que son visage et son nom apparaissent pour que les compteurs d’audience de Google atteignent des valeurs dépassant la stratosphère.  Elle est la reine du Beuze, l’impératrice de l’UBM (Unité de bruit médiatique) à défaut d’être la patronne de l’UMP.

Or, ce n’est tout de même pas son parcours ministériel – elle y a démontré une incompétence rare – qui  suscite cet engouement.  Après les démissions à la chaîne au sein de son cabinet, elle a dû se contenter de suivre les ordres du vrai patron de son ministère de la Justice, Patrick Ouart, qui a conduit les réformes, notamment de la carte judiciaire, exigées par le président Sarkozy.  Ce dernier, pour bien montrer en quelle estime il tenait sa garde des Sceaux, a annoncé lui-même et en l’absence de Rachida Dati, la réforme de l’instruction pénale. Ce mépris était largement partagé son parti, l’UMP,  puisqu’elle fut la première ministre à être interrompue sèchement dans un discours par le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer, qui appartient à la même famille politique.

Théoriquement, après un tel parcours,  Rachida Dati aurait dû disparaître des médias. Or c’est le contraire qui se produit. Pourquoi ? Sa beauté ? Ne soyons pas inélégants mais enfin, sur ce chapitre, Rama Yade l’éclipse.  Son parcours atypique de fille d’immigrés algéro-marocains ? Sans doute, mais Fadela Amara peut présenter un semblable trajet, or elle est oubliée par les caméras, micros et gazettes.

Ce qui constitue la force médiatique de Rachida Dati est cet incroyable culot, cette indomptable énergie qui l’habitent. Pour parvenir au sommet, elle a moins compté sur de brillantes études ou un cursus professionnel impeccable que sur la puissance des réseaux. Elle a tout compris du fonctionnement de notre société de l’apparence. Elle sait repérer l’homme ou la femme qui lui fera grimper les échelons. Elle s’y agrippe comme une sangsue, ne lui laisse aucun répit, l’enivre de compliments, la submerge de demande de conseils. Devant autant d’opiniâtreté, le plus simple et le moins fatiguant est de céder et de lui offrir ce qu’elle désire.  Les anciens ministres Albin Chalandon et Simone Veil ont été de tels mentors au début de sa carrière.

Rachida Dati incarne donc cet espoir que, finalement, sans talent particulier, sans intelligence exceptionnelle, sans études épuisantes, sans famille bien placée, sans héritage plantureux, on peut, malgré tout, tutoyer les puissants.

 

Jean-Noël Cuénod

15:00 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Si "il" est si populaire c'est que sa reconversion a été réussie.

(o_o)

Écrit par : Loredana | 31/10/2009

D'abord, Rama Yade est elle aussi populaire, et on n'aime pas seulement les plus belles, comme dans "Aucassin et Nicolette", mais toutes les belles, comme dans les Contes des 1001 nuits (ou Brantôme). Et puis elle a de l'énergie. Cependant, la réalité est que personne ne se plaint vraiment qu'elle ne soit plus ministre. Chirac aussi était incompétent: on l'aimait bien quand même. La popularité n'est pas forcément liée à un jugement objectif sur les compétences. Je ne pense pas qu'il soit dérangeant qu'elle soit aimée du public. Lequel sait bien que les compétences, en politique, ne démontrent nullement de véritables qualités humaines. Les compétences, en politique, pourront bientôt être assumées par des robots, peut-être.

Écrit par : rm | 31/10/2009

Pour être honnête il suffit de voir quels hommes elle a fréquenté et analyser les relations de ces personnages qui comme par le passé continuent a la couvé.
Son culot peut aussi s'appeler d'une autre manière.

Écrit par : Hypolithe | 01/11/2009

Un joli commentaire constructif, aux sources éminemment incontestables (Paris-Match, Voici, Gala, OK Podium, Café du Commerce...). Finalement, vous aussi incarnez cet espoir que, sans talent particulier, sans intelligence exceptionnelle, sans études épuisantes, sans famille bien placée, sans héritage plantureux, on peut, malgré tout, devenir journaliste.

Écrit par : Valaisano | 02/11/2009

Populaire , populaire ?

Ha bon ! chez qui ?

Les Medias ?

Connerie People !

ouf j'ai eu peur.....

Écrit par : Raoul | 02/11/2009

Mon cher JN
Elle, rachida Dentition, populaire? Ce sont les sondages sarkosaques qui le prétendent.
Cette créature l'est de la bande de com qui entoure Sarko.
Mais les gazettes genre pourri moche,
rance dimanche,
ici pourri,
le mâtin
etc.
sont-ils des media d'information de confiance?
La Com remplace l'info, depuis que l'agité présidentiel est à l'Elysée.

Écrit par : csny | 02/11/2009

Les commentaires sont fermés.