12/10/2009

Succès du MCG: Genève, au fil de ses boucs émissaires

L’Histoire politique genevoise bégaie. Le succès du MCG au Grand Conseil n’est qu’un épisode de plus dans la longue série des prurits extrémistes qui excitent une partie de l’électorat, avant de retomber avec un bruit mou, lorsque les crises sont passées.

Il est même possible de remonter jusqu’à la Réforme lorsque l’arrivée en masse des Huguenots fuyant les persécutions de la monarchie catholique française a secoué la jeune République étouffant à l’intérieur de ses murs étroits.

Plus près de nous, on peut dresser la liste de ces mouvements, qui servent de thermomètre aux fièvres genevoises et qui, pour établir leurs succès provisoires, usent de la plus vieille tactique politicarde de l’humanité : le recours aux boucs émissaires. Tactique qui ne résout rien quant au fond des crises, bien sûr, mais qui permet d’engranger des voix sans se fatiguer la tête.

  • Années 1930 : Union nationale (ouvertement fasciste). Cause profonde : la crise de 1929 et la montée de la lutte des classes. Boucs émissaires : les Juifs, les francs-maçons et les « rouges ».

 

  • Année 1960 : après l’insuccès, faute de bouc émissaire, du Réveil Civique durant la décennie précédente, Vigilance première manière entre au Grand Conseil en fanfare : 10 députés d’un coup en 1965. Cause profonde : la surchauffe économique. Boucs émissaires : les ouvriers étrangers, Espagnols et Italiens surtout.

 

  • Année 1980 : Vigilance seconde manière atteint en 1985 un score qui relativise la victoire du MCG de dimanche : 19 sièges au Grand Conseil. Mais la chute sera dure et rapide. Quatre ans plus tard, Vigilance perd 10 députés, avant de s’effondrer dès le début des années 90. Cause profonde : les prémices de la globalisation de l’économie. Boucs émissaires : les réfugiés.

 

  • Année 2009 : Le MCG a beau prétendre n’être ni de gauche, ni de droite – ce qui est d’ailleurs le slogan de l’extrême-droite en France – il est l’héritier de cette mouvance. Cause profonde : la crise financière puis économique de 2008. Boucs émissaires : les frontaliers.

Il reste maintenant aux seuls partis (droite et gauche démocratiques) qui sont capables de fournir des magistrats aptes à gouverner, de placer au centre de leur action le « peuple » dont ils ont oublié jusqu’au mot.


Jean-Noël Cuénod

 

 

10:34 | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | |

Commentaires

Boujour Monsieur Cuénod,

Vous avez raison de conclure en disant que les partis au pouvoir ont oublié la signification du mots Peuple.

Néanmoins, vous-même, faites injure à l'intelligence de ce Peuple, qui, souverainnement a élu ce dimanche 17 MCG.

Vous êtes donc quelque peu contradictoire dans vos propos, et, je pense qu'il faudrair les clarifier.

Meilleures salutations.

Écrit par : Stephane | 12/10/2009

Monsieur Cuénod,
Comme d'habitude vous faites excellente analyse des choses.
Vous mettez en évidence les hoquets de l'histoire en général et celle de Genève en particulier.
L'avantage du système proportionnel "à la Suisse" est de permettre aux groupes choisis par un électeur sur sept (pour le MCG en 2009) d'être représentés dans les législatifs. Comme vous le relevez, cela se dégonfle par la suite.
En France, en revanche, on est toujours frappé, même si on ne l'aime pas, de voir un Front National totalisant environ 20% des suffrages et n'avoir aucun député sur 577 au parlement. La faute au système majoritaire. Si le FN avait eu une centaine de députés, peut-être n'aurait-il pas eu la même longévité.
Comme quoi il est difficile de trouver des règles de démocratie qui possèdent toutes les qualités.
Avec mes meilleurs messages

Écrit par : Robert Conrad | 12/10/2009

Mais j'ai parfois l'impression qu'à Gauche, on prend Sarközy comme bouc émissaire des échecs du Parti socialiste. Au demeurant, l'imense majorité des électeurs de Haute-Savoie ont voté pour Sarközy, et comme vous vous en prenez régulièrement à lui, cela ne donne pas forcément une bonne image, indirectement (et involontairement de votre part, sans doute), des frontaliers.

Écrit par : rm | 12/10/2009

Bravo et merci, M. Cuénod, pour ce commentaire des élections, navrantes, de ce "dimanche noir" à Genève.

Je souffre d'autant plus de leur résultat que j'ai, pour ma part, choisi d'élire domicile en France voisine (Gaillard), tout en demeurant à mon poste de travail sur Genève et me suis - tout naturellement - inscrit, à mon arrivée en France, au nombre des "syndiqués" dit "Groupement Frontalier Européen" (ce qui en élargit d'ailleurs l'horizon).
Sur ce point encore, la vision - certes obscurcie par la crise - mais tout de même étriquée et vous la rappelez, remontant loin dans l'histoire de cette micro République n'est plus à la hauteur de l'ambition d'ouverture de cet Etat "souverain".
A quoi ou qui la doit-on, outre le phénomène critique économique ? A une absence d'esprit Genevois, au bénéfice d'une augmentation de l'esprit fédéraliste helvétique (lequel serait issu des nombreuses "immigrations" confédérales vers ce bout du lac)? Au désabusement d'une jeunesse malmenée de toutes espèces de bords et abusée dans le registre des idées - même si je veux la croire parfaitement capable de faire, seule, une juste lecture des choses ? Ou, pis que cela : au glas sonnant d'un système politique, la démocratie, que plus personne ne semble souhaiter... à partir de quoi l'on peut s'interroger sur la légitimité des élus (plus encore qu'on le peut... on le doit !).
Ce n'est pas seulement - je l'espère - un commentaire de "mauvais perdant", c'est le constat... navré - et qui n'est pas nouveau - de l'absence de conscience politique chez "le souverain", voire, bien plus noir, de désabusement total à l'égard "du" politique comme on l'a pu entendre aussi largement.
Je m'inquiète encore de ce que l'on évoque une "chute" de l'Europe, à la défaveur de cette crise, en France notamment.
Je suis persuadé que personne ne fera de plus importants progrès seul dans ses frontières.

Pour conclure, un mot de mauvaise foi de ma part quand même à l'adresse de M. Eric Stauffer, à qui nous devons une large part de ce mauvais gâteau politique :
j'ai choisi de jouer le jeu jusqu'au bout : je me suis "régularisé", en tant que Suisse de l'étranger, je circule - avec les risques que cela va comporter de plus en plus, avec des plaques françaises, à Genève. Rarement, heureusement, puisque je me rends en tram à mon travail.
Dans quelques années, le droit français me l'autorisant, je déposerai une demande de naturalisation et espère encore, alors avoir quelque droit d'exercice citoyen... en Europe. Beaucoup de Genevois se trouvent dans mon cas et il y aura - à n'en pas douter - un tournant dans les années à venir : des Genevois d'adoption comme nous l'avons tous été un jour peu ou prou et sans doute aux profils différents, feront cet Etat - les bases citoyennes de la constituante sont aujourd'hui posées... qui, dans quelques temps, pourront peut-être en laisser entendre plus.
En tout cas, la politique de la Suisse (Schengen - Dublin) vient, par Genève - la moins attendue peut-être - de se tirer une jolie balle dans le pied !
Nous, Genevois d'outre frontière, n'auront bientôt QUE des ennemis, comme boucs émissaires, en France, des Genevois résidant (même en immeuble, dans mon cas) et - à Genève - comme représentants des "indésirables" !
Merci Monsieur le confédéral (d'origine) Stauffer. Vous allez nourrir ainsi localement votre Front allié National au "flambeau" bleu blanc rouge - qui remplace la défunte et désormais peu populaire "francisque".
Sur l'autel de votre seule carriérisme politique et soif de pouvoir, vous sacrifiez, sans sourciller, l'avenir de toute une région ou de ce qui aurait eu une chance de le devenir. Par votre entremise, un superbe sujet comme celui-ci - porteur d'espoir en temps de crise justement, et pour la jeunesse notamment comme il aurait pu l'être, vient de faire 4 pas en arrière pour laisser place au ciel bas et gris, de saison... celle que vous venez d'inaugurer ! Votre électorat ? Vous l'avez "inscrit" sur vos affiches vous-mêmes : je ne le fustige pas; je le sais berné par vos propos : nos aînés - non "guéris" encore du "devoir civique" et qui pensaient défendre l'avenir de leurs petits-enfants chômeurs (qui, eux, finalement - pour en avoir entendu beaucoup - s'en trouvent assez bien).
Pensez-vous vraiment pouvoir vous passer de cette main d'oeuvre ? de cette culture humaniste, elle, qui n'hésite pas à mettre les mains dans le cambouis humain ? Je souhaite - à ce sujet - que soyez hospitalisé bientôt et forme même toutes mes prière en ce sens. car rien ne vaut l'expérience du dedans, du fond du coeur. Alors et si vous demeurez encore sur vos positions, vous-mêmes et vos amis vous serez démontrés, définitivement, de mauvaise foi et de profil "désespérant" !
Je ne vous salue pas.
Je vous salue - en revanche - et bien respectueusement, Cher Monsieur Cuénod, vous félicitant pour l'excellence d'intelligence de vos écrits en général.

Denis Petitpierre

Écrit par : Denis Petitpierre | 12/10/2009

C'est toujours un régal de vous lire. Dans le cas présent, votre papier est d'une justesse historique irréfutable.

Écrit par : Serge Laedermann | 12/10/2009

Ce rappel est bien joli. Mais il est complètement inutile si l'on n'arrive pas à établir un peu plus précisément ce qui manque aux formations politiques "traditionnelles". Ce n'est pas juste en décrédibilisant un mouvement populiste minoritaire (en tirant des parallèles qui remontent jusqu'aux années brunes) que l'on comprendra en quoi les formations traditionnelles ont oublié le "peuple". Car c'est bien cet oubli du "peuple" que vous dénoncez dans votre billet. Mais vous vous gardez bien d'illustrer votre propos, alors même que si cet oubli est avéré, l'accusation que vous portez est grave, et mériterait que l'on creuse un peu plus. Quand j'arrive à la fin de votre billet, je me dis que finalement c'est bien normal, et même salutaire, que dans une démocratie certains mouvements demandent que l'on n'oublie pas le peuple. Mais j'ai comme l'impression que ce n'est pas ce que vous vouliez dire.

Écrit par : Lord Acton | 12/10/2009

"Néanmoins, vous-même, faites injure à l'intelligence de ce Peuple, qui, souverainnement a élu ce dimanche 17 MCG."

Et si c'était justement celles et ceux qui sont un peu moins intelligents (ou en tout cas moins clairvoyants) qui ont voté MCG ?
Celles et ceux qui n'ont pas vu que poudre aux yeux et argumentaires faciles et démagos dans les discours du MCG ?
Parce que franchement pour voter pour ces gens là, c'est soit tu t'es fait piqué ton boulot (ou ton conjoint !!) par un frontalier soit tu crois vraiment n'importe quoi....

Mais bon, le vin est tiré, il va falloir le boire ! Gageons que dans 4 ans le MCG aura démontré une bonne fois pour toutes ses limites et qu’il disparaîtra comme feu vigilance !

Écrit par : Vincent | 12/10/2009

Pourquoi j'aurais voté MCG

Cher Monsieur,

6 belles années passées à Genève (dont une chez les Verts !). On ne m’a pourtant jamais permis d’y travailler. Enseignant – 10ans d'expérience, titre HEP avec reconnaissance fédérale de la CDIP en poche – je me suis présenté dans absolument TOUS les CO et TOUS les Collèges du canton. Années après années. En vain. Niet, nada. Les établissements n’ont pas d’heures disponibles. On m’a même répondu à la Rue de l'Hôtel-de-Ville n°6 qu’ayant fait mes études à l’Université de Lausanne, «je passerai de toute façon après les genevois et les frontaliers».

Voilà. Malgré les impôts que j’ai payés à Genève, malgré mon droit de vote, ma participation à sa vie culturelle et sociale et malgré l'incontournable certificat de «Bonne vie et moeurs», no future à Genève. Ma petite carte jaune de “confédéré” a perdu patience. J’ai accepté un joli poste à l’autre bout du «Lac de ... Genève».

Je sais pourtant que le DIP engage à foison des frontaliers. Ayant eu une fille dans la scolarité genevoise, je sais combien ces enseignants-là sont pressés de déguerpir, la cloche ayant à peine retenti. Les bouchons, Monsieur, vous comprenez ? (Des bouchons qu'ils contribuent à former, entre nous soit dit). Ces enseignants-là ne donnent rien à l’Ecole genevoise. Si je reconnais leurs qualifications, leurs motivations sont ailleurs. Et cela, seul le MCG l’a compris. Bravo à lui !

Écrit par : Aleppo | 13/10/2009

Mais cher Aleppo, comme votre histoire est pathétique. Qu'avez-vous fait pendant ces six horribles années genevoises où personne n'a voulu de vous? Vous avez peut-être touché le chômage, ou peut-être avez-vous enseigné dans le privé? C'est affreux ce qui vous est arrivé, cela me retourne et cela me donne envie de voter MCG, vraiment.
Donc au CE, je vais voter pour le garçon coiffeur, parce qu'il va engager des geignards comme vous (à la police, ça vous plairait?), faire sauter tous les bouchons par un procédé miraculeux, améliorer la qualité de l'enseignement en virant tous les frontaliers et nous "purger" Genève de tous les mendiants en 45 jours...
Non mais, franchement, vous n'avez pas honte de dire bravo au MCG? Heureusement que personne ne vous a laissé enseigner à Genève, vous êtes un vrai danger public!

Écrit par : prout | 13/10/2009

Vous êtes bien méprisant mon cher... prout (et le nom dont vous vous baptisez veut tout dire). Je vous parle comme je m'adresserais à un... léger vent gazeux... Vous n'aimez pas les petits blancs qui sont pourtant vos frères, et qui souffrent pourtant de l'incurie et du mépris dont on les abreuve à Genève et ailleurs. Pensez-donc, ce sont des petits blancs qui paient leurs impôts et leurs contraventions, cette classe infâme qui paye tout et qui n'a pas, au moins, le réconfort de la considération dont vous abreuvez divers cas sociaux, et qui n'est pas éligible aux aides sociales et bénéfices dont vous et vos amis vous réservez, apparemment, le privilège. Vous êtes condescendant et méprisant, ce qui ne vous permet pas de traiter avec tant de mépris vos condisciples que vous apelez, faussement, le peuple. Mais bon, c'est la vie, et l'on vivra avec vos mauvaises manières et avec vos haines médiocres - comme si cela devait changer quoi que ce soit.

Écrit par : caton | 13/10/2009

Le grand fautif est l'abstentionnisme, donc la démission d'une grande partie du peuple!

Écrit par : Patoucha | 14/10/2009

Voilà comment un journaleux de notre République, fier de ses blogs, s’amuse à semer la haine, la désinformation par de stupides amalgames, éculés depuis fort longtemps, afin d’être le roi de son stupide fan club de lecteurs gauchistes, illettrés de surcroit.
Sachez monsieur, contre la bonne intelligence et la détermination du MCG vous ne pourrez rien, même avec le meilleur fiel de votre stylo Bic !

Écrit par : Sir Henry | 14/10/2009

A Sir Henry : d'abord se faire appeler Sir augure d'un égo surdimentionné, ou alors c'est son nom de famille (genevois ??) ensuite qualifier Jean-Noël Cuénod de journaleux qui s'amuse à semer la haine et la désinformation prouve que le Sir en question est malhonnete et de mauvaise foi. Qui génère de la haine, qui martèle des messages mensongers ? le MCG et plus particulièrement son leader Stauffer. La détermination du MCG parlons-en : elle ne sert qu'à promouvoir Stauffer afin de flatter son égo qui cherche depuis tant d'années à grimper sur les marches du pouvoir. BRAVO M. Cuenod pour la finesse de votre analyse la justesse de vos propos et l'information correcte que vous donnez de ce qui s'est passé le 11 cotobre. Jour à marquer d'une pierre noire dans l'histoire de Genève. Mais rira bien qui rira le dernier, car la seule chose qu'à réussi le MCG c'est à rendre conscients tous les abstentionnistes qui se réveilleront lors des prochaines éclections de novembre afin de couper les ailes aux mouches du coche.

Écrit par : une genevoise fière de l'être | 14/10/2009

A l'automne les citoyens genevois gaulent les noix de l'Etat.
Puis ils vont élire six Magistrats et une grande Dame, Isabel Rochat, pour un grand Etat genevois. Post Tenebras Lux. Merci Isabel de Genève de nous permettre de croire à une Genève de l'intelligence, de la réalisation des projets et du respect de la dignité humaine dans la dynamique de l'accomplissement. Vous nous écoutez et vous réalisez dans le respect des autres, c'est suffisamment rare pour que nous vous élisions avec ferveur.
Chapeau bas et respect!

Écrit par : Jean | 14/10/2009

@caton: nous sommes nombreux à payer nos impôts et contraventions, à ne pas bénéficier d'aide sociale et à ne recevoir aucune considération de certains partis. Cela ne nous a cependant pas amenés à voter MCG. Il me semble que c'est ce que ce "vent gazeux" a voulu - de manière assez malhabile, j'en conviens - dire à Aleppo qui se plaint. D'ailleurs, je me demande si Aleppo pense sincèrement que les slogans du MCG auraient résolu ses difficultés genevoises.

Écrit par : Nathalie Chaix | 14/10/2009

@Nathalie Chaix:
Certaines professions sont plus touchées que d'autres par la crise et par l'afflux de main d'oeuvre étrangère. Apparemment vous êtes avocate. Il y a peu de chance que l'Etude dans laquelle vous travaillez vous remplace par un frontalier qui n'a ni votre formation, ni votre expérience, et qui s'il a votre formation et votre expérience aura des prétentions salariales similaires, voire supérieures aux vôtres. Félicitations, vous êtes hors de danger.
Mais il y a beaucoup de personnes dans ce canton (à commencer, dans votre entourage, par les secrétaires d'études d'avocats) qui ne sont pas protégées par la nature de leur formation ou de leur activité. Ces personnes ont peur car notre système légal interdit qu'on les protège - la solidarité locale a été sacrifiée à une plus vaste solidarité européenne.
Il faut bien admettre que l'on n'a jamais vraiment débattu de questions de solidarité ces dernières années... Où s'arrête notre périmètre de solidarité? On va partager, on va aider... Mais on va partager avec qui, on va aider qui?... Ce n'est pas malsain de se demander où s'arrête notre solidarité, car il est évident qu'on ne peut pas être solidaire avec tout le monde... On ne s'est pas posé la question parce qu'on croyait que l'économie allait continuer de ronronner...
Alors quoi, faut-il dire à Aleppo que selon toute logique il devrait se délocaliser dans quelque petite ville française de province, qu'il peut s'estimer heureux d'avoir le droit d'aller postuler dans tous les pays d'Europe grâce aux bilatérales? Aleppo n'a sans doute pas beaucoup d'illusions sur la capacité du MCG à améliorer concrètement sa situation (déjà parce qu'assez curieusement la plupart des arguments du MCG concernent des objets qui relèvent de la compétence de la Confédération). Mais Aleppo considère vraisemblablement que le MCG est le seul parti qui a entrevu son problème et qui ose en parler.

Écrit par : Lord Acton | 14/10/2009

Parler de succès du mcg reste douteux, parlons plutôt de la défaite des partis traditionnels, je me suis déjà souvent expliqué sur ce sujet, il y a abandon des politiques des vaches grasses pour laisser les populistes faire ce que les traditionnels ne veulent pas faire !

Écrit par : corto | 14/10/2009

Le succès du MCG est la conséquence de l'incurie notoire des politiques et de leurs échecs. En période de croissance, les politiques ne servent pas à grand chose, sinon à eux-mêmes. En période de crise on demande aux politiques de sortir du lot, de faire des miracles. Plus la crise se propagera plus le MCG aura du succès. Tout simplement parce qu'on sait que ceux qui nous ont mené au casse-pipe ne peuvent pas être les mêmes qui nous sortiront de là. Seul le bourrage de crâne des médias et de la propagande peut faire infléchir ces choix purement rationnels. Arrêtons de croire et donnons dans le savoir. Oui mais comment ? Avouons tout de même que la censure médiatique par omission ou détournement est devenue un pouvoir exorbitant qui manque singulièrement de transparence.

Écrit par : Roberg | 17/10/2009

Bonjour, Jean Noel.

"Néanmoins, vous-même, faites injure à l'intelligence de ce Peuple,
qui, souverainement, a élu ce dimanche 17 MCG." écrit Stéphane...

Ah bon? Parce que le peuple souverain est nécessairement intelligent?
Les preuves du contraire se multiplient pourtant, depuis longtemps, et pas seulement à Genève.
Il en est même pour se dénommer eux même Asin, ce qui signifie "propre à la race des ânes"...

Souverainement IMBECILES, les Allemands nous en ont fourni une preuve abominable en 1933, non?
Et les USA, à deux reprises, juste avant Obama.
Et que c'est pas fini...

Écrit par : csny | 18/10/2009

Bonjour A tous,

Tout d'abord, Je pense que beaucoup de Genevois ont une vison assez negative de la France car il faut le dire, ici le vrai sujet de ce debat est :
"STOP AU FRANCAIS A GENEVE......"
En temps que Francais de Haute-Savoie, je comprend parfaitement les Genevois et leur frustation face a tous ces Francais qui viennent "voler" les emplois...
Il faut egalement savoir que l'actualite francaise est diffuse a tres grande echelle a Geneve, les medias Francais essaie de terroriser les francais contre toute les minorites tel le MCG essaie de terrorise les Genevois contre La France : Violence, Immigration, ISLAM, Racailles..........et j'en passe.....
C'est pourquoi il faut d'abord comprendre que ce vote etablie par la majorite des Genevois a ete une decision de soulagement contre une peur inexistante creee par les medias et utilisee par le MCG......
J'habite en Irlande depuis deux ans et je suis un peu triste de voir le MCG gagne cette election....J'adore Geneve, pour moi c'est ma capital....La capital des Alpes...et je ne veux voir aucun parti pronant le nationalisme et comparant les Frontaliers a des Racailles.....
Merci a tous...et vive Geneve.

Écrit par : Jerome | 20/10/2009

Bonjour A tous,

Tout d'abord, Je pense que beaucoup de Genevois ont une vison assez negative de la France car il faut le dire, ici le vrai sujet de ce debat est :
"STOP AU FRANCAIS A GENEVE......"
En temps que Francais de Haute-Savoie, je comprend parfaitement les Genevois et leur frustation face a tous ces Francais qui viennent "voler" les emplois...
Il faut egalement savoir que l'actualite francaise est diffuse a tres grande echelle a Geneve, les medias Francais essaie de terroriser les francais contre toute les minorites tel le MCG essaie de terrorise les Genevois contre La France : Violence, Immigration, ISLAM, Racailles..........et j'en passe.....
C'est pourquoi il faut d'abord comprendre que ce vote etablie par la majorite des Genevois a ete une decision de soulagement contre une peur inexistante creee par les medias et utilisee par le MCG......
J'habite en Irlande depuis deux ans et je suis un peu triste de voir le MCG gagne cette election....J'adore Geneve, pour moi c'est ma capital....La capital des Alpes...et je ne veux voir aucun parti pronant le nationalisme et comparant les Frontaliers a des Racailles.....
Merci a tous...et vive Geneve.

Écrit par : Jerome | 20/10/2009

Bonsoir Monsieur CUÉNOD,

En ce qui concerne les boucs émissaires et les amalgames,
les adversaires du MCG ne sont pas en reste :
Ils caricaturent ce mouvement depuis plus de 48 mois.


1° En accusant le MCG d'être anti-frontaliers :

- On découvre qu'un petit patron, député MCG, emploie 20 frontaliers sur 24 employés,
et on l'accuse d'être en contradiction avec sa caricature ;

- On aurait dû comprendre qu'avec 20'000 demandeurs d'emploi à Genève et plus de 65'000 frontaliers, le MCG n'a pu vouloir mettre dehors les frontaliers !
(mais avec 20'000 frontaliers et 65'000 chômeurs, qui sait ?)


2° En accusant le MCG de xénophobie :

- On découvre qu'Eric STAUFFER est de mère Italienne ;

- On découvre que Mauro PGGIA est Italo-Suisse (et pire encore : converti à l'Islam par mariage) ;

- On découvre que de nombreux candidats MCG au Grand-Conseil sont d'origine étrangère.
Avec 10'020 bulletins compacts, et biffés au plus 1600 fois,
ils sont mieux traités que les "étrangers" sur les listes des autres partis.

Donc aucune trace de xénophobie chez les électeurs du MCG.
Des vérités qui troublent les clichés bien ancrés et encrés.


3° En accusant le MCG de "populisme" :

- L'exploitation de la peur et de l'ignorance de l'électorat,
elle est en réalité faite par les adversaires du MCG !

- Aucune enquête n'a démontré ces caractéristiques dans l'électorat MCG, pas plus que pour d'autres formations.

- Les socialistes eux-mêmes furent accusés par les bourgeois du 19ème siècle d'exploiter la "populace".


4° En accusant le MCG de "démagogie" :

- C'est encore une fois l'oeuvre des adversaires du MCG,
qui n'hésitent pas évoquer :
* le fascisme d'un Oltramare ;
* le nationalisme d'un Le Pen ;
* la prise du pouvoir par le nazisme !
Rien que ça, pour jouer à se faire peur !


5° En méprisant les électeurs du MCG :

- des "gogos" qui ont voté MCG par frustration,

- des ignorants trompés par des mensonges,

- des imbéciles qui n'ont que des idées simplistes.

Ce serait tellement plus simple.

Finalement, dans ce débat :
* qui sont les "boucs émissaires" ?
* qui procède par "amalgames" ?
* qui a peur de l'autre ?

Écrit par : genevoisrien | 02/11/2009

Une chose est certaine. La candidature MCG place chaque parti politique, bougeois, moins bougeois ou très peu bourgeois, en face de leurs responsabilités respectives.

Autrefois, on tapait sur Les Communistes invoquant le retour du stalinisme au sang frais de leur jeunesse.

La Parti du Travail fut interdit de parlement. Il n'y a pas si longtemps!

Dans l'histoire de toutes nos démocraties occidentales, l'élite a toujours méprisé la plèbe. Hélas, à force de mépris, elle nous revient comme la peste.

Il semble donc bien que pour guérir la maladie, il faut s'y prendre à sa racine. Dans notre cas, la racine s'est installée au dessus de nos têtes et au dessus des nations. Ce sont la grande finance et la grande industrie mondiales qui sont les capitaines de notre vaisseau. les vrais capitaines de notre économie. Ceux qui ont un réel pouvoir sur nous tous, aisés ou précaires, qui habitons des terres presque entièrement dévastées par le fléau du profit massif, du profit immédiat.

Le sursaut est humain, il faudra le conduire vers une voie praticable, pacifique et solidaire. Chacun y est interpellé. Qu'il observe et qu'il choisisse ensuite en toute liberté. Il n'y a pas que MCG ou UDC.

La jeunesse ne veut plus d'étiquette, la blâmera-t-on pour autant si un jour elle se présente sous son égide ?

Écrit par : Nepotin | 02/11/2009

Les commentaires sont fermés.