11/09/2009

Calvaire de Julie : le mensonge public est-il une bonne méthode policière ?

Julie, une adolescente de 14 ans, fugue près de Perpignan. Deux hommes la prennent en charge dans leur voiture. Pendant cinq jours, ils la séquestrent et lui font subir des viols en série. Un véritable calvaire. Alertée par les grands-parents de la jeune fille, la police diffuse dans les médias la photo de Julie ainsi que toutes les informations de nature à la faire reconnaître.

 Les policiers la retrouvent à Toulouse. Et décident de mentir à la presse en affirmant que la fugueuse n’avait subi aucune violence et trouvé sur son chemin que de belles âmes. La vérité ne sera découverte que plus tard, par le quotidien toulousain La Dépêche du Midi (lire notre papier sur le site : http://www.tdg.ch/actu/monde/fugue-adolescente-transforme...).

Deux arguments

Pourquoi les agents ont-ils forgé cette fable à l’intention du public ? Ils expliquent, assez succinctement, qu’il s’agissait de protéger Julie et de faciliter l’enquête en endormant la méfiance des suspects.

Sur le premier point, leur argument ne tient pas, dans la mesure où la réalité des faits a été finalement dévoilée. De toute façon, le statut de mineur de la victime interdisait aux journalistes de l’importuner et permettait aux policiers de lui assurer toute la protection voulue vis-à-vis de l'extérieur.

Sur le second, en revanche, leur explication se révèle pertinente. En effet, les policiers ont pu arrêter assez rapidement les principaux suspects. Il est probable – mais pas certain   que, grâce à la fable policière, les bourreaux ont baissé leur garde, ce qui aurait facilité leur arrestation.

Mensonge plébiscité sur Internet

Les agents ont-ils eu raison de mentir à la presse ? Cette question tourne à plein régime sur Internet. A une écrasante majorité, les internautes plébiscitent le mensonge policier. Entre ce péché véniel et l’identification de monstrueux personnages, le choix est vite fait. D’autant plus que ces tortionnaires sexuels, s’ils n’avaient été arrêtés par la police, auraient pu causer d’autres victimes, semer d’autres violences, briser d’autres vies.

Cette position paraît d’une solidité d’airain. Toutefois, cette tactique policière, si elle devait se propager, est source de périls. Tout d’abord, avant de transformer les suspects arrêtés en coupables, il faudrait en savoir plus et attendre la tenue d’un procès. S’il se révèle que les accusés sont innocents, la tactique policière serait vue d’un tout autre œil.
 Ensuite, une chose  est de taire des informations dont la divulgation pourrait nuire à l’enquête, une autre est de mentir activement en inventant une fable.

Les dangers du mensonge

Dans le cas présent, il est faux de dire que les policiers ont menti à la presse. En fait, ils ont dupé tout le public. Et la police éprouve le besoin vital de se trouver « dans le peuple comme un poisson dans l’eau » selon la formule de Mao. De cette façon, les policiers reçoivent des informations venant des citoyens, connaissent la société, savent comment la protéger et détecter ceux qui portent atteinte aux libertés et aux biens. Or, il est impossible d’établir une relation de confiance sur la base du mensonge.

 

La relation ne peut être à sens unique : moi, policier, je peux te mentir. Toi, citoyen, tu me dois la vérité. En multipliant les mensonges, les policiers ne seront plus crus, même s’ils disent vrai. N’étant plus crus, ils perdront leur légitimité et seront perçus par le public qu’ils sont censés protéger comme des corps étrangers.

Dès lors, pour un succès policier obtenu par ce stratagème, c’est toute la chaîne de confiance entre l’Etat et la société qui risque d’être brisée.


Jean-Noël Cuénod

08:17 | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est du tout cuit! Cela fait belle lurette qu'ils ne sont plus crus!... Et, bien entendu, ce n'est pas cette annecdote qui va y changer quoi que ce soit.

Écrit par : Père Siffleur | 11/09/2009

Bonjour,
je suis tout a fait d'accord lorsque vous dites que la société doit pouvoir faire confiance à ses formes armées et que celle-ci passe par la vérité. Néanmoins, on ne doit pas oublier que le secret est souvent utilisé dans la prise de décision. Secret des commissions parlementaires, secret du conseil fédéral, secret des services secrets justement. Et tout ce secret pour pouvoir prendre des décisions peu acceptées sans avoir de pressions électives.

Mais, ce qui compte ici, ce n'est pas vraiment le mensonge de la police française mais pourquoi ils ont mentis. Peut on y voir une méfiance vis à vis des médias? N'oublions pas que, ces dernières années, les médias sont devenus beaucoup moins respectueux, en générale, des vies privées. Mais comment lancer une opération policière qui demande la discrétion alors que les médias donnent toutes les informations sur cette opération? Parfois le secret n'est pas justifié est justifiable pour la protection des citoyens? Dans ce cas ce n'est pas la transparence qui est importante mais les mécanismes de contrôles envers les autorités et forces armées.

Écrit par : Hassan | 11/09/2009

Que la police dise la vérité ou mente, un des sports favoris de la camarilla libéral-socialiste qui, en Europe, squatte outrageusement 90 % des médias - à commencer par le Triangle d'Or Edipresse-Ringier-SSR -, est de traîner les forces de l'ordre dans la boue.

A partir de là, les flics n'ont pas à se gratter pour utiliser et manipuler lesdits médias au mieux de leurs intérêts du moment.

Écrit par : Scipion | 11/09/2009

Il est dommage que la presse et les journalistes n'aient pas appliqué cette théorie à eux-même, ils disposeraient certainement d'une plus grande crédibilité aujourd'hui :-)

Écrit par : Clyde | 11/09/2009

Quel officiel de la presse ou de la politique dit la vérité ? si il le fait il se fait virer !

Écrit par : corto | 13/09/2009

Marcel, dés que le mot Juif résonne, Marcel à la queue qui remue ! c'est son éducation chez les curés !

Écrit par : corto | 13/09/2009

Marcel, alias Hassen, Mohamed Djilani FTELINA, votre blog propagandiste d'antisémite a pris l'eau? Depuis quelques jours vous écumez les blogs avec ce site.

Le jeûne du Ramadan ne semble pas affaiblir votre ardeur antisémite. A quoi sert-il de jeûner durant UN MOIS si ce n'est pour purifier son coeur et son esprit? A moins que votre haine bout le jour et s'alimente - après le jeûne - toute la nuit?!!!

Allah ne vous aide pas beaucoup là! :))))))))

Écrit par : Patoucha | 13/09/2009

Pour un spectateur athée il est toujours très agréable de voire des membres du judaïsme et de l'islam s'envoyer des fions qui ne résolvent point les divergences propres au Proche Orient et qui finalement ne servent qu’à flatter leur ego surdimensionné qui les poussent à prétendre qu’eux seul détiennent la SOLUTION et la VERITE.

Quoiqu'ils disent, quoiqu'ils fassent aucun de leur dieu ne les aide.

Écrit par : Hypolithe | 13/09/2009

Hypolithe, Les Juifs ont le même Dieu que les Chrétiens! Ou bien là aussi il faudrait vous éclairer?!

Je vous savais antiféministe mais pas athée, à moins qu'il ne s'agisse encore de l'usurpateur de pseudos!

Écrit par : Patoucha | 13/09/2009

Monsieur Cuénod, vous faites les questions et les réponses?!!!!!!!

Écrit par : Patoucha | 13/09/2009

"Hypolithe, Les Juifs ont le même Dieu que les Chrétiens!"

Tiens! Encore une patoucherie!
Bon, i-n-u-t-i-l-e de lui expliquer...

Écrit par : Johann | 13/09/2009

@Patoucha

Je le sais fort bien, d'où mon plaisir à compter les points car pour moi ce ne sont que des élucubrations datant de l'âge du bronze.
Vous indiquez que je suis antiféministe ce qui est exact mais ce fait n'empêche point que j'apprécie les autres représentantes de la gente féminine.

Écrit par : Hypolithe | 14/09/2009

ancien lien mort voici le nouveau excellent !


http://www.megaupload.com/?d=7A2A5ERB

Écrit par : marcel | 14/09/2009

Monsieur Cuénod, désolée de squatter votre espace, mais j'ai à transmettre un message afin de mettre hors d'état de nuire un être vil, ignoble, méprisable et cruel qui n'a rien à faire sur les blogs de la TdG!

A TOUS LES COMMENTATEURS, rendez-vous chez Blondesen sur ROYAL POURCEAU. Ce que vous lirez vous fera dresser les cheveux sur la tête!

Merci, de me permettre de le passer pour dénoncer ce Johann.

Écrit par : Patoucha | 14/09/2009

quelle horreur, que d'horreur sur ce blog !Tout à l'image de la nature humaine vulgarité, racisme, mensonges approuvés,propos qui n'ont rien à voir avec le sujet de départ,de la bassesse et du mépris et j'en passe ;dans cette histoire sordide une jeune fille souffre, elle a été abusée ,bléssée dans sa chaire , dans son corps ,dans son ame et tout ce qu'on trouve c'est des discourts à n'en plus finir ,des revendications de comptoire, des réglements de comptes par clavier interposés .Il est si facile de se cacher derriere un pseudo et de débaler toute son avanie et sa crasse interieur!!!
j'ai de plus en plus honte d'appartenir à ce monde ,à l'espéce humaine qui n'a d'humaine que le nom! je tremble de me rendre compte d'avoir mis au monde des enfants sur cette terre ou l'adulte ne joue plus un role protécteur mais celui de bourreau et d'abuseur
C'est à qui fera le plus de mal, sera le plus pervers et le plus cruel !
Nous paierons tout cela un jour, cela viendra d'on ne sais ou mais cela viendra
car il n'y a plus de pureté, de confiance,de solidarité,dans ce monde une socité qui encourage la déstruction de l'innocence est un monde en pèrdition .Parents éduquez vos jeunes à la méfiance et au raisonnement, aimez les, protégez les pour éviter qu'ils ne tombent dans d'autres mains car ils chercherons ailleurs ce qu'ils ne trouvent pas chez eux, c'est à dire la sécurité, l'amour, la possibilité de s'indentifier,d'etre épanouie acceptés et heureux.Soyons résponsables et bien vaillant ce sera déja un bon début !!!

Écrit par : Mona | 17/09/2009

Ajoutons que les deux troubles faites qui skwattent le blog plus haut pour s'envoyer tout leur venin acide,et leur vilenie à la figure seraient plus à l'aise et à leur place semble t-il dans un zoo parmi les Chacals .
Pas étonnent à les lire que le monde soit ce qu'il est !!!!

Écrit par : Mona | 17/09/2009

Les commentaires sont fermés.