08/07/2009

Am Anfang (le début) à l’Opéra-Bastille : un spectacle à voir les yeux fermés.

Am-Anfang.jpg

 


Le Plouc a pris sa Plouquette sous le bras pour s’ébaudir à l’Opéra-Bastille et assister à la première d’une création mondiale : « Am Anfang (le début) », spectacle musical commandé à Anselm Kiefer par le baron belge Gérard Mortier, directeur de l’Opéra national de Paris, afin de fêter simultanément les vingt ans de Bastille et son départ, puisqu’il sera remplacé par le Suisse Philippe Jordan, fils doué d’Armin le regretté chef d’orchestre.

Disons-le d’emblée : Le Plouc s’y est emmerdé comme un ratckson mort. « Am Anfang » est à l’image de l’architecture de l’Opéra-Bastille : morne et mastoc.

La conception, la mise en scène, les décors et les costumes sont donc l’œuvre du peintre et sculpteur allemand Anselm Kiefer, un plasticien intéressant mais qui, en matière de mise en scène, se révèle d’un statique de statue. La composition musicale a été confiée au clarinettiste allemand Jörg Widmann qui sera artiste résident au Festival de Lucerne. Il dirige également l’Orchestre de l’Opéra national de Paris, avec l’aide du Zurichois Titus Engel.

Dans l’optique de Kiefer, « Am Anfang », contrairement à son titre, commence par la fin et illustre la désolation de notre époque actuelle : ruine et poussière. Les décors occupent la totalité de l’immense scène et s’élèvent sous la forme de tours désarticulées. La récitante Geneviève Boivin récite des versets du Premier Testament – notamment les prophètes Isaïe et Jérémie – qui vient apporter à ce réel actuel une touche d’éternel recommencement. Pendant ce temps, Lilith, symbole de la destruction, ravage l’œuvre des humains, en l’occurrence desam_anfang_1.jpg murs que, laborieusement, des figurants ne cessent d’élever.

La récitante est appelée la « chekhina » (orthographiée d’habitude : « shekhina ») et incarne, selon Kiefer, « le peuple juif élu et banni ». Ce qui est un contresens, puisque dans la tradition hébraïque la Shekhina évoque la présence divine qui, justement, ne peut pas être incarnée. Kiefer introduit donc une notion chrétienne dans un environnement juif, ce qui relève au mieux, de l’anachronisme et au pire, de la trahison.
Cela dit, Anselm Kiefer aurait pu bâtir une œuvre intéressante à partir de cette confrontation entre les deux traditions. Mais il n’en fait rien. Le spectateur assiste, accablé, à la vision de Lilith qui déambule, de la récitante qui joue son pasteur du Gros-de-Vaud en débitant les sentences vétérotestamentaires – et des figurants qui marchent en traînant les pieds dans la poussière pour figurer l’écoulement du temps.

L’accueil réservé à cette création fut donc plutôt froid. Même Dominique de Villepin – qui au début, distribuait les sourires bronzés – semblait hagard et sombre.

Tout est-il à jeter ? Non, la musique de Jörg Widmann dit parfaitement l’angoisse éternelle des humains devant leur pouvoir d’autodestruction. « Am Anfang » est donc un spectacle à voir les yeux fermés.

 

Jean-Noël Cuénod

11:54 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

Commentaires

Moi, je l'ai vu orthographié "chekhina", la plupart du temps, c'est à dire, pour l'essentiel, dans la version synthétique du Talmud donnée par A. Cohen.

Par ailleurs, je crois que le peuple juif est réputé guidé collectivement par la chekhina. Il ne s'agit pas d'incarnation au sens propre, car le peuple juif, en tant que tel, n'est pas incarné: aucun corps unitaire ne le contient. Il n'est même pas exclusivement constitué des vivants, mais aussi des défunts. Cela dit, cette chekhina n'est pas du tout réputée sans influence sur des corps épars. Elle est au contraire susceptible de les lier spirituellement. Cela rappelle un peu la façon dont vous excluez Dieu du monde visible, Jean-Noël: mais Dieu n'est pas en dehors du monde, je pense.

Écrit par : Rémi Mogenet | 08/07/2009

Cher Rémi, je n'exclus nullement Dieu du monde visible. D'ailleurs, Il n'attend nullement mon autorisation pour circuler là où Il veut. Très humblement, je me contente de dire: faisons gaffe aux reflets. Attention de ne pas monter en divinités des ego trop humains. JNC

Écrit par : Jean-Noël Cuénod | 09/07/2009

Am Anfang war ganz einfach nur ein götliches unsehbares Nichts und dann, sofort danach, die erste Musik: ein riesieger Bang!

Titus Engel hat das Werk richtig versantaden: die Musik ist "klar und nett"!

Écrit par : Père Siffleur | 09/07/2009

Peut-être, Jean-Noël, mais je ne pense pas que cela soit en rapport avec l'image, thème sur lequel vous revenez souvent. Car l'égo surdimensionné se traduit aussi par des cris, par exemple, c'est à dire par du son. Cela se traduit même par des pensées, exprimées ou non. Même la radio a par exemple aidé à diviniser Michael Jackson, et je ne comprends pas que vous vous focalisiez sur l'image. On dirait une thématique calvinienne que vous essayez de placer dans un débat qui finalement est différent. Car honnêtement, le rejet par Calvin de l'image n'en a pas empêché certains d'estimer qu'il avait beaucoup d'amour-propre. Le rejet de l'image a un rapport en réalité avec la vie intérieure et mystique dans sa relation aux sens, et je ne pense pas qu'elle puisse être mise sur le plan de la morale seule. En tout cas, Rousseau pensait que la vision de la plaine du Pô depuis les Alpes élevait l'âme à Dieu, et ma foi, avait-il plus tort que Calvin, je ne sais pas. Vous pourrez voir, sur le blog de John Goetelen (dans son article "L'Art du silence"), que les poètes japonais par exemple entraient en ravissement simplement avec des choses vues, et vous qui êtes poète, je m'étonne un peu que vous assimiliez le culte de la personnalité simplement avec la question du sens de la vue, alors même que la radio et les micros ont tant fait pour diviniser fallacieusement des chefs d'Etat et des chansonniers, au XXe siècle.

Écrit par : Rémi Mogenet | 10/07/2009

Erratum : "je ne pense pas qu'IL puisse être miS sur le plan de la morale seule" (le rejet de l'image).

Écrit par : Rémi Mogenet | 10/07/2009

Formidable article, merci

Écrit par : medicament magrir | 27/03/2011

J'ai bien aimé merci pour l'article

Écrit par : régime rapide | 03/04/2011

Merci bien pour ce superbe article de qualité.

Écrit par : comment perdre du ventre rapidement | 27/05/2011

Superbe article. J'apprécierais d' en savoir bien plus sur cette thèmatique.

Écrit par : perdre du poids rapidement | 21/07/2011

Les commentaires sont fermés.