24/06/2009

Bourka (burqa): ce voile intégral et intégriste qui déchire grave

Le président Sarkozy n’a pas fini d’élever des actions de grâce en faveur d’un député communiste, André Gérin, élu de la circonscription de burka1.jpgVénissieux, à un crachat de beaujolais de Lyon. Ce dernier des Mohicans rouges a, en effet, lancé un merveilleux sujet de diversion au profit du gouvernement français qui affronte un effondrement historique de l’emploi et une baisse massive des recettes fiscales, au moment même où les finances publiques sont sollicitées par les plans de relance et les aides à la masse croissante des démunis.

La burqa de la discorde

Ce député, rappelons-le, propose de créer une commission d’enquête dont le but est, à terme, d’interdire le port du voile intégral (burqa ou niqab) sur la voie publique en France. Grâce au camarade Gérin, cette question occupe désormais le terrain médiatique au détriment des sujets sociaux. Avec une opposition aussi complaisante – même à l’extrême gauche ! – le président peut dormir sans se faire bercer par le dernier disque de sa femme. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si la proposition communiste a reçu le soutien massif de l’UMP, le parti présidentiel. Et Nicolas Sarkozy n’a pas manqué d’aborder la question du voile intégral et intégralement intégriste dans son discours devant le Congrès de Versailles.
Toutefois, si ce sujet continue à soulever un tel intérêt, c’est qu’il trouve un écho au sein de l’opinion publique. Dans mon bistrot du XIIIe arrondissement parisien, les habitués ne parlent que de ce voile qu’on ne saurait voir. Le thème est d’autant plus délicat à traiter qu’il divise le gouvernement et tous les partis, jusqu’aux individus eux-mêmes. Il en va ainsi de votre serviteur : un jour, il soutient l’interdiction et le lendemain, il la trouve inopportune !

Pour l’interdiction

Voyons les arguments favorables à la proscription. Dans de nombreuses cités de la banlieue parisienne, le port de la burqa et du niqab devient visible. Certes, aucune statistique sérieuse ne peut quantifier l’ampleur de cet usage. Mais il est incontestable qu’on rencontre un nombre croissant – sans jeu de mot – de ces musulmanes incarcérées dans leur prison ambulante. Cet effacement physique de la femme s’oppose avec une telle violence à la conception du monde de l’Europe que cette démarche dégradante quitte la sphère de la tolérance mutuelle d’une société. A l’impassible, nul n’est tenu. A cet égard, le discours d’Obama - qui critique la France en affirmant que les musulmanes doivent porter le vêtement qu’elle désire – est criant d’hypocrisie. Le machisme de certaines tendances islamistes est tellement intériorisé, même par les femmes, que parler de « libre choix » n’a aucun sens.
Une interdiction serait  d’autant plus salutaire que les musulmans modérés – l’immense majorité - se montrent souvent trop ambigus et trop laxistes à l’endroit des sectes extrémistes de l’Islam, celles qui, justement, imposent la burqa. Il paraît nécessaire de leur prescrire une piqûre de rappel laïc.

Contre l’interdiction

burka3.jpgPassons aux arguments opposés. La France sarkozyenne adopte une pratique incohérente. A chaque fait-divers, il lui faut une loi. Dès lors, les textes s’accumulent transformant le corpus législatif en millefeuille indigeste et difficilement applicable. Notre époque est suffisamment complexe pour que l’Etat se concentre sur ses missions essentielles, sans se mobiliser pour des questions subalternes d’ordre vestimentaire. De plus, une interdiction viserait les seuls musulmans, avec tous les risques que cela suppose d’en faire des boucs émissaires bien commodes pour évacuer sur eux toutes les frustrations nées de la crise économique. Cela susciterait un enfermement encore plus intense des musulmans dans leur communauté, de nature à provoquer des troubles sociaux graves.
Ce voile, décidément, nous déchire ! Et qui nous déchire grave, pour causer en djeune.


Jean-Noël Cuénod

(Ce texte est paru dans une version plus courte aux rubriques « Perspective » de la Tribune de Genève et « Réflexion » de 24 Heures, jeudi 25 juin).


Le Plouc subit une opération à son deuxième œil le 25 juin et sera donc privé de blogue pendant une semaine. Pour l’ouverture de son troisième œil, on verra plus tard.

 

19:38 | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | |

Commentaires

Mettre des ceintures pleines de C4 pour faire péter des femmes et des enfants, est pour certains de ces intégristes infligeant le port obligatoire de la bourka, un acte de foi !
Ces mêmes intégristes, mélangeant pouvoir politique, corruption, sodomie, peine de mort pour avoir été violée et prophètes, n'ont pas un mot à dire dans des civilisations n'imposant pas des pratiques aussi décadentes.
Si l'un de ces stigmates permet d'associer ces pratique plus que barbare à des signes distinctifs, ces derniers doivent impérativement être proscrits.
C'est comme si femmes seraient obliger de porter la croix gammée par ceux qui le leurs imposent et qui sont trop lâches pour les portés eux mêmes.
La bourka est le symbole de la décadence la plus crasse et la plus insultante, elle est beaucoup plus obscène que la pornographie, les extrêmes sont insupportables. Combien la Suisse doit accueillir de réfugiés de ces pays tyranniques, y a t-il des réfugiés suisses dans les dictatures islamistes ?
Alors par égard à tous ces réfugiés qui ont dû fuir au risque de leurs vies ces totalitarismes avant tout corrompus, ne leurs imposant pas la présence et le rappel de leurs souffrances en laissant ces fanatiques déambuler dans l'espace publique.
On ne peut avoir à accueillir des réfugiés provenant totalitarismes islamistes et en même temps accueillir leurs bourreaux ! Nous n'allons transformer notre pays en asile psychiatrique ?
Évidement que dés que l'on est en présence de tel phénomènes aliénant, il y a des victimes, on ne peut pas plus longtemps, mélanger les genres et ignorer les différences, accepter et mettre dans les mêmes rues, des victimes et des représentations grandiloquentes ayant causés leurs statuts de réfugiés.
Il est également vrai, que où l'on trouve des victimes, on trouve aussi les nantis bénéficiant gravement de cette situations et que nos banquiers poussent nos politiciens à faire des grands écarts et des ronds de jambes à ces voleurs de populations, afin de tenter de satisfaire la chèvre, le chou et le bricou, enfin, mais Mesdames, Messieurs, un peu de pudeur, un peu !

Écrit par : Maurice | 24/06/2009

Très bon article !

En phase avec l'auteur, notamment sur la nécessité de légiférer ...

Les lois françaises actuelles ne permettent-elles pas déjà d'interdire de sortir masqué sur la voie publique ? Il me semble que oui ?

A quoi bon vouloir légiférer si l'on ne se donne pas les moyens d'appliquer les lois ? Ne suffirait-il pas d'amender les lois existantes ?

Je suis pourtant en désaccord avec l'auteur sur un point :

" ... à un crachat de beaujolais de Lyon ..."

Non Jean-Noël, le beaujolais ne se recrache pas, il se savoure !

In vinum veritas, in Bourka vanitas !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 25/06/2009

Jean, y a pas un s a bourkas ?
La loi sur les cagoules ne semble pas s'appliquer sur les bourkas, alors, allons y, faire des hold up en bourka.
Ca veut dire, que cette loi est également en force à Genève, ça fait belle lurette que dans l'attirail juridique suisse et genevois, nous avons des articles proscrivant le fait de se cacher le visage dans les lieux publiques, mais ça doit être, surtout pour les Arabes pauvres. Je ne sais pas si vous avez remarqué, nous avons à Genève des Arabes très très riches et des Arabes très très pauvres, à mon avis si les pauvres son pauvres, c'est peu être par ce qu'ils n'ont pas mis de bourka à leurs femmes !

Écrit par : Maurice | 25/06/2009

C'est bien, comme analyse. Mais je propose de simplifier ce problème inextricable en remontant à la source.

Nous pouvons admettre qu'on a le droit de porter ce qu'on veut. Par contre, personne ne peut obliger qui que ce soit de porter une burqa. Prêcher une telle obligation devrait être une infraction à la loi. Un mollah qui se met en infraction est destitué et remplacé par un mollah ayant une interprétation plus éclairée du Coran.

Que ferions-nous d'un prêtre qui prêcherait qqch d'illégal? par exemple de menacer les médecins pratiquant l'avortement?

Écrit par : Vincent Rossi | 25/06/2009

Dans cet univers totalitaire, vu qu'ils forcent leurs femmes à déclarer qu'elles se voilent de leur propre chef, le phénomène dénote d'une forme d'impositions beaucoup plus vicieuses que vis-à-vis de quoi nous avons coutume de nous confronter, non seulement ils obliges à leurs "épouses" de supporter l'indignation de la burka, mais, en plus de porter cette dégradation, elles ont l'obligation de faire croire aux autres qu'elles y croient elle même en les obligeant de faire croire aux autres qu'elles le font pour des raisons personnelles, face à des mœurs pareillement pernicieuses, nous ne pouvons, que rester très explicites !
Le principal problème lié à la totale aliénation à laquelle le système se disant musulman, (car ces pratiques ne peuvent venir que du plus profond de l'enfer), se confronte, est, qu'à force de vouloir imposer des repères, ces apprentis démons, ont perdu et fait perdre à d'autres, tout sens de l'orientation.
A mort le libre arbitre et comme dans les plus sombre épisodes de l'histoire heureusement passée du catholicisme, (inquisition, assassinats au nom du divin), alors que justement le monde musulman, autrefois très évolué culturellement à dû cruellement se confronté, d'un coup de baguette magique, quelques siècles plus tard, ces miasmes de l'esprit enkystées sous le couvert des croyances, change de camp et continue ses périples idolâtres chez les victimes du passé. En deux mots, le tracé de l'idolâtrie dissout toute les barrières et les égarés d'hier, inlassablement prennent le témoins de la mains de leurs bourreaux avec les mêmes faux reperds, errant, animés par cette apparente force trompeuse et brutale, afin d'ameuter de futures complicités !
Quelle malaise, quelle triste ivresse démunie d'espoir, l'unique interrogation face à de telles souffrances n'a qu'une réponse, que la compassion ne peut qu'entrainer le saint-bernard de service dans le précipice, dés que quiconque suit cette facheuse destination, ne serait-ce même que par la pensée, le mal d'un seul cri, s'empare de tous ceux qui s'y sont trop penchés.
La deuxième interrogation est, comment exploiter la misère d'individu heureux et accomplis, impossible. Demandé à quiconque de bien portant, de marcher dans le sillon de tels aberrations ? Impensable ! Pour exercer de telles pratiques lénifiantes sur des individu, seul un terrain propice et infécond est capable de satisfaire un tel vide, un terrain nauséeux, un marécage, que seuls sont qui y sont contraint d'y aller, s'abandonnent !
N'oublions pas que pour ces êtres, qui soi-disant, choisissent le port du voile, sont dans l'acceptation intrinsèque de la dénégation, de ne pas se considérer comme des êtres humains. De ce classifier soi-même comme un être inférieur, selon les doctrines, comme un être inférieur aux animaux !
Dans cette sombre affaire, nous assistons au développement d'une psychose collective grave, et face à cette attitude psychotique, ne devrions nous pas agir ? Pourrions nous, nous considérer comme des êtres "normal" tout en acceptant d'accueillir chez nous de pareils détraqués en les laissant faire porter le drapeau de la non reconnaissance des femmes par elles mêmes ?
Dans le régime nazi, sans aucunement vouloir faire d'éloge a cette erreur du règne vivant, D.ieu m'en préserve, les fous, donc, dirigeant cette secte diabolique, n'avaient même pas penser aussi loin vis-à-vis du statut de la femme, c'était chez ces barbare, aux hommes d'arborer la honte de leurs immondes insignes, à l'inverse de chez les islamistes, tout autant fascistes si ils en avaient les moyens, les petits führers (qui eux se paradent souvent avec des tenues presque choquantes) infligent, eux, de faire porter les signes de leurs décadence par leur victimes esclaves. Signe d'une lâcheté particulièrement significative de la part de ces tyrans. Sans compter, qu'en plus, il s'agit de tenues absolument inadaptées au climat, comme par hasard ! Des milliers de femmes d'islamistes meurent chaque année par commotions due à la chaleur pouvant régner sous de telles tenues en plein soleil et à 50° à l'ombre.
En Suisse, heureusement, outre le climat, des lois préviennent contre le mauvais traitement des animaux. Dans le cas où quiconque relate d'un mauvais traitements infligés sur un animal, comme par exemple, lui imposer le port d'habits ou de gadgets nuisant à son confort, allant jusqu'à punir le fait d'imposer à ces petits chéris des tenues ridiculisantes. Simplement, en signalant le cas aux autorités administratives ou judiciaires, le responsable de ce désordre sera contrevenu et condamné à une peine et l'animal restera protégé grâce à des mesures.
Sur ce constat, notre système, interdirait de faire à des animaux ce qu'il trouverait normal de faire à des êtres humains ?
Alors, Vincent, évidement que les personnes prêchant de telles mœurs doivent être interdit de propagandes fascistes, mais arrêtons nous à ce qui reste palpable, nous ne sommes pas en train d'épiloguer sur un traité de philo, nous avons à faire à des individus extrêmement malintentionnés et la méthode doit rester en rapport avec la menace. De toute façon, dans l'éventuel cas que vous énoncer, ce ne sont plus les instigateurs du port de la burka qu'il faudrait enfermer, mais bel et bien nos politiques, qui n'applique le règlement dés qu'il s'agit de femmes et non de petit chien-chien. Ce sont les politiciens, qui en Suisse doivent répondre légalement à l'exécution de ce non respect des droits fondamentaux de la personne humaine ! et du port interdit d'accessoires cachant le visage.
Pourquoi vouloir donner le pouvoir à ces enragés et de leur permettre à eux d'autoriser à la femme de pouvoir disposer d'elle même, ils seraient dés lors en clin de croire leurs accorder eux mêmes des libertés, alors que seule les lois (déjà existantes) les empêche de récidiver. Ces barbares anti-démocrates, ne doivent pas avoir le droit à la parole ni de légiférer dans les états considérant ce droit comme fondamental.
Lorsqu'on arrête un automobiliste roulant à 200 km/h, on ne s'attaque pas au constructeur du véhicule, ni au fabricant de freins !
Le port obligatoire de tels obscénités, doit tout simplement être strictement proscrit, au vu que, parce que les femmes sont devenu l'outil de la communication d'une telle idéologie imposée par des "hommes", d'autres hommes moins insensés, ont l'impératif et l'urgent devoir d'imposer des pratiques saines allant à 180° des dictats attaqués.

Écrit par : Maurice | 26/06/2009

il fut un temps où se portait , par obligation, l'étoile jaune ...triste temps!

la burqa, elle, semble avoir été inventée pour nier toute existence propre aux femmes et les cantonner à leur foyer ...

Des femmes en cage, auxquelles on dénie le droit de penser, de se montrer, et de faire rayonner leur sourire !! a-t-on peur d'étre tenté et de perdre son autorité ?

Les hommes qui imposent cette tenue à leurs femmes, à leurs mères, à leurs filles, ont-ils à ce point peur de les perdre ?? ont-ils honte de s'opposer à leurs amis ?? ont-ils peur de s'opposer à une "loi" mal comprise ??

mais, après tout , n'importe qui pourrait se cacher sous cette burqa ! Souvenons-nous d'Azyadé !!! on pourrait bien faire entrer un jour le loup ds la bergerie, ce ne serait que justice !
Ce serait sans doute en tout bien et tout honneur , pourquoi en douter ?

Mais, à garder les femmes comme l'avare garde son trésor, montre aussi qu'il existe peut-être une peur ancestrale de leur pouvoir ; et c'est un mauvais calcul : Garder en cage rend le désir de liberté encore plus fort.

il faut, en tout, raison garder : n'en concluez pas que j'approuve sans réserves certaines façons de vivre ! Mais il faut vivre avec son temps : hommes et femmes sont égaux et complémentaires ...
Il est temps de le comprendre pour mieux se comprendre !

Écrit par : zizany | 26/06/2009

Etoiles jaunes et burkas bleus, brunes, noirs, beiges, que de monstres et de couleurs, que se transmette à jamais ces cris de l'indifférence, foules accroupies dormez dans l'invisible sang, nourriture de leurs courroux. Vous qui prier, vous lamentez sur les collines sans foi, les confessions inondent le carcan turgescent de tous ces mondes. Les jours sans soleil, sans sourire et sans chagrin, voir sans jour, donne le tournis à cette plate terre, restons maudis, couvert par le pourpre des acronymes.

Écrit par : Maurice | 26/06/2009

A mon CHER PLOUC :

Petit message pour souhaiter un très bon rétablissement à votre second oeil !

Quant au troisième, il me semble qu'il est déjà grand ouvert....avec une lucidité percutante, un humour décapant, et une vision jubilatoire des misérables mais très inquiétantes dérives de Nicoléon Sarkonaparte (votre copyright). Une question, lisez-vous Mediapart ?

Vous écrivez : "La France sarkozyenne adopte une pratique incohérente. A chaque fait-divers, il lui faut une loi. Dès lors, les textes s’accumulent transformant le corpus législatif en millefeuille indigeste et difficilement applicable."

Oui ! Mais aussi combien de tentatives de lois, incohérentes en effet, car issues du plus pur opportunisme profitant de l'émotionnel, ont été abandonnées -peu après avoir été annoncées de façon tonitruante et imbue d'autosatisfaction ? Et ensuite Nicolas Ier -Le -Petit ( au sens moral) passe à autre chose, et on oublie, tant il vibrillionne d'un sujet à l'autre.

Concernant la burqa, bien sûr que Sarkonaparte, et accessoirement Chanoine de Latran, triche une fois de plus - et surfe sur une vague qui lui est propice actuellement. A suivre donc.

Pour ma part, bien que la burqa en tant que symbole me révulse, j'oscille entre le pour et le contre que vous décrivez si bien sur le plan de la loi, tant le sujet est délicat, complexe. Comment faire au plus juste ?

Merci pour votre blog, vos articles, et revenez-nous vite avec vos trois yeux !

Tatiana H.

Écrit par : Tatiana H. | 26/06/2009

A vrai dire je n'en ai rien à foutre. Bourka ou pas-bourka cela ne me dérange pas. Néanmoins il faut admettre une chose. Nous avons en Europe une certaine culture qui est très différente de celle des pays du Moyen-Orient. Et il est donc raisonnable de demander à tous ceux qui viennent chez nous de la respecter. Exactement comme nous devrions le faire si nous allions vivre dans leurs pays.
Alors si ces femmes veulent se cacher dans leur prison ambulante, qu'elles le fassent, mais chez elles. Ou sinon qu'elles retournent dans leur propre pays où elles auront tout loisir de ne choquer personne.
Imaginez que des indiens d'Amazonie viennent en Suisse et décident de vivre comme chez eux : tout nus, parce que leur culture le leur impose.
C'est exactement la même chose.

Écrit par : Lambert | 27/06/2009

Lambert, la nudité des Amazoniens n'est pas le résultat de pressions extrêmement violentes. Votre comparaison n'est pas descriptive dans le sens, que les instincts naturels du développement de l'être et ses "contre-développement", que ces mouvements extrémistes artificiels sont entretenus, alimentés par des malades au pouvoir !

Écrit par : Maurice | 27/06/2009

Il y a un autre phénomène qu'il faut prendre en considération. Dans ces banlieues devenues des coupe-gorges, la police n'ose plus mettre les pieds. Dès lors, il ne faut pas s'étonner que des intégristes se mettent à faire la loi. Un de ces jours, ils vont finir par obliger les femmes chrétiennes à porter la bourka !

Le problème n'a rien à voir avec la législation. Et aucune loi ne permettra de le résoudre s'il n'y a aucun moyen d'appliquer cette loi. Le problème vient de cette manière qu'ont eu les gouvernements des années soixante de parquer les immigrés dans des banlieues pourries dont ils ont ensuite perdu le contrôle. Pour tenter de le résoudre, on s'est mis dernièrement à raser certaines de ces banlieues pour les remplacer par des quartiers résidentiels. Je pense que c'est là une des solutions : empêcher l'existence de ce genre de ghettos musulmans, qui sont un terreau propice à l'émergence de l'intégrisme. En Suisse nous avons jusqu'à présent évité cet écueil. Et nous pouvons nous en féliciter.

Écrit par : Kad | 27/06/2009

Déjà, il y a des dizaines de milliers d'excisions pratiquées en France par année, l'avenir de la femme française, c'est aussi être excisée et porter la burka, il ne plus à cette femme française, des lapidations publiques pour parfaire le profil.
J'ai comme l'impression de vivre un cauchemar, vivre dans un pays ou l'on pratique ce type d'aliénations me confère de nouveau pouvoir sur ma propre compagne féminine !
On nous bassine justement sur les catastrophes liées à l'environnement, l'environnement de quoi, d'une humanité qui laisse faire de tels ignominies ?, Vouloir sauver la planète tout en laissant des millions de femmes se faire démolir, c'est pas demain la fin. Les femmes ne font elles pas partie de la planète ?

Écrit par : Maurice | 27/06/2009

@Kad. Les enfants des banlieues (pourtant de 3ème génération) ont vécu dans des zones d'exclusion, ils voulaient montrer leur différence soit en ne finissant pas leur cursus scolaire, puis l'incivilité puis à travers le rap, puis les émeutes, puis à travers le trafic de drogue qui est une vraie économie souterraine et finalement à travers la religion. Cet échec est dû en partie à la société et les institutions françaises mais aussi par la faute des parents dont l'ascension sociale ne s'est jamais faite. Les enfants qui n'ont jamais pu partir ou retourner au pays en vacances (faute de moyens) comme les autres,ou qui n'ont pas pu étudier ou trouver du travail comme les autres en veulent à la France (en sifflant l'hymne national au mieux et en brûlant les voitures au pire) se sentent mis à part, stigmatisés ou se plaisent à rester les brebis galeuses de l'hexagone (on ne se remet pas en question).

Écrit par : demain | 27/06/2009

@Demain,
Les saloperies commises par les différents gouvernement de la 5ème ne doivent pas aboutir à l'acceptation de pratiques inhumaines, ok, il y a des dérives et des ghettos, mais faut-il continuer dans cette voie si les "exclus" de la société française mettent en place des code sociaux simplement incompatibles avec les droits de l'homme "de la femme" ?
La France voudrait elle donner des leçons de droits de l'homme à certaines dictatures totalitaires, si sur son propre territoire sont commise de pareils entorses au droit fondamental ?
D'autre part cette manière de vouloir décrire certains territoires comme des zones d'exclusions, n'exclue t-elle pas encore plus ces zones et leurs habitants, qui sont pour la plus grande partie, les principales victimes de ce fléau ?
Si nous tirons des parallèles à tout bout de champs entre la France et les territoires occupés de Cis-Jordanie et de la Gaza Egyptienne, n'y a t-il pas plus de territoires en superficie et en population peuplées d'exclus en France que dans les territoires palestiniens ?
Les excisions, les mariages forcés, les tournantes, les assassinats commis sur des femmes, les burkas, et le reste sont ils autant présents en Cis-Jordanie qu'en France ?, Non, ce n'est pas le cas, sans parler de Gaza, si nous restons en Cis-Jordanie, tout ces phénomènes anti-sociaux ne sont de loin pas autant présents dans les communautés Palestiniennes ! La débâcle des communautarismes à l'européenne est unique dans les exemples des pays "développés", plusieurs millions de citoyens vivent dans les "territoires occupés français" dans des conditions d'exclusions incomparables dans l'exemple des sociétés modernes.
Alors, que les institutions de ce pays tolèrent légalement des pratiques diamétralement opposées à des siècles de luttes sociales, revient à faire un énorme bond en arrière vis-à-vis d'acquis fondamentaux !

Écrit par : Maurice | 27/06/2009

Al Quaïda a menace la France d attentats terroristes après le discours de Sarkozy sur la Burka a averti le centre américain SITE, citant des forums djihadistes sur internet!

L'Occident va-t-il encore se plier sous les menaces ou enfin combattre ce fléau!

Écrit par : Patoucha | 02/07/2009

pour porter cette burka et se cacher dessous les femmes sont-elles si horribles,si môches ? ont-elles un visage criblé de trous qu'elles n'osent pas le montrer?

en Europe cet accoutrement n'a pas sa place et si ces femmes veulent le porter il y a assez de pays où elles peuvent aller sans choquer la majorité des citoyens mais elles n'auront plus la liberté comme on l'a vit ici

Écrit par : schön | 02/07/2009

Non seulement alquaida, mais semble t-il que l?'Iran a déjà mis en route des projets en route !

Écrit par : Maurice | 03/07/2009

Maurice, chuuuuuut vous allez mettre du "gaz" dans les relations Irano-Suisse!!!!!

:)))))

Écrit par : Patoucha | 18/07/2009

Je pense que c’est l’objectif essentiel des partisans d’une telle loi, que ce soit conscient ou inconscient. Si c’est se protéger d’une tenue de culture étrangère, cela me choque. Par contre, ma culture me fait ressentir une gêne face à un voile intégral, car je me sens observé par quelqu’un qui se “cache”, cela me parais être de l’impolitesse, mais je ressent la même chose face à un porteur de lunettes aux verres très foncés.

Mais imposer par la loi sa vision de l’identité nationale, que l’on a tant de mal à définir collectivement, n’est ni efficace, ni compatible avec ma conception d’une démocratie basé sur le principe des droits de l’homme.

La solution est dans la réussite de l’intégration, et expliquer sans agressivité quelles sont les règles de politesses en France. Si l’on veut qu’une communauté s’intègre, la république doit d’abord lui ouvrir les bras en affirmant que ses croyances profondes ont toutes leur place dans la laïcité, ensuite on règle les éventuels problèmes sérieux de compatibilité par un dialogue discret, pour ne pas les stigmatiser.

Écrit par : deguisement cure | 15/09/2010

Les commentaires sont fermés.