20/05/2009

Sectes : voici le papier que Le Plouc n’a pas écrit

scientologue.jpg
Le grrrrrrrrand rapport 2008 sur les sectes en France vient de sortir. Mardi 19 mai, chaînes de radio et agences de presse ont tartiné d’importance sur ce travail effectué chaque année pour le premier ministre par MIVILUDES, c’est-à-dire la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les sectes.
Les ondes bruissaient de ce terrifiant constat : en quinze ans, le nombre des nouveaux mouvements religieux a triplé, passant de 200 à 600. Triplé ! Wouaouh, bonjour les Krishnas à clochettes ! Et qui plus est, ces sectes envahiraient les formations pour chômeurs adultes et trusteraient les officines de pseudo-psycho-thérapo-machins qui sont aux âmes ce que le coiffeur est aux cheveux. On ne confie pas sa chevelure à n’importe qui. Alors, l’âme, vous pensez…

Un rapport, avec un grand « air »

Se fiant à ses confrères, Le Plouc annonce aussitôt ce sujet à sa rédaction. Accueil enthousiaste. Et pourtant, vous avez beau fouiller la Tribune de Genève et 24 Heures, vous n’y verrez pas la queue d’un embryon d’article sur ce Rapport - avec un grand « air ». Que s’est-il passé ? Le Plouc va vous montrer, ici et maintenant, comment un sujet se dégonfle à l’image d’un financier devant la reprise du Servette FC.

La faute en revient au Plouc qui a commis une erreur de débutant : il a lu les 200 pages du rapport MIVILUDES. Or, entre son contenu et ce qu’en ont tiré les médias, la distance apparaît imposante, au fur et à mesure de la lecture.

Où sont les 600 sectes ?

Tout d’abord, Le Plouc n’a pas déniché ce nombre de 600 sectes dans ce texte. Il a beau relire la chose, ce triplement sectaire ne saute pas aux yeux comme un diable de sa boîte. En fait, cette statistique est tirée d’une interview donnée par le président de la MIVILUDES   Georges Fenech, ancien juge d’instruction qui a enquêté sur la Scientologie et ci-devant député UMP – mais sans que l’on sache d’où ces chiffres sont tirés. 600 sectes ? Et pourquoi pas 500 ? 1000 ?

Venons-en au rapport lui-même. Le Plouc espérait tomber sur un document sociologique proposant une définition à ce terme de « secte » qui est un fourre-tout caoutchouteux qui prend la forme qu’on veut bien lui donner et, sur cette base, expliquant les raisons qui poussent un nombre – apparemment – croissant de jeunes à s’y engluer.
Rien de tout cela. Il s’agit principalement d’une compilation d’avis provenant de divers ministères et qui exposent surtout des données générales.

Dessine-moi une secte

Quant à la définition du mot « secte », voici celle que Le Plouc a puisée dans le Dictionnaire historique de la langue française : « Organisation fermée (…) exerçant un ascendant psychologique fort sur ses adeptes et se réclamant d’une pensée religieuse ou mystique étrangère aux grandes religions constituées ».

A propos de la formation professionnelle des adultes, chômeurs notamment, certains organismes privés offrent des cours permettant à ceux qui les suivent de changer leur comportement pour améliorer leurs chances de dénicher un travail. Le rapport antisecte accuse mais dans le flou :

C’est là que l’on trouve des pratiques ésotériques, charlatanesques pouvant conduire les bénéficiaires à l’exercice illégal de professions médicales réglementées. Si le phénomène n’est pas massif, il exige de la vigilance de la part des services de contrôle, puisque 90% des régions déclarent avoir été confrontées à des dossiers présentant un risque sérieux de charlatanisme et/ou de dérive sectaire.

Problèmes de définitions

Quelles sectes sont-elles concernées ? Comment agissent-elles ? Le rapport est muet.
 De même, en évoquant les « pratiques ésotériques » qu’entend-il par cette formule ? Vise-t-il les rituels maçonniques ? Non sans doute, car ils n’ont aucune prétention thérapeutique. Cible-t-il les actes de chamanisme – qui ne relèvent pas forcément de l’ésotérisme ? Mais alors lesquels ? Comment et par qui sont-ils pratiqués ? Quant au charlatanisme, les sectes n’en ont pas le monopole, même si elles en usent plus souvent qu’à leur tour.

Les psycho-gourous

Le rapport MIVILUDES s’intéresse ensuite aux dérives sectaires dans le domaine psychothérapeutique. Reprenant un article de la psychologue clinicienne Delphine Guérard, il expose les cinq éléments qui révèlent le caractère sectaire d’un grand nombre de ces dérives psychothérapeutique :

- Position de toute puissance et de tout pouvoir du thérapeute (…).
- Injonction de rupture avec la famille (…),
- Embrigadement théorique. La théorie n’est pas à considérer comme un ensemble d’hypothèses à interroger, mais elle est sacralisée (…).
- (…) Les interventions font intrusion dans la psyché
- (…) Dans une sorte de fusion, sans dégagement possible, le thérapeute entraîne l’autre dans un processus destructeur de singularité.

Sur ce point, le rapport est un peu moins vague. Il stigmatise la « nouvelle médecine germanique » du docteur Ryke Geerd Hamer ainsi que l’induction de faux souvenirs chez des patients afin de créer en eux un choc qui, selon les lois du bon sens, se révélera certainement plus destructeur que salvateur.

Mais là encore, le rapport ne donne aucune information sur les sectes qui se prêteraient à ces pratiques néfastes. Et c’est ce flou et cette imprécision qui confèrent au rapport une sourde impression de malaise.
 La MIVILUDES est mue par un idéal qu’on ne saurait trop louer : défendre les personnes les plus fragiles des manipulations sectaires. Mais condamné à rester dans la brume, le lecteur de ce rapport éprouve le désagréable sentiment d’être manipulé, lui aussi !


Jean-Noël Cuénod

15:53 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

Est-ce que la franc-maçonnerie est une "grande religion constituée", ou est-ce qu'elle n'exerce pas d'ascendant psychologique fort sur ses membres, Jean-Noël? Qu'en pensez-vous?

L'écho de ce rapport dans la presse ressemble un peu à du prêchi-prêcha: les journalistes ont l'air obligés d'en parler, comme des mesures de protection contre la grippe ou le remplissage des feuilles d'impôts. Le nombre de 600 est une sorte de scoop. Enfin, c'est l'impression que j'ai.

Écrit par : Rémi Mogenet | 20/05/2009

Cher Rémi,
La Franc-Maçonnerie n'est pas une confession et encore moins une secte. Il est quand même difficile de ranger Mozart, Sibelius, Churchill, Roosvelt, Voltaire, Henry Dunant et tant d'autres Francs-Maçons dans la catégorie des sectaires! Elle professe la liberté de conscience à tous les niveaux, n'impose aucun dogme et propose un enseignement ésotérique basé sur les symboles de la construction. La grande différence entre la Franc-Maçonnerie et une secte? Dans la Maçonnerie, il est très difficile d'y entrer mais il est très facile d'en sortir. Dans une secte, il est très facile d'y entrer mais il est très difficile d'en sortir.

Écrit par : Jean-Noël Cuénod | 20/05/2009

Il faudrait réformer le dictionnaire historique de la langue française, en ce cas, car la définition qu'il donne ne tient pas compte des nuances que vous donnez. Ou alors, votre réponse signifie que selon vous, la Franc-Maçonnerie n'exerce pas un ascendant fort sur ses membres: puisqu'on peut en sortir quand on veut. Et qu'elle laisse la liberté de conscience. Mais vous savez comme moi que beaucoup de sectes disent aussi qu'elles laissent la liberté de sortir de leur sein ceux qui veulent en sortir, et qu'elles laissent pareillement la liberté de conscience. Il faut donc en fait préciser que dans le cas de la Franc-Maçonnerie, cela correspond à la réalité, tandis que dans le cas des sectes, ce n'est qu'un mensonge. Mais je suppose qu'un rapport doit justement parler des cas où ce n'est qu'un mensonge, afin de prévenir la population. J'ai parfois l'impression, néanmoins, que la nature même des croyances inhérentes à certains groupes, quoiqu'ait dit à ce sujet par exemple François Fillon, indispose certaines personnes spécialisées dans la question. Tenez, par exemple, le chamanisme et les esprits de la nature, cela énerve beaucoup d'esprits rationalistes. Mais je suppose qu'un tel énervement n'est pas de mise parmi les rapporteurs, puisque toute passion, fût-elle inspirée par le rationalisme, obscurcit forcément le jugement.

Écrit par : Rémi Mogenet | 21/05/2009

(Cela dit, la belle liste de Francs-Maçons célèbres que vous avez donnée donne une autorité à la Franc-Maçonnerie, et lui donne aussi l'aspect de quelque chose de constitué et de reconnu: c'est peut-être ce que vous avez voulu dire. Je crois que Stendhal aussi était franc-maçon, ainsi que Saint-John Perse: pour compléter la liste.)

Écrit par : Rémi Mogenet | 21/05/2009

Entrer dans la franc maçonnerie n'est pas un acte banal, quelle que soit l'obédience.
Il faut être parrainé, sur quel motif? Celui affiché, le besoin de s’améliorer éthiquement est-il le vrai?
Il faut accepter une enquête sur soi, sur quel base? pas d'infos apparemment sérieuses... sur la bonne éthique de l'individu? Ca ne peut être que bidon! on questionne sa femme, ses enfants, le voisinage, le maire?
Il faut accepter lors de son "initiation" d'être traité comme un "mouton de panurge", un bandeau devant les yeux, amené attaché au cou avec une corde (apparemment un noeud de pendu) comme un animal à l'abattoir et accepter un "rituel débile"...
Tout cela ressemble à une entrée dans une secte, pas à une religion et surtout pas une association banale comme certains le prétendent!
Après, il va falloir payer sa cotisation (mini 400 € l'année) et divers frais, en particulier des livres pour apprendre à parler, penser comme doit parler, penser un franc maçon... récemment, un franc maçon m'a proposé d'acheter un livre au "tarif économique" de 136 €!
Cela me fait penser au business de la scientologie!
Il va falloir, pour être respecté par chacun, probablement rendre quelques services... entre frères, il le faut bien et c'est prévu d'origine! Ca fait partie du contrat!
Et ces rituels méli-mélo dits philosophiques sur la base de n'importe quoi, il faudra les accepter et y participer sans broncher! et il y a le travail à la maison, "les planches", il faudra accepter de le faire quel que soit le sujet choisi!
Si tout cela n'amène pas inévitablement à la soumission du nouveau frère!
Pour moi, une secte est une organisation qui soumet l'individu psychologiquement, matériellement, financièrement à des contraintes diverses, ordonnées par celle-ci, dans le but de le soumettre à la direction et aux pratiques du groupe, pour en grossir les rangs et la servir. Finalement, l'adepte ne va pas pouvoir se détacher ultérieurement de l'organisation, les obligations qu'il a accepté à l'origine ne lui permettant plus de se rétracter, car pris dans cet engrenage sans fin de respecter sa promesse initiale. Plus grave encore, son interdiction de parler à autrui de ses pratiques et de ses engagements, en particulier à sa famille, l'isole obligatoirement en le laissant seul face à ses devoirs envers l'organisation et ses membres.
Et ce culte de la mort, des cranes, des squelettes, des cadavres à tout va!
Pas de couleur, uniquement du noir et du blanc, c'est morbide!
En passant, cela fait plusieurs fois que je pose la question suivante et personne ne m'a répondu:
Pourquoi y a t-il à l'envers du tablier des franc-maçons, donc caché, dessiné une tête de mort?
Merci d'avance pour la réponse.
Conclusion:
Expliquez moi alors ce qui différencie sur ce que je viens de décrire la franc maçonnerie d'une autre secte...
On pourrait en sortir plus facilement que d'autres sectes... et alors! Pour moi, la franc-maçonnerie est quand même une secte! Ce qui est très grave, c'est qu'elle est devenue une secte d'état, sinon une secte mondiale.
Un seul remède pour défendre la démocratie contre cette secte, que les états interdisent officiellement l'existence des sociétés secrètes sur leurs territoires.
La suite sur ce blog:
http://lamafiadanslesuddelafrance.blogs.nouvelobs.com

Écrit par : choquer jean pierre | 20/07/2009

Pourquoi en France et en Belgique trouve-t-on toujours la franc-maçonnerie laïque impliquée d'une façon ou de l'autre dans les histoires des sectes?

C'est dans les pays qui disent le plus fort respecter droits fondamentaux (liberté de conscience, d’expression, de culte, d’association, d’enseignement et non-discrimination en fonction de la religion), tels en France et en Belgique que l'Etablissement s'opposent le plus ouvertement ou couvertement à l'existence des sectes.

L'Etablissement ne s'y oppose pas de façon rationnelle et systématique. En matière de "sectes", l’arbitraire bureaucratique est total. On y découvre de lamentables approximations conceptuelles et des compositions et alliances suspectes. Par exemple, il n'y a rien de plus sectaire que les groupes dits "anti-sectes". Ce sont ces groupes qui sont "l'Autorité" en la matière. En France, la MIVILUDES est dirigée par un magistrat franc-maçon impliqué dans une obscure affaire de traffic d'armes avec l'Angola. Quant à la Belgique, l'Observatoire des Sectes a été créé par une recommandation de la commission parlementaire sur les sectes de 1996-97 dont le président, M. Serge Moureaux; son rapporteur francophone, M. Antoine Duquesne; son rapporteur flamand, M. Luc Willems, sont des franc-maçons. Et le président de l'Observatoire, M. Henri de Cordes et son directeur, M. Eric Brasseur, sont tous deux également des franc-maçons. Cet observatoire a dressé une liste de plus de 800 organisations dites sectaires qui inclut même des groupes du secteur médical et paramédical. A l’inverse, ils ignorent bien entendu complètement la franc-maçonnerie qui est pourtant une secte politico-philosophique qui a infiltré les rouages de notre société aux plus hauts niveaux.
Et pour en revenir aux alliances suspectes, que dire du prêtre catholique "antisectes" français Jacques Trouslard allié au Grand Orient de France, tous deux en guerre déclarée contre les "sectes"?
Nous vivons au XXIe siècle, malgré ce, il semble que les mentalités n'ont pas vraiment changé. Seuls les mots utilisés pour les décrire sont différents. La chasse aux s... est toujours d'actualité à la différence que "Socières" a été remplacé par "Sectes". http://www.dailymotion.com/video/k1Ol0wErvsqjYC6NNE

Écrit par : Alajah | 16/05/2012

Bien sûr, que la FM est une secte. Une secte laïque, certes, mais une secte quand même, avec ses rituels, etc.
La règle, chez les FM, ce n'est pas les nécessiteux d'abord, mais les "frères" d'abord...ce n'est donc PAS une organisation humaniste comme ils aimeraient bien le croire.
Quand à la liste de Monsieur Cuénod, qui doit être FM d'ailleurs, on peut citer bien d'autres personnages de bien d'autres "groupements" pour justifier de la grandeur de ceux-ci...
Je sais que beaucoup de politiciens sont FM, beaucoup d'hommes et de femmes influents, et que la loyauté va plus à la FM qu'à tout autre attachement. Moi je trouve cela inquiétant au mieux, manipulateur au pire.
Vive la liberté! Surtout celle de penser et d'évoluer à son propre rythme sans devoir accepter les dogmes d'autrui.
:=))))

VS

Écrit par : vieuxschnock | 16/05/2012

Les commentaires sont fermés.