17/05/2009

La justice est désormais en Berne

justice.gif


Le peuple a donc librement décidé de s’amputer du pouvoir judiciaire en votant à plus de 62% en faveur de la modification constitutionnelle qui supprime le jury aux Assises et en Correctionnelle. La pression exercée par la procédure pénale fédérale était trop forte. La justice est désormais en Berne dans tous les sens du terme. Espérons que les citoyens ne seront pas trop bernés.

Sans doute, les partisans du jury ont-ils été trompés par les divers mouvements d’opinion qui les donnaient gagnants. Il s’en est suivi une démobilisation fatale à leur cause.  

Cela dit, le résultat est incontestable. En démocratie, le peuple a toujours raison. Les perdants – parmi eux, Le Plouc et quelques autres – ont politiquement tort aujourd’hui. Et bravo au libéral Olivier Jornot qui a mené l’assaut contre le jury populaire avec autant de talent que d’efficacité. Ce vote constitue à son endroit plus qu’un succès, un triomphe. Le Plouc a le cœur gros. Mais n’en ôte pas moins son béret, au passage de ce jurycide.

Cela dit, que le peuple continue à s’intéresser à ce qui est désormais de moins en moins sa justice. Qu’il n’hésite pas à élever la voix lorsque la caste judiciaire fera montre de son arrogance. Qu’il lui rappelle alors qu’elle ne détient ses pouvoirs que par délégation.

Le Plouc renvoie à ce propos au bouquin qu’il a écrit avec l’avocat Jacques Barillon « Ne tirez pas sur le jury ! » paru aux éditions Slatkine à l’occasion de cette votation. Les grandes lignes du futur jury y sont tracées. En voici l’une des conclusions, hélas, prémonitoires :

Le jury, dans sa forme actuelle, est mort : nous plaidons pour qu’il renaisse sous une autre forme dans notre justice de demain.

Jean-Noël Cuénod

 

 

16:18 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Si vraiment Justice il y avait, ce pourrait être le moment de mettre en berne...
Mais comme il ne s'agit que de l'interprétation d'un énorme règlement, celui du Monopoly qu'est devenu nos vies par la grâce de politiciens calamiteux et qu'à ce jeu les dés sont pipés puisque certains sont plus égaux que d'autres (merci Coluche)...

... Et si, aujourd'hui, les animaux ne sont plus malades de la peste, ils le sont par le AH1N1. Les vers de Monsieur Jean de la Fontaine restent donc toujours valables:

"Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir."

Écrit par : Pere Siffleur | 17/05/2009

Seule solution dorénavant : modifier l'alinéa 1 du premier article de la Constitution genevoise dans le sens suivant :
"1. La République de Genève est un état souverain. Elle s'associe librement aux 22 cantons de l'état fédéral suisse pour constituer la Confédération helvétique."

Bien entendu, il est hors de question que les autorités suisses puissent refuser la garantie à cette modification de la Cst-GE, notamment en raison de l'alinéa 2 du dit article.

Pouvons-nous encore rêver, ou est-ce aussi interdit par le droit supérieur ?

Écrit par : Le Piogrois | 17/05/2009

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.