15/05/2009

20 000 numéros sous « Le Monde »

LeMonde.jpg
« Le Monde » a donc célébré jeudi 14 mai son 20 000ème numéro. Chargé de pondre un papier sur cet événement historique, Le Plouc s’est assigné une mission : se rendre à la rédaction de la Référence Journalistique afin de voir comment ses glorieux confrères fêtaient l’événement. Cela tombe bien : « Le Monde » tient siège juste en dessous de la Butte-aux-Cailles, le village parisien du Plouc.

Impossible de rater l’immeuble sis boulevard Blanqui : l’œuvre est signée par l’un des plus célèbres architectes du monde – avec un « m » minuscule, soit la planète – Christian de Portzamparc. Magnifique. Imposant. Novateur, juste ce qu’il faut.
 Toujours aussi terre à terre, Le Plouc ne peut chasser de son vil esprit cette basse pensée : ce truc achevé en 2004 a dû coûter la peau des fesses. Et pas de n’importe quelles fesses. A l’heure où les journaux claquent du bec, c’est plaisant de voir que d’aucuns font primer le faste sur le déficit. En France, Louis XIV n’est jamais bien loin.

Le Plouc se pointe au pied de l’édifice en fin de matinée. L’édition du jour doit être terminée. Le moment où les journalistes se détendent après le coup de feu.
Mais voilà, on n’entre pas dans « Le Monde » sans montrer patte blanche – que dis-je blanche, immaculée plutôt ! L’entrée du public est fermée. On doit sonner pour qu’un garde imposant appuie sur un bouton qui libère la porte. Puis, il faut encore passer sous un portique magnétique comme dans un aéroport. Pas très engageant.
De plus, l’intérieur paraît désert. Un silence de catacombe plombe l’atmosphère. Rien à voir avec l’impression de ruches frénétiques des rédactions de naguère.
Le Plouc hésite. Son élan est coupé. Il n’a pas envie de se faufiler dans un lieu dont l’allure d’hôpital le rend inhospitalier.

Voyons plutôt le bistrot d’à côté. Il doit être plein de journalistes qui cancanent et piapiatent. Tu parles ! En comparaison, le Sahara fait périphérique aux heures de pointe. Pas âme qui vibre. A part un vieux chien qui ronfle.

De retour dans son trou à rat, Le Plouc téléphone à la rédaction du Monde. Il se trouvera bien quelqu’un qui prendra un petit noir avec lui, histoire de causer. Malheureusement, les confrères n’ont pas de temps à perdre.

Pourtant savoir perdre son temps vous aiguise l’écriture. Demandez-le donc au Divin Marcel.


Jean-Noël Cuénod

19:47 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Suis votre voisine (cité florale)...
Le Monde est mort!!!! Je ne l'achète plus!
Si vous passez par la cité florale, contactez-nous! Il a a tjrs une bière ou un café au comptoir de notre mini-jardin!
j'aime bcp vos chroniques que je rediffuse largment sur certains sites web!
Amitiés du 13ème
Annick

Écrit par : annick | 16/05/2009

Oui, Blaise Cendrars disait aussi que son premier métier était de ne rien faire, le second celui d'écrire. Et j'aime beaucoup son style aussi.

Cela dit, je pense que si Marcel avait été moins oisif, sa prose eût été moins compliquée. Honnêtement, accorder de l'importance aux aventures privées du salon de Mme Verdurin, même si le style est prodigieux, cela me dépasse un peu.

Enfin, le défaut du "Monde", c'est sans doute d'appartenir à une France vieillissante. Ce que vous dites des locaux me rappelle ce que me disent parfois de vieux Parisiens: Paris est devenu un glorieux tombeau, une ville musée. Le style du "Monde" est aussi un peu répétitif et je ne le lis plus, moi non plus.

Écrit par : Rémi Mogenet | 16/05/2009

... Ah c'est ben vrai, ma bonne Dame!
Le Monde, il a changé!... La preuve! Mon p'tit fils, il lit l'journal sur un ordinateur! J'saurais même pas l'allumer son engin!
... À la télé, y disent qu'c'est l'progrès... Moi, j'su's pas sûr!
... Ah?... Vous aussi? Vous pensez qu'à la télé y disent souvent des bêtises? Quoi?... Ils ont même dit qu'Proust était écrivain... Et un tout grand?... Ah bon! Vraiment des bêtises pareilles... Tout le Monde sait qu'il était pâtissier... Mais oui!... C'est lui qu'a inventé les Madeleines!

Écrit par : Père Siffleur | 16/05/2009

Saperlipopette que c'est bien vu, Père Siffleur !
Proust a inventé les Madeleines et retrouvé le temps
de faire des vraies pages feuilletées à l'ancienne !

:o)

Écrit par : Blondesen | 16/05/2009

Chère Annick de la Cité florale,

Voilà une invitation qu'elle est sympa! Le Plouc et La Plouquette flânent souvent dans ce merveilleux coin de Paris. Alors pour la bière et le café, comment fait-on? Vous m'envoyez un bristol à jean-noel.cuenod@edipresse.ch? Bien à vous et merci JNC

Écrit par : Jean-Noël Cuénod | 16/05/2009

Entièrement d'accord avec Père Siffleur

Écrit par : Brice as internet medicines | 30/09/2009

Les commentaires sont fermés.