23/04/2009

Ségolène Royal, de bravitude en excuseries

segolene-royal.jpg

Après avoir clamé les bienfaits de la «bravitude» du haut de la grande muraille, Ségolène Royal sort son moulin à «excuseries». Sarkozy débite-t-il un discours inepte sur les Africains à Dakar que la social-médiacrate s’excuse au nom de la France. Qui ne lui avait rien demandé.

Le même président distille-t-il des propos ambigus sur le quotient intellectuel du premier ministre espagnol que la Madone poitevine dépose ses requêtes de pardon aux pieds de l’Espagne. Qui ne lui avait rien demandé non plus.

Ces bruits de bouche pour ne rien dire – ou si peu – seraient risibles s’ils ne montraient à quel point l’opposition socialiste en France se trouve en état de coma dépassé. Du moins sur le plan national.

Les exigences de l'UBM

Ségolène Royal ne sait faire qu’une chose: capter la lumière des caméras. Mais pour quel usage? Peu importe. Pourvu que grimpe vers la stratosphère la fameuse UBM (unité de bruits médiatiques). Comme une apprentie comédienne, elle singe son modèle en médiacratie: Nicolas Sarkozy. Occupe-t-il le terrain? Elle en fait de même. S’agite-t-il en tous sens? Elle vibrionne de plus belle. Dit-il quelques sottises? Elle en sort de plus énormes.

Dans le cas présent, les «excuseries» de cette représentante en chabichous (spécialité caprine et fromagère de Poitou-Charentes, région phare du «royalisme») ont surtout pour effet de nourrir le pouvoir en place.

Fièvres "excuseuses"

D’ailleurs, Sarkozy ne s’y est pas trompé. Il fait actuellement sonner la charge contre Ségolène à grand renfort de trompettes. Chaque responsable de l’UMP y va de son couplet révulsé devant l’injure faite à la France, de ses conseils médicaux pour soigner les fièvres «excuseuses», de ses indignations suffocatoires, de ses véhémences sarkolâtres.

Ce déluge ségophobe a contraint les dirigeants socialistes à prendre la défense de Mme Royal, alors qu’ils ne songeaient qu’à une chose: «Mais qu’elle se taise enfin!» A part Jack Lang, qui, devant l’espoir toujours renouvelé d’une gamelle ministérielle bien garnie, a choisi de vilipender sa camarade et d’oindre le dispensateur des croustillants portefeuilles et autres délicieux maroquins.

Dès lors s’est enclenché un cycle de réactions, contre-réactions, contre-contre-réactions et ainsi de suite, semblable à un mouvement perpétuel de l’indignation réciproque. Un responsable de l’UMP a même appelé Ségolène Royal à s’excuser de ses excuses!

SégoVSD.jpg

Cette crise qu'on oublie

Le résultat est lumineux. En France, les médias offrent une place léonine aux ségolénades et sarkozeries. Les tristes nouvelles, telles que la montée quotidienne du chômage, la destruction massive des emplois, les banlieues en errance et en désespérance sont reléguées en fin de journal, juste avant les sports et la météo. Pour Sarkozy, la contrition royalesque est du pain bénit. Enfin, on parle d’autre chose que de la crise.

Pour le Parti socialiste, en revanche, c’est la tuile. Sous la direction de Martine Aubry – peu enthousiasmante mais sérieuse et laborieuse – il tentait de retrouver sa crédibilité auprès des travailleurs. Hélas, cette reconquête se voit bien compromise par Calamity Ségo.

(Ce texte est paru jeudi 23 avril 2009 dans la rubrique "Perspective" de la Tribune de Genève et "Réflexion" de 24 Heures)

LE PLOUC SE FAIT VOIR AU SALON DU LIVRE DE GENEVE.

Le Plouc présente deux bouquins au Salon du Livre de Genève.

Vendredi, de 19 h. à 21 h., avec son coauteur et complice Jacques Barillon, il signera "Ne tirez pas sur le jury" au stand des Editions Slatkine (stand F 841). Il s'agit d'un pamphlet documenté pour défendre le jury populaire en justice qui est menacé à Genève par la votation du 17 mai.

Samedi, de 16 h. à 18 h., seul cette fois-ci, il signera son dernier livre de poésie "Circonstances" au stand des Editions Samizdat (stand J-19). C'est le dernier ouvrage illustré par le grand peintre Ben-Ami Koller qui nous a quittés en décembre dernier.

 

10:13 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

j'aime bien les mecs qui nettoient les vitres avec la photo d'une femme en apéritif pour après montrer leur bijou à vendre...

rien à dire un vrai gentleman ...

clap clap ..

Écrit par : luzia@hotmail.com | 23/04/2009

je me suis trompée avec l'e-mail..

Écrit par : luzia | 23/04/2009

Les commentaires sont fermés.