09/04/2009

Obama-Sarkozy: le chat et la souris

Devant les caméras complaisantes de TF1 dimanche 5 avril à 13 heures, Nicolas Sarkozy a ramé avec toute son inépuisable énergie pour célébrer la passion amicale qui le lie à Barack Obama. A l’en croire, les deux hommes ont, la main dans la main, sauvé la planète.

Ces pathétiques efforts n’ont fait que souligner les camouflets que le président américain ne cesse d’infliger à son confrère français. Depuis l’élection d’Obama, Sarkozy tente désespérément d’attirer son attention, sollicitant l’ambassade française à Washington et même Hillary Clinton. En vain. Pire: le mois dernier, le nouveau chef mondial a écrit une lettre à… Jacques Chirac, le prédécesseur de Sarkozy.

Et en quels termes: «Je suis certain que nous pourrons au cours des quatre ans à venir collaborer ensemble dans un esprit de paix et d’amitié afin de construire un monde plus sûr. » Un vrai message de chef d’Etat à l’un de ses égaux.

Calamiteuse invitation au ranch 

Si Bush junior en avait été l’auteur, on aurait pu mettre cette missive sur le compte d’une de ces nombreuses éclipses intellectuelles qui font le charme inquiétant du passé président. Avec Obama, une telle interprétation est impossible. Il a bel et bien voulu blesser Nicolas Sarkozy en lui rappelant que Chirac au moins s’est opposé à Dobelyou avant la campagne en Irak et n’a pas quémandé, lui, une invitation dans son ranch.

Barack Obama a enfoncé le clou encore plus cruellement, durant ce week-end consacré à l’OTAN. Tout d’abord, il a infligé à l’Omniprésident un sacré coup de vieux en recevant l’acclamation enthousiaste de 4000 lycéens strasbourgeois devant lesquels le numéro un planétaire a mené un show digne d’une rock- star.

Pierre radioactive dans le jardin à la Française

Ensuite, le président américain a plaidé pour le désarmement atomique global. Une pierre radioactive est ainsi lancée dans le jardin à la française. Sans sa dissuasion nucléaire nationale, le peu de puissance militaire et diplomatique qui reste à Paris approcherait du néant. Voilà une curieuse manière de remercier la France d’avoir réintégré le commandement militaire de l’OTAN! Et cela donne une idée précise de l’étroite marge de manœuvre qui sera dévolue à la République voisine dans l’Alliance atlantique. En son sein, Sarkozy rêvait d’une jolie plage de pouvoir. Il n’aura droit qu’à un lopin de la taille d’un string de volleyeuse brésilienne.

Enfin, Barack Obama a quasi ordonné aux Européens d’accepter l’entrée de la Turquie dans l’Union. Or, contrairement à Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy est opposé à cette adhésion. Lassé sans doute de recevoir cette série de gifles, le président français a d’ailleurs sèchement répliqué en rappelant qu’il appartenait aux Européens de prendre une telle décision.

Frustrant retour sur le banc des remplaçants

Visiblement, Obama veut remettre le Français à sa place. Profitant de la calamiteuse fin de règne de Bush, Nicolas Sarkozy, alors président de l’Union européenne, a occupé le terrain de la diplomatie mondiale, à la manière de ces footballeurs remplaçants qui se démènent pour faire oublier la vedette blessée. Maintenant, un nouvel attaquant héroïque entre sur la pelouse. Au remplaçant de retourner sur le banc de touche. Et vite!

(Ce texte a paru mercredi 8 avril 2009 en "Réflexion" dans "24 Heures" et jeudi 9 avril en "Perspective" dans la "Tribune de Genève" )

Jean-Noël Cuénod

 

10:28 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

Mais qu'est-ce qu'il vous a fait, Sarközy, Jean-Noël? Il vous a pris votre copine? Il a essayé?

Écrit par : Rémi Mogenet | 09/04/2009

Remarque, gynécée, un string de volleyeuse, c'est toujours mieux qu'un filododentch (orthographe libre) coincé entre les globes jumeaux et callipyges qu'arborent fièrement les baigneuses cariocas de Leblond ou d'Ipanema...

Écrit par : Philippe Souaille | 09/04/2009

Vous allez voir que l'Obomania va vite nous desenchanter. Il est évident que Sarkozy appréciait Bush et que visiblement Oboma prèfére le roi fainéant Chirac avec qui il y aurait moins de risque de partager les prérogatives de la politique internationale. J'espère que ce Obama n'aura pas la malchance qu'a eu Bush de gérer l'inommable de la mouvance terroriste fanatisée sinon on aura sans doute de sacrés déceptions comme chaque fois que des pacifistes mènent le monde.

Louis Hervé

Écrit par : hervé | 10/04/2009

Monsieur Cueno.
Je ne vous ai pas écrit depuis quelques temps. J'observais la géopolitic et je dialoguais avec Russia Today, Time-Magazine et CNN; j'ai la chance d'être parfaitement bilingue. Je vous félicite pour vos remarques sur le tandemm Obama-Sarkozy. Il est dommage que les francophones n'aient pû prendre connaissance d'un interview donné par Nicolas-le-petit à une des plus connue journaliste US (il n'a pas été traduit par la presse auto-censurée française, appartenant à ceux qui nous ont fabriqué cet énergumène)...Vous n'y êtes pour rien mais je trouve peu aimable à l'égard des peuples français et américains que TDG ait publié tout cet album de photos des deux couples présidentiels. Vous aviez là deux femmes: une ambitieuse et arriviste et l'autre: sans trop de personnalité et de morale. Quant aux deux hommes; ils ont la même formation d'artistes du "parler pour ne rien dire et surtout ne rien faire". J'ose espérer que le président des USA soit plus sincère et moins cynic que le comédien machiavélique que nous avons installé à l'Elysée. Pour l'instant la politique d'Obama ressemble à une magistrale mise en scène hollywoodienne. Les inutiles anti-missiles sont toujours planifiés en Europe (peut-être bientôt au Plateau des Glières car ce n'est qu'un objet de corruption, de pots de vin considérables et d'assurances que l'Europe sera toujours américanisée. Ce qui fut clairement annoncé aux USA en 1970 par Jack Andreson du New-York-Times. A ce sujet; puiqu'il n'y a plus de secret bancaire; essayez de savoir combien de millions les dirigeants polonais et tchèques ont sur des comptes suisses, luxembourgeois ou autres).
Je suis d'ailleurs surpris de la dose de "wishfull thinking" qu'ont les dirigeants russes à l'égard de la nouvelle administration américaine. Peut-être, ont-ils une autre idée derrière la tête ! Une chose est certaine: si Mr Obama saisissait l'opportunité qui lui est offerte, maintenant, celà serait bon pour l'Humanité mais dangereux pour lui, car ses vrais ennemis sont aux USA, nullepart ailleurs. La distance entre la Maison-Blanche et le cimetière d'Arlington est courte, et il le sait..Je suis désolé d'être autant virulent mais nous vivons dans un monde de cinglés et les plus cinglés ont le pouvoir.
Il faut le dire ! Sorry Futur Generations !
Très Amicalement. Jean-Claude Meslin Tel: +33450240275

Écrit par : Jean-Claude Meslin | 12/04/2009

Depuis presque 3 semaines, des étudiants, des citoyens, des chercheurs, des universitaires, des retraités ... tournent place de l'hôtel de ville pour protester contre les lois sakozystes.

Vous avez parlé de la FNAC Bastille.
Sommes-nous moins importants ?

Les folles de la place de Mai ... Les bouffons de la place de Grève ... NON, les Citoyens de l'Hôtel de Ville

L'autre jour, un vieux monsieur de 99 ans, ancien ouvrier, tournait pour soutenir les acquis la République ...
Le saviez-vous?
Allez voir la ronde des obstinés qui s'enroule 24H/24 !!!!
Et parlez-en!

Écrit par : annick | 13/04/2009

Les commentaires sont fermés.