29/03/2009

Prends l'oseille et tire-toi!

Allen.jpg"Les hauts dirigeants financiers et industriels sont devenus fous!" A les voir réclamer et recevoir des bonus et autres plantureuses pâtisseries financières au moment où les Brahmanes de la caste capitaliste sont aussi populaires que des pédomaniaques dans une assemblée de parents d'élèves, il est légitime de se poser quelques questions sur leur état mental.

Les dirigeants politiques - qui, naguère encore et Obama en tête - les caressaient dans le sens des billets pour qu'ils financent leurs coûteuses campagnes politiques, n'ont pas de mots assez durs pour dénoncer leur "folie".

C'est ainsi qu'on entend ces politiciens - libéraux ou blairistes - fustiger ces privilèges dont, naguère encore, ils se faisaient les hérauts. "Vous comprenez, il faut récompenser leur génie financier" On a vu dans quels précipices ces bergers inspirés ont conduit leurs troupeaux d'actionnaires. "Vous comprenez, il faut récompenser leurs prises de risques". Quelles prises de risques? Plus ils se plantent, plus ils récoltent!

En fait, les goinfres de la finance ne sont pas fous. Et ce n'est pas plus rassurant de le contraster, au contraire. S'ils décident de prendre aujourd'hui le maximum de fric, malgré la colère générale, c'est qu'il n'ont plus confiance dans la résurrection du système qu'ils ont mis en place. Ils mettent à profit la devise que Woody Allen exprimait en 1969 déjà: "Take the Money and run", soit "prends l'oseille et tire-toi". Il n'y a plus rien à espérer de ce système. Prenons tout ce nous pouvons et cachons-nous dans un coin.

Se cacher, voilà le gros problème qui se place sur le chemin de la fuite. A l'heure d'internet, il est impossible de trouver un lieu à l'abri des regards. Alors, les goinfres dorés risquent d'apprendre à leurs dépens qu'un matelas d'euros et de dollars ne peut pas servir d'efficace gilet pare- balles.

 

Jean-Noël Cuénod

15:22 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Eh bien eh bien, M. le Plouc, quelle véhémence. Serait-ce Paname la révoltée qui déteint sur vous ? A moins que vos actions n'aient vécu quelque déconfiture sans parachute ? A vous en croire, comme dirait Pottier (l'autre) les forçats de la finance ont bien du souci à se faire, s'ils doivent devenir les damnés de la Terre...

Écrit par : Toussaint Louverture | 29/03/2009

Sur l'Internet, il est impossible de trouver un endroit caché à l'attention du public. Les dirigeants politiques financent leurs campagnes politiques coûteuses. T-il sur la situation financière de l'ensemble du pays?

Écrit par : Lynn | 30/03/2009

Les commentaires sont fermés.