29/11/2008

Sarkozy doit-il se réjouir d’un PS nul?

Sarkohilare.jpgLe pouvoir d’autodestruction du Parti socialiste français fascine les médias de la planète. Même la presse américaine y va de ses commentaires et de ses analyses parfois très fouillées, comme celles du New York Times.
  Partout, le président Nicolas Sarkozy est donné grand vainqueur du Congrès de Reims.
  A court terme, on peut même parler de triomphe du sarkozysme. Un triomphe qui doit plus aux autobuts de ses adversaires hallucinés et hallucinants qu’aux mérites du gouvernement.

La divine surprise sarkozyenne

  Le principal parti d’opposition a donc réussi ce miracle: redonner de la popularité à un président qui, naguère encore, devait affronter chaque sondage d’opinions comme autant de catastrophes à venir. En avril dernier, il obtenait le score de satisfaction le plus bas de tous les présidents de la Ve République, avec 32% d’avis favorables.
  Or, lundi, un sondage BVA – Orange- L’Express indique que les jugements positifs (48% des sondés) à l’endroit de Nicolas Sarkozy dépassent les opinions négatives (47%). Vive la crise en général. Et vive la crise au PS en particulier!
  Tout épastrouillés par cette divine surprise, les épigones communicants du président vibrionnent dans les médias d’outre-Jura en moquant les délires égotistes des dirigeants socialistes. Certains versent une larme sur ce pauvre PS.  Une larme pur crocodile, bien sûr.

Du champagne avant la gueule de bois

  Alors, la droite a-t-elle raison de faire sauter les bouchons de champagne après le Congrès de Reims?
  Elle serait bien inspirée de vider maintenant ses bouteilles, car la suite de l’histoire risque de se révéler moins capiteuse.
  Tout d’abord, les mêmes divisions qui déchirent le Parti socialiste existent en potentialité au sein de l’UMP.
  Cette formation est formée d’éléments disparates qui sont organisés d’une manière différente, certes, mais assez semblable aux féodalités qui divisent le PS en autant de baronnies haineuses. Pour l’instant, l’hyperactif Sarkozy est parvenu à épuiser toutes les ambitions qui, à droite, pourraient lui faire de l’ombre. Mais au moindre signe de faiblesse, les prédateurs se réveilleront.

L’ombre du procès Villepin

  De plus, Nicolas Sarkozy, phénomène rarissime dans l’histoire du gaullisme, ne peut plus compter sur une majorité totalement aux ordres.
  Ce qui était impensable hier et devenu réalité aujourd’hui: 55 députés de la majorité présidentielle attaquent dans les médias un projet qui est pourtant d’un sarkozysme achevé: le travail dominical. Et ce n’est pas fini. Le procès que Sarkozy mène contre Villepin dans la ténébreuse affaire Clearstream causera bien des dégâts au sein de l’UMP lors de son ouverture dans un an.

Entre Sarkozy et Besancenot, un désert peuplé de fantômes?

  Mais il y a socialement plus dangereux pour la majorité. La droite explique que désormais, entre elle et l’extrême gauche d’Olivier Besancenot, il n’y a plus rien.
  L’écrivain et ministre André Malraux disait la même chose à l'endroit des gaullistes et du Parti communiste. Un excellent commentateur de ce blogue me fait observer qu'en 1965, le futur socialiste Mitterrand avait réussi à mettre de Gaulle en ballotage lors des premières élections présidentielles de 1965, preuve qu'entre les gaullistes et les communistes, le désert était malgré tout assez peuplé. Certes. Et on peut ajouter que les partis de gauche avaient exercé une forte poussée en 1967 - avant d'être balayés par la "vague bleue" de juin 1968. Mais entre  le Parti communiste et les diverses factions formant à l'époque la Fédération de la gauche démocrate et socialiste, il n'y avait aucune entente qui aurait pu offrir au peuple une alternative crédible. Un désert fourmillant de fantomes, reste un désert.
 

Dès lors, si les socialistes ne parviennent pas à se ressaisir aujourd'hui, les citoyens français risquent de revivre une situation semblable à celle de la fin des années soixante: privée de relais démocratique, l’opposition a éclaté dans la rue. Ce fut Mai 68. Un an après, le président de Gaulle démissionnait.
  Un précédent à méditer aussi par le camp Sarkozy.

(Texte paru jeudi 27 novembre 2008 en «Perspective» dans la Tribune de Genève et «Réflexion» dans 24-Heures)

Jean-Noël Cuénod

12:49 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Sauf qu'en 1965, Mitterrand avait mis De Gaulle en ballotage à la surprise générale. Rien de tel en 2007 : Ségolène Royal n'a pas créé la surprise. A la rigueur, ce serait plutôt le contraire. La surprise est venue de l'ampleur de la victoire de Sarkozy.

Par contre, c'est clair qu'après De Gaulle, qui en était quand même à son deuxième mandat, il y a eu Pompidou puis Giscard : au milieu du deuxième mandat de Sarkozy, si vous voulez, Bayrou a de bonnes chances d'être élu.

Les parallèles ont bon dos. Ici, ô Jean-Noël, vous semblez plus que jamais être un militant socialiste qui fait aussi du journalisme.

Cela dit, c'est une victoire de Sarkozy sur le moment, mais si l'élection présidentielle est bien préparée, et si Aubry organise rapidement les choses autour du candidat du Parti, le Parti socialiste a bien sûr une chance en 2012. Pourquoi non ? Plus que tirer des plans sur la comète, cependant, il vaut mieux essayer de voir comment Aubry peut mener son parti à la victoire. Que le candidat soit désigné au plus vite, et que les programmes soient construits en collaboration avec lui, c'est mon conseil. Il faut arrêter avec le mythe de la collégialité, quand dans les faits on est incapable de travailler en collégialité. Le pire est encore quand on dit que c'est de la faute des autres, par exemple de De Gaulle, ou de Joseph de Maistre (qui sait ?) ; la vérité est ailleurs. Le culte du Premier Secrétaire existe aussi au Parti socialiste.

Écrit par : R.Mogenet | 29/11/2008

Et sans compter aussi qu'entre la succursale française du PCUS et le turlupin trotzkyzte de Laposte.fr, il y a, en faveur du premier nommé, + 25 % de suffrages, le pognon de Moscou, les tripatouillages financiers des municipalités rouges, et encore un sacré maillage du territoire national.

Écrit par : Scipion | 30/11/2008

Les remarques de Mr Cuenod me paraissent dérisoires. Madame Royal est la seule responsable politique française qui ait compris qu'il faut se sortir des carcans de la quatrième république et s'adapter au 21em siècle. La soumission à un parti
au lieu d'une vision crédible pour sa patrie n'est plus acceptable.
Malheureusement, l'excès de communication et le machiavélisme sarkosyen ont berné les français et quelques autres humains. Cette stratégie est utilisée partout; comme par exemple aux USA où l'élection d'Obama a coûté trois milliards §(selon CNN).Lorsque l'on voit qui siègera dans le gouvernement du futur président US, il est évident qu'il sera le prisonnier de ces gens.Pour plaire à Hilary, on fera quelques gestes pour le "social" qui est inexistant mais la géopolitique ne changera pas. On continuera de gaspiller, chaque année, plus de 1000 milliards € pour s'autodétruire (65 % étant l'oeuvre américaine).
Ainsi, la nation qui a une si belle Constitution a été et continue d'être le seul et unique "empire du mal" de la planète Terre. Qui abordera ce sujet !!!
Amicalement. JCM Tel: +33450240275

Écrit par : MESLIN Jean-Claude | 30/11/2008

RIEN NE PEUT SURPRENDRE DU PRrSIDENT SARKOSY,APRrS TOUT LE PRINCE PResiIDENT DEVINT EMPETREUR ET PROCLAMA L'UNITe REPUBLICAINE DE L'ITALIE AUTOUR DU ROI DE SARDAIGNE-qui renonca l an avant a la savoie francophone)-et voulu donner UN empereur catholique au mexicain et un roi arabe aux algeriens devenus "allies hereditaires"
de napoleon general turc à la modeste fanny on peut aussi penser a jules(cesar ou medicis devenu pape clement vii)le vrais "scoop" serait ² que le président legal actuel veuille se faire élire pape!ou nommer ministre caredinal!

pour le reste ou est la gauche d'antant( ,morte au goulag ou avec la chute des murs de l est)et je ne pense pas que trotsky,mao,che guevara, pol pt,fidel castro,et aUtres "amis de l'occident"(par intermitence)en depit de leur "charisme a gauche" soient de grands humanistes et democrates!

la gauche est "Maladroite" et "malle de droite"(on y fourre n importe quoi!)pour le moment la couronne royale n'est pas tombée en "hollandie" paS plus que le raliement de certains "hommes de gauche" au president n'ait fixéee une doctrinede à la gauche "evolutive sans revolution"(c'est à dire sans remise en cause de ses mensonges passés!)

la iv,comme la ve republique furent conçues par et pour le general de gaulle!il semble bien qu'elle ne soit pas "comme-morable" par le president francais;
reste alors une "nouvelle sociéte",mais celle ci a déja été trahie d'avance par le jeune nicolas du temps ou les "coups bas" contre le maire de bordeaux lui acquit le pouvoir aupres des alors -tres minoritaires- "jeunes et gaullistes" du parti majoritaire au parlement;;;


a partir de quoi la gauche peut elle se définir,?(et non pas seulrement contre qui,) et quanD les uns cesseront de prendre les autres pour des cretins ?

si quelqu'un ne peut se "fixer durablement" une conduite il '"suit le vent" mais il est impossible a cerner(seul avantage eviter l encerclement mais l ennui est de se diluer)
meme un journaliste est en droit d'avoir ses opinion,quoi qu'en pense le "quartier general "de l elysée!
pour l instant je crois difficile de dire d'un homme politique connu si vraiment il est "de droite" ou "de gauche" tant qu'on "samusera à manipuler
l opinion a droite et on limitera le debat politique a gauche a trouver un chef presentable,

on n arrivera qu'a mainenir la confusion
comme on sait refuser la diversite peut faire qu'un jour il n y aura plus de garantie dans la republique que pour ceux qui pensent comme vous!quand au socialiste,ils doivent se redéfinir ce qui est aussi remettre en cause des mensonges commodes depuis l avant guerre et son armistice "entre soldats";du caporal au marechal;du "pere joseph" au "genial" adolf" on pourrait en dire encore des choses avec profit!
deat,doriot,le pcf avant la rupture du pacte germano sovietique(qui permit massacre et deportation des deux côtés de - millions de polonais dont la moitiee juive)laval et consort,n'étaient pas des idéalistes,pas plus que c'est par "generation spontanée" que dans le leman francais er atrve,le pcf qui avait 120 adgerents en 1936 en trouva plus de 1000 en 1945,avant de devenir un "fief" sarkosyste aux dernieres elections;;on oublie trop que l'opinion d ici compris ses erreurs de jugement rapidement quand le iiie reich remplaca les italiens et que des jeunes apelles au sto firent,a 99% defaut,devenant ainsi "passibles de peine sévére";;l'histoire n est pas une science exacte;;le socualisme non plus!

Écrit par : gpradet | 03/12/2008

Jean-Noël je te souhaite de joyeuses fêtes de fin d'année

Michel

Écrit par : Michel graber | 18/12/2008

Merci, Michel. Que 2009 t'apporte ce que tu cherches. JNC

Écrit par : Jean-Noël Cuénod | 19/12/2008

Les commentaires sont fermés.