28/10/2008

Scène de rue franco-suisse à Paris

natelBlog 010.JPG  

 

«Merde, chérie, j’ai oublié le natel à la maison!»

Le Plouc a la tête ailleurs en ce jour d’octobre en déambulant dans son XIIIe arrondissement parisien au bras de sa Charmante. Et la privation de téléphone portable équivaut en ces temps de connexions compulsives à la suppression de l’eau pour un poisson rouge. Alors, le Plouc retourne les multiples poches de sa veste couleur mastic d’explorateur du biotope francilien. En vain…

 

C’est alors qu’une jeune passante qui vient de le dépasser sur le trottoir se retourne vers lui. La chose est plutôt rare. Et flatteuse. Mais ce n’est pas le charme très discret, pour ne pas dire secret, du Plouc qui attire la promeneuse:

 

-         Euh… Pardonnez-moi, Monsieur, vous… vous avez bien prononcé le mot «natel»?

 

Le Plouc est forcé de passer aux aveux. Oui, c’est bien ce terme qui a franchi la frontière de ses lèvres. Un terme tout ce qui a de plus «made in Switzerland». Les copains parisiens du Plouc se sont assez payé sa tête chaque fois qu’il prononçait ce mot plouquissime: «natel». «Pfff, natel, ça veut dire quoi natel? C’est quoi un natel?». Le Français, à moins qu’il n’habite Annemasse, Saint-Ju ou Ferney, ignore ce mot. Le natel du Sarkoland est un «portable». Mais alors comment différencier un téléphone «portable» d’un ordinateur «portable»? On ne différencie pas. Un point c’est tout. Y a qu’à se demerdouiller.

 

Les Français utilisent aussi le mot «mobile». Ce qui fait assez procédure criminelle et peut entraîner quelques désagréments au sein de la police judiciaire:

-         Inspecteur, le suspect avait-il un mobile?

-         Non, Monsieur le commissaire, ses poches étaient vides.

-         Mais je n’en ai rien à foutre que ses poches soient vides ou pleines! Je vous demande s’il avait un mobile…

-         Ben. M’sieur le commissaire, je viens de vous dire qu’il n’en avait pas.

-         Mais enfin, un assassin a toujours un mobile, il suffit de creuser…

-         Creuser tout ce parc pour trouver un mobile? Euh, c’est pas gagné. M’sieur le…

-         Foutez-moi ce crétin à la circulation!

 

Revenons à la jeune femme qui poursuit son évocation d’une voix émue:

 

-         Mais alors, vous êtes Suisse? Ah, c’est merveilleux. Si vous saviez le plaisir que j’ai eu à entendre ce mot «natel». Il me rappelle mes vacances chez ma grand-mère qui est Neuchâteloise. Je me revois à Vevey ou en Valais… C’est tout un monde pour moi, vous savez? Le monde de mon enfance, si loin de ma banlieue.

 

Après quelques minutes sur ce trottoir parisien à évoquer la Suisse qui devient terriblement exotique vue d’ici, la passante poursuit son chemin. Et le Plouc retourne chercher son… Son quoi? Son natel, bien sûr.

 

 

Jean-Noël Cuénod

22:09 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le mot "natel" est en effet plus que plouc... et tellement suisse. Son origine se trouve dans le développement du premier réseau de téléphonie cellulaire "National Telefon".

La plouquitude de ce mot se renforce encore par ses racines germanophones.

Écrit par : cndavid53 | 29/10/2008

La jeune femme, Natel rien dit d'autre?

Écrit par : Père Siffleur | 29/10/2008

@cndavid53,
Pour moi, le parfait plouc intégral c'est celui qui a honte de son identité, de son origine et de sa différence...

Écrit par : Olegna | 29/10/2008

Oui effectivement le mot Natel ne désigne pas, en Français correct, l'objet qui est un téléphone mobile. On peut abréger en disant mobile, éventuellement portable, mais surtout pas Natel qui n'est rien d'autre qu'une marque déposée par la principale Cie téléphonique du pays. Les belges disent GSM (référence au réseau téléphonique),les américains et les Latinos disent Cellular (de téléphone cellulaire) et cela a du sens car l'on comprend facilement le lien. Mais Natel, non vraiment ça c'est totalement incompréhensible en dehors de Suisse. Pas de quoi s'étonner alors si les Suisses se sentent si souvent incompris....

Écrit par : Stéphane | 30/10/2008

La première fois que j'ai prononcé le mot natel en france, les gens se sont écroulés de rire, depuis, je dis portable, je trouve plus joli et logique. Les suisses ont inventé un vocabulaire à eux, il faut bien qu'ils se distinguent.

Écrit par : viviane | 30/10/2008

la première fois que j'ai employé ce mot natel en france, les gens se sont écroulés de rire. Depuis je parle de mon portable ce qui me paraît plus joli et logique. Les suisses inventent toujours un vocabulaire et se distinguent partout.

Écrit par : viviane | 30/10/2008

Quelle chance de pouvoir se démarquer et conserver un semblant de "Suissitude" même en plein Paris. La France exporte chez nos ados genevois le parler franchement "banlieue". Alors sachons garder nos différences et nos mots secrets. Ce secret-là lui au moins ne nous sera jamais reproché à la différence de celui qui dort dans les coffres bancaires et autres, fruit de toutes les convoitises, du moins officiellement...(et en priant intérieurement qu'il perdure, bien sûr)
Et bravo pour cette "charmante" et rougissante Suissesse, si elles ont toutes cet adorable minois, alors je connais pas mal de Franciliens qui vont projeter des vacances chocolatées pour vérifier et connaître nos mots secrets, différents de nos maux secrets,bien sûr, au sujet de ces derniers, chut...!!!

Écrit par : WilfredAgnes | 30/10/2008

Je suis arrivé sur ce blog par hasards et cet article m’a bien plu.

Écrit par : comment maigrir vite | 24/03/2011

Il s'agit de mon site préféré. Au passage je déplore vraiment que vous ne rédigez guère plus régulièrement. maigrir du ventre

Écrit par : regime hyperproteine | 29/06/2011

Superbe site internet. Je ne devinais pas qu'être sur la toile était si utile.

Écrit par : horoscope gratuit | 20/07/2011

Les commentaires sont fermés.