05/10/2008

«Il faut dire la vérité aux Français»

verite.jpg("La Vérité", sculpture du Bernin 1598-1680, vue de dos, bien sûr)


«Il faut dire la vérité aux Français!» A l’instar de ces perroquets chatoyants qui égayent la jungle, les politiciens du Sarkoland répètent cette phrase rituélique chaque fois qu’un micro se tend vers leur bec… Sans doute, ces docteurs en communication qui vibrionnent à l’Elysée ont-ils signifié cette consigne aux porte-flingues de la majorité: «L’heure est grave, les gars. Vous devez inspirer confiance. Et donner l’impression de ne pas agiter la langue de bois en vos palais. Mais attention, hein? Pas de blague! Cherchez uniquement à donner l’impression! On vous connaît, vous livrez un bout de vérité avec vos gros sabots et c’est la Bourse qui prend le mors aux dents.»

De la majorité, la phrase s’est répandue dans l’opposition. François Hollande aussi veut «dire la vérité aux Français», Fabius également, Delanoë itou. Ce qui fait un nombre imposant de vérités contradictoires. Quant à Ségolène Royal, elle préfère la mimer grâce à sa nouvelle gestuelle qui a comblé de joie ses 4000 supporteurs au Zénith. Elle ferait un tabac dans «Bécassine, c’est ma camarade». Un tabac à rouler? La fumitude, c’est tout un art.

«Il faut dire la vérité aux Français». Mais pas aux Européens. On peut donc leur mentir, chef? «On fait comme d’habitude, les gars. De toute façon, c’est pas grave. A Bruxelles, plus personne ne croit personne.»

«Il faut dire la vérité aux Français». Mais pas aux citoyens. Citoyens, c’est un mot trop connoté. On se voit tout de suite plongé en période révolutionnaire. Certes, Sarkozy est trop mince et pas suffisamment serrurier pour jouer les Louis XVI. Mais Carla ferait une Marie-Antoinette très acceptable: «Le peuple a faim? Qu’il dévore «Ma Came» sur mon dernier album».

«Il faut dire la vérité aux Français». Mais pas au peuple. C’est un vilain mot, peuple. Il confère à la masse des anonymes une puissance qu’il ne serait pas convenable de réveiller lorsque tout va mal sur plan économique.

«Il faut dire la vérité aux Français». Mais pas leur confirmer que la France est en récession. «Il faut dire la vérité aux Français». Mais pas leur annoncer que les plans de rigueur sont des plans de rigueur. «Il faut dire la vérité aux Français». Mais pas leur expliquer que supprimer 30 000 emplois dans le secteur public, c’est une mesure d’austérité.

«Il faut dire la vérité aux Français». Bon, ça va Coco, tu peux rentrer dans ta cage. On a compris…


Jean-Noël Cuénod

 

13:36 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le nain est en train de jouir grâce à la crise financière. Il peut maintenant déclarer que tout est la faute de la "crise". Lui, maintenant il est le sauveur! Alors qu'en fait il est un fossoyeur: les problèmes de pouvoir d'achat sont bien antérieurs. Et il n'a pas attendu la crise pour favoriser les riches. Ce sont les riches qui vont profiter un max de la crise. Deviner où est passé tous l'argent qui fait défaut maintenant? Il n'est certes pas perdu pour tout le monde. Ils attendent simplement l'occasion de faire encore plus de fric. Vive le capitalisme!

Écrit par : Johann | 05/10/2008

Excellent.

Écrit par : Mère | 06/10/2008

Les commentaires sont fermés.