27/05/2008

La mort d'un frère et grand journaliste

Le Plouc est en deuil. Il a perdu son frère d'arme et d'âme, Daniel Peressini, qui est décédé mardi 27 mai dans l'après-midi à Paris. Jour de pluie. Jour de larmes. Le ciel a une sale gueule, ce soir. Brigitte et Ugo, combien je pense à vous...

Voici, en quelques traits trop hâtifs, un modeste aperçu de ce grand journaliste, producteur et réalisateur de TV.

 Daniel Peressini avait soixante ans. Jusqu'au bout, il a combattu, tant contre le mal qui le rongeait que pour un métier qu'il savait fragile. Que ce soit comme créateur d'un magazine - « J'accuse », qui dès le début des années 80 anticipera le journalisme d'investigation - ou en tant que fondateur de Saint Louis Productions, Daniel Peressini a toujours défendu cette ligne: rendre compte d'une réalité sous tous ses aspects et briser les préjugés qui empêchent de voir la vie telle qu'elle est.

Dans un univers médiatique où les girouettes ne cessent de donner le tournis, Daniel demeurait fidèle à son credo: la télévision doit servir l'intelligence. Avec lui, nous étions aux antipodes de la TV qui sert à vendre à Coca-Cola « du temps de cerveau humain disponible » selon la formule de l'ancien manitou de TF1, Le Lay.

Ses sphères d'intérêts avaient la variété de l'existence: la justice, la littérature, l'histoire et la politique, mais aussi le sport en général et le judo en particulier. Il pouvait aussi bien disserter sur une passe d'Albaladejo – le célèbre rugbyman français des années 60 - que sur une biographie du général Pasquale Paoli, le héros de l'indépendance corse.

 

La Corse, sa passion

 

La Corse était d'ailleurs sa grande passion. Bien que né dans la région parisienne, Daniel Peressini était resté fidèle aux racines insulaires de sa famille. Avec lucidité, comme en atteste ses deux documentaires qui ont contribué à mieux faire connaître l'âme corse aux « continentaux »: « Lîle sur le Feu » et « J'ai été un militant clandestin » (« l'Ile d'Argent » en 2002 au Festival du film insulaire de Groix en Bretagne) .

Dans le premier, il explique les origines du clan et de la vendetta et les situe dans leur contexte économique, politique et social, sans jamais tomber dans le didactisme pesant. Il révèle voir ce dessous des cartes qui nous est si soigneusement caché dès qu'il s'agit de l'Ile de Beauté.

Dans le second, cinq militants historiques des mouvements indépendantistes corses expliquent pourquoi et comment ils ont basculé dans l'action clandestine. Ni complaisance, ni aucune condamnation n'entachent ce documentaire. Peressini donne à comprendre, il ne plaide ni ne requiert.

Il appartient désormais à sa femme et plus proche collaboratrice – Brigitte Thévenot – de poursuivre cette démarche. Elle a d'ailleurs prouvé tout son talent de journaliste dans une série sur l'enfance coproduite par Saint Louis Productions et FR3 avec le pédiatre Aldo Naouri. Elle en avait tiré un livre, « Questions d'enfants » paru chez Odile Jacob. Récemment, elle a écrit un documentaire, consacré à l'Ecole Nationale de la Magistrature française après l'affaire d'Outreau. Il est également diffusé sur les chaînes publiques. Ce pari, pour une télévision qui réfléchit sans ennuyer, que Daniel Perissini avait lancé n'est donc pas perdu.

 

Jean-Noël Cuénod / Paris

23:14 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

22/05/2008

NosTRAMgie

59282326.jpgLa nostalgie ravit votre âme, sans crier gare, comme un voleur à la tire. Une banale sensation vous frôle et vous voilà subtilisé.

Pour le Plouc, c’est le tram qui est le moteur de ce transport individuel.

Lire la suite

13:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

16/05/2008

Comment ça marche, une manif?

876126153.jpgTout d’abord, une manif, ça marche beaucoup. Jeudi 15 mai, celle des fonctionnaires et lycéens – opposés à la suppression de postes dans la fonction publique – a déroulé ses quelque 30 000 participants* sur six kilomètres à Paris de la place d’Italie à République en passant par la Bastille. Mais pour assurer son reportage, le Plouc en a parcouru bien plus, remontant vers la tête, puis redescendant vers la queue et ainsi de suite, comme un berger des Pyrénées surveillant son troupeau.

Lire la suite

11:07 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

12/05/2008

L’ombre de la guillotine qui ne s’efface pas

1810337559.jpgConsternante lecture des réactions, chaque fois qu’un monstre est traduit en justice. Fourniret maintenant. Dutroux, naguère. Jacques l’Eventreur, jadis. Pour affirmer qu’on en a, on – pronom indéfini pour imprécateurs sans visage – crie au retour à la peine de mort supprimée par cette bande d’intellos du genre gazelles. La lutte contre le meurtre légal paraît sans fin. Sans cesse, il faut remettre l’ouvrage sur le métier à tisser les arguments.

Lire la suite

02:00 | Lien permanent | Commentaires (32) | |  Facebook | | |

08/05/2008

Comment Fourniret a gagné son procès

196147416.jpgIl n’a plus rien à perdre. Après avoir avoué sept viols et meurtres d’adolescentes dans des circonstances particulièrement ignobles, sa peine à la réclusion à perpétuité est d’ores et déjà prononcée. Dès lors, le but que s’est assigné Fourniret coule de source polluée: devenir la grande vedette de ce qui est pour lui l’instant-phare de sa pauvre vie. Le voilà au centre de l’attention générale. De son box protégé par un vitrage à l’épreuve des balles, l’accusé-showman tisse son plan média.

Lire la suite

11:21 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

04/05/2008

Faut-il tuer le mot «socialisme»

1894325202.jpgDéputé-maire de la ville d’Evry dans la région parisienne, Manuel Valls (45 ans) est l’  « éléphanteau » qui barrit le plus fort dans le marigot socialiste français. Il vient de publier un bouquin «Pour en finir avec le vieux socialisme… et être enfin de gauche!» (éditeur : Robert Laffont) qui a le mérite de sortir le PS d’outre-Jura de sa torpeur idéologique. Certes, le propos n’a rien d’un texte doctrinal. Il s’agit d’un livre d’entretien (avec le journaliste Claude Askolovitch, du «Nouvel Observateur») qui préfère le raccourci saisissant à l’analyse fouillée. On attend toujours l’ouvrage de fond qui se consacrera à l’aggiornamento du socialisme démocratique vis-à-vis de la nouvelle donnée géopolitique imposée par la mondialisation. Et vu le niveau actuel du débat au sein de ce parti, il serait surprenant que cet ouvrage naisse dans le contexte du PS français.

Lire la suite

16:15 Publié dans Livres, Politique française | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |