08/05/2008

Comment Fourniret a gagné son procès

196147416.jpgIl n’a plus rien à perdre. Après avoir avoué sept viols et meurtres d’adolescentes dans des circonstances particulièrement ignobles, sa peine à la réclusion à perpétuité est d’ores et déjà prononcée. Dès lors, le but que s’est assigné Fourniret coule de source polluée: devenir la grande vedette de ce qui est pour lui l’instant-phare de sa pauvre vie. Le voilà au centre de l’attention générale. De son box protégé par un vitrage à l’épreuve des balles, l’accusé-showman tisse son plan média.


196147416.jpg

Depuis sept semaines à la Cour d’assises de Charleville-Mézières, les parents des petites victimes, les journalistes, les avocats en toge noire, les magistrats en hermine et robes rouges, le public toujours aussi nombreux pour LE voir, sont suspendus à ses lèvres closes de petit instit grisonnant et rabougri. Michel Fourniret a gagné son procès.

Dès le début du procès, le président Gilles Latapie souligne la principale raison d’être de ces débats: permettre aux parents des jeunes filles de savoir ce qui s’est vraiment passé, de tenir ce fil qui les aidera à suivre le chemin de leurs petites vers la mort, pour les accompagner en pensée, pour partager ces moments d’indicible angoisse qu’elles ont traversés avant de succomber.

Jamais taiseux ne fut aussi disert!

Michel Fourniret  contrecarre aussitôt ce dessein. Il se réfugie dans un mutisme, non pas buté, mais commenté. Jamais taiseux ne fut aussi disert! S’il se tait c’est qu’il ne peut faire autrement, n’est-ce pas ? Seules les audiences tenues à huis clos, l’autoriseraient à s’expliquer. Mais les victimes refusent que ce procès se tienne en cachette: «Que notre douleur soit reconnue!»
Mais Fourniret sait bien que s’il sort trop tôt de son mutisme, il devra laisser sa position médiatiquement centrale au profit de ses victimes… Inacceptable!

Alors, le président Latapie (photo à droite)  tente toutes les tactiques pour le faire sortir de ses gonds. Il est relayé par les avocats des parties 1408961028.jpgciviles, qui essayent de casser ce silence verbeux, le procureur, les parents, les témoins. Mais il joue avec eux comme un vieux matou efflanqué avec des souris. Il est le roi. Et choisira le moment. SON moment où il condescendra à parler. Habilement – car il est difficile de ne pas y voir là une nouvelle préméditation de sa part – Michel Fourniret choisit mercredi soir pour lancer sa petite bombe. Juste avant que les débats soient suspendus pendant cinq jours à l’occasion de l’immense pont qui, en France, relie l’armistice du 8 mai à la Pentecôte. «Si tu m’en donnes l’ordre, je parlerai» lance-t-il à sa deuxième femme qui vient de terminer son témoignage. Le président lui demande confirmation. Oui. L’accusé parlera. Mais pas tout de suite. A la reprise des audiences, mardi. Pendant ce temps, les médias crépitent: «Ça y est, il va s’expliquer! Enfin!» Et chacun d’attendre ce jour comme si Fourniret était la pythie de Delphes. Nul doute que, désormais, il distribuera ses vérités comme autant de cadeaux consentis à l’assistance.

Au chroniqueur, il reste l’amère certitude d’avoir joué les faire-valoir de ce cirque noir.


Jean-Noël Cuénod, Charleville-Mézières.

11:21 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le rétablissement de la peine de mort ? c'est pour quand ? cette "maladie" est abominable !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 08/05/2008

Vous avez parfaitement raison, VD. La peine de mort a été abolie en échange de la promesse d'une peine à perpétuité, pour mettre définitivement la société à l'abri des agissements de certains monstres. Maintenant que la peine de mort a été abolie, les petits juges gauchistes s'attaquent à l'initiative acceptée par le peuple demandant la réclusion perpétuelle pour les fous criminels...
Au nom des droits de l'homme, ou plutôt du droit des criminels à torturer en toute quiétude les enfants.
Aujourd'hui dans 24 heures, article sur la suppression de la prison au profit des amendes : les jeunes criminels ne pouvant de toute façon pas payer, ils ne subissent simplement aucune peine. Les incapables et les criminels tiennent le troisième pouvoir, avec la complicité des socialistes.

Écrit par : Géo | 08/05/2008

"Vous avez parfaitement raison, VD." et pourtant vous êtes un de mes contradicteurs.
Comme quoi, des fois, je peut "taper" juste, hein...?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 08/05/2008

Ne pensez-vous pas qu'il ne sera plus de nos jours à la reprise des audiences? Il joue avec nous, il joue avec les victimes,...Après tant de silence, pourquoi parler? Les gens commencent à se lasser de cette affaire...Il ne fait plus les 1ères pages. Il est passé...

Écrit par : Cigé | 08/05/2008

En préalable je dois dire que je ne suis pas pour la peine de mort. Elle est bestiale et primaire et juste au niveau de ceux que l'on veut éliminer. Je crois que je peux à tout prendre mieux comprendre la vengeance privée ...
En ce qui conerne la protection de la société il est évident que l'on doit booster les recherches sur les psychopathies. Les psychopathes sont de prédateurs. tous ne se dirigent pas vers des crimes de sang. On en a de manière concentrée à tous les niveaux de pouvoirs ... Ils détruisent et certains sont payés pour cela ! regardons le passé et l'histoire.
En ce qui concerne Fourniret, il a tué une première fois juste pour éviter la révélation de sa nouvelle agression qui l'aurait renvoyé en prison pour de nombreuses années. En même temps il piégeait Monique Olivier qui devenait de fait sa complice. Il pouvait ainsi avoir un miroir, un témoin sur qui exercer au quotidien sa toute puissance. Ensuite il a érotisé la violence et sa personnalité s’est clivée. C'est un parcours classique des psychopathes pervers et narcissiques qui, pour protéger la réalisation de leurs fantasmes d’orgueil et de pouvoir, sont capables à coté de mimer parfaitement la "normalité". Ils se nourrissent de la destruction de l’autre qui leur donne l’illusion d’exister. Certains psychopathes ne vont pas jusqu’au crime de sang mais détruisent tout aussi sûrement. Ils sont malades du vide en eux, malades de tenter de tenter de s’approprier l’autre pour combler ce vide. Le frère de Michel FOURNIRET a raison : se voir comme il est tuerait Michel FOURNIRET. La survie du psychopathe passe par l’orgueil et le déni de ce qu’il est. Une seule chose compte : sa blessure narcissique et l’idée qu’il se fait de lui. Il pleure sur lui-même. Il ne nous apprendra RIEN.

Mais j'imagine que je ne serai pas publiée ! vous imaginez pourquoi n'est ce pas ... rendre conscient est dangereux ;)

Écrit par : ensortcelle | 09/05/2008

merci

Écrit par : ensortcelle | 09/05/2008

Ce procès rappelle tristement celui d'Eichmann, fier de se trouver sous le feu des projecteurs !!! Il s'en sentait d'autant plus exister.

C'est honteux que notre société voyeuriste brosse des thèses sur le profil psychologique de ces psychopathes médiocres invétés, comme s'ils étaient des cas intéressants d'où il faille éclaircir un mystère insondable!

Écrit par : Micheline Pace | 09/05/2008

Monsieur J.-N. Cuénod,

Le plus "amusant" de votre billet, c'est que vous participez allègrement vous-même à la dérive que vous dénoncez:
Vous collaborez objectivement au but que s'est assigné Fourniret et qui coule de sourse polluée, selon vos propres dires. Je suis même certain que vous dépassez largement les aspirations les plus folles de son plan média.
Jamais, le violeur n'avais imaginé avoir sa photo (ses photos) dans la communauté de blogs de 24heures-TdG ! Grâce à vous, c'est fait !

Encore un journaliste qui boit à la "sourse polluée" ... et qui s'en rendre compte, puisqu'il écrit; "Au chroniqueur, il reste l’amère certitude d’avoir joué les faire-valoir de ce cirque noir." ... Une toute petite phrase et d'énorme photos...

En lisant et voyant de tels inepties, je ne sais plus si il faut dire LE ou LA presse-purée !

Dommage! D'habitude, j'aime bien votre journal de bord! Alors, disons que qui aime bien ...

Écrit par : Père Siffleur | 11/05/2008

je voulai dir ke c vrai ke ts le monde parle de lui et ke lon pourai penser a une star mai je pense ke c importen den parler de prevenir les jeunes de se riske ke lon et jamai a labri dun perver meme des plu proche mtn je pense ke meme si on nouri sa soi detre populaire ds l'horeu il est d plu importen de prevenir n'est vou pa dacor ????

Écrit par : une victime mai pa de fourniret | 25/05/2008

Les commentaires sont fermés.