Ben-Ami Koller, au nom de tous les siens qu’il n’a pas connus

Imprimer


Pour votre prochain séjour à Paris ne manquez pas l’exposition que la captivante Galerie Pierre Marie Vitoux consacre aux œuvres récentes d’un peintre majeur de l’art contemporain, Ben-Ami Koller.
Comme le metteur en scène Roman Polanski a réalisé le chef-d’œuvre de sa vie avec «Le Pianiste» en faisant monter en mémoire la révolte du Ghetto de Varsovie, Ben-Ami Koller a créé le sien avec sa série «Auschwitz». Il a fallu toute une vie d’homme, toute une vie d’artiste pour parvenir à ce sommet. Un sommet qui fait partie d’une chaîne alpestre. Car Ben-Ami Koller peut en envisager d’autres. Son chemin vers lui-même et les siens, avec leurs ombres lumineuses, est loin d’être achevé. Mais c’est une étape décisive que le peintre vient de franchir.

 

Cette exposition ne contient pas d’autres mots que ceux-ci: «A tous les miens que je n’ai pas connus». Et tout est dit, l’essentiel étant évoqué (invoqué?) par les œuvres présentées à la Galerie Vitoux. Né en 1948 à Oradea (Roumanie), Ben-Ami Koller n’a donc pas pu vivre avec ses grands-parents déportés vers Auschwitz par le système antisémite des nazis. Mais il porte leur présence. Une présence qu’il a suffisamment mûrie en lui pour qu’elle puisse prendre forme sur la toile. Dès lors, Ben-Ami Koller n’illustre pas la souffrance des martyrs de la Shoah, il ne la re-présente pas, il est cette souffrance. C’est elle qui s’inscrit dans le tableau comme une inaliénable partie de son être. Cette distance - source de malaise pour celui ou celle qui regarde les scènes de la Douleur majuscule – se voit ainsi abolie. La femme et l’homme qui contemplent l’un des tableaux de la série «Auschwitz» se trouvent placés en position de témoin et non pas de voyeur.

 

La démarche de Ben-Ami Koller se situe à l’opposé de celle choisie par l’écrivain Jonathan Little et de ses «Bienveillante». Pour ce dernier, la complaisance qu’on lui reproche souvent n’est pas une faute puisqu’elle fait partie de son propos. Il lui fallait étaler l’ignominie froide de son anti-héros et le spectacle de l’horreur pour aller jusqu’au bout de ce qu’il voulait dire.
Si Ben-Ami Koller avait pris ce parti, il serait allé à fin contraire de ce témoignage qu’il nous fait vivre. En évitant toute complaisance, il donne à ses œuvres une vérité qui puise sa force dans la pudeur. Le peintre restitue le cri silencieux des martyrs, sans concession mais sans la moindre once de spectacle. En ce sens, Koller fait un acte de vie qui va bien au-delà d’un réquisitoire.

 

Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris

 

La Galerie Pierre Marie Vitoux est située dans une petite venelle du Marais, tout près de la place du Marché Sainte-Catherine, au 3, rue d’Ormesson (Paris IVe), métro Saint-Paul. Pour tous renseignements, se référer au site: http://www.galeriepierremarievitoux.com
L’exposition de Ben-Ami Koller se tiendra jusqu’à samedi 1er mars.

On peut aussi visiter le site de l'artiste à cette adresse:

http://www.benamikoller.com

Lien permanent Catégories : Général 19 commentaires

Commentaires

  • [...]Ben-Ami Koller, au nom de tous les siens qu’il n’a pas connus[...]

  • woooow génial, de l'art en direct de Ben-Ami

  • Me voici venu sur votre site web par le plus grand des hasard et ce post est vraiment bien .

  • The posting is very cool and awesome It is the first time I am visiting this site But the article is like mouth watering and I had savored it heart fully.Waiting for more comments on this site to full fill my hunger and thirst.

  • The ideas are strongly pointed out and clearly emphasized. Thanks for sharing your thoughts and ideas on this one Please keep posting about such articles as they really spread useful information.

  • This is my very first time here, really good looking blog.I found a lot of fascinating things in your blog especially its discussion.From all the remarks on your posts, it looks like this is a extremely popular website.Keep up the good work.

  • Great to know the -- in depth from this blog.This will really help for my forward steps to be taken.

  • Too sad, I missed this wonderful Exhibition Galerie, anyway I'll make sure next time that I would witness that Exhibition

  • This is a good review for the Galerie Exhibition. Thanks for sharing

  • I like your post and all you share with us is up to date and quite informative, i would like to bookmark the page so i can come here again to read you, as you have done a wonderful job......

  • Fantastic site, where did you come up with the info in this piece of content? Im pleased I found it though, ill be checking back soon...

  • The willingness to torture yourself before others is what makes a developer truly a unique breed.

  • Too bad, I miss this Galerie Pierre, I'm sure this is very nice Galerie. Thanks for sharing

  • J'apprécie bougrement ce style d’écriture! Je vais immédiatement l’envoyer à mes copains.

  • La démarche de Ben-Ami Koller se situe à l’opposé de celle choisie par l’écrivain Jonathan Little et de ses «Bienveillante». Pour ce dernier, la complaisance qu’on lui reproche souvent n’est pas une faute puisqu’elle fait partie de son propos. Il lui fallait étaler l’ignominie froide de son anti-héros et le spectacle de l’horreur pour aller jusqu’au bout de ce qu’il voulait dire.

  • Merci de vous êtes donné autant de mal afin d'écrire votre poste sublime qualité. Je souhaite en trouver énormement sur le sujet!

  • blog s'est avéré très belle, et surtout d'information

  • This is in contrast to other adjectives and determiners, which are typically optional. This obligatory nature of articles makes them among the most common words in many languages in English. Thanks.

Les commentaires sont fermés.