15/02/2008

Pour aimer la France, faut-il en dénigrer les voisins?

Sympathique écrivain, Denis Tillinac! Voilà le genre d’homme avec lequel il ferait bon boire un petit sancerre tout embué de charme malicieux sur le comptoir d’un bistrot de village où ronronne un antique morbier et ronfle un matou du même âge. A moins que ce ne soit l’inverse. J’allais donc cheminer vers mon libraire pour y acquérir son dernier livre, «Dictionnaire amoureux de la France» paru chez Plon. Mais l’interview de l’écrivain sur France-Info vendredi matin m’en a dissuadé.

 

Que Denis Tillinac célèbre les beautés de la France, voilà qui est légitime, louable même. Qu’il le fasse en dénigrant les pays voisins, voilà qui est insupportable. Sur les ondes, Tillinac a, en effet, réduit les nations qui ont l’insigne honneur de border la France, au rang de «banlieue». Et lorsqu’on sait en quelle estime les Français tiennent ces «lieux bannis», on mesure l’indignité qui frappe les Suisses, Belges, Espagnols, Italiens, Luxembourgeois et Allemands. Il ajoutait que, jeune encore, il aimait passer la frontière luxembourgeoise ou suisse et y rouler quelques centaines de mètres, pour le seul plaisir de revenir aussitôt au bercail.
C’est avec pareilles remarques que les étrangers amis de la France ont soudainement envie de dire pis que pendre de ce pays et de voir dans le moindre étron canin déposé sur un trottoir parisien une preuve de décadence. Réaction injuste et même infantile, certes. Mais humaine. Pour mettre en valeur ce que l’on aime, faut-il vraiment mépriser ce qui vous est étranger?

 


La France est un pays magnifique et Paris, une ville que l’on a dans la peau comme une maîtresse qui ne se fane jamais. Mais Denis Tillinac, emporté par un fol esprit aventurier, aurait dû rouler un peu plus loin après le poste frontière, mettons, d’Anières, par exemple. Il se serait alors rendu compte que la rade de Genève vue de la route de Vésenaz, ce n’est pas mal non plus.

 


Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris.

 

16:13 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le pire est que les régions excentrées comme la Savoie sont traitées exactement de la même manière. Et puis ce patriotisme qui se change en xénophobie, alors que somme toute, l'humanité est plus nombreuse "autour" de la France qu'à l'intérieur, c'est vraiment, cela, le signe de la décadence de la France. La prétention à l'universalisme se transforme en rejet de l'humanité en général : soudain, seuls les Français (et encore, ceux qui le sont vraiment) sont réellement humains.

Écrit par : R.M. | 15/02/2008

(Puisque seuls, ils sont réellement universels, s'entend !)

Écrit par : R.M. | 15/02/2008

le chauvinisme et l'étroitesse d'esprit dont il est ici question sont tout à l'inverse de la prétention à l'universalisme... des droits de l'homme et du citoyen par exemple...celle du jugement moral ou du jugement esthétique ... autant de valeurs héritées du siècle des Lumières... français donc mais pas franchouillard .

Écrit par : Philippe Rillon | 16/02/2008

Malheureusement, on peut prendre "prétention" dans deux sens différents : soit on se pose comme disposant d'un jugement sûr parce qu'universel parce que français, soit on se sent un devoir, en tant que Français, de développer en soi le sens de l'universel quand on juge d'une chose, et on s'efforce effectivement de le développer. Trop souvent, les Français se contentent d'énoncer des jugements arbitraires qu'ils posent d'emblée comme universels parce qu'ils émanent de Français. Mais on peut dire à sa femme qu'on est d'une fidélité à toute épreuve, et que cela ne soit pas vrai, n'est-ce pas. La philosophie des Lumières n'est pas inoculée à la naissance : elle s'acquiert, ou non. Les Français ont sans doute une possibilité particulière de l'acquérir, mais ils peuvent très bien ne pas le faire pour autant.

Écrit par : R.M. | 16/02/2008

Bonjour,
oui cela est bien triste de voir ce genre d'intelectuel traiter nos voisins et Amis de la sorte, je suis à la retraite ayant été marin j'ai pu voir ce
comportement de mes compatriotes envers les autres, tant et si bien
qu'à la question vous êtes de quel pays je répond de Bourgogne cela fait moins réducteur au regard des comportements et réflections entendu de ci de là.
Amitiés HM

Écrit par : Michelet Henri | 16/02/2008

la france existe t'elle autrement que comme un mythe?et on sait que les mythes ont la vie dure...exister en dénigrant les autres passe pour exister oleinement.dans un pays ou 6O% des "sondés" disent se méfier des autres cela est il étonnant?Le dénigrement n'est il pas la conséquence du doute,du manque d'assurance sur soi même et sur ses idées?quelqu'un à dit la france n'existe que "suberbe et génereuse"..le manque de générosité de la france qui en fait une "superbe" nation de boutiquier est il la cause profonde du manque de sens commun de bien(et non tous)des français?tous les gouts sont dans la nature,parait il,même le mauvais gout ce qui n'empéche pas d'avoir un sens esthétique afiné..ce qui est le cas à paris qui pense,depuis le moyen âge "qu'il n'est bo,n bec que de paris" comme disait françois Villon!

Écrit par : gpradet | 21/02/2008

Je ne pense pas que l'on puisse être amoureux d'une entité géographique et administrative. Mais on peut très bien cultiver la nostalgie d'un album de photos anciennes qui ne diraient rien à personne, comme les ouvrages de Monsieur Tillinac.

Écrit par : Rabbit | 21/02/2008

Si un Suisse déclarait qu'il aime passer la frontière française pour le seul plaisir de revenir aussitôt dans son pays, les Français n'y verrait aucun dénigrement ou mépris envers la France. Seulement l'amour du Suisse pour son pays.

Dans "Dictionnaire amoureux de la France", il y a amour. L'amour rend aveugle. Aimer son épouse, la préférer aux autres femmes, ..., ne veut pas dire mépriser ces dernières. Encore moins vouloir qu'elles disparaissent !

Dans un "Dictionnaire amoureux de la Suisse", les Français n'iraient pas chercher si on parle de la France, en bien ou en mal. Ils s'en fichent.

Votre réaction n'est pas celle d'un plouc mais celle d'un bobo.

Vous devriez modifier l'intitulé de votre blog : "Un bobo chez les ploucs" ou "Un politiquement-correct chez Tillinac".

Écrit par : Belanger | 01/03/2008

Monsieur Tillinac n ' est pas forcément représentatif de la France et des français ; Malheureusement il représente la bêtise , et cette dernière n ' est pas l ' apanage de la France , hélas.

Écrit par : dumas | 01/03/2008

J’ai écrit à mon député et lui ai annoncé que je ne voterai plus pour des "néo bourreaux" du 21ème siècle, c. à d. tant que l’euthanasie ne sera pas légalisée.

Je ne vois pas pourquoi je demanderais à mourir dans
« l’indignité », en souffrant plus qu’un chien en fin de vie (dans une bonne famille) !

J'invite toutes les personnes qui donnent une valeur à l'expression "La dignité humaine" à s'adresser aux politicien(ne)s ... en les prévenant ...

Écrit par : Pierre Payen Dunkerque | 20/11/2010

Les commentaires sont fermés.