29/01/2008

Dieu,Sarkozy et nous (3): les francs-maçons montent au créneau

Rappel des épisodes précédents: Nicolas Sarkozy veut donc nettoyer les âmes françaises au Kärcher d’eau bénite. Ses prêches au Vatican et à Ryad ont fait naître des craintes sur sa volonté de maintenir la République dans le cadre laïque qui est le sien depuis 1905.
Et lorsque la séparation de l’Eglise et de l’Etat est en cause, la principale obédience maçonnique (fédération de loges) du pays, le Grand Orient de France, monte au créneau pour la défendre.

 A cette déclaration de l’Omniprésident:

«Que s’il existe une morale humaine indépendante de la morale religieuse, la République a intérêt à ce qu’il existe aussi une réflexion morale inspirée des convictions religieuses. D’abord parce que la morale laïque risque toujours de s’épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n’est pas associée à une espérance qui comble l’aspiration à l’infini».

 Le Grand Maître du Grand Orient de France, Jean-Michel Quillardet, a répondu:

 «Agnostiques, athées, chrétiens ou non chrétiens se trouvent en quelque sorte blessés par l’affirmation du président de la République. Chacun dans la République laïque, justement, est libre d’espérer, de désespérer, ou de ne rien attendre… Qui peut juger la justesse de la recherche de chacun d’entre nous et de ses positionnements à l’égard des origines, des mystères de la vie et de la mort? Pas le président de la République, certainement pas la République, pas un quelconque Etat. Il y là une tentative d’imposer, en quelque sorte, à chaque citoyen la nécessité d’une dimension spirituelle qui ne peut que provoquer la colère de ceux qui partagent ce projet d’un pacte républicain et laïque».

 Pourquoi la Franc-Maçonnerie s’impliquerait-elle dans la laïcité? Relevons tout d’abord la diversité des démarches maçonniques. Les unes postulent en l’existence de Dieu révélé, à l’instar de la plupart des loges anglo-saxonnes. D’autres préfèrent évoquer un Etre Suprême, un Principe créateur sans lui donner le contenu d’un Divin révélé. Et certaines défendent la liberté absolue de conscience en renonçant à tout ce qui pourrait ressembler à l’invocation d’une puissance supérieure. Le Grand Orient de France (GODF) se range dans cette dernière catégorie avec de gros bémols: certaines de ses Loges continuent à utiliser la Bible comme Volume de la loi Sacrée dans leurs rituels, à invoquer le Grand Architecte de l’Univers et quelque 68 Ateliers (synonyme de Loges) du GODF pratiquent le Rite Ecossais Rectifié qui est, lui, ouvertement chrétien. Lorsque les médias parlent de Franc-Maçonnerie – en général lorsqu’il s’agit de combler un creux dans l’actualité – ils font fi de ces différences pourtant essentielles.
 Le point commun de toutes ces franc-maçonneries est - par une approche basée sur les symboles de la construction – de s’efforcer à répondre aux questions fondamentales, telle que celle-ci: que fais-je dans cette vie?

 

 Quelles que soient leurs tendances, les loges maçonniques professent toutes à des degrés divers la liberté de conscience. Dès lors, elles se sont heurtées d’emblée aux systèmes théologiques qui enseignaient Dieu en usant du principe d’autorité. Dans la chrétienté, l’Eglise romaine et son imprégnation autocratique représentaient le plus clairement cette tendance. Il était donc inévitable que les deux démarches – maçonnique et romaine – s’opposassent. Dès lors, dans les pays catholiques, la Franc-Maçonnerie s’est progressivement installée comme une opposante naturelle au césaro-papisme en défendant la séparation de l’Eglise et de l’Etat. 

 

En revanche, dans les pays protestants, la franc-maçonnerie n’a pas rencontré un tel obstacle, la Réforme défendant comme elle la liberté de conscience. D’ailleurs, de nombreux pasteurs figurent parmi les fondateurs de la Franc-Maçonnerie moderne. Ainsi, la question de la laïcité s’est posée pour les francs-maçons protestants d’une façon tout à fait différente que pour leurs Frères vivant en nations catholiques. Pour eux, la laïcité n’était pas un problème majeur. A Genève, par exemple, de nombreux francs-maçons étaient opposés à la séparation de l’Etat et de l’Eglise nationale protestante. 

 

Ces fondements historiques expliquent donc l’énergie avec laquelle le Grand Orient de France défend les principes laïques de la République face à un président qui, à son gré, agite trop le goupillon à tout va.

 Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris.

 

11:22 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

Commentaires

Sans doute. Mais les laïques ont pu manquer d'énergie, lorsqu'il s'agissait de défendre la liberté de conscience de ceux qui se réclamaient des mêmes symboles que le catholicisme, par une forme de méfiance excessive. Le problème des relations avec une religion dogmatique est un vrai problème, qui a souvent été résolu d'une manière simpliste, par la création d'un dogmatisme au contenu opposé, mais au contenant assez proche. Or, on peut penser que les laïques s'en sont souvent confortablement contentés.

Écrit par : R.M. | 29/01/2008

Enfin, un journaliste qui ose évoquer de façon neutre la franc maçonnerie, sans tomber dans le travers habituel de la diabolisation. En revanche, je trouve que vous auriez dû être plus critiques vis à vis des maçons. En effet, ce qui se passe avec Nicolas Sarkozy est très grave. Le président roule clairement pour Saint-Pierre de Rome et va a tout faire pour remettre le catholicisme au coeur de la société, en gravant même dans des documents consitutionnels les origines chrétiennes de l'Europe. Or les êtres humains dans une société laïque se déterminent pas leurs actes et non pas par leurs origines ethniques et/ou religieuses.
Là où vous auriez dû être critique, c'est sur le mutisme des loges maçonniques depuis la deuxième moitié des années 80. Les sociétés occidentales ont connu des tensions extrêmes. C'était vraiment L'OCCASION de sortir du bois et de se comporter en vraie force de proposition. La franc maçonnerie en générale et les loges en particulier sont un laboratoire de réflexion sur les sujets de société. Elles refètent la diversité des peuples car on y trouve différentes appartenances, différentes origines, différents milieux sociaux. Qui donc mieux que les maçons pourraient contribuer efficacement à l'amélioration de la société ? Et pourtant, les maçons pour la plupart se terrent dans leur loge à deviser sur la symbolique du fil à plomb pendant que le monde court à la catastrophe. La monté des communautarismes et la crise des banlieues étaient des sujets "rêvés" pour les maçons. Les avons-nous entendus ? Non. Les sorties de Sarkozy contre la la!cité provoquent à peine un communiqué timide du grand maître du grand orient de France. En 1984, de mémoire, il y a eu 750'00 manifestants à Paris, dont beaucoup de maçons pour faire contrepoids à la fameuse manifestation de Versailles pour les écoles religieuses. Les maçons ont même défilés en tête avec leurs outils.
C'est donc ce regard critique que vous auriez dû porter sur la maçonnerie en mettant en lumière son attitude irreponsable. C'est en effet le dernier rempart pour défendre la laîcité, vu que les hommes politiques français, surtout de gauche, ne bougent pas le petit doigt.

Écrit par : Marina Santrorelli | 31/01/2008

Enfin, un journaliste qui ose évoquer de façon neutre la franc maçonnerie, sans tomber dans le travers habituel de la diabolisation. En revanche, je trouve que vous auriez dû être plus critiques vis à vis des maçons. En effet, ce qui se passe avec Nicolas Sarkozy est très grave. Le président roule clairement pour Saint-Pierre de Rome et va a tout faire pour remettre le catholicisme au coeur de la société, en gravant même dans des documents consitutionnels les origines chrétiennes de l'Europe. Or les êtres humains dans une société laïque se déterminent pas leurs actes et non pas par leurs origines ethniques et/ou religieuses.
Là où vous auriez dû être critique, c'est sur le mutisme des loges maçonniques depuis la deuxième moitié des années 80. Les sociétés occidentales ont connu des tensions extrêmes. C'était vraiment L'OCCASION de sortir du bois et de se comporter en vraie force de proposition. La franc maçonnerie en générale et les loges en particulier sont un laboratoire de réflexion sur les sujets de société. Elles refètent la diversité des peuples car on y trouve différentes appartenances, différentes origines, différents milieux sociaux. Qui donc mieux que les maçons pourraient contribuer efficacement à l'amélioration de la société ? Et pourtant, les maçons pour la plupart se terrent dans leur loge à deviser sur la symbolique du fil à plomb pendant que le monde court à la catastrophe. La monté des communautarismes et la crise des banlieues étaient des sujets "rêvés" pour les maçons. Les avons-nous entendus ? Non. Les sorties de Sarkozy contre la la!cité provoquent à peine un communiqué timide du grand maître du grand orient de France. En 1984, de mémoire, il y a eu 750'00 manifestants à Paris, dont beaucoup de maçons pour faire contrepoids à la fameuse manifestation de Versailles pour les écoles religieuses. Les maçons ont même défilés en tête avec leurs outils.
C'est donc ce regard critique que vous auriez dû porter sur la maçonnerie en mettant en lumière son attitude irreponsable. C'est en effet le dernier rempart pour défendre la laîcité, vu que les hommes politiques français, surtout de gauche, ne bougent pas le petit doigt.

Écrit par : Marina Santrorelli | 31/01/2008

Enfin, un journaliste qui ose évoquer de façon neutre la franc maçonnerie, sans tomber dans le travers habituel de la diabolisation. En revanche, je trouve que vous auriez dû être plus critiques vis à vis des maçons. En effet, ce qui se passe avec Nicolas Sarkozy est très grave. Le président roule clairement pour Saint-Pierre de Rome et va a tout faire pour remettre le catholicisme au coeur de la société, en gravant même dans des documents consitutionnels les origines chrétiennes de l'Europe. Or les êtres humains dans une société laïque se déterminent pas leurs actes et non pas par leurs origines ethniques et/ou religieuses.
Là où vous auriez dû être critique, c'est sur le mutisme des loges maçonniques depuis la deuxième moitié des années 80. Les sociétés occidentales ont connu des tensions extrêmes. C'était vraiment L'OCCASION de sortir du bois et de se comporter en vraie force de proposition. La franc maçonnerie en générale et les loges en particulier sont un laboratoire de réflexion sur les sujets de société. Elles refètent la diversité des peuples car on y trouve différentes appartenances, différentes origines, différents milieux sociaux. Qui donc mieux que les maçons pourraient contribuer efficacement à l'amélioration de la société ? Et pourtant, les maçons pour la plupart se terrent dans leur loge à deviser sur la symbolique du fil à plomb pendant que le monde court à la catastrophe. La monté des communautarismes et la crise des banlieues étaient des sujets "rêvés" pour les maçons. Les avons-nous entendus ? Non. Les sorties de Sarkozy contre la la!cité provoquent à peine un communiqué timide du grand maître du grand orient de France. En 1984, de mémoire, il y a eu 750'00 manifestants à Paris, dont beaucoup de maçons pour faire contrepoids à la fameuse manifestation de Versailles pour les écoles religieuses. Les maçons ont même défilés en tête avec leurs outils.
C'est donc ce regard critique que vous auriez dû porter sur la maçonnerie en mettant en lumière son attitude irreponsable. C'est en effet le dernier rempart pour défendre la laîcité, vu que les hommes politiques français, surtout de gauche, ne bougent pas le petit doigt.

Écrit par : Marina Santrorelli | 31/01/2008

Enfin, un journaliste qui ose évoquer de façon neutre la franc maçonnerie, sans tomber dans le travers habituel de la diabolisation. En revanche, je trouve que vous auriez dû être plus critiques vis à vis des maçons. En effet, ce qui se passe avec Nicolas Sarkozy est très grave. Le président roule clairement pour Saint-Pierre de Rome et va a tout faire pour remettre le catholicisme au coeur de la société, en gravant même dans des documents consitutionnels les origines chrétiennes de l'Europe. Or les êtres humains dans une société laïque se déterminent pas leurs actes et non pas par leurs origines ethniques et/ou religieuses.
Là où vous auriez dû être critique, c'est sur le mutisme des loges maçonniques depuis la deuxième moitié des années 80. Les sociétés occidentales ont connu des tensions extrêmes. C'était vraiment L'OCCASION de sortir du bois et de se comporter en vraie force de proposition. La franc maçonnerie en générale et les loges en particulier sont un laboratoire de réflexion sur les sujets de société. Elles refètent la diversité des peuples car on y trouve différentes appartenances, différentes origines, différents milieux sociaux. Qui donc mieux que les maçons pourraient contribuer efficacement à l'amélioration de la société ? Et pourtant, les maçons pour la plupart se terrent dans leur loge à deviser sur la symbolique du fil à plomb pendant que le monde court à la catastrophe. La monté des communautarismes et la crise des banlieues étaient des sujets "rêvés" pour les maçons. Les avons-nous entendus ? Non. Les sorties de Sarkozy contre la la!cité provoquent à peine un communiqué timide du grand maître du grand orient de France. En 1984, de mémoire, il y a eu 750'00 manifestants à Paris, dont beaucoup de maçons pour faire contrepoids à la fameuse manifestation de Versailles pour les écoles religieuses. Les maçons ont même défilés en tête avec leurs outils.
C'est donc ce regard critique que vous auriez dû porter sur la maçonnerie en mettant en lumière son attitude irreponsable. C'est en effet le dernier rempart pour défendre la laîcité, vu que les hommes politiques français, surtout de gauche, ne bougent pas le petit doigt.

Écrit par : Marina Santrorelli | 31/01/2008

Salut Jean-Noël ta vision est bonne
Pour moi Sarkosy est dangeureux
Avec mes meilleire de Genève
674Salutations Michel

Écrit par : Michel Graber | 09/03/2008

tout est possible a nous

Écrit par : DERIVAL WILLY | 24/08/2009

NOUS CROYONS EN UN DIEU QUI NOUS UNIS

Écrit par : DERIVAL WILLY | 18/09/2009

NOUS CROYONS EN UN DIEU QUI NOUS UNIS

Écrit par : DERIVAL WILLY | 18/09/2009

Les commentaires sont fermés.