17/01/2008

Les bons plans du Plouc: Marivaux le détour

Comme maints Romands, vous tégévisez ce week-end vers Paris. Alors ne manquez par cette pièce de Marivaux, «La Dispute» qui est présentée jusqu’au 17 février au Théâtre 13. Pour les renseignements pratiques, descendez au bas de ce texte, le Plouc vous fait le guide bénévolement. Non, non pas besoin de dire merci.

 

Marivaux (1688-1763) est desservi par le terme issu de son patronyme: le «marivaudage» que Larousse qualifie de «badinage spirituel et superficiel». Larousse raisonne parfois comme une blonde. Car, il n’y a rien de superficiel dans cette «Dispute». Ce conte de fées cruel met en scène toutes les phases des relations entre femmes et hommes. C’est la trame même des existences que tisse Marivaux sans tabou, sans afféterie mais avec une constante élégance de la pensée et du propos. En usant de cette langue magnifique de précision et de grâce qui est celle du XVIIIe siècle, Marivaux nous parle de notre vie affective et sexuelle d’aujourd’hui. A saute-mouton sur les époques, cette «Dispute» démontre que toutes les nouveautés technologiques qui nous encombrent ne changent rien à la quête amoureuse, jeune et vieille comme le monde.

 

 

Ce conte cruel est parfaitement servi par la mise en scène de Filip Forgeau. Il a évité deux écueils: la vision muséale qui figerait la pièce dans les atours du XVIIIe siècle et le choix modernolâtre qui transformerait les personnages en rappeurs. Forgeau a donc choisi l’intemporalité pour faire ressortir ces grains d’éternité que recèle le texte de Marivaux. Et les comédiens jouent au diapason de cette tonalité. Un vrai plaisir.

 

 

DISTRIBUTION: Féodor Atkine (Le Prince), Hélène Bosc (Adine). Arno Chéron (Azor), Julien Defaye (Mesrin), Soizic Gourvil (Eglé), Hervé Herpe (Le Serviteur), Nicole Kaufmann (Hermiane)

 

 RENSEIGNEMENTS PRATIQUES: «La Dispute» se joue jusqu’au 17 février au Théâtre 13 (103A boulevard Auguste-Blanqui Paris XIIIe arrondissement) mardi, mercredi et vendredi à 20 h 30, jeudi et samedi à 19 h 30 et dimanche à 15 h 30. Prix des places 22 euros (le 13 de chaque mois, tarif unique à 13 euros).

 

COMMENT S’Y RENDRE. Dès votre arrivée à Paris Gare de Lyon, vous prenez le métro 14 (direction Olympiades) et vous descendez à la première station, Bercy. De là, vous montez dans le métro 6 (direction Charles de Gaulle Etoile) et vous vous arrêtez à la station Glacière.

Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris

11:35 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.