15/01/2008

Le pouvoir d'achat à ras le bitume

LE POUVOIR D'ACHAT! C'est la formule qui court sur toutes les lèvres. L'Omniprésident avait eu l'audace d'en faire son thème principal de campagne l'an passé. Voilà le boomerang qui lui revient dans les gencives. Heureusement qu'il y a Cécilia, Carla et tutta quanta pour jeter de l'eau de rose sur ce feu qui se propage. Mais le glamour ne fait oublier le portemonnaie que durant un trop bref moment. Certaines patates se prennent pour des truffes, du moins sur l'étiquette des prix et la morue - oui même la morue - se rêve esturgeon pondant ses oeufs d'or.

Le Parisien de base relève donc le défi. Le marchandage commence à s'étendre transformant en opéra de quatre souks les plus gaulois des marchés. Voici un petit échange enregistré à celui du boulevard Blanqui dans le treizième. Un client arborant une soixantaine intello apostrophe le boucher:

 

- Eh mais ne jetez pas comme ça mon entrecôte sur la balance! Elle n'est pas stabilisée et c'est le prix plus haut qui s'affiche.

Le boucher: - Ben non, elle se stabilise tout de suite!

Le client: - Mon oeil, oui!

Le boucher:- Ben, vous me faites pas confiance?

Le client, résolu: - Non, votre viande est délicieuse, ça je le reconnais, mais votre balance est pourrie.

Le boucher: - Elle est pourrie ma balance? Non mais des fois! Alors, je vais vous la repeser, votre entrecôte.

L'homme de lard repèse la barbaque: - Eh bien voyez, ça n'a pas changé de prix!

Le client, agacé: - Mais je n'ai pas eu le temps de voir le prix s'afficher, vous êtes trop rapide!

Le boucher: - Ce n'est pas ce que dit ma femme...

Il repèse une troisième fois. Les autres clients ne s'impatientent pas. Au contraire, ils soutiennent l'irascible. Une voix: "faut lutter pour le pouvoir d'achat. Ben, on lutte, quoi!" devant ce front uni, celui du boucher se fronce: "Bon, mais si vous saviez les taxes qu'on paye... Moi aussi j'ai mon pouvoir d'achat à défendre". Va-t-on vers la guerre civile?

Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris

10:34 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Pendant que Sarko part en jet privé à l'autre bout du monde au bras d'un top model au frais de ses potes milliardaires, les français miséreux vont se disputer les miettes. Reste que je ne plains que 47% d'entre eux.

Cela dit, pour augmenter son pouvoir d'achat rien de tel que de consommer moins de viande et de rouler moins en voiture. Si les français changeaient ces deux aspects de leur culture, ils réduiraient massivement leurs frais en même temps que leur empreinte écologique...

Écrit par : Sandro Minimo | 15/01/2008

Connaissez-vous un pays où le pouvoir d'achat progresse ? Que voulez-vous Sarko préfère épouser ses maîtresses , alors que d'autres les cachaient et payaient leurs dépenses et les enfants illégitimes aux frais de la princesse (les conribuables) Quand on sait ce que dépensait Miterrand (de gauche !) ou Chrac ! je trouve honteux cette polémique ! De toute façon quel est le cadre qui ne voyage pas aux frais de l'entreprise avec son épouse ?

Écrit par : Suisse de Paris | 16/01/2008

Au sujet de l'omni président quelque chose de bien rafraîchissant (et beaucoup de talent)
http://www.dailymotion.com/video/x4045v_anne-roumanoff-sarkozy-bling-bling_fun

Écrit par : sumac | 19/01/2008

Les commentaires sont fermés.