22/11/2007

Internet fait grève à son tour

Le plouc est enfermé à Paris. Non pas "à la Santé pour se refaire une honnêteté" (merci Georges Brassens), mais par les murs d'embouteillage qui ceinturent la Plus Belle Capitale du Monde. Car ne croyez pas un mot des dépêches d'agences qui claironnent que la fin de la grève est arrivée, en vous assénant des taux de grévistes à la baisse. Dans le réel parisien, les métros se font toujours aussi rarissimes. Explication de mon vendeur de journaux à la Butte-aux-Cailles: "Ceux qui reprennent le travail à la RATP sont employés dans les bureaux et aux guichets. Mais la plupart des conducteurs, eux, poursuivent la grève. Alors ça nous fait une belle jambe que les comptables bossent à nouveau, hein?" Cher Monsieur, si le mouvement social continue, ça va effectivement nous faire une très belle jambe. Et des mollets de lutteurs suisses. 

Le plouc n'est pas seulement embastillé par la grève. Trahi par Internet, il a été privé de connexion avec Lausanne et Genève. Et a dû dicter son papier, comme autrefois. Explication des informaticiens: un pirate aurait désorgarnisé les liaisons de Swisscom, hier entre 17 h. et 22 h. isolant ainsi une partie de la Suisse. Nous vivons une époque formidable, comme le dessinait feu le génial Reiser. Il suffit d'un conflit social mettant en cause une seule branche d'activité pour bloquer un pays. Et un pirate tout seul dans son coin peut isoler une région. Plus la société progresse dans les technologies de la communication, plus elle devient fragile. A quand le retour des signaux de fumée? Ah non, ça c'est impossible! La fumée sera interdite dans tous les bars-tabac en france dès le 1er janvier.

Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris.

 

10:18 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.