22/05/2007

Poètes et artistes genevois en Jordanie(Fin)

 

OMBRE LUMINEUSE

DU FILS-MAÎTRE DANS LES BRUMES

DE LA GALILEE(jnc)       

Derniers spectacles de cette tournée de six artistes et poètes genevois en Jordanie, au nord, vers le Plateau du Golan. A l'Université d'Irbid, tout d'abord, dont la radio a retransmis le spectacle en direct. Foule jeune et attentive, féminine en majorité. Certaines étudiantes sont voilées, d'autres laissent leurs cheveux de jais flotter un vent chaud qui, enfin, se lève après une période hivernale. Les plus voilées ne sont pas forcément les moins curieuses. Au contraire. Dès le spectacle terminé, elles se précipitent vers les deux danseuses, Nadia Makhlouf et Christine Zwingmann. Cette dernière, avec son poème "Cuba" remporte un succès encore plus intense que d'habitude. Dame, nous sommes à un jet de pavé du conflit israélo-palestinien! Tout devient brûlante politique. Plus tard, dans la banlieu d'Irbid, des spectateurs fort différents - familles en tenue "du dimanche" comme on ne dit plus chez nous - écoutent les poètes genevois tantôt en arabe, tantôt en français... "Cuba" fait toujours autant vibrer!

Pause en face du lac de Tibériade. A droite la Jordanie et la Syrie. En face, Israël et la Palestine. Calme absolu sur ce lac que le regard du Christ a effleuré comme un galet ricochant, où Pierre est devenu "pêcheur d'hommes". Les guerres se brisent contre la sérénité des lieux, comme des vagues d'eau boueuse. Il est vrai que l'oeil du cyclone dirige la tempête mais ne la subit jamais. Au revoir, la Jordanie qui aime tant les poètes...

16:58 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

09/05/2007

Poètes et artistes genevois en Jordanie(8)

VOLUPTE SECRETE

AMMAN CARESSE LA CHAIR

DE SES SEPT COLLINES (jnc)

Après Furheis, ville chrétienne dans les hauts faubourg de la capitale jordanienne, et ses fêtes bien arrosées de raki, les six poètes et artistes genevois redescendent vers Amman. Devant un parterre imposant d'ambassadeurs, ils déploient leur spectacle. Rien dans l'ambiance trahit leur présence au centre du cyclone proche-oriental C'est que, justement, la sérénité règne toujours dans l'oeil du cyclone! D'autant plus que les services de sécurité jordaniens ont une longue expérience de la protection discrète mais rapprochée. Malgré cet aréopage diplomatique qui pourrait éveiller les malveillances diverses, tout se passe dans un calme genevois. Que dis-je...Carrément gros-de-vaudois!

L'ambassadeur français a les yeux brillants en écoutant les poèmes dans notre langue. Et surtout en contemplant Nadia Makhlouf et ses danses arabes ainsi que Christine Zwingmann, poètesse-ballerine, et ses arabesques...occidentales. Le regard de l'ambassadeur suisse Paul Widmer, lui, s'embue lorsque le duo "N'importe quoi" entame un "Mon vieux chalet" orientalisant. Et son merveilleux consul, Markus Meli, écrase une larme sur sa joue. Comment dit-on "Heimweh" en arabe?

13:54 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

08/05/2007

Poètes et artistes genevois en Jordanie(7)

ETONNANTE NEIGE

QUI GLISSE SUR L'AVENUE

COMME UN ARCHET FOU (jnc)

A l'arrivée à Amman, les six poètes et artistes genevois sont accueillis par une odeur de neige. La veille encore, la capitale jordanienne était tout éberluée par cette cape de templier tombée sur ses épaules. Des traces subsistent. Après avoir donné un résumé de leurs prestations devant les médias jordaniens à l'Intercontinental d'Amman, le sextuor grimpe sur les hauteurs de la ville jusqu'à Furheis. Surprise: les clochers d'églises y sont plus nombreux que les minarets. Furheis est, en effet, un faubourg à majorité chrétienne. Dans la salle communale quelque 200 personnes sont présentes. Mohammad Abu Rub dit les poèmes en arabe, Nadia Makhlouf entame une danse arabe alors que Christine Zwingmann lui donne la réplique à l'européenne. L'auteur du blogue dit les poèmes mais en français. En français? Ben oui, puisque nous participons au Festival francophone! Et grâce à la traduction d'Abu Rub, la musique des mots passe malgré tout. Malgré les téléphones portables qui carillonnent, les cris des enfants qui courent autour de lqa scène. Pas de panique, c'est l'habitude là-bas. Un spectacle, c'est pour vivre. Pas pour rester paralysé et muet sur son siège. Public attentif d'ailleurs. Lorsque Christine Zwingmann dit son poème "Cuba" qui n'épargne pas les Américains, le public l'ovationne!

08:47 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

01/05/2007

Poètes et artistes genevois en Jordanie( 1 à 6)

30 Avril 2007

Pour terminer la présentation des six artistes et poètes genevois qui ont sillonné la Jordanie en mars dernier, voici la Compagnie des Yeux Fertiles au grand complet. Christine Zwingmann est danseuse de ballet et chorégraphe. Elle a appartenu aux compagnies des opéras de Munich et de Ratisbonne. Elle écrit et publie ses vers. Son compagnon (l'auteur de ce blogue) lui, ne danse pas, heureusement. Il se contente d'écrire et de dire la poésie. Il lit les vers et sur sa parole, Christine improvise sa chorégraphie. Ils ont présenté leur spectacle à Paris et dans sa région, à Aix-les-Bains et à Genève, notamment au Petit Music'Ohl le 3 avril dernier lors des "Mardis de Pierre Alain". Et bien sûr en Jordanie comme nous le verrons plus tard. Jean-Noël Cuénod.

25 Avril 2007

TES YEUX SONT DES NUITS

SANS ETOILES NI LUNE

TA LOURDE CHEVELURE M'ENVELOPPE

DEUX MONDES TENEBREUX

JE SUIS EGARE AU FOND DE MOI-MEME

ILLUMINE PAR L'ARDEUR DE TON AMOUR (Mohammad Abu Rub)

Ce poème est né dans l'esprit d'un grand poète, à la fois Jordanien et Suisse: Mohammad Abu Rub. Il écrit en arabe, bien sûr - il a obtenu une licence en littérature à l'Université de Beyrouth. Mais aussi en français - il est l'auteur d'une thèse de doctorat dans notre langue intitulée "La poésie galante andalouse" parue à Paris en 1990 chez ASFAR dans la collection "Arabiyya". Il vit aujourd'hui à Genève avec sa femme et ses trois enfants et y dirige une école de langues. Il a publié en Romandie "Chants d'Exil" (La Baconnière en 1990) et prépare d'autres recueils.

Mohammad Abour Rub est le principal organisateur du voyage des poètes et artistes genevois en Jordanie, au mois de mars dernier. Au cours des récitals à Fuheis, Amman, Irbid et Husson, il a dit ses poèmes en arabe devant des centaines de spectateurs qui buvaient à ses paroles comme à un oued de montagne. L'auteur de ses lignes lisait la version française. La musique des mots arabes et français ont noué des liens et tressé des arabesques sur la page des nuits jordaniennes.

Jean-Noël Cuénod

23 Avril 2007

Mosaïque antique à Pétra

GENEVE AU BALCON

 

LE MONDE TOURNE à L'ENVERS

 

AMMAN AUX TISONS (jnc)

 

Alors que les six artistes Genevois ont quitté Cointrin sous un soleil aoûtier samedi 17 mars, c'est un froid févriesque qui les a accueillis à Amman. La veille, la neige était tombée sur des Jordaniens incrédules. Mais pour réchauffer l'atmosphère, rien ne vaut le duo "N'importe quoi". Après Nadia Makhlouf, la danseuse orientale, vient le tour de ces deux musiciens étonnants: Koko Taylor, née à Tokio et résidante à Genève où elle enseigne au Conservatoire populaire de musique, et Sylvain Fournier, né à Genève et qui, comme sa compagne, joue d'un nombre impressionnant d'instruments, y compris ceux qu'il invente. Ce duo accompagne Nadia Makhlouf mais joue également en solo - si l'on ose dire ainsi pour un duo! Grâce à eux, les musiques et les chants ancrés dans l'Helvétie la plus glébeuse s'inscrivent dans la musique des mondes. Ils reprennent ces vieux coucous et en les parant de couleurs africaines, asiatiques ou orientales, en font des oeuvres toutes fraîches. Leur interprétation de "Mon beau chalet" a enchanté les Jordaniens. Au paradis des compositeurs, l'âbbé Bovet a été certainement tout ému. (A suivre)

Jean-Noël Cuénod

20 Avril 2007

Suite du périple jordanien de six poètes et artistes genevois et de leur présentation. Commençons par Nadia Makhlouf. Elle cumule les passeports: suisse, français, marocain, preuve indéniable et douanière de sa multiculturalité. Son domaine: la danse arabe. Lorsqu’on évoque cette tradition chorégraphique, de lourds clichés encombrent les esprits: on imagine une houri bien nourrie roulant son ventre dans les épaisses fumées des narguilés au fond d’un bouge de Tanger. Rien de tout ça, avec Nadia Makhlouf. Sa danse s’abreuve aux sources du sacré et de la spiritualité ardente qui sourdent des terres d’islam. De blanc vêtue, elle s’élance sur la scène, virevolte, réinvente le mouvement des planètes et des atomes, à l’image des derviches tourneurs. Avec elle, la pudeur devient sensuelle. Pour mieux la connaître, surfez sur son site: http://www.dansesarabes.com

Ne ratez pas lundi. Ce blogue présentera le duo «N’importe quoi». Qui joue de tout, ou à peu près, mais pas n’importe comment. Et pour terminer le haïku jordanien du jour:

VERS QUEL CIEL MONTENT

LES SEPT COLLINES D’AMMAN?

PRIERE DES NOMBRES.

Jean-Noël Cuénod

19 Avril 2007

Il n'y a pas que des dromadaires ironiques et ricanant en Jordanie. Il y a aussi de drôles de chiens, qui rôdent la nuit venue. Notre haïku du jour en atteste.

LES CHIENS D'AMMAN

DEFENDENT LA VOIE LACTEE

AVEC LEURS CROCS LUNAIRES.

Nos six poètes et artistes genevois commencent leur périple jordanien par visiter Petra. Que dire de cette cité de pierres caressées par tant de mains et d'yeux au fil des millénaires? Que le temps s'est figé dans ces rochers ciselés qui semblent revêtus de chair humaine. Le bédouin qui souffle aujourd'hui sur la braise de son feu de bois pour faire son thé était là avant Jésus-Christ. A l'époque sans doute vendait-il déjà ses bijoux aux célestes cailloux.

Mais au boulot, les artistes! Amman est là dans son brouhaha magnifiquement bordélique. Qui sont-ils ces Genevois? Demain, ce blogue vous présentera la danseuse orientale Nadia Makhlouf.

18 Avril 2007

OMBRES DECHIREES

PETRA PIERRES PALPITANTES

QUE LE TEMPS CARESSE (jnc)

A Petra bat le coeur de la Jordanie et celui de notre Antiquité. La Jordanie est aussi une terre de poésie. Six poètes et artistes genevois ont représenté la Suisse à la Fête de la Francophonie du 18 au 22 mars: Christine Zwingmann (poésie et danse classique), Nadia Makhlouf (danse orientale), le duo "N'importe quoi", c'est-à-dire Koko Taylor et Sylvain Fournier (musique), ainsi que la cheville ouvrière de ce fructueux voyage, Muhammad Abu Rub (poésie en arabe) et Jean-Noël Cuénod (poésie en français).

Ces prochains, ce blogue vous racontera comment, par la poésie, la musique et la danse, les langues arabes et françaises peuvent se délier et s'accorder au-delà des frontières et des affrontements. JNC

Poésie en Jordanie

14 Mars 2007

21 mars: Journée internationale de la Poésie!

Elle est belle, la danseuse, n'est-ce pas? Christine Zwingmann, tel est son nom: poétesse et ballerine. Elle forme avec l'auteur de ce blogue - Jean-Noël Cuénod - la Compagnie des Yeux Fertiles. Son but? Faire bouger la poésie. Christine danse sur ses poèmes et ceux de Jean-Noël. Qui dit les vers. Rassurez-vous, il ne danse pas. Tous deux participent en ce moment même en Jordanie à des récitals poétiques. En effet, la Compagnie des Yeux Fertiles réprésente, avec d'autres poètes et artistes, la Suisse lors de la Fête de la Francophonie qui se tient actuellement en Jordanie. Voilà le communiqué de cette manifestation. La Jordanie accueille des artistes suisses à l’occasion de la Fête de la Francophonie Parmi les 52 pays représentés aux journées de la Francophonie en Jordanie, la Suisse est activement présente. Son Ambassade à Amman a invité six artistes romands du 18 au 22 mars 2007 pour présenter leur spectacle. Le but de cet échange helvético-jordanien est de promouvoir l’image d’un pays ouvert sur le monde et actif dans la promotion des valeurs sur lesquelles il fonde sa stabilité et son action au plan international. Une tournée de 4 spectacles réunissant poésie (français-arabe), danse et musique est prévue à Fuheis, Amman et Irbid dans le Royaume Hachémite de la Jordanie. Les artistes suisses sont Mohammad Abu Rub (poésie), Jean-Noël Cuénod (poésie), Christine Zwingmann (poésie et danse), Nadia Makhlouf (danse), Koko Taylor (musique) et Sylvain Fournier (musique). Leur art tentera de lier deux cultures pour parvenir à une unité harmonieuse. Les différentes cultures viennent enrichir le langage artistique. L’art étant le meilleur ambassadeur universel.

18 mars 2007 conférence et spectacle à Amman

19 mars 2007 spectacle à Fuheis à 19.30 h

20 mars 2007 spectacle à Amman à 20.00 h

21 mars 2007 spectacle à Irbid à 11.30 h (université

14:03 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |