08/05/2007

Poètes et artistes genevois en Jordanie(7)

ETONNANTE NEIGE

QUI GLISSE SUR L'AVENUE

COMME UN ARCHET FOU (jnc)

A l'arrivée à Amman, les six poètes et artistes genevois sont accueillis par une odeur de neige. La veille encore, la capitale jordanienne était tout éberluée par cette cape de templier tombée sur ses épaules. Des traces subsistent. Après avoir donné un résumé de leurs prestations devant les médias jordaniens à l'Intercontinental d'Amman, le sextuor grimpe sur les hauteurs de la ville jusqu'à Furheis. Surprise: les clochers d'églises y sont plus nombreux que les minarets. Furheis est, en effet, un faubourg à majorité chrétienne. Dans la salle communale quelque 200 personnes sont présentes. Mohammad Abu Rub dit les poèmes en arabe, Nadia Makhlouf entame une danse arabe alors que Christine Zwingmann lui donne la réplique à l'européenne. L'auteur du blogue dit les poèmes mais en français. En français? Ben oui, puisque nous participons au Festival francophone! Et grâce à la traduction d'Abu Rub, la musique des mots passe malgré tout. Malgré les téléphones portables qui carillonnent, les cris des enfants qui courent autour de lqa scène. Pas de panique, c'est l'habitude là-bas. Un spectacle, c'est pour vivre. Pas pour rester paralysé et muet sur son siège. Public attentif d'ailleurs. Lorsque Christine Zwingmann dit son poème "Cuba" qui n'épargne pas les Américains, le public l'ovationne!

08:47 Publié dans Poésie L'Or du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.